Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Michel Saussois, Itinéraire d’un sociologue au travail

L’Harmattan, coll. « Logiques de gestion », Paris, 2002 (154 p.)
Dominique Lorrain
p. 544-545
Référence(s) :

Jean-Michel Saussois, Itinéraire d’un sociologue au travail, L’Harmattan, coll. « Logiques de gestion », Paris, 2002, 154 p.

Texte intégral

1Quelle est l’utilité sociale d’une Habilitation à diriger les recherches (HDR) ? Produire des travaux originaux, une grande œuvre, comme les doctorats d’État d’hier ? Ou est-ce l’énoncé d’un parcours de recherche ? Manifestement le livre écrit par Jean-Michel Saussois à partir de son HDR illustre tout l’intérêt qu’il peut y avoir à faire un retour arrière sur un parcours, le temps de la maturité arrivé.

2J.‑M. Saussois a eu plusieurs vies même s’il est principalement professeur à l’École supérieure de commerce de Paris. Le parcours commence sur le campus d’HEC en 1964 au moment de l’installation de l’école de commerce en lointaine banlieue, à Jouy-en-Josas, puis il est consultant à la Cegos, chercheur en gestion, directeur d’un institut de valorisation de la recherche (l’Anvie). Il a très tôt voyagé entre des pays assez différents pour l’époque : la Tunisie comme coopérant, les États-Unis (comme étudiant et deux fois en année sabbatique). Chacune de ces étapes a été marquée par la rencontre de quelques personnalités qui lui ont transmis un héritage intellectuel : Alfred Chandler, Yves Barel et ses stratégies paradoxales, l’approche systémique et la cybernétique.

3Il découvre très tôt la question de la grande firme comme acteur collectif grâce à A. Chandler, lors de son premier passage à Harvard. Le thème du développement est un autre grand axe dans son parcours ; travaux sur le développement en Tunisie et multiples études dans les années 1980 sur les facteurs du développement local en France. Il conduit des recherches sur les cadres et les professions, ce qui le conduira à publier dans Sociologie du travail dont il sera membre du comité de rédaction pendant plusieurs années.

4Mais le véritable fil rouge de son parcours et les réflexions les plus stimulantes concernent bien la grande firme. J.‑M. Saussois a raison de nous dire qu’elle constituait alors une boîte noire sans épaisseur, prise entre l’enseignement des recettes de gestion dans les écoles de commerce et la formalisation des économistes à partir des ajustements offre–demande. Ce livre présente sur près de 40 ans une certaine histoire française de la modernisation de l’économie à partir de la grande firme. Comment des méthodes de gestion se sont-elles diffusées ? Comment se sont organisés les échanges avec les États-Unis ? Comment mieux articuler les échanges entre la recherche et la firme ?

5Pour toutes ces raisons, ce petit livre de 154 pages est bien intéressant. Sur un ton narratif, à partir d’une histoire personnelle, sans prétendre exposer de grandes théories, il nous dit finalement beaucoup de choses sur les transformations des politiques économiques.

6Sa principale faiblesse tient selon nous au tribu payé à son origine académique. Dans tout le parcours, il aurait fallu choisir et abandonner des pistes. Ne l’ayant pas fait à plusieurs reprises, l’auteur débute une discussion, met en perspective des thèses et chute sur une démonstration trop courte pour emporter la conviction ; c’est, nous semble-t-il, le cas pour les réflexions sur l’entreprise et la société tunisienne (pp. 58 et 93), pour l’analyse de l’organisation du travail et des groupes autonomes (p. 98), et les conclusions sur la gestion comme un champ autonome.

7Mais ne boudons pas notre plaisir. J.‑M. Saussois, en nous livrant son itinéraire n’a pas écrit son ego histoire. Par son procédé d’écriture, il s’est placé dans la série des travaux qui étudient la modernisation de l’économie française où l’on trouve toujours l’État et les grandes entreprises, le Commissariat général du Plan et des élus locaux, des cabinets de conseil et une partie de la recherche, et des échanges anciens avec les colonies et les États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Lorrain, « Jean-Michel Saussois, Itinéraire d’un sociologue au travail », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 544-545.

Référence électronique

Dominique Lorrain, « Jean-Michel Saussois, Itinéraire d’un sociologue au travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27330

Haut de page

Auteur

Dominique Lorrain

Centre d’études des mouvements sociaux (Cems), CNRS–EHESS, 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
lorrain[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals