Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 46 - n° 1Comptes rendusGilles Moreau (dir.), Les patrons...

Comptes rendus

Gilles Moreau (dir.), Les patrons, l’État et la formation des jeunes

La Dispute, Paris, 2002, 256 p.
Jacques Lautman
p. 118-120
Bibliographical reference

Gilles Moreau (dir.), Les patrons, l’État et la formation des jeunes, La Dispute, Paris, 2002, 256 p.

Full text

1La problématique d’ensemble de ce livre, à savoir les luttes et compromis entre l’Éducation nationale et le patronat, ne dit pas le meilleur de l’ouvrage. L’opposition entre les enseignants et leurs syndicats (ces derniers peu présents ici) d’un côté, le patronat de l’autre pour le pouvoir sur la formation professionnelle est aussi ancienne que celle-ci. Certes les termes ont changé, comme les réalités puisque la formation en alternance n’est plus honnie, loin de là, par l’Éducation nationale et s’est beaucoup développée dans la dernière décennie, mais la montée en allure des grilles à critères classant qui minorent ou veulent ignorer les diplômes déplace les enjeux sans faire disparaître la nécessité d’un compromis.

2Les deux premières parties sont des contributions à l’histoire de l’enseignement technique. On parcourt presque deux siècles quand J.‑P. Briand rappelle que les écoles primaires supérieures, ces collèges du peuple, ont leur origine dans une Loi Guizot de 1833 tandis que L. Tanguy analyse l’émergence de la « formation » sous la ive République et que G. Moreau traite du renouvellement récent de l’apprentissage. Soulignons quelques résultats bien étayés. Tout d’abord, les écarts interrégionaux, tributaires de choix politiques locaux, de relations entre le patronat et la République, des marchés de l’emploi et de l’état de la demande d’éducation par les familles. La permanence de cet ancrage local de l’enseignement technique n’exclut pas de profonds changements. Ainsi, un basculement majeur s’est produit dans les premières décennies du xxe siècle quand la France du Sud a pris, en matière d’éducation, l’avantage sur celle du Nord, de par un double mouvement. Dans le Sud-Ouest, faute d’emplois industriels, les diplômes ont permis d’aller chercher l’emploi ailleurs ; dans le Nord un patronat chrétien, en perte de richesse et de pouvoir est remplacé par des managers qui abandonnent les écoles d’entreprise et font plus confiance au taylorisme pour mettre au travail des OS.

3Les parties III et IV ont davantage prise sur le présent. Dans un autre contexte, L. Tanguy montre bien qu’une innovation éducative majeure, la formation, a été aussi œuvre de militants, parmi lesquels la place première fut tenue par des directeurs de personnels bien frottés de sociologie du travail dans le réseau autour de G. Friedmann. L’enseignement technique était jusqu’à la fin de la ive République, profondément élitiste. C’est ce que rappellent et mettent en perspective, chacun à sa façon, les chapitres de V. Troger, G. Brucy, D. Tacaille. Derrière des évocations fortes de la valeur morale accordée au travail bien fait, à la fierté de la belle ouvrage, on perçoit les échos d’un monde largement disparu où les bons techniciens, formés en petit nombre, avaient assez souvent vocation à devenir cadres maison ou à créer leur entreprise et on voit, avec quelque vertige, comment l’éducation de masse a fort involontairement entraîné une dévalorisation relative des enseignements techniques que la diversification des filières de baccalauréat n’a pas suffi à enrayer. Dans un petit chef d’œuvre d’histoire immédiate, consacré au Bac Pro, A. Prost rappelle que les seuls demandeurs de ce nouveau diplôme étaient les proviseurs de lycées d’enseignement professionnel, en quête d’un levier pour remédier à la labellisation d’établissements de relégation. Ce diplôme a bien réussi à s’imposer comme consacrant un niveau apprécié de qualification ouvrière, mais il a entraîné la mort de la préparation des CAP en trois ans, la fin de la formation de la scolarisation des apprentis dans l’Éducation nationale et, en fait, une dévalorisation de nombre de CAP industriels. À ce bilan somme toute optimiste, répond l’âcre critique d’un S. Beaud, qui, s’appuyant largement sur quelques interviews de jeunes déçus, dont un bien longuement cité comme si son vécu valait analyse sociologique, veut démontrer que le Bac Pro est un leurre, les professeurs, complices de la politique de ségrégation, répétant aux élèves que ce bac est un diplôme terminal et les commissions d’admission en classe de BTS donnant la préférence aux bacheliers technologiques.

4On trouve un balancement analogue à propos de l’apprentissage et de l’alternance qui font l’objet de trois chapitres. G. Moreau, qui interprète surtout des données statistiques concernant l’apprentissage, insiste sur deux composantes de son renouvellement depuis quinze ans : la tendance des lycées professionnels à ne garder que les futurs candidats au Bac Pro, et une attirance des jeunes pour la condition d’apprenti, moins infantilisante que celle d’élève, de sorte qu’apparaît une forte demande de prolongation de l’apprentissage jusqu’au niveau IV et même au-delà. À l’opposé, P. Kergoat, qui a fait une enquête dans deux grandes entreprises publiques industrielles et commerciales qui embauchent, en contrat de qualification (loi de 1987), pour des formations CAP, BEP, Bac Pro, conclut que l’expérience, la motivation et surtout une disposition à la docilité sont les trois dimensions prises en compte, et que l’apprentissage reste une instance disciplinaire. Un peu plus nuancée, C. Agulhon, tente à partir d’une bonne revue de littérature, de porter un jugement d’ensemble sur l’alternance, laquelle, dit-elle, ne correspond ni à la culture des entreprises françaises, ni aux modes de régulation du marché du travail. S’il en est ainsi, on comprend mal qu’elle puisse s’appliquer, toutes formes confondues, à plus de 500 000 jeunes. Que ceux-ci, à l’issue de ce type de formation, aient ou non un avantage pour une vraie embauche sur les sortants directs de formations initiales plus classiques, est une autre question. C’est précisément aux concurrences pour l’accès aux emplois ouvriers que s’attache H. Eckert, à l’aide des travaux du Céreq sur l’enquête Génération 1992. Le lien entre spécialité de formation et activité est très lâche dans les secteurs où les ouvriers non qualifiés dominent ; le Bac Pro est le diplôme des jeunes ouvriers qualifiés de l’industrie ; les titulaires d’un CAP ou d’un BEP restent, en revanche, numériquement dominants dans l’emploi qualifié des artisanats. Et H. Eckert de conclure avec une réflexion renouvelée sur l’obsolescence du métier dans les industries d’aujourd’hui qui reposent sur des techniques de processus.

5Les deux chapitres consacrés à la création des diplômes (F. Maillard), l’autre à la valeur juridique du diplôme sur le marché du travail (P. Caillaud), ainsi que la conclusion due à A. Robert et V. Troger, font ressortir à la fois des hétérogénéités de fait, ancrées dans la diversité des régions, des branches, et le balancement des décisions publiques qui, tantôt visent la généralité, tantôt visent à répondre à des besoins spécifiques sur lesquels on dispose en fait de peu de connaissances. En revanche, une chose est claire : la valeur du diplôme dépend lourdement du type de grille adopté par l’entreprise et les grilles à critères classant, même avec les seuils d’accueil obtenus dans certaines branches « traduisent à la fois l’attachement au diplôme comme norme collective et la méfiance des employeurs devant les droits individuels qu’il peut procurer ».

6L’allongement des formations est pourtant bien vu des jeunes comme de leurs familles, accepté sinon voulu par les politiques de droite comme de gauche. Plus ambigu, le patronat critique tout en redemandant, mais surtout utilise les modalités de l’alternance comme sas d’entrée dans le marché de l’emploi des jeunes de niveaux IV et V. L’Éducation nationale ne fait pas le marché de l’emploi.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jacques Lautman, “Gilles Moreau (dir.), Les patrons, l’État et la formation des jeunes”Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 1 | 2004, 118-120.

Electronic reference

Jacques Lautman, “Gilles Moreau (dir.), Les patrons, l’État et la formation des jeunes”Sociologie du travail [Online], Vol. 46 - n° 1 | Janvier-Mars 2004, Online since 26 March 2004, connection on 29 July 2021. URL: http://journals.openedition.org/sdt/28105; DOI: https://doi.org/10.4000/sdt.28105

Top of page

About the author

Jacques Lautman

Université de Provence, MMSH, P.O. Box 647, 13094 Aix-en-Provence cedex, France
lautman[at]mmsh.univ-aix.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Journal supported by the Institut des Sciences Humaines et Sociales (CNRS)
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search