Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Aglietta, Antoine Rebérioux, Dérives du capitalisme financier

Albin Michel, Paris, 2004 (394 p.)
Olivier Godechot
p. 548-550
Référence(s) :

Michel Aglietta et Antoine Rebérioux, Dérives du capitalisme financier, Albin Michel, Paris, 2004, 394 p.

Texte intégral

1En s’intéressant aux « dérives » du capitalisme, Michel Aglietta et Antoine Rebérioux proposent une double lecture positive et normative des déplacements du capitalisme. Tout au long de l’ouvrage, ils déplorent certaines évolutions du capitalisme récent et appellent à une refonte ambitieuse de son mode de fonctionnement. Ainsi, contre la shareholder value, la valeur actionnariale, vision de l’entreprise au service exclusif de ses actionnaires — seuls propriétaires —, ils soutiennent la stakeholder value — valeur partenariale ou valeur pour les parties prenantes —, conception plus européenne de l’entreprise comme personne morale, qui doit rendre des comptes à l’ensemble des parties prenantes : actionnaires, salariés, créanciers, pouvoirs publics, clients, riverains, etc. Les lecteurs en quête d’une alternative politique réformiste ne manqueront alors pas de s’interroger sur la nécessité, la suffisance, la faisabilité, l’efficacité et l’innocuité des nouvelles régulations proposées, telles l’augmentation du pouvoir des salariés au sein des conseils d’administration et de surveillance des entreprises et la représentation des intérêts des différentes parties prenantes au sein des nouveaux fonds de pension chargés de gérer l’épargne des salariés. Toutefois, il serait dommage de ne s’intéresser qu’à la seule qualité prescriptive du livre alors que M. Aglietta et A. Rebérioux offrent à la fois un bilan et un programme de recherche sur la question de la « valeur actionnariale » et du « retour de l’actionnaire ».

2Cette tendance récente du capitalisme relue à la lueur des travaux de Adolf A. Berle et Gardiner C. Means apparaît en effet éminemment paradoxale (Berle et Means, 1932). La séparation de la propriété et du contrôle, déjà constatée en 1932, n’a fait que s’amplifier depuis, car les actionnaires abandonnent leurs droits de contrôle sur l’entreprise au profit des bénéfices de la liquidité, la possibilité de se défaire à tout instant de ses titres sur le marché boursier. M. Aglietta et A. Rebérioux cherchent à montrer comment le courant de la « valeur actionnariale » qui émerge au milieu des années 1970 est une idéologie politique à la fois illusoire et génératrice d’effets économiques et sociaux. Incapable de concilier ses deux impératifs contraires du contrôle et de la liquidité, l’idéologie de la valeur actionnariale échoue à contrôler les dirigeants et l’entreprise et à promouvoir les intérêts des actionnaires à long terme. Mode de régulation néanmoins, elle enjoint aux entreprises le respect d’exigences formelles de gestion : 15 % de retour sur fonds propre, exhibition de la valeur créée pour l’actionnaire, utilisation de la comptabilité en fair-value, dégonflement des bilans, etc., normes dont le non-respect peut conduire à la baisse des cours, à la dégradation de la notation, au renchérissement du crédit, voire au rachat hostile…

3L’originalité de l’ouvrage est de présenter clairement certains effets macro-économiques des pratiques de gestion complexes qui s’imposent dans le sillage de la valeur actionnariale, en particulier, l’abandon de la comptabilité au coût historique et son remplacement par la comptabilité en fair-value, laquelle permet de représenter la valeur comptable de l’entreprise à l’instant t à sa valeur liquidative, et l’utilisation des dérivés de crédit, cession des risques par les banques pour alléger leur bilan et réduire les provisions pour les défauts de leurs clients. Permettre aux actionnaires de connaître à tout instant la valeur liquidative de l’entreprise a pour conséquence d’introduire les cours de bourse, en tout premier lieu pour les risques de crédit et de contrepartie, dans les bilans des entreprises. Ce n’est plus les chiffres comptables qui nourrissent les cours mais plutôt l’inverse. La volatilité boursière est ainsi introduite directement dans les bilans des entreprises. La croissance des dérivés de crédit amplifie alors cette logique. Ces produits, devenus des éléments simples de l’évaluation de la solvabilité des entreprises, sont souvent estimés à partir du cours des actions par simple inversion de la formule de tarification des options sur actions. Leur multiplication fait craindre que l’illusion de la couverture de risque ne diminue la règle de prudence. S’il est possible et facile de se couvrir pour le défaut d’une contrepartie, il est beaucoup plus difficile de couvrir contre le risque de défaut de l’ensemble des contreparties. Ce qui serait nouveau dans les crises financières actuelles consisterait moins dans l’origine de la bulle (qui in fine repose dans les modèles de M. Aglietta et A. Rebérioux sur une irrationalité comportementale collective) que dans leur amplification rapide via ces mécanismes sur la sphère économique réelle : une chute des cours justifiée ou non peut entraîner alors très rapidement la dégradation des bilans, la contraction du crédit, les faillites et les licenciements. Le problème posé par la sphère financière serait non plus sa déconnexion, mais sa trop grande connexion avec la sphère réelle.

  • 1 Notons que, dans la première édition, la lecture des formules est malheureusement rendue difficile (...)

4M. Aglietta et A. Rebérioux brossent un tableau stimulant et foisonnant des transformations induites par l’irruption de la valeur actionnariale. L’administration de la preuve, qui repose pour l’essentiel sur des analyses de règles écrites (comptables, juridiques…) d’une part et sur des modèles économiques formalisés d’autre part1 et plus modestement sur l’analyse du cas Enron, aurait pu gagner à utiliser d’autres sources permettant l’observation des pratiques effectives. Le contrôle conservé par les banques évoqué par le chapitre IV est ainsi peu documenté. Le livre appelle aussi à des prolongements. Le paradoxe de la valeur actionnariale de départ, lequel combine vacuité du contrôle et exigences financières et gestionnaires fortes, est campé plus qu’il n’est résolu. D’un chapitre à l’autre, M. Aglietta et A. Rebérioux balancent entre la stigmatisation de l’impuissance ou de l’hyperpuissance de la valeur actionnariale et hésitent à en faire un courant au service des intérêts actionnaires ou au contraire au service de dirigeants qui trompent les actionnaires pour s’enrichir eux-mêmes. Une voie de résolution de ce paradoxe serait d’étudier les porteurs physiques de la valeur actionnariale et de remarquer que ce sont quasiment toujours des salariés (dirigeants, analystes financiers, gestionnaires de portefeuilles, consultants), lesquels tout en faisant profession de « parler au nom des actionnaires » conservent aussi leurs propres intérêts. Ne faut-il pas voir dans la transformation du capital en industrie financière, au sein de laquelle ces salariés supérieurs ont la fonction de le gérer et de le représenter, tant l’actualisation de la puissance du capital que sa limitation ?

Haut de page

Bibliographie

Berle, A., Means, G., 1932. The Modern Corporation and Private Property. Harcourt, Brace and World, New York.

Haut de page

Notes

1 Notons que, dans la première édition, la lecture des formules est malheureusement rendue difficile par l’abondance d’erreurs et de coquilles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Godechot, « Michel Aglietta, Antoine Rebérioux, Dérives du capitalisme financier », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 548-550.

Référence électronique

Olivier Godechot, « Michel Aglietta, Antoine Rebérioux, Dérives du capitalisme financier », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27356

Haut de page

Auteur

Olivier Godechot

Centre d’études de l’emploi, 29, promenade Michel Simon, 93166 Noisy-le-Grand cedex, France
Olivier.Godechot[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals