Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Claude Rosenthal, La trame de lévidence

Presses universitaires de France, Paris, 2003 (367 p.)
Thomas Basset
p. 557-559
Référence(s) :

Claude Rosenthal, La trame de l’évidence, Presses universitaires de France, Paris, 2003, 367 p.

Texte intégral

1La trame de lévidence s’attelle à étudier la controverse qui a suivi la communication d’un article présentant un théorème de logique. Claude Rosenthal choisit une posture proche de celle de Bruno Latour pour cet ouvrage participant à la sociologie des sciences : si l’auteur cherche à rendre compte de la production d’une connaissance certifiée en logique, il se refuse à prendre position sur sa « vérité » et cherche à coller au plus près de l’activité de recherche des logiciens.

2Pour rendre compte de cette activité de recherche, C. Rosenthal agit en véritable ethnologue et nous plonge au cœur du travail des logiciens vu à travers la controverse autour du théorème d’Elkan qui veut démontrer que la logique floue (à plusieurs états de vérité) peut être ramenée à la logique classique (à deux états de vérité : vrai/faux). Les modes de recueil des données sont heureusement mêlés : observation participante, entretiens avec les principaux acteurs et lecture des débats sur un forum internet spécialisé donnent le sentiment d’accéder à un véritable savoir indigène.

3Ce parti pris méthodologique conduit l’auteur à mettre en évidence que le travail de logicien n’est pas une simple œuvre de l’esprit autour d’arguments idéels, mais un travail dans lequel le caractère concret de l’écrit et les différentes formes qu’il prend jouent un rôle primordial. Ici se situe à notre sens l’apport principal de l’ouvrage puisqu’il sert de point de départ pour montrer comment, en s’attachant aux discours seuls, les débats autour du théorème arrivent à se stabiliser. Nul besoin de recourir à la force d’un réseau social, c’est dans l’activité argumentative proprement dite que tout se joue, sans que l’auteur ne prenne position sur la valeur des différents énoncés. C. Rosenthal introduit la notion de démonstration, soulignant que pour être comprise la démonstration « logique », conceptuelle, doit être rattachée à des activités de mise en forme. Cette activité de démonstration voit sa meilleure illustration dans les réponses dans le corps des messages échangés sur un forum électronique (dédié à la logique floue et qui joue un rôle capital dans les premiers mois de la controverse), consistant à commenter sous un passage d’un message cité les présupposés qu’il met en œuvre. Cette activité scripto-visuelle s’apparente à un travail permanent de traduction, réalisé en fonction de l’énoncé commenté. Ces démonstrations permettent non seulement de faire apparaître des principes proprement logiques dans le passage considéré, mais autorisent aussi le contradicteur à sortir du pur formalisme logique et à invoquer d’autres principes de validité d’un théorème logique : le succès des applications industrielles de la logique floue ou le parcours institutionnel d’une personne sont des arguments par rapport auxquels les membres du débat doivent se positionner. Cette activité de démonstration conduit en fait à produire des réponses à façon.

4Le reste de l’ouvrage suit ce fil hors des échanges électroniques (publications collectives, réponses privées de Charles Elkan à certains de ses détracteurs, versions successives de l’article) et aboutit à la conclusion que la production d’une connaissance certifiée en logique tient en grande partie à ces opérations de démonstration, qui peuvent aboutir à la production d’énoncés polysémiques. La certification d’une connaissance en logique peut alors s’opérer grâce à ces « sources potentielles d’atténuation des conflits et [à] d’importants opérateurs de ralliement des participants autour d’un énoncé doté de sens variables » (pp. 334–335).

5L’auteur a choisi de construire son livre en mille-feuilles, abordant de manière successive les différents lieux où s’est déroulée la controverse. « Ainsi, même si à l’issue de telle ou telle section, le lecteur avait l’impression d’avoir fait le tour de la question », il doit s’attendre à ce que, jusqu’en bout de course, nous allions pour ainsi dire de « surprise en surprise » (p. 105). Amusante durant les premiers chapitres, cette construction finit par devenir frustrante. Nombre de points importants sont renvoyés dans la suite de l’ouvrage et il est parfois difficile pour le lecteur de faire le lien entre les différentes parties de l’ouvrage — le forum électronique et le circuit classique de la publication.

6Ainsi, si dans la partie consacrée au forum électronique tous les énoncés semblent être mis sur le même plan et appeler également des contre-démonstrations, l’auteur indique dans la partie suivante qu’il n’en est en fait rien et que la capacité de certains à conserver la parole — et donc à appeler la production d’énoncés — vient en partie de la légitimité qu’ils tirent de leur position dans le champ académique. On aurait pu souhaiter que cette explication, qui tient quasiment du deus ex machina, soit davantage intégrée à l’analyse des forums électroniques. On peut penser que ce hiatus provient de la volonté de l’auteur d’éviter tout relativisme social et de rendre avant tout compte de la production de réponses spécifiques.

7On pourra enfin regretter, dans un ouvrage insistant sur le rôle de l’écrit et de sa forme, l’absence d’une bibliographie à la fin de l’ouvrage, ce qui gêne considérablement la navigation dans un corpus bibliographique très riche. L’index des noms n’est qu’un piètre palliatif.

8Malgré ces critiques, La trame de lévidence demeure un ouvrage captivant. Il faut souligner l’effort pédagogique qui rend le livre abordable et plaisant à lire. Il propose une description extrêmement riche de l’activité de recherche en logique et ses conclusions participeront à n’en pas douter au débat sur la sociologie des sciences. Avec l’intérêt majeur qu’on touche ici au cœur du sujet : non pas simplement des connaissances sur les lois de la nature, mais sur ce qui fonde notre propre pensée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Basset, « Claude Rosenthal, La trame de lévidence », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 557-559.

Référence électronique

Thomas Basset, « Claude Rosenthal, La trame de lévidence », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27410

Haut de page

Auteur

Thomas Basset

Centre de sociologie des organisations (CSO–FNSP/CNRS), 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
t.basset[at]cso.cnrs.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals