Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès (Eds.), Gouverner par les instruments

Sciences Po, Les Presses, Paris, 2004 (370 p.)
Jean-Claude Moisdon
p. 550-552
Référence(s) :

Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Sciences Po, Les Presses, Paris, 2004, 370 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès s’intéresse à « l’instrumentation de l’action publique », définie comme « l’ensemble des problèmes posés par le choix et l’usage des outils… qui permettent de matérialiser et d’opérationnaliser l’action gouvernementale ». L’originalité et l’intérêt de la démarche consistent à privilégier l’analyse des outils eux-mêmes par rapport à la tradition sociologique, centrée sur les finalités, les contenus des projets, les jeux d’acteur, etc. Deux hypothèses majeures exposées en introduction justifient ce choix :

a) L’instrumentation constitue un enjeu majeur dans la mesure où elle est révélatrice d’une théorisation du rapport gouvernant/gouverné.

b) Les instruments ne sont pas des dispositifs neutres ; ils produisent des effets spécifiques indépendants des objectifs poursuivis.

2Les auteurs se réclament à juste titre de l’héritage de Michel Foucault lorsqu’il introduit le concept de gouvernementalité et que, par un renversement de perspective, il décide de s’intéresser davantage aux techniques et dispositifs de gouvernement qu’aux principes et théorisations qui les font naître. Ils soulignent également la convergence de point de vue avec le courant qui s’est développé à l’intérieur des sciences de gestion, et qui privilégie l’étude des effets propres de l’instrumentation, travaillant « dans l’ombre » les fonctionnements des organisations.

3L’ensemble des contributions est constitué par des résultats de recherches approfondies portant sur divers secteurs allant de la politique des quartiers à la Méthode ouverte de coordination (MOC) instaurée à Lisbonne par l’Europe, passant par les instruments de contrôle des politiques locales en Grande-Bretagne. Toutes stimulantes de mon point de vue, elles convergent vers une vue d’ensemble que je résumerai en quelques points :

1. Tout d’abord la technicisation croissante de l’acte de gouverner, « la gestionnarisation de la politique » (pour reprendre une expression de Philippe Bezes dans le même ouvrage). Les exemples abondent, qu’il s’agisse de la généralisation des normes et standards en France et en Europe, ou encore le poids croissant des règles juridiques, techniques, comptables dans le travail municipal. Cette prolifération des instruments et des dispositifs techniques n’est pas sans similitudes avec celle que connaissent les entreprises, à la fois au niveau de l’ampleur, du rythme et du contenu des évolutions, au point qu’une séparation stricte entre les deux secteurs traditionnels de l’économie paraît de plus en plus problématique lorsque l’on s’interroge sur leurs formes de gouvernement. On pourrait d’ailleurs aisément compléter le paysage par d’autres apports ; pensons par exemple aux politiques de santé qui connaissent, en France comme ailleurs, une étape décisive dans leur outillage économique et gestionnaire.

2. Une profonde ambiguïté de cette évolution quant à ce qu’elle signifie pour l’action politique. Dépolitisation ? Le terme apparaît dans le titre même d’une contribution : « Les normes, instruments dépolitisés de l’action publique » (Olivier Borraz) ; il sera évoqué dans le même texte le joli terme de « diplomatie des techniques ». Ou au contraire reconfiguration du politique à partir de philosophies d’action renouvelées, prenant acte de sa propre incapacité à maîtriser la complexité ou à accorder entre eux des objectifs trop contradictoires (la MOC), cherchant également à échapper au phénomène de la « capture » (les normes négociées ailleurs), ou à se mettre en position de « blame minimizer » (le raisonnement en masse salariale dans la fonction publique) ? Parfois les contributeurs semblent hésiter à apporter une conclusion trop ferme sur cette question, mis à part des cas de cohérence forte entre volontarisme politique et instruments (le cas de la Grande-Bretagne ou, d’une certaine façon à l’autre bout du spectre, celui du projet urbain, beaucoup plus ouvert, et à propos duquel Gilles Pinson réaffirme une position stratégique du pouvoir). S’il est certain, comme le souligne la conclusion de l’ouvrage, que les figures de l’État ont évolué, ce que les instruments ont le mérite annoncé de « tracer » (du réglementaire aux normes négociées au sein de la société civile, en passant par les dispositifs contractuels), il apparaît à la lecture de ces différentes recherches que loin de se substituer les unes aux autres dans le temps, ces figures en quelque sorte se superposent, aboutissant à une image singulièrement floue. N’est-ce pas alors à toute une série de tensions que l’on a affaire, entre retrait et reprise en main, entre volontarisme et interactionnisme, entre décentralisation et recentralisation, etc., tensions durables, qui traversent un pouvoir « équilibriste » ? Moins au fond à un tournant néolibéral, terme évoqué par certaines contributions, qu’à des mélanges « bricolés » entre incitatif, communicationnel, prescription, etc., situation encore une fois tout à fait analogue à ce que vit le management des entreprises ?

3. Les effets propres des outils, « pilotes invisibles de l’action publique », comme l’écrit Dominique Lorrain à propos de la gestion municipale. Un certain nombre d’autres chapitres reprendront ce thème de la vie autonome, discrète et finalement structurante des instruments. On retrouve l’idée de dépolitisation, mais sur un mode plus radical, celui du contrôle qui échappe partiellement au contrôleur, de la focalisation de l’attention collective sur le ratio ou la statistique, de la dépendance de sentier ainsi créée, des évolutions incrémentales et à la périphérie (la politique des retraites) qui, de petit pas en petit pas, se transforment en transformations radicales. Non seulement les outils mesurent, évaluent, incitent, mais ils délimitent, définissent les objets et les acteurs (le territoire, chez Philippe Estebe), sans que l’on ose ou pense remettre en cause ces opérations cognitives mais aussi prescriptives (« la carte n’est pas l’objet d’une polémique politique ! »).

4Le problème est que l’on se demande légitimement au bout du compte si « ça marche ». Les normes, censées être négociées par toutes les parties, ne sont-elles pas le résultat d’asymétries importantes entre les acteurs ? la MOC contraint-elle vraiment les gouvernements ? En d’autres termes des boucles de rétroaction semblent manquer qui feraient que les outils, condensations de savoirs, se transformeraient eux-mêmes en vecteurs de savoirs, à condition que soient mis en place des dispositifs de décryptage des mouvements qu’ils induisent et des déplacements qu’ils ont opérés dans les champs de force du social. Cette problématique de l’outil d’apprentissage, d’une nouvelle figure de l’État « gestionnaire de savoirs » n’est pas absente des contributions, mais ne devrait-elle pas être davantage explorée, compte tenu de la nature même de ces outils, en quelque sorte pour les empêcher de se transformer en automatismes aveugles ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Moisdon, « Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès (Eds.), Gouverner par les instruments », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 550-552.

Référence électronique

Jean-Claude Moisdon, « Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès (Eds.), Gouverner par les instruments », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27371

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Moisdon

Centre de gestion scientifique (CGS), École des Mines de Paris, 62, boulevard Saint-Michel, 75272 Paris cedex 06, France
moisdon[at]cgs.ensmp.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals