Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Patrick Pharo, Morale et sociologie

Gallimard, coll. « Folio/Essais », Paris, 2004 (417 p.)
Alban Bouvier
p. 540-542
Référence(s) :

Patrick Pharo, Morale et sociologie, Gallimard, coll. « Folio/Essais », Paris, 2004, 417 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Patrick Pharo prend place au sein d’une excellente série d’essais destinés à présenter au public cultivé des sommes classiques, sans exclure pour autant l’expression de thèses originales. Le contrat est rempli : l’ouvrage comporte six parties, dont trois (II, III, IV) constituent une présentation pédagogique, maîtrisée et solidement informée, des grandes conceptions de la sociologie morale actuellement en débat. Les trois autres parties (I, V, VI), encadrant les précédentes, donnent à l’ouvrage une orientation incontestablement spécifique.

2Les trois chapitres de synthèse — Théories socio-culturelles de la morale (II), Approches actionnistes (III), Le naturalisme et ses limites (IV) — exposent successivement trois manières d’envisager le fait moral d’un point de vue sociologique. Le chapitre médian en constitue le pivot. P. Pharo y soutient avec vigueur une conception de la sociologie d’inspiration wébérienne, une sociologie compréhensive de l’action, par opposition à une simple sociologie des faits sociaux, se contentant d’appréhender les phénomènes moraux de l’extérieur. Le premier chapitre de cet ensemble expose cette autre sociologie, d’inspiration durkheimienne, jusque dans ses prolongements et renouvellements chez Pierre Bourdieu et John Searle. Le dernier, consacré à un exposé critique de la tradition naturaliste, de Darwin à la psychologie évolutionniste en passant par la sociobiologie, constitue l’apport informatif le plus significatif de cette synthèse.

3P. Pharo pose un beau et délicat problème, dès le premier chapitre (I : Le domaine de la sociologie morale) : une sociologie de la morale doit-elle être subordonnée à une conception normative de ce qu’est la morale ? Il répond audacieusement que oui : « la sociologie de l’éthique et de la morale doit inévitablement être une sociologie directement morale » (p. 28 ; voir aussi pp. 47 et 359). Pour faire autre chose que de la simple sociologie des mœurs, il faut être sûr que l’on a à faire à des faits ou à des actes intrinsèquement moraux. Or un fait ne peut être moral que si on peut découvrir une intention (elle-même morale) à sa source. Ce constat justifie à soi seul la prééminence donnée à la sociologie actionniste. Mais, d’après P. Pharo, on ne peut pas même s’en tenir à une analyse de ce que les acteurs ou les groupes considéreraient comme moral. Pour P. Pharo, le sociologue doit au contraire assumer une certaine conception du bien et du mal, laquelle s’imposerait clairement à tout esprit usant correctement de son esprit, au moins concernant les principes généraux. P. Pharo s’éloigne ici de Max Weber et rejoint le cognitivisme moral (et l’optimisme rationaliste) de Raymond Boudon. Pourtant, si assurément il est intellectuellement plus intéressant de savoir pourquoi (i. e. à la fois pour quelles raisons et à cause de quel contexte social prédisposant) des groupes sociaux sont ou ont été favorables à la peine de mort lorsqu’on est sûr que la peine de mort est intrinsèquement un mal, on ne voit pas bien pourquoi il serait nécessaire d’attendre ce genre de certitude philosophique (penser à l’euthanasie, au clonage, etc.) pour se poser la question du pourquoi sociologique.

4L’originalité la plus grande de P. Pharo est toutefois de vouloir situer l’essentiel de son argumentation au plan de ce qu’il appelle la sémantique conceptuelle et logique (V : Les méthodes d’une sociologie morale). P. Pharo prétend montrer comment certains termes sont intrinsèquement moraux : les mots « courage » et « générosité » désigneraient par nature des vertus, et les mots « jalousie » et « colère » des défauts (voir pp. 245–246). Davantage, de même qu’on ne peut parler d’un « cercle carré », on ne peut dire en même temps de quelqu’un qu’il est « généreux et avide ». P. Pharo en dérive une « méthode d’interprétation » qui prend appui sur cette grammaire du vocabulaire moral : l’exemple précédent ne passait pas « le test de cohérence normative » (p. 265) ; mais on peut aussi se livrer au « test de correspondance » avec la réalité (id.) : impossible d’appeler « généreux » quelqu’un qui ne donne jamais. Dans le dernier chapitre (VI : Sémantique de la culture et de l’action), P. Pharo s’applique plus précisément à dégager la « logique implicite » du vocabulaire des actes civils (p. 327), la notion d’acte civil, « plus étroite que la notion wébérienne d’acte social » (p. 323), permettant de circonscrire une « morale civile élémentaire » (pp. 312 sq.). Celle-ci consiste en une sorte d’éthique de la communication plus substantielle que celle, purement procédurale, de Jürgen Habermas et est donc susceptible de faciliter plus sûrement l’accord lors de controverses en matière d’éthique appliquée.

5On regrettera que P. Pharo tire si peu parti de la méta-éthique, dont l’un des objets spécifiques est pourtant l’analyse du lexique et de la grammaire du langage moral (références trop rapides à Bernard Williams, p. 275). Le traitement d’exemples qu’il nous propose ne se distingue souvent guère, en effet, de l’analyse conceptuelle classique, à la différence de la grammaire philosophique de Ludwig Wittgenstein ou de Vincent Descombes (Descombes, 2004). P. Pharo nous dit lui-même que « consentir » lato sensu à se prostituer ou à perdre la vie ne serait pas une « impossibilité conceptuelle » mais que ce le serait, semble-t-il, stricto sensu, (pp. 289–291 ; voir aussi pp. 318–319, 327–329). Mais où est la nouveauté de cette analyse conceptuelle (cf., de même, l’analyse de « généreux », ci-dessus) ? Et que nous dirait une analyse proprement « sémantique » ? Peut-être les espoirs mis dans l’analyse linguistique sont-ils, de toute façon, bien excessifs. Il conviendrait alors de considérer avec plus d’attention le fait qu’il y a actuellement débat sur les principes mêmes d’éthique normative (concernant, notamment, les limites du libéralisme).

Haut de page

Bibliographie

Descombes, V., 2004. Le complément de sujet. Enquête sur le fait d’agir de soi-même. Gallimard, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Bouvier, « Patrick Pharo, Morale et sociologie », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 540-542.

Référence électronique

Alban Bouvier, « Patrick Pharo, Morale et sociologie », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27311

Haut de page

Auteur

Alban Bouvier

Université d’Aix-Marseille I, faculté des lettres et sciences humaines, département de sociologie, 29, avenue Robert Schuman, 13090 Aix-en-Provence, France
bouvier.alban[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals