Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Catherine Marry, Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse

Belin, Paris, 2004 (288 p.)
Delphine Gardey
p. 552-554
Référence(s) :

Catherine Marry, Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse, Belin, Paris, 2004, 288 p.

Texte intégral

1L’ingénieur est homme et il le restera longtemps. Figure de la modernité occidentale, personnage clef de la première et de la seconde révolution industrielle, l’ingénieur se définit par la maîtrise de savoirs scientifiques et techniques et cette capacité à les mettre en action. Concepteur, innovateur, constructeur, l’ingénieur est l’acteur par excellence d’une relation instrumentale aux techniques et au monde qu’il contribue à transformer. Il se fait aussi, au cours du temps, militaire, politique, technocrate, cadre… L’anthropologue Paola Tabet, en son temps, avait pointé le rapport différencié des hommes et des femmes aux techniques dans son article, « Les mains, les outils, les armes » (Tabet, 1979). Aux xixe et xxe siècles d’évidence, l’ingénieur détient quelque chose qui le définit en propre, en tant que personnage masculin, et qui le situe très fermement socialement et culturellement. Mais ce qui le signifie — ce mixte de savoirs, de qualifications et d’attributs — excède la charge ordinaire d’une profession, exprimant l’alchimie même (et les valeurs) d’une société nouvelle, dont il est un ardent promoteur.

2Comment envisager alors de décliner l’ingénieur et le monde de l’ingénieur au féminin, sans porter atteinte aux valeurs d’une société et, en particulier, à la conception qu’elle se fait de son avenir et du rôle que les unes et les autres doivent y jouer ? Une « révolution » a belle et bien été nécessaire, et Catherine Marry a raison d’indiquer qu’elle se dut d’être « respectueuse » c’est-à-dire silencieuse, modérée, conformiste, longtemps attentive, en tout cas, à ne pas heurter.

3L’objectif du livre de C. Marry consiste à retracer l’épopée d’une transformation large, difficile, inaboutie, mais néanmoins « radicale ». Des femmes, il n’était longtemps pas même question. Pourtant, de quelques-unes, elles furent bientôt des milliers, s’imposant finalement et tardivement — quoique toujours minoritaires — sur les bancs des écoles d’ingénieur, au bureau d’études, sur les chantiers. « Crossing Boundaries, Building Bridges » (Canel et al., 2000), la métaphore indique l’effort de transgression symbolique et culturel nécessaire pour bâtir et édifier au sens propre de nouvelles réalités matérielles telles que des infrastructures techniques, mais aussi de nouvelles identités féminines. C. Marry aborde avec beaucoup de clarté les traits macro sociaux d’une histoire longue dont elle est la première à proposer une synthèse. Ce faisant, elle nous propose une lecture particulièrement avisée de transformations plus vastes ayant trait aux systèmes d’éducation secondaire et supérieure, au marché des professions, aux relations hiérarchiques et fonctionnelles dans la société française contemporaine. Les faits élémentaires sur l’accès des femmes à l’université, aux professions intellectuelles, supérieures et scientifiques n’ont été étudiés en France que récemment. On s’étonne alors et on réalise le temps perdu. L’investissement de C. Marry dans l’étude comparée des carrières et des itinéraires des hommes et femmes ingénieurs est ancien et le livre bénéficie de cette hybridation heureuse entre les résultats de ses multiples enquêtes personnelles et la lecture exhaustive d’une littérature française et internationale en plein essor sur ces sujets depuis une petite dizaine d’années.

4L’approche diachronique retenue dans les premiers chapitres de l’ouvrage vise à comprendre les raisons pour lesquelles une révolution commencée bien plus tôt que le sens commun ne pourrait le supposer — dès les premières années du premier conflit mondial — a tant tardé à prendre forme. C. Marry distingue en effet trois générations de femmes ingénieures : les pionnières de 1920 à 1970 ; celles qui vivent la période de transition des années 1970 ; les générations de la « banalisation relative » des années 1980–1990. Comme l’auteur l’indique : « le parti pris adopté ici est surtout d’ordre méthodologique : il s’agit d’épuiser les explications par les mécanismes d’exclusion — comme ceux des interdits explicites ou plus subtils d’accès à certaines écoles ou professions — avant d’invoquer l’auto-élimination/exclusion des femmes » (p. 23). Le livre examine ainsi et de façon assez systématique la question difficile de savoir ce qui est « imputable aux acteurs et aux structures dans les mécanismes de hiérarchisation et de différenciations sexuées » (ibid.). C. Marry ne s’épargne ainsi aucune des questions « classiques » de ce domaine : sur la dimension technique de la profession d’ingénieur ; sur la question du rapport des femmes à l’autorité et à l’encadrement ; sur les inégalités de compétences et de performances mathématiques et scientifiques supposées des deux sexes. Ses réponses ne sont jamais convenues et toujours attentives à certains paradoxes soulevés par d’autres enquêtes. Une raison en est que les femmes ingénieures ne sont pas traitées uniquement comme des victimes ou considérées comme prises ad vitam eternam dans des processus de domination reconduits, elles sont aussi envisagées comme des actrices à part entière de l’histoire et des sociétés dans lesquelles elles vivent et comme des personnalités amenées à innover dans les relations conjugales, la vie familiale, l’activité professionnelle elle-même. Invention sous contrainte de nouveaux liens sociaux et familiaux, de niches écologiques où gérer des injonctions familiales, professionnelles et subjectives parfois contradictoires.

5C’est sans doute du côté des subjectivités, dans cette dimension rétrospective des histoires de vie et du regard que les agents peuvent être amenés à porter sur leurs parcours, que la contribution personnelle de C. Marry est la plus forte. Au-delà du temps macro social de l’histoire, l’auteur envisage en effet, les dynamiques des biographies individuelles et s’attache à pointer la force de destinées (et, en particulier, de lignées féminines) qui se réalisent au prix de la mobilisation de plusieurs générations. Des pères aux filles comme substitut du garçon manquant ; des mères aux filles, des voix très différentes d’hommes et de femmes ingénieurs sont exprimés avec force. Une hypothèse principale est ainsi celle de l’influence du modèle maternel : les filles poursuivraient une trajectoire d’émancipation entamée par la mère. Les femmes ingénieures apparaissent finalement comme des héritières au sens noble d’un projet transgénérationnel et plus prosaïque d’une surdotation en termes d’excellence scolaire et culturelle. Aujourd’hui, nous dit l’auteur, ces jeunes femmes sursélectionnées ne sont plus des transfuges, mais elles sont encore des rescapées.

Haut de page

Bibliographie

Canel, A., Oldenziel, R., Zachman, K. (Eds.), 2000. Crossing Boundaries, Building Bridges. Comparing the History of Women Engineers 1870s–1990s. Harwood Publishing Editor, Amsterdam.

Tabet, P., 1979. Les mains, les outils, les armes. L’homme XIX (3–4), 5–61.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Gardey, « Catherine Marry, Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 552-554.

Référence électronique

Delphine Gardey, « Catherine Marry, Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27375

Haut de page

Auteur

Delphine Gardey

Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques, Cité des sciences et de l’industrie, CNRS, 30, avenue Corentin Cariou, 75019 Paris, France
d.gardey[at]cite-sciences.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals