Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 46 - n° 1Comptes rendusGuy Groux (dir.), L’action publiq...

Comptes rendus

Guy Groux (dir.), L’action publique négociée. Approches à partir des « 35 heures » – France-Europe

L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », Paris, 2002, 334 p.
Jean-Louis Dayan
p. 120-121
Référence(s) :

Guy Groux (dir.), L’action publique négociée. Approches à partir des « 35 heures » – France-Europe, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », Paris, 2002, 334 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif publié par L’Harmattan à la fin 2001 réussit la gageure de réunir pas moins de dix-huit contributions sur l’action publique appliquée au temps de travail, sans tomber ni dans la répétition ni dans la cacophonie : sa variété stimulante rassemble les éléments d’un riche débat. On aimerait, pour le résumer à grands traits, s’en remettre tout simplement à son titre, assez explicite pour être alléchant. Seulement — on est presque tenté de s’en tenir à cette synthèse paresseuse — c’est plus compliqué que cela. S’il est bien en effet un constat sur lequel s’accordent sans mal ces nombreux points de vue, adossés pourtant à des spécialités aussi variées que l’histoire, l’économie, le droit, la sociologie du travail ou la science politique, c’est celui de la multiplicité, et partant de la complexité des enjeux de la réduction du temps de travail dans sa (ou plutôt ses) version(s) contemporaine(s). Ce n’est pas nouveau : l’histoire du mouvement social (J.‑L. Robert) rappelle que ses facettes ont toujours été multiples. Aujourd’hui cependant s’enchevêtrent aux enjeux anciens du temps libéré celui de l’emploi, bien sûr, mais encore de la flexibilité productive, de la négociation collective, de la cohérence des temps sociaux et de la production des normes collectives.

2Cela saute aux yeux à l’examen du cas français, particulièrement riche en péripéties récentes (J. Freyssinet, P. Boisard, J. Chiche, G. Groux, B. Galambaud) mais aussi à la lumière d’une comparaison européenne menée par J.‑Y. Boulin et M. Lallement, ou des cas nationaux analysés par G. Barisi, J. Thoemmes et S. Jefferys. Représentations du travail, échelles de statuts, distribution sexuelle des positions et des risques, régimes de relations professionnelles et jeux d’acteurs : tout confirme avec quelle force l’idiosyncrasie des univers nationaux persiste dans l’Europe du marché et de la monnaie uniques. On ne sera pas surpris qu’il en aille précisément ainsi là où s’articulent travail et hors travail, autant dire à l’un des points névralgiques de « l’encastrement » du marché dans la société.

3Mais l’apport sans doute le plus original de cette riche collection est encore ailleurs : explorer, en jouant avec succès de la pluridisciplinarité, le lien entre la substance d’un processus — l’aménagement–réduction du temps de travail en Europe — et ses procédures. Car il s’agit, partout où il se manifeste, d’un mouvement qui non seulement requiert la négociation, mais encore la transforme. Combinatoires inédites entre décision centrale et négociation locale, acteurs émergents, nouveaux compromis, ébauches d’autres légitimités : J. Freyssinet, P. Boisard, J.‑D. Reynaud et P. Lascoumes montrent chacun sous son angle que c’est dans le champ de « l’action publique négociée », là où s’articulent politique publique et négociation, que la réduction du temps de travail peut être porteuse à terme des transformations les plus significatives, même si aucun n’exclut que les changements restent finalement d’ordre symbolique. Particulièrement éclairantes sont ici les contributions qui montrent, comme celles de J.‑Y. Boulin, de J.‑D. Reynaud ou de C. du Tertre, pourquoi on ne peut dissocier le fond de la forme : changer la répartition du temps social, c’est forcément négocier, et négocier autrement, pour installer de nouvelles cohérences entre modes de production et modes de vie.

4Riche en données comme en réflexions, l’ouvrage a également de quoi réjouir le lecteur quant à la méthode : pour la plupart, les textes qui le composent prennent soin de confronter explicitement processus et appareil analytique pour en tirer chacun sa conclusion. Ils procèdent avec des hypothèses, mais sans a priori, et cela mérite d’être salué. Seules les contributions de T. Angellof et de P. Boisard dérogent parfois à cette saine démarche en préférant postuler que démontrer.

5Au rang des regrets, quelques absences : par ordre d’importance, rien sur la procédure dite « d’accès direct » aux 35 heures, qui permet pourtant de faire l’économie de la négociation locale, ni sur le changement de nature, et pas seulement de degré, qu’apporte la « négociation de gestion » ; lien trop rare avec les transformations du travail et du rapport salarial. Surtout, le livre ne tient pas entièrement l’ambitieux pari énoncé par son titre : si le pont est solidement établi entre réduction du temps de travail et dynamique de négociation collective, il reste pour une bonne part à l’être avec « l’action publique négociée ». Les textes qui se saisissent le plus directement de cette dernière (G. Groux, P. Lascoumes, L. Rouban) sont ceux qui s’approchent le moins des 35 heures, si bien qu’on termine la lecture avec le sentiment d’être resté pour le coup au milieu du gué. Mais il fallait oser se jeter à l’eau et nos auteurs l’ont fait. On ne peut que les en féliciter, et souhaiter que la tentative se prolonge, car elle est manifestement prometteuse pour la compréhension des politiques publiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Dayan, « Guy Groux (dir.), L’action publique négociée. Approches à partir des « 35 heures » – France-Europe »Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 1 | 2004, 120-121.

Référence électronique

Jean-Louis Dayan, « Guy Groux (dir.), L’action publique négociée. Approches à partir des « 35 heures » – France-Europe »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 1 | Janvier-Mars 2004, mis en ligne le 26 mars 2004, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/28110 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.28110

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Dayan

DARES, 20 bis, rue d’Estrées, 75700 Paris 07 SP, France
jean-louis.dayan[at]dares.travail.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search