Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 46 - n° 1Comptes rendusThierry Blöss (dir.), La dialecti...

Comptes rendus

Thierry Blöss (dir.), La dialectique des rapports hommes-femmes | Jacqueline Laufer, Catherine Marry, Margaret Maruani (dir.), Masculin-Féminin. Questions pour les sciences de l’homme

Presses universitaires de France, coll. « Sociologie d’aujourd’hui », Paris, 2001, 285 p. | Presses universitaires de France, coll. « Sciences sociales et sociétés », Paris, 2001, 246 p.
Nicky Le Feuvre
p. 129-132
Bibliographical reference

Thierry Blöss (dir.), La dialectique des rapports hommes-femmes, Presses universitaires de France, coll. « Sociologie d’aujourd’hui », Paris, 2001, 285 p.

Masculin-Féminin. Questions pour les sciences de l’homme

Jacqueline Laufer, Catherine Marry et Margaret Maruani (dir.), Masculin-Féminin. Questions pour les sciences de l’homme, Presses universitaires de France, coll. « Sciences sociales et sociétés », Paris, 2001, 246 p.

Full text

1Ces ouvrages collectifs sont nés l’un et l’autre de l’inscription de la question « masculin–féminin » au programme de l’agrégation de sciences économiques et sociales, pour une période de trois ans à compter de 1998. Cet événement marquant de la légitimation académique (notoirement tardive en France) de la question de la différence des sexes dans les sciences sociales constitue donc le point de départ commun de ces deux ouvrages, dont l’orientation diverge pourtant assez nettement par la suite. Les directions de chaque ouvrage n’ont pas seulement fait appel à des auteur(e)s différent(e)s (à l’exception de Michel Bozon, qui émarge aux deux sommaires), mais ont également impulsé une orientation spécifique qui créé tout l’intérêt d’une lecture croisée et comparative des contributions.

2L’ouvrage Masculin-Féminin... s’inscrit dans une perspective explicitement épistémologique. Il retrace — autour de quelques entrées disciplinaires (démographie, économie, histoire, science politique, mais surtout sociologie — 7 contributions sur 11), et/ou thématiques (éducation, emploi, famille et vie privée, histoire des femmes, parentalité, politiques publiques, sexualité, travail domestique, vie politique) — la « genèse de la question de la différence des sexes dans les sciences dites de l’homme » (p. 12). Le terme « sciences de l’homme » est utilisé sciemment tout au long de l’ouvrage et non sans une certaine provocation. Il s’agit en effet de montrer, malgré une certaine légitimation ou du moins de dé-marginalisation institutionnelle des recherches sur le genre depuis quelques années en France, « à quel point la différence des sexes demeure, pour les sciences de l’homme, une question facultative » (p. 23). La revue Sociologie du travail n’échappe nullement à cette critique, puisque, selon les calculs de Margaret Maruani, seulement 18 des 862 articles publiés dans cette revue depuis sa création en 1959 traitent du travail des femmes, alors que ces dernières constituent désormais 46 % de la population active (p. 45).

3Chaque chapitre vise donc à « procéder à une lecture critique de l’histoire de l’émergence de la question du genre » (p. 246) dans tel ou tel champ thématique et d’en illustrer « la nécessité et la pertinence heuristiques » (p. 246). L’objectif est donc de montrer à quel point il est impossible de comprendre non pas les femmes, mais la totalité du monde social, en occultant sa dimension sexuée.

4La conviction qui sous-tend chacune des contributions peut se résumer ainsi : face aux approches théoriques et aux problématiques qui ont occulté l’expérience sociale sexuée, il ne convient guère de « rajouter une pincée de genre et bien mélanger ». Les problématiques non sexuées donnent une grille de lecture partielle du monde. Pour corriger leurs lacunes, il ne suffit nullement de leur rajouter un « glaçage » sexué, ni simplement de mobiliser plus systématiquement les deux modalités (homme/femme) de la variable sexe. Les problématiques non sexuées doivent, au contraire, être revisitées et reconstituées de fond en comble. Les thématiques retenues sont particulièrement exemplaires à cet égard, notamment parce qu’elles permettent de saisir la reconfiguration des sous-champs thématiques des disciplines qui est induite et alimentée par le renouvellement des problématiques autour de l’entrée « genre ». C’est ainsi que l’on mesure à quel point l’émergence de nouvelles approches dépend de la capacité à sortir des limites des sous-champs institués de nos disciplines et à les articuler de manière systématique (famille/travail, bien évidemment, mais également, éducation/parentalité, travail domestique/marché de l’emploi, socialisation/mixité professionnelle, etc.). Dans la même logique, on peut regretter le caractère monodisciplinaire de chaque contribution. Il aurait été intéressant de trouver une illustration plus tangible des transversalités disciplinaires (histoire/sociologie, science politique/anthropologie, sociologie/économie, etc.) qui caractérise ce champ émergent. L’ensemble des contributions démontre néanmoins clairement que c’est seulement avec la reconnaissance systématique et généralisée de la prise en compte du genre comme phénomène structurant des sociétés contemporaines que les « sciences de l’homme » peuvent espérer atteindre un jour le statut de « sciences humaines ».

5L’ouvrage La dialectique... s’inscrit davantage dans une logique analytique de type « état des lieux ». Même si le processus historique de prise en compte de la question de la différence des sexes dans les approches théoriques est abordé dans la quasi-totalité des contributions, les auteur(e)s visent surtout à démêler les interprétations potentiellement contradictoires de « l’état actuel » des rapports sociaux de sexe dans tel ou tel champ social. La ligne éditoriale du livre consiste à affirmer que : « [...] des progrès quotidiens dans les rapports hommes–femmes côtoient des structures ou des mentalités conservatrices » et donc que « les changements opérés peuvent eux-mêmes avoir des effets contradictoires » (p. 6).

6Regroupés sous cinq rubriques thématiques (« Lien familial et reproduction des identités de sexe », « Scolarisation différentielle », « Travail et mobilité », « Âges de vie et trajectoires de sexe » et « Représentations corporelles et relations sexuelles »), chacune des 12 contributions tente donc de s’approprier cette orientation générale à partir d’un objet empirique spécifique. Ici, la pluridisciplinarité est moins affirmée, puisque la grande majorité des contributions (11 sur 12) émane de la sociologie.

7Malgré cette unité disciplinaire, le fil conducteur s’avère un peu plus difficile à tenir que dans l’ouvrage précédent, tant les grilles de lecture de « l’état actuel des rapports de sexe » divergent d’un(e) auteur(e) à un(e) autre. On regrette l’absence d’un chapitre de synthèse, qui aurait permis d’expliciter les divergences qui caractérisent la conceptualisation de l’état actuel des rapports sociaux de sexe selon l’orientation théorique adoptée par les différent(e)s auteur(e)s convoqué(e)s. Comment concilier, par exemple, l’accent mis dans plusieurs contributions sur les processus de socialisation sexuée comme outil principal de reproduction des rapports sociaux de sexe — même en admettant l’idée évoquée par Bernard Lahire, selon laquelle les différents univers fréquentés par les mêmes individus sont susceptibles de produire des « effets de socialisation relativement dissonants » (p. 24) —, avec la tendance à relativiser l’importance des processus de socialisation dans l’évolution des rapports de sexe ? Cette dernière orientation apparaît, par exemple, sous la plume de Marie Duru-Bellat et Annette Jarlégan, quand elles écrivent : « Dès lors que le contexte dans lequel les choix [scolaires] sont faits connaît des bouleversements, et même si les contenus de la socialisation ne bougent pas, alors les comportements peuvent évoluer sensiblement » (p. 87).

8L’ouvrage offre néanmoins deux points forts à nos yeux. D’une part, il permet de saisir — à l’aide de la bibliographie générale regroupée en fin d’ouvrage — le foisonnement récent des recherches menées dans une perspective sexuée en France. Par ailleurs, il apporte une illustration parfaite du renouvellement des questionnements de recherche opéré par l’adoption d’une problématique en termes de rapports sociaux de sexe. Ce renouvellement est évident dans presque toutes les contributions. Dans chaque chapitre, on retrouve une série de données statistiques récentes, accompagnées d’une présentation synthétique des différentes interprétations auxquelles elles sont susceptibles de donner lieu et, enfin, une mise en évidence de la complexité qui caractérise la recomposition des pratiques et identités sexuées dans le contexte actuel. Dans plusieurs chapitres, les données françaises sont également éclairées par des comparaisons internationales.

9Ainsi, malgré d’évidents points de recoupement thématique, ces deux ouvrages demeurent largement complémentaires et constituent d’excellentes sources de compréhension des enjeux passés, présents et futurs des problématiques du genre en sociologie.

Top of page

References

Bibliographical reference

Nicky Le Feuvre, « Thierry Blöss (dir.), La dialectique des rapports hommes-femmes | Jacqueline Laufer, Catherine Marry, Margaret Maruani (dir.), Masculin-Féminin. Questions pour les sciences de l’homme », Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 1 | 2004, 129-132.

Electronic reference

Nicky Le Feuvre, « Thierry Blöss (dir.), La dialectique des rapports hommes-femmes | Jacqueline Laufer, Catherine Marry, Margaret Maruani (dir.), Masculin-Féminin. Questions pour les sciences de l’homme », Sociologie du travail [Online], Vol. 46 - n° 1 | Janvier-Mars 2004, Online since 26 March 2004, connection on 26 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/28152 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.28152

Top of page

About the author

Nicky Le Feuvre

Équipe Simone-Sagesse (EA 3053), Maison de la recherche, université de Toulouse-Le Mirail, 5, allées Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 09, France
lefeuvre[at]univ-tlse2.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search