Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 46 - n° 1Comptes rendusLinda Cardinal, Caroline Andrew (...

Comptes rendus

Linda Cardinal, Caroline Andrew (dir.), La démocratie locale à l’épreuve de la gouvernance

Presses de l’Université d’Ottawa, coll. « Gouvernance », Ottawa, 2001, 237 p.
Bernard Jouve
p. 115-117
Référence(s) :

Linda Cardinal et Caroline Andrew (dir.), La démocratie locale à l’épreuve de la gouvernance, Presses de l’Université d’Ottawa, coll. « Gouvernance », Ottawa, 2001, 237 p.

Texte intégral

1Fruit d’un colloque organisé par le Centre d’études en gouvernance de l’université d’Ottawa en 1998, cet ouvrage est organisé autour de la contribution centrale de Gilles Paquet (directeur du Centre d’études en gouvernance) que les auteurs ont été invités à commenter et qui se réserve un droit de réponse dans le chapitre conclusif.

2Le principal intérêt du livre est de mettre en débat une approche de la gouvernance que l’on pourrait qualifier de sociocybernétique, que l’on trouve en Europe incarnée par des auteurs comme Jan Kooiman (Kooiman, 1993). Cette approche, désormais classique, considère que l’État comme les grandes firmes industrielles sont inadaptés par rapport à la nouvelle donne économique, politique, culturelle (à ce titre, on regrettera que cette nouvelle donne ne soit pas suffisamment détaillée dans le chapitre de G. Paquet mais il est vrai que Pierre Hamel et Jacques Palard s’attèlent à cette tâche dans leur chapitre respectif). Sommées de se transformer par les pressions de leur « environnement » et les dysfonctionnements internes, ces grandes organisations doivent mettre en place des modes d’organisation interne et des modes de coordination alternatifs au marché et à l’État. On ne développera pas ici les risques évidents qu’il y a à confondre organisations publiques et firmes privées. Le procès de cette confusion a déjà été réalisé depuis longtemps (Gibert, 1986) et l’un des contributeurs, Farhad Khosrokhavar, y revient dans son texte. Pour G. Paquet, le salut ne peut venir que d’un mode de gouvernance de type « clanique » qui garantit à la fois l’efficacité économique et le respect de la démocratie. Pour l’auteur, en effet, « l’une des caractéristiques du clan est de mettre l’accent sur l’adhésion volontaire aux normes. [...] Le clan est une constellation non hiérarchique d’unités cimentées par une vision commune qui travaille à un projet, à une structure hologrammatique (c’est-à-dire que chaque membre a une perception du projet dans son entier et de son rôle dans ce dernier) et est capable d’apprendre par le dialogue, l’établissement de réseaux, la rétroaction et l’auto-organisation » (pp. 25–26). Selon G. Paquet, la principale vertu du clan est de rendre possible l’apprentissage collectif, enjeu majeur de la gouvernance en cours de construction. On l’aura compris, la perspective dressée par l’auteur dont le texte est la pièce centrale du livre, n’est pas proprement analytique mais bien programmatique, voire idéologique (ce qui vaut d’ailleurs une remarquable citation de Friedrich von Hayek placée par G. Paquet en exergue de sa conclusion : « Laisser la loi aux mains de gouvernants élus, c’est confier le pot de crème à la garde du chat »). Or, comme le note très justement Jocelyn Létourneau, « la gouvernance fondée sur l’apprentissage collectif est un défi beaucoup plus qu’une réalité sur le point d’émerger » (p. 54). De plus, considérer que l’adhésion à un clan procède de l’acceptation volontaire des normes qui régissent les échanges entre les membres d’une telle structure sociale a de quoi surprendre. On ne peut qu’être étonné par l’absence de référence aux mécanismes de domination qui participent directement de l’intériorisation des normes du groupe, à l’habitus cher à Pierre Bourdieu.

3Pour autant, cet ouvrage présente un réel intérêt : celui de permettre une dispute scientifique autour de cette approche apolitique et asociologique de la gouvernance — approche très répandue dans les sphères médiatiques, politiques et dans certains segments du champ académique. En soi, concevoir l’organisation comme un réseau neuronal composé de « clans » en situation d’apprentissage ne constitue pas une perspective innovante (Morgan, 1989). En revanche, en donnant la possibilité à des sociologues comme Pierre Hamel, Claudette Lafaye, des politologues comme Jacques Palard, Jean Laponce, Luc Juillet de réintroduire, en des termes très bien pesés, le politique et le social dans le schéma explicatif proposé, cet ouvrage collectif autorise à relativiser la portée de cette approche sociocybernétique de la gouvernance. Tous les contributeurs ont soin tout d’abord de replacer la notion de gouvernance en regard des grandes évolutions économiques (globalisation), politiques (recomposition des États, reterritorialisation du politique), sociologiques (émergence d’une nouvelle culture urbaine notamment). Les doutes quant au caractère heuristique de l’approche proposée par G. Paquet ne manquent pas et portent essentiellement sur l’obligation de concevoir la gouvernance comme un ensemble d’activités s’insérant dans des univers sociaux politisés c’est-à-dire dans lesquels il existe une asymétrie des ressources politiques, des formes de légitimité concurrentes, des cultures encadrant la participation des citoyens (thème central du livre)... La plupart des auteurs s’accorde sur le fait que la gouvernance est actuellement un champ de réflexions non stabilisées dont le principal intérêt est de porter le regard sur les formes de coordination moins typées que l’État ou le marché (L. Juillet a d’ailleurs parfaitement raison de souligner que cette opposition est sans doute surinterprétée). À cette série de réserves, G. Paquet énonce dans sa conclusion qu’il faut désormais penser les mécanismes d’agrégation dans les sociétés modernes, le politique, en dehors de l’État et du monopole de la violence légitime : « l’approche que j’ai proposée n’exclut en rien le politique, les conflits et les enjeux de pouvoir. En premier lieu, elle les relativise (en posant nettement une certaine désintermédiation politique, un certain désenchantement du politique) mais elle en reconnaît pleinement l’importance. En second lieu, elle ajoute que le politique est en train de se transfigurer et que ce qui en reste de fondamental est diffusé sur de nouveaux territoires. C’est à partir de ces postulats que l’on arrive à suggérer une approche plus éclectique de la gouvernance démocratique, approche qui ne souffre plus du même réductionnisme au politico-étatique stricto sensu » (p. 219). Les commentateurs de G. Paquet ne disent pas autre chose lorsqu’ils exposent leurs objets de recherche à la notion de gouvernance : P. Hamel et les mouvements sociaux urbains, C. Lafaye et les politiques d’urbanisme dans un arrondissement parisien, J. Palard et la politique régionale de l’Union européenne. En revanche, et c’est là le point de divergence évident, tous en appellent à une utilisation raisonnée de la notion, en réhabilitant dans l’analyse, plus que ne le fait G. Paquet, l’autorité, la domination, la légitimité, l’identité, la culture... Dans l’analyse du politique, on ne saurait en effet confondre l’État et les attributs qu’il a longtemps monopolisés, sous peine de tomber dans une approche désincarnée, apolitique et asociologique de la gouvernance. À ce titre, cet ouvrage, en opposant deux approches de la gouvernance, permet d’identifier clairement les éléments de controverses et de se situer dans le débat actuel. Il a donc une utilité évidente tant la notion de gouvernance a généré une bulle spéculative dans laquelle on a souvent du mal à se retrouver.

Haut de page

Bibliographie

Gibert, P., 1986. Management public, management de la puissance publique. Politiques et management public 4 (2), 89–123.

Kooiman, J. (Ed.), 1993. Modern Governance. Sage, London.

Morgan, G., 1989. Images de l’organisation. Presses de l’Université Laval, Québec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Jouve, « Linda Cardinal, Caroline Andrew (dir.), La démocratie locale à l’épreuve de la gouvernance »Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 1 | 2004, 115-117.

Référence électronique

Bernard Jouve, « Linda Cardinal, Caroline Andrew (dir.), La démocratie locale à l’épreuve de la gouvernance »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 1 | Janvier-Mars 2004, mis en ligne le 26 mars 2004, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/28087 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.28087

Haut de page

Auteur

Bernard Jouve

Département de géographie, université du Québec à Montréal, case postale 8888, succursale Centre-Ville, Montréal (Québec), Canada H3C 3P8
jouve.bernard[at]uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search