Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Dubet, L’école des chances. Qu’est-ce qu’une école juste ?

Seuil, Paris, 2004 (95 p.)
Patrick Rayou
p. 560-562
Référence(s) :

François Dubet, L’école des chances. Qu’est-ce qu’une école juste ?, Seuil, Paris, 2004, 95 p.

Texte intégral

1Ce livre aborde tout à la fois des questions d’une brûlante actualité, comme celle du « socle commun » des connaissances et compétences nécessaires aux élèves, et des problématiques plus classiques relatives aux inégalités scolaires et sociales. Mettant une grande clarté dans un débat complexe, il se lit donc d’un trait. Le paradoxe qu’il soutient n’est évidemment pas pour rien dans cette captation du lecteur, puisqu’il revendique, dans un sujet où les affrontements idéologiques sont permanents, un pragmatisme et une absence de radicalité qui le rendent précisément subversif. Le familier des travaux de François Dubet ne sera pas surpris de retrouver dans cette approche sa volonté de combler les lacunes léguées par les grandes explications structurelles en recourant à des principes unificateurs de l’action qui ne relèvent pas de la seule logique de l’intérêt. Sa conviction, appliquée ici à l’école, que nos sociétés se trouvent désormais régies par une « polyarchie des principes d’action » contribue ainsi à poser différemment une question pourtant scientifiquement et politiquement fort rebattue.

2Le premier chapitre rappelle que l’égalité méritocratique des chances, figure cardinale de la justice scolaire, a prétendu établir des « inégalités justes » et produire une certaine efficience sociale. Les grands travaux sociologiques des années 1960 nous ont cependant montré la force et l’emprise des inégalités sociales sur les inégalités scolaires. L’élargissement de l’accès de l’enseignement secondaire, loin de les dissiper, en a révélé la permanence à tel point qu’on a pu parler depuis de « démocratisation ségrégative » et que la question de l’inégalité de réussite s’est substituée à celle de l’inégalité d’accès.

3Ce premier principe est alors mis en concurrence avec celui de l’égalité distributive des chances. Car la croyance au mérite à laquelle il s’adosse ne résiste pas aux nombreux travaux sur les inégalités de l’offre scolaire, sur la hiérarchisation des filières ou encore la composition des classes : l’égalité des chances ne garantit pas nécessairement l’égalité des résultats et ces derniers ne peuvent être uniquement imputés aux faiblesses des individus. Bref, « la compétition est truquée » et il faut donc, pour qu’elle soit plus équitable, distribuer les chances scolaires de façon moins aveugle. F. Dubet propose à l’occasion une discrimination positive ajustée à des individus et non à des collectifs, piste intéressante pour contourner les effets d’étiquetage dont on sait qu’ils pervertissent notamment les politiques des zones d’éducation prioritaires.

4Le troisième chapitre milite pour une égalité sociale des chances. Car la justice ne peut demeurer étrangère aux souffrances des vaincus d’une compétition, même juste, surtout dans un contexte où les verdicts scolaires engagent une partie de la vie professionnelle et sociale. C’est à travers ce prisme qu’est abordée la question de la culture commune ou du « socle commun ». Il faut, selon l’auteur, passer de l’écriture de programmes que fort peu d’élèves assimilent vraiment à la définition de ce à quoi chacun a droit. Ce bien commun éducatif doit permettre à chacun d’être citoyen et de s’orienter dans le monde contemporain quelle que soit sa trajectoire scolaire. Cela concerne au premier chef le collège dont les enseignants eux-mêmes doutent aujourd’hui de l’unicité proclamée.

5La garantie d’un bien commun ne suffit cependant pas à assurer l’autre type de justice que procure l’égalité individuelle des chances abordée par le dernier chapitre. Car si les inégalités sociales pilotent les inégalités scolaires, la réciproque est indéniablement vraie. Les conditions actuelles de la compétition permettent à de « quasicastes » de se constituer et reconstituer, prolongeant et pérennisant ainsi la défaite des vaincus. Elles les conduisent à accepter progressivement la certitude et la responsabilité de leur propre indignité. Un des points les plus originaux de l’ouvrage est d’attirer l’attention sur le type de bien spécifique que produit l’école en formant des sujets capables de construire leurs capacités de confiance en soi et de confiance en autrui et sur son devoir de justice face aux individus qu’elle a formés et classés.

6Cette façon de revisiter le débat sur la justice scolaire doit beaucoup aux concepts propres que F. Dubet a développés dans son travail de sociologie de l’expérience. Sa logique de « subjectivation », notamment, par laquelle l’acteur se définit comme un sujet critique, est ici celle qui requiert un principe de justice en appelant à l’égalité individuelle. Mais l’auteur rencontre aussi, chemin faisant, des travaux de philosophie politique désormais classiques comme ceux de John Rawls ou de Michael Waltzer. Il corrèle ainsi sa proposition d’un bien commun éducatif, au « principe de différence » du premier, pour qui les inégalités issues d’une compétition équitable sont d’autant plus acceptables qu’elles améliorent le sort des plus défavorisés. Il reprend du second l’idée selon laquelle les différentes « sphères de justice » peuvent, si l’on ne contrôle pas leur action réciproque, développer de nouvelles inégalités comme celles qui voient les plus riches être aussi plus cultivés, plus puissants, mieux éduqués.

7On peut évidemment discuter tel ou tel point de l’argumentation déployée. Faut-il, par exemple, appeler « fictions nécessaires » la croyance des acteurs (ainsi celle du professeur qui corrige des copies en faisant comme si ses critères de justice étaient incontestables), au risque de rabattre sur la mauvaise foi ce qui pourrait précisément être davantage rapporté à une multiplicité d’« égalités », dont aucune ne sature l’idéal de justice ? On aimerait aussi que soient davantage envisagés les types d’apprentissage qu’implique la notion de culture commune, dont les différentes versions possibles peuvent en effet aggraver ou diminuer les actuelles inégalités. Mais la vertu première de cet ouvrage est sans doute d’arracher les débats éducatifs à la « théologie » dont ils sont généralement prisonniers, de montrer de façon très suggestive les inconséquences qui habitent les tenants de l’externalité des causes de l’échec scolaire comme ceux de leur internalité. Il nous dit que l’école républicaine n’est plus le sanctuaire que les conditions historiques et sociales de sa naissance ont pu fabriquer et qu’il est temps d’en débattre, sans rire et sans pleurer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Rayou, « François Dubet, L’école des chances. Qu’est-ce qu’une école juste ? », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 560-562.

Référence électronique

Patrick Rayou, « François Dubet, L’école des chances. Qu’est-ce qu’une école juste ? », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27456

Haut de page

Auteur

Patrick Rayou

IUFM de Créteil, Service de la formation des formateurs, 15, rue Olof Palme, 94000 Créteil, France
patrick.rayou[at]creteil.iufm.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals