Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anne Muxel (Ed), avec Nicolas Catzaras, Jean Chiche, Sophie Maurer, Vincent Tiberj, Les étudiants de Sciences Po. Leurs idées, leurs valeurs, leurs cultures politiques

Presses de Sciences Po, Paris, 2004 (269 p.)
Pascal Roquet
p. 559-560
Référence(s) :

Anne Muxel, Nicolas Catzaras, Jean Chiche, Sophie Maurer et Vincent Tiberj (dir.), Les étudiants de Sciences Po. Leurs idées, leurs valeurs, leurs cultures politiques, Presses de Sciences Po, Paris, 2004, 269 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une enquête statistique réalisée en janvier 2002 auprès d’un échantillon de 2450 étudiants inscrits dans les différents cycles d’études de l’Institut d’études politiques de Paris, plus traditionnellement appelé Sciences Po. La trame repose sur une démonstration de la diversité des idées, des valeurs, des engagements politiques et des conceptions de la société de ces étudiants « pas comme les autres ». Les auteurs centrent leurs propos à partir du renouvellement de la conception sociologique des élites en France et sur la production d’une analyse de la formation politique des étudiants.

2Le passage à Sciences Po est l’une des stratégies individuelles classiques pour atteindre les élites administratives, politiques ou encore économiques et financières. L’historique présenté, même s’il paraît très réduit, douze pages y sont consacrées, insiste sur l’originalité de cet établissement : producteur et reproducteur d’une élite, caractérisé par une forte homogénéité sociale et culturelle, il se distinguerait par un rapport spécifique à la culture politique de ces étudiants. L’internationalisation du recrutement et des filières, la procédure des conventions éducation prioritaire (CEP) participent, à l’heure actuelle, à un mouvement de démocratisation et traduit une diversité des parcours scolaires et universitaires. Ainsi les résultats de l’enquête dévoilent plus un sentiment d’appartenance à une élite que la fabrication même d’une élite en ce lieu. Instance de socialisation, l’effet établissement semble très minoré pour les auteurs. Cette conception n’est pas nouvelle en soi, mais situe la sociologie des élites dans un cadre théorique articulant les temporalités institutionnelles de la reproduction des groupes sociaux et les temporalités biographiques diversifiées des « parcours d’excellence » des étudiants.

3L’analyse des cultures politiques est développée à travers les héritages politiques familiaux, les rapports à la politique se construisent sur ces formes d’héritages et les expériences actuelles de la jeunesse (dépolitisation, engagement associatif, rapport à la syndicalisation…). Ces rapports à la politique sont analysés à partir de variables classiques (genre, origine sociale, nationalité, appartenance religieuse, filières, spécialisations…) mais aussi au regard d’enquêtes nationales plus anciennes ou d’enquêtes européennes. Ces dimensions comparatives permettent de définir la spécificité d’une « culture commune » de la politique à Sciences Po : un niveau élevé de politisation, une orientation politique plus marquée vers la gauche modérée, un sentiment d’européanisme avec des positionnements très différenciés, un clivage hommes/femmes symbolisant des attitudes et des comportements politiques distincts, des modes d’engagement associatifs ou humanitaires en lien avec les valeurs actuelles d’une « certaine jeunesse ». Derrière cette relative homogénéité, ce sont cinq « cultures politiques distinctes » que présentent les auteurs en forme conclusive. Aussi, si situer la formation de repères politiques et des affiliations idéologiques de cette future élite est bien l’objectif atteint par cette recherche au regard de l’éclectisme des appartenances et des trajectoires, l’entrecroisement des temporalités biographiques et historiques souligné mais peu développé dans cet ouvrage suscitera certainement d’autres perspectives de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Roquet, « Anne Muxel (Ed), avec Nicolas Catzaras, Jean Chiche, Sophie Maurer, Vincent Tiberj, Les étudiants de Sciences Po. Leurs idées, leurs valeurs, leurs cultures politiques », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 559-560.

Référence électronique

Pascal Roquet, « Anne Muxel (Ed), avec Nicolas Catzaras, Jean Chiche, Sophie Maurer, Vincent Tiberj, Les étudiants de Sciences Po. Leurs idées, leurs valeurs, leurs cultures politiques », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27425

Haut de page

Auteur

Pascal Roquet

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé), Ifrési, 2, rue des Cannoniers, 59800 Lille, France
Pascal.Roquet[at]univ-lille1.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals