Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Cusin, Daniel Benamouzig, Économie et sociologie

Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », Paris, 2004 (493 p.)
Gilles Bastin
p. 547-548
Référence(s) :

François Cusin et Daniel Benamouzig, Économie et sociologie, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », Paris, 2004, 493 p.

Texte intégral

1Le manuel rédigé par François Cusin et Daniel Benamouzig est un ouvrage original et ambitieux, à la fois du point de vue du spectre des références qu’il mobilise et de celui du positionnement choisi par les auteurs dans un champ académique aujourd’hui en plein développement : la sociologie économique. Dans la foulée de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler la « nouvelle sociologie économique », les ouvrages de synthèse disponibles aujourd’hui dans ce domaine ont souvent adopté un prisme assez théorique (ou relevant de l’histoire des disciplines) et mettent en exergue la question du fonctionnement des marchés. Dans ce manuel, le propos est différent, plus large. Il s’agit en effet de traiter en général du regard de la sociologie (comme discipline) sur l’économie (comme type d’activité sociale), sans discussion particulière de la pertinence de l’économie comme discipline et sans accorder plus d’attention au marché qu’à d’autres formes de la régulation sociale.

2L’ouvrage se compose de neuf chapitres regroupés en trois grandes parties. La première — en fait, le premier chapitre — traite des économies traditionnelles peu différenciées. La deuxième — les trois chapitres suivants — examine la question des processus de transformation des sociétés à partir de cet état de faible différenciation : le processus de différenciation sociale qui mène à l’autonomisation de la sphère économique, les notions de conflit et de concurrence, la rationalisation et l’objectivation des activités économiques. La troisième — les cinq derniers chapitres — est consacrée à l’examen des sociétés modernes du point de vue de leur fonctionnement économique. Sont tour à tour examinés le marché, les organisations économiques, l’innovation, l’État et la mondialisation. Signalons enfin qu’une postface est consacrée à la question du développement de la sociologie économique comme champ disciplinaire, des « classiques » à la « nouvelle sociologie économique ».

3Il faut saluer la qualité du travail de pédagogie effectué par les auteurs. La bibliographie est abondante sans pour autant adopter la forme allusive fréquente dans les manuels de type survey. F. Cusin et D. Benamouzig ne reculent pas, en effet, devant un paragraphe de présentation des auteurs évoqués ou un schéma de synthèse sur le modèle théorique marxien. Ceci confère parfois à leur ouvrage l’allure d’un manuel de sociologie générale dans lequel les noms les plus cités (de très loin) sont ceux de Pierre Bourdieu, Émile Durkheim, Karl Marx, Talcott Parsons, Karl Polanyi, Joseph A. Schumpeter, Georg Simmel et Max Weber. Certains développements présentent cependant une plus grande originalité, par exemple celui consacré à la sociologie économique de la fiscalité, un domaine peu souvent inclus dans les manuels existants.

4Ce livre est aussi remarquable par le choix d’un positionnement résolument marginal dans le champ de la sociologie économique. Les auteurs l’expriment clairement dans les termes de la dialectique de « l’encastrement » et du « désencastrement » qu’ils placent au cœur de leur analyse. À la « sociologie économique » qui « tente de rendre compte du fonctionnement de l’économie à partir de présupposés différents de la théorie économique standard » (et repose donc sur la recherche d’un « réencastrement » de cette théorie), ils opposent une « sociologie générale de l’économie » (celle qui a leur préférence) qui « éclaire les fondements historiques de l’économie moderne, en même temps qu’elle cherche à montrer en quoi le marché, le capitalisme et la diffusion de connaissances économiques jouent un rôle majeur dans l’organisation et dans l’évolution des sociétés » (p. 425). Autrement dit, une sociologie moins focalisée sur le marché et son fonctionnement et davantage préoccupée des évolutions du capitalisme. Par-là aussi, une sociologie qui ne discute le « désencastrement » des marchés que comme un phénomène historique (et pas comme un enjeu théorique) et fait porter toute son attention sur les effets de cette dynamique historique.

5Cette solution conduit donc F. Cusin et D. Benamouzig à prendre le contre-pied des orientations dominantes de la « nouvelle sociologie économique ». Les auteurs livrent en effet ce que l’on pourrait appeler un traité général d’ancienne sociologie économique. Ils ne remettent notamment pas en cause « l’accomodationnisme » parsonien à l’égard de la théorie économique contre lequel s’est élevé Mark Granovetter et qui fonde la « nouvelle sociologie économique ».

6Cette position a des avantages. Elle permet notamment une forme de retour à l’analyse de l’économie « réelle », là où, parfois, la discussion du paradigme néoclassique a pu borner sans véritable raison l’horizon de la recherche en sociologie économique. Elle permet aussi de relativiser l’importance de la forme « marché » et de réintroduire dans la réflexion d’autres modes de coordination de l’activité économique.

7Mais elle a aussi des inconvénients. Le premier est qu’à traiter l’économie néoclassique en boîte noire, les auteurs se retrouvent finalement conduits à défendre une conception très « classique » de l’économie, celle de l’économie politique du siècle dernier. D’où un certain déséquilibre des références bibliographique (trois seulement à George Akerlof et deux à Douglass North, contre plus de 40 à K. Marx par exemple). Par ailleurs, cette stratégie visant à fonder la « généralité » du propos sur l’oubli des origines disciplinaires des théories présentées et des enjeux proprement théoriques de leur développement conduit à des rapprochements parfois discutables. On peut citer celui effectué entre la théorie des mondes de production de Robert Salais et Michael Storper et la sociologie des organisations (rebaptisée pour l’occasion sociologie économique des organisations), ou encore entre Luc Boltanski et Ève Chiapello d’un côté et J.A. Schumpeter de l’autre. Certes les objets sur lesquels travaillent ces auteurs présentent des ressemblances, mais l’on pourrait objecter que les problématiques qu’ils mobilisent restent radicalement différentes.

8En somme, les qualités de ce manuel sont aussi ses défauts. Pour pouvoir tenir le fil d’Ariane d’une seule et même tradition de recherche qui unirait tous les auteurs traités (ce qui fait sans doute d’un manuel un « classique »), les auteurs sont conduits à aplanir les différences entre ces auteurs et donc à faire perdre un peu de vue la richesse des débats qui animent les rapports entre la sociologie et l’économie et les foyers actifs de la recherche dans ce domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bastin, « François Cusin, Daniel Benamouzig, Économie et sociologie », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 547-548.

Référence électronique

Gilles Bastin, « François Cusin, Daniel Benamouzig, Économie et sociologie », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27347

Haut de page

Auteur

Gilles Bastin

Institut d’études politiques, BP 48, 38040 Grenoble cedex 9, France
Gilles.Bastin[at]iep.upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals