Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 46 - n° 1Comptes rendusFrançoise Piotet (dir.), La révol...

Comptes rendus

Françoise Piotet (dir.), La révolution des métiers

Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », Paris, 2002, 362 p.
Sylvie Monchatre
p. 125-128
Référence(s) :

Françoise Piotet (dir.), La révolution des métiers, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », Paris, 2002, 362 p.

Texte intégral

1Quelles réalités professionnelles et sociales les métiers recouvrent-ils aujourd’hui ? L’ouvrage dirigé par Françoise Piotet rassemble onze contributions offrant un large panorama des transformations qui s’y produisent. L’objectif est plus précisément de comprendre ce que signifie le recours croissant au terme de métier dans le monde du travail. Là où Mireille Dadoy (Dadoy, 1989) annonçait avec vigueur, dans un contexte de compétition économique rendant instables les systèmes de travail, la nécessité d’une « revitalisation des métiers pour tous les acteurs sociaux », F. Piotet appréhende cette nécessité avec davantage de circonspection. Le métier est ici considéré comme une notion à double tranchant : désignant traditionnellement un « état » qui protège des vicissitudes de l’emploi, il est source d’idéal car promesse d’autonomie, mais peut s’avérer socialement dangereux car il érige des barrières génératrices d’exclusion. La « révolution des métiers » présentée ici a donc un sens paradoxal : « à la fois retour en arrière et subversion d’un ordre » (p. 2). L’ouvrage en explore les manifestations, selon l’hypothèse que cette révolution met en concurrence différents modes de définition de la qualification : la conception patrimoniale du « métier » et la conception procédurale de la « qualification », ainsi qu’une conception encore émergente de la « compétence » (pp. 16–17).

2L’intérêt de cet ouvrage est de présenter les manifestations concrètes de cette révolution au sein d’une gamme très large de « métiers » allant de l’artisanat aux professions, en passant par l’emploi salarié. Ils ont été regroupés en quatre rubriques : les métiers dits « manuels », qui ont en « commun un usage du corps dans l’exécution de l’activité », les métiers dits « de service » pratiqués dans le secteur public ou récemment privatisé, les « activités qui n’entrent que très difficilement dans les formes de classification traditionnelle », à savoir patron et syndicaliste, et enfin les professions structurées. En choisissant un tel classement, F. Piotet a pris le parti de faire travailler son lecteur. Au-delà des hypothèses proposées pour guider sa lecture, il lui faut résister aux attraits des paysages qui lui sont donnés à voir, tant sont riches les cas présentés et les pistes de réflexion ouvertes par les différents contributeurs. Pour notre part, nous retiendrons de cet ouvrage une approche qui permet d’appréhender de façon originale et stimulante la question des transformations à l’œuvre dans la qualification. En vertu du principe durkheimien selon lequel le social s’explique par le social, on peut dire que la « révolution » présentée par F. Piotet se joue sur plusieurs fronts, qui ne sont jamais réductibles à une nécessité exogène, mais relèvent de la vie des groupes professionnels eux-mêmes : leur morphologie, leurs capacités d’action, leur professionnalisation.

3Pour illustrer cette approche, prenons l’ouvrage à rebours. Refusant de réduire la mutation des pratiques professionnelles des commissaires-priseurs à une simple réponse aux lois du marché ou des technologies, Alain Quémin l’étudie au regard de l’évolution de leur origine sociale. L’auteur montre ainsi comment la rupture, apparue au cours des années 1970, dans le recrutement social de ces professionnels a entraîné un important renouvellement de leur système de valeurs, au point que soient devenues communément admises des pratiques auparavant récusées. Une telle analyse permet également de comprendre les conflits qui divisent les professionnels ainsi que les marges de manœuvre dont ils disposent au-delà des ressources associées à leur statut. L’analyse de la morphologie sociale du groupe des médecins du travail faite par F. Piotet éclaire ainsi la relation qu’ils entretiennent à leur métier. Dans ce segment le moins noble de la profession médicale, où les femmes sont les plus nombreuses et où l’homogamie est forte, la revendication d’une identité de médecin « à part » domine et trouve à s’incarner dans des figures positives. On aurait d’ailleurs aimé retrouver le même type d’analyse pour une autre discipline « à part », au sein du monde enseignant cette fois, les professeurs d’éducation physique et sportive, étudiés par Serge Bluteau. Dans la même veine enfin, Benoît Raveleau montre comment le légendaire dynamisme des patrons vendéens est mis à mal par une crise de reproduction du groupe. « Le remplacement des anciens responsables familiaux par un nouveau type de dirigeants ingénieurs et/ou gestionnaires » (p. 282), formés au management entraîne un « déclin du patronage » qui, non seulement transforme les politiques industrielles mises en œuvre mais, plus largement, déstabilise la figure locale du patron et de son rôle social.

4Les groupes professionnels sont également observés à travers leur capacité à développer certaines formes d’« auto-organisation » au sein du salariat. Ceci est particulièrement visible dans les métiers de service au public, où l’innovation organisationnelle secrète des revendications identitaires, prenant appui sur d’inégales capacités stratégiques. F. Piotet montre ainsi comment les conseillers financiers de La Poste parviennent à instrumentaliser un métier censé dynamiser l’activité bancaire de l’établissement, mais conçu dans une logique bureaucratique, notamment en lui infligeant un turn-over élevé. Florence Piaud signale que les recompositions de la fonction commerciale chez France Télécom sont issues d’un rejet de la figure du vendeur au profit de celle du conseiller, davantage compatible avec les valeurs des agents. En revanche, les agents de sécurité du métropolitain étudiés par Nathalie Leroux apparaissent démunis pour résister à la rationalisation qui leur est imposée. Contraints de rompre avec les pratiques professionnelles de leur groupe de référence — les policiers en civil —, ils se sont vus offrir une contrepartie — l’accès à une formation diplômante — destinée à favoriser une ouverture à laquelle ils n’ont pas intérêt. Ils se retrouvent ainsi prisonniers d’un statut avantageux dont ils déplorent qu’il les déprofessionnalise, selon un paradoxe déjà souligné par Pierre Naville (Naville, 1962).

5De fait, en montrant comment la professionnalisation, entendue comme l’accès à un statut garanti avec plus ou moins de force par la loi ou la négociation collective, tend à se transformer, l’ouvrage redonne une actualité singulière aux analyses de P. Naville. D’une part, il rappelle que la professionnalisation s’inscrit dans le processus de séparation du travail et du travailleur (Rolle, 1988). L’exemple de la femme de ménage, analysé par Karine Vasselin, montre combien se distendent historiquement — mais avec quelles résistances ! — les liens entre l’activité ménagère et la condition domestique. On ne peut que constater qu’il en va de même avec l’activité syndicale. Mario Correia montre qu’elle ne se réduit plus au militantisme de conviction, incarné par la figure du « professionnel charismatique », et que se dessinent des carrières dans « l’emploi d’organisateur syndical » ou dans le « métier de gestionnaire du social ». Ce faisant, l’ouvrage nous rappelle que la professionnalisation passe par la construction d’un métier qui n’est pas la propriété d’un individu ni d’un groupe, mais d’un secteur d’activité. En l’occurrence, celle des femmes de ménage passe par la structuration de deux branches professionnelles, le nettoyage industriel et l’aide à domicile, de même que celle des « éboueurs » passe par leur entrée dans la branche propreté sous l’appellation de « ripeur ». L’entreprise revendique d’ailleurs de plus en plus la maîtrise de la « normalisation des métiers », en modélisant ses emplois à partir de référentiels de formation maison, comme le montre Anne-Chantal Dubernet pour la coiffure, la métallurgie et la propreté urbaine. C’est également dans ce contexte de montée en puissance de l’entreprise en matière de formation qualifiante, voire diplômante, que Christophe Jalaudin et Gilles Moreau analysent les difficultés dans la transmission du métier que soulève le renouveau de l’apprentissage à des niveaux de qualification de plus en plus élevés. Une illustration supplémentaire de ce pilotage de la professionnalisation des salariés par les entreprises réside dans la rhétorique professionnelle qu’elles mobilisent pour faire reconnaître leurs « métiers » et leurs « formations ». Ainsi que le soulignent

6K. Vasselin et A.‑C. Dubernet, outre que ces initiatives neutralisent l’intervention syndicale, tant elles semblent correspondre aux revendications des salariés, elles se doublent de la généralisation d’une individualisation de la reconnaissance des compétences au détriment de la reconnaissance collective des qualifications. Ce faisant, l’entreprise reporte sur le salarié, au nom de la compétence, la responsabilité d’un emploi dont elle se désolidarise.

7F. Piotet conclut en soulignant les effets de cette révolution des métiers, à savoir le rôle croissant du diplôme et une segmentation accrue des marchés du travail. Ainsi, contrairement à ce qu’ont prétendu ses promoteurs, la compétence n’est pas l’antidote du risque d’exclusion. Les nouveaux « métiers », parce qu’ils exigent une compétence individuelle certifiée, qui n’aura de validité que dans le champ étroit de l’entreprise, n’assurent pas aux salariés les garanties que devrait leur procurer leur professionnalisation, en termes de statut d’emploi et de support pour la mobilité. L’ouvrage n’en suggère pas moins qu’en dépit de l’individualisation croissante de la gestion de la main-d’œuvre, la relation d’emploi reste médiatisée par des groupes qui, de façon manifeste ou latente, participent activement à la redéfinition de leur « mandat ». Il reste à savoir quelles ressources d’action ces groupes, souvent divisés, sont en mesure de mobiliser dans un contexte de déstabilisation de l’emploi, pour peser non seulement sur les modalités d’usage et de reconnaissance de leur force de travail, mais aussi sur le sort que leur réservent les métamorphoses en cours des formes productives. Certes, il s’agit là d’un « débat dont l’essence est de nature éminemment politique ». Mais cet ouvrage montre aussi, en creux, combien la sociologie peut y contribuer.

Haut de page

Bibliographie

Dadoy, M., 1989. Le retour du métier. Revue française des affaires sociales 4, 69–102.

Naville, P., 1962. L’emploi, le métier, la profession. In: Friedman, G., Naville, P. (Eds.), Traité de sociologie du travail. Tome 1. Armand Colin, Paris, pp. 231–240 (2e édition).

Rolle, P., 1988. Bilan de la sociologie du travail. Tome 1. Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Monchatre, « Françoise Piotet (dir.), La révolution des métiers », Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 1 | 2004, 125-128.

Référence électronique

Sylvie Monchatre, « Françoise Piotet (dir.), La révolution des métiers », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 1 | Janvier-Mars 2004, mis en ligne le 26 mars 2004, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/28135 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.28135

Haut de page

Auteur

Sylvie Monchatre

Céreq, 10, place de la Joliette, BP 21321, 13567 Marseille cedex 02, France
monchatre[at]cereq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search