Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Messu, La pauvreté cachée. Une analyse bachelardienne de la pauvreté

Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2003 (177 p.)
Valérie Bretagne
p. 562-564
Référence(s) :

Michel Messu, La pauvreté cachée. Une analyse bachelardienne de la pauvreté, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2003, 177 p.

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Michel Messu tente de marquer une rupture face aux écrits sociologiques qui se développent depuis plus de trente ans sur la question de la pauvreté. Tout au long des neuf chapitres qui composent « la pauvreté cachée », l’auteur mène une analyse rétrospective critique afin de montrer en quoi des approches qui s’affichent comme étant sociologiques, ne font en fait qu’entretenir le sens commun. Mais le travail de réflexion ne se limite pas à la critique ni même à la déclaration d’intention. L’auteur va s’atteler à expliquer, à reformuler et à construire le profil épistémologique du phénomène social que l’on nomme « pauvreté » et qui dépend très fortement de « la manière dont on [se] la [re]présente ». Pour ce faire, il privilégie le cadre d’analyse présenté par Gaston Bachelard dans « la philosophie du non ».

2Afin de passer de l’intuition à la connaissance — passage nécessaire à la formation de tout concept — M. Messu s’appuie en partie sur l’approche de Georg Simmel exposée dans Der Arme en 1908, traduit en français sous le titre « les pauvres » en 1998. Il rappelle ainsi que d’une part, la pauvreté n’a de signification sociologique qu’au regard des relations réciproques que la société entretient avec « Les pauvres » et que d’autre part, ces derniers trouvent une fonction sociale dans les relations qu’ils entretiennent avec les autres instances de la société. G. Simmel invitait à penser la pauvreté par le biais de l’assistance. M. Messu nous convie à la penser à travers les rôles et les places assignées socialement à ceux que l’on nomme « les pauvres ». Située dans un système caractérisé par « des modalités de production et de reproduction » d’une stratification sociale donnée, la « pauvreté » retrouve alors le rôle de parangon que G. Simmel lui assignait, afin d’éclairer des questions sociales plus fondamentales telles que celles de la cohésion, des inégalités ou encore de la formation du système social qui fonde les sociétés occidentales contemporaines.

3La reprise de la littérature sociologique permet une lecture critique des articles clés dont la pauvreté fait l’objet. Des écrits de Jean Labbens ou René Lenoir dans les années 1970 jusqu’aux ouvrages les plus récents, l’auteur montre en quoi certains écrits sociologiques représentent en eux-mêmes des « obstacles épistémologiques » : en quoi ils sont « une résistance de la pensée à la pensée ».

4L’analyse critique se focalise principalement sur les écrits sociologiques de type subjectiviste et substantialiste. Ces approches considèrent « la parole du pauvre » — et le sens vécu qu’elle exprime — comme garant de scientificité. Or, même si elles prétendent donner à la réflexion une dimension cognitive, ces analyses se limitent le plus souvent à une approche descriptive. Elles ne peuvent mener, selon l’auteur, qu’à des interprétations « sentimentales », si ce n’est « engagées ». D’autres écrits renforcent leur légitimité scientifique sous couvert de l’utilisation de méthodes qui conduisent, par le biais des statistiques, à l’élaboration des « seuils de pauvreté ». Cette quantophrénie était déjà dénoncée par Jean Duvignaud (Duvignaud, 1973) lorsqu’il insistait sur le fait que « on ne gagne rien à s’enfermer dans les colonnes de chiffres et de graphiques, il faut enlever les échafaudages quand la maison est achevée ». Qu’elles soient subjectivistes ou statistiques, l’auteur montre que ces approches répondent aux exigences du système normatif dominant et gardent les empreintes de la société de consommation et d’opulence des années 1960–1970. Selon lui, ces écrits contribuent à créer ou à produire de la pauvreté dans la mesure où ils présentent et pensent « les pauvres » comme une catégorie de population à part entière, à étudier isolément.

5Mais les analyses sociologiques ici critiquées ne seraient pas des vecteurs de production de la pauvreté si elles n’étaient pas reprises et utilisées par les différents pôles de la décision – politique, technique, militant. C’est à cette démonstration que l’auteur s’attache avec le plus de finesse en analysant les relations réciproques entre les politiques, les groupes de pression et les sciences sociales. Parmi les groupes militants et/ou associatifs, M. Messu s’attarde sur l’exemple d’ATD-Quart Monde dont le chemin parcouru est sans doute le plus représentatif, des effets de l’interaction entre pouvoir politique et contre-pouvoir associatif.

6L’analyse des discours sur « les pauvres », des représentations sociales qui l’animent et de leur fonction opératoire, permet de montrer en quoi ces trois pôles de l’interaction participent à la construction de la « fiction sociale » qu’est « la pauvreté ». Les écrits en sciences sociales, pour certains d’entre eux, contribuant à renforcer la certitude selon laquelle cette fiction est assimilable à la « réalité sociale ». Allant à l’encontre de ces approches, l’auteur affirme que « la pauvreté n’est pas une substance, quelque chose qui appartiendrait en propre aux individus que l’on nomme « pauvres », c’est une construction sociale, une représentation imaginée de la réalité sociale ». La construction sociale est alors à considérer comme un élément qui réfléchit, par un effet de miroir, la société dans laquelle on pense le « pauvre » et donc, de fait, la société dans laquelle on pense « la société ».

7À mesure du déroulement de la démarche, l’auteur montre en quoi cette fiction est aussi et surtout une « efficace sociale ». À l’instar de G. Simmel qui étudiait la réaction sociale face au « pauvre », l’auteur mentionne que le geste en direction du pauvre, qu’il s’agisse de l’aumône du xviiie siècle ou des politiques sociales du xxe siècle, est toujours un acte qui vise d’abord l’objectif d’un idéal normatif, qu’il soit divin ou immanent, autrement dit, qu’il s’agisse de « gagner son ciel » ou de maintenir l’ordre social.

8L’étude des « fictions efficaces » devient alors le point nodal de l’analyse. Elle revêt un double intérêt. D’une part, elle permet de montrer que la construction sociale de la pauvreté se réalise principalement en réponse à un système de valeurs. Ceci explique la prolifération — et le succès — des analyses de l’exclusion en termes de manque (les sans emploi, les sans abris, les sans papiers, etc.). D’autre part, l’analyse des « efficaces sociales » révèle la double herméneutique à laquelle chacun des pôles (politique, militance et sciences sociales) participe et dans laquelle, mutatis mutandis, les sciences sociales portent une part de responsabilité par la fiction qu’elles contribuent à entretenir.

9On peut cependant regretter un développement plus concis concernant l’interaction entre les intentions des acteurs — hauts fonctionnaires, militants, techniciens — et les velléités de la politique nationale en matière de gestion de la pauvreté. Une analyse détaillée des différentes phases de la planification des années 1960 jusqu’au ixe Plan, confrontée aux lois et décisions politiques effectives, aurait sans doute permis de mettre en exergue les relations réciproques mais aussi et surtout les écarts — voire parfois le hiatus — entre les intentions des gestionnaires de la pauvreté et la politique effectivement menée en la matière.

10Une telle comparaison aurait aussi permis de montrer l’évolution des politiques sociales qui orientent de plus en plus le discours vers la question de la citoyenneté, alimentant ainsi la mouvance de la démocratie participative. Mais cette question, par ailleurs soulevée dans la conclusion de l’ouvrage, interroge peut-être moins l’état de pauvreté que le processus d’insertion. Notons sur ce point que la question de l’insertion, si elle était abordée sous un angle qui dépasse la sociographie, devrait faire l’objet du même travail cognitif de reformulation que celui engagé par M. Messu sur la « pauvreté », afin d’en dépister le profil épistémologique.

11Ces quelques regrets sont toutefois compensés par la pertinence de la démonstration qui fait de l’ouvrage un repère analytique pour au moins trois, voire quatre types de publics. « La pauvreté cachée » s’adresse d’une part, aux lecteurs curieux de mieux comprendre le fonctionnement et la signification des politiques sociales, d’autre part, aux sociologues qui tentent de mieux cerner le processus cognitif par lequel « la pauvreté » peut passer de l’état de notion à celui de concept, et enfin, aux étudiants en sciences sociales soucieux de réfléchir sur la question de la rupture épistémologique et sur sa mise en application. Une quatrième clé de lecture, peut-être moins visible, intéresserait les sociologues extra-universitaires ou professionnels qui cherchent constamment un équilibre entre distance critique et engagement, autrement dit, qui tentent d’appliquer le principe fondamental édicté par Max Weber et rappelé par M. Messu, qui consiste à concilier, dans toute analyse sociologique, « l’œil froid » et « la passion ardente ».

12Pour conclure, revenons à l’intérêt central de cette lecture qui, au fil d’une démonstration cohérente, rappelle que le concept de pauvreté n’existe pas et qu’il devient important pour la sociologie de démontrer que « le pauvre » est toujours à concevoir au regard d’une attente normative et d’une façon de penser la société. Une « sociologie de la pauvreté », si elle existait, devrait donc renvoyer à quelque chose de plus global que « le pauvre » et ses caractéristiques, à une approche qui chercherait les eidé dans les rapports existants entre la société et ceux que l’on nomme « les pauvres », en bref, une sociologie qui dépasserait l’approche substantialiste et éviterait une certaine tendance au dogmatisme. Partant de ce regard critique, M. Messu ouvre un débat sur lœuvre de scientificité des travaux qui traitent d’un des éléments centraux de la « question sociale » de notre siècle. Le débat ainsi ouvert trouvera-t-il un écho ? Nous ne pouvons que le souhaiter.

Haut de page

Bibliographie

Duvignaud, J., 1973. Hérésie et subversion. Anthropos, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Bretagne, « Michel Messu, La pauvreté cachée. Une analyse bachelardienne de la pauvreté », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 562-564.

Référence électronique

Valérie Bretagne, « Michel Messu, La pauvreté cachée. Une analyse bachelardienne de la pauvreté », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27462

Haut de page

Auteur

Valérie Bretagne

Laboratoire de sociologie du travail et de l’environnement social (Lastes), université de Nancy 2, 21–23, boulevard Albert 1er, BP 33 97, 54015 Nancy cedex, France
valerie.bretagne[at]univ-nancy2.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals