Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Saint-Arnaud, L’invention de la sociologie noire aux États-Unis d’Amérique

Presses de l’Université Laval–Syllepse, Paris, 2003 (541 p.)
Pierre Tripier
p. 545-546
Référence(s) :

Pierre Saint-Arnaud, L’invention de la sociologie noire aux États-Unis d’Amérique, Presses de l’Université Laval–Syllepse, Paris, 2003, 541 p.

Texte intégral

1Pierre Saint-Arnaud nous invite à découvrir l’œuvre des premiers sociologues américains qui, noirs, ont analysé le sort de leurs semblables et la relation entre Noirs et Blancs entre 1896 et 1964. Le corps du livre est la présentation, fouillée et pédagogique, des principales œuvres de six d’entre eux.

2Pour mieux initier son lecteur à l’importance et la nouveauté de ces « sociologues noirs » l’auteur présente l’état du débat sociologique sur les relations raciales depuis le début de la sociologie aux États-Unis. Il le fait en examinant les positions des premiers sociologues dont celle de porte-parole des vaincus de la guerre de Sécession, analysant l’esclavage comme une chance pour des originaires d’Afrique de connaître « les bienfaits de la civilisation ». Il lit dans ces travaux pionniers la trace de l’évolutionnisme de Herbert Spencer et de Francis Galton, le darwinisme social. Selon cette théorie, la loi de survie des plus aptes à la pression de la sélection naturelle doit s’appliquer avec toute sa rigueur, sous peine de mener l’humanité à la catastrophe. Ainsi doit-on se garder de toute législation protectrice qui permettrait aux familles pauvres de survivre à ce qui est vu comme une incapacité génétique à s’adapter au monde moderne.

3En contraste mais dans une certaine façon en continuité avec cette première génération, car dans une matrice évolutionniste, est présentée l’œuvre de Robert Park et des sociologues de la première et seconde école de Chicago, comme Louis Wirth, Herbert Blumer ou Everett Hughes. Ils utilisent le cycle de vie de limmigration, lequel passe du conflit entre les anciens installés et les nouveaux venus, à une concurrence plus pacifique, laquelle ouvre à des actions d’accomodement puis d’assimilation dans le Melting Pot. Qu’en est-il pour ceux, Indiens, Noirs, Asiatiques, dont la physionomie est distincte de la majorité blanche ? R. Park y voit une difficulté plus grande que celle vécue par les vagues arrivées d’Europe entre la fin de la guerre de Sécession et la première guerre mondiale. Mais cette difficulté n’est pas attribuée ontologiquement à de supposés traits raciaux, elle l’est au comportement des majoritaires. Un second pas explicatif est fourni par l’ouvrage collectif dirigé par Gunnar Myrdal: An American Dilemma: the Negro Problem and Modern Democracy (1944). L’économiste suédois y montre le contraste entre la discrimination dont souffrent les Afro-Américains et les valeurs d’égalité et de liberté, fondatrices de la nation nord-américaine. Ainsi apparaît justifiée l’analyse de R. Park, William L. Warner et leurs élèves pour qui les relations, dans le Sud des États-Unis, entre Blancs et Noirs, combinent les principes de différence de statut, ou de caste, avec les rapports de classe.

4Une fois dressé le tableau du contexte, viennent les six sociologues noirs. Le plan adopté est constant : une biographie, un compte rendu des œuvres principales orné de citations, une évaluation et une mise en perspective.

5William Edward Burghardt Du Bois (1868–1963) est celui qui ouvre la voie. Son ouvrage phare sera The Philadelphia Negro (1899) où, selon P. Saint-Arnaud, on trouve un habile équilibre entre de nombreuses données et un système interprétatif où le sort des membres de la race noire est étudié à la fois au regard de la multiplicité des races humaines et des contingences propres à la société des États-Unis. W.E.B. Du Bois établit la forme cardinale de l’étude de terrain qui sera popularisée par l’École de Chicago. Dans le domaine interprétatif, il innove aussi en donnant à la race les attributs d’une nation dans la nation. Ce thème sera repris par les Black Panters, enclenchant une répression féroce contre ses partisans.

6W.E.B. Du Bois avait étudié à Harvard et soutenu son doctorat à Berlin, les cinq autres protagonistes de L’invention de la sociologie noire aux États-Unis feront leur thèse à Chicago et bénéficieront du patronage de R. Park ou de W.L. Warner.

7Charles Johnson (1893–1956) étudiera les situations urbaines (The Negro in Chicago: A Study of Race Relations and a Race Riot in 1919) et le travail dans les plantations du Sud : Shadow of the Plantation (1934). Plus tard il se concentrera sur la discrimination raciale, notamment dans Patterns of Negro Segregation (1943). Un des meilleurs connaisseurs des relations interraciales, il collabora avec G. Myrdal et fut nommé expert auprès de l’Unesco.

8Horace R. Cayton (1903–1970) et St. Clair Drake (1911–1990) sont auteurs d’un livre de référence dans les études urbaines: Black Metropolis: A Study of Negro Life in a Northern City (1945). Ils y établissent le rôle des églises et des associations dans l’adoption de l’éthos des classes moyennes blanches. Illustration du passage du conflit à l’assimilation et de la prépondérance des rapports de caste à une relation dialectique avec les rapports de classe.

9Franklin Frazier (1894–1962) est dans la continuité de ces résultats. Auteur de The Negro Family in Chicago (1932), de The Negro Family in United States (1939) et de Bourgeoisie noire (1955), il étudie la différentiation des situations sociales dans les familles noires et discute les thèses de R. Park, en préférant intégration ou acculturation à assimilation.

10P. Saint-Arnaud présente aussi Oliver Cox (1901–1974), qui, récusant les analyses de ses collègues, propose de donner aux rapports de classe tout le pouvoir explicatif. Son principal ouvrage est: Caste, Class and Race, a Study in Social Dynamic (1948).

11Dans un chapitre final P. Saint-Arnaud propose de considérer ces six auteurs comme une communauté épistémique volontairement marginalisée, ce qui est invérifiable. Ce chapitre comporte d’autres sujets à débattre, comme l’origine de la notion d’assimilation chez R. Park ou la nécessité d’un cadre interprétatif homogène en sociologie. On ne saurait trop conseiller au lecteur de se concentrer sur le noyau le plus significatif de ce livre : l’analyse d’œuvres (probablement) négligées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Tripier, « Pierre Saint-Arnaud, L’invention de la sociologie noire aux États-Unis d’Amérique », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 545-546.

Référence électronique

Pierre Tripier, « Pierre Saint-Arnaud, L’invention de la sociologie noire aux États-Unis d’Amérique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27337

Haut de page

Auteur

Pierre Tripier

Laboratoire Printemps, CNRS–université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France
tripier.pierre[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals