Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 46 - n° 1Comptes rendusErving Goffman, L’arrangement des...

Comptes rendus

Erving Goffman, L’arrangement des sexes

La Dispute, coll. « Genre du monde », Paris, 2002, 115 p.
Marylène Lieber
p. 132-134
Référence(s) :

Erving Goffman, L’arrangement des sexes, La Dispute, coll. « Genre du monde », Paris, 2002, 115 p.

Texte intégral

1On doit à Claude Zaidman l’initiative de la traduction de cet article méconnu d’Erving Goffman sur le genre, paru en 1977 dans la revue Theory and Society. Si on peut déplorer que ce texte paraisse si tard dans sa version française complète, on ne peut que se réjouir que cette lacune soit aujourd’hui comblée, car les propos de ce sociologue de renom corroborent ceux de chercheuses féministes, sans cependant faire l’objet du même type d’ostracisme. Ce court essai rappelle, si besoin était, la prégnance des identités et des comportements de genre, et illustre le long travail institutionnel de naturalisation de différences sociales. Ce faisant, il nous remémore la « ressemblance considérable entre notre monde moderne égalitaire et les mondes les plus patriarcaux que nous puissions imaginer » (p. 61).

2E. Goffman s’intéresse aux « classes sexuelles » dans une perspective sociologique en termes de classement et affirme que le sexe « est à la base d’un code social fondamental, code conformément auquel s’élaborent les interactions et les structures sociales » (p. 41). Le traitement différentiel des hommes et des femmes est souvent justifié par des croyances relatives à des différences biologiques entre les sexes. Cependant, celles-ci sont minimes et pourraient être réglées par des modalités organisationnelles simples. Elles ne sauraient à elles seules déterminer les pratiques sociales. Pour comprendre ce qui permet à des différences si peu pertinentes de prendre une telle importance, l’auteur s’attèle à montrer la façon dont toute l’organisation sociale construit et réaffirme perpétuellement les différences de sexe pour justifier des désavantages, tels que des restrictions à l’usage de l’espace public, l’exclusion des fonctions religieuses et politiques, etc. Il ne s’agit pas pour lui, d’expliquer « les conséquences sociales des différences innées » ou de dénoncer des inégalités, mais au contraire de saisir « la manière dont ces différences ont été (et sont) mises en avant comme garantes de nos arrangements sociaux, et surtout la manière dont le fonctionnement de nos institutions sociales permet de rendre acceptable cette façon d’en rendre compte » (p. 44).

3Pour E. Goffman, les différences de sexes sont produites et reproduites par les interactions entre les personnes. La simple coprésence d’un frère et d’une sœur, et le traitement différent dont ils font l’objet, implique un apprentissage précoce de la place de chaque sexe et du « sens le plus profond de ce que l’on est — sa propre identité de genre » (p. 77). Ces interactions s’inscrivent dans des structures sociales qui les influencent et les façonnent. E. Goffman qualifie ce phénomène de « réflexivité institutionnelle » et le distingue des « comportements de genre » (genderism). Si les personnes de sexe masculin et féminin contribuent à réaffirmer la prévalence sociale des différences de sexe en « mettant en scène » des « séquences d’autoconfirmation », ces comportements de genre sont eux-mêmes produits « par un environnement, en quelque sorte, conçu pour le mettre en évocation » (p. 99). La force de cette analyse en termes de réflexivité institutionnelle est de souligner que les différences biologiques ne sont pas antérieures, voire extérieures à l’organisation sociale, mais en sont elles-mêmes le produit. L’auteur illustre cette analyse en étudiant tour à tour cinq exemples de pratiques de la middle class américaine des années 1970, allant de la division du travail selon les classes sexuelles aux pratiques relatives aux toilettes, autant d’exemples généralement présentés « comme une conséquence naturelle de la différence entre les classes sexuelles, alors qu’en fait c’est un moyen d’honorer sinon de produire cette différence » (p. 81).

4Des critiques ont reproché à E. Goffman de présenter une image « archaïque et monolithique » des femmes. S’il est vrai que certains exemples ou commentaires peuvent paraître un peu désuets ou caricaturaux, il me semble cependant que l’auteur ne reprend pas ces observations pour lui. Au contraire, lorsqu’il commente les rituels propres à la galanterie par exemple, E. Goffman cherche à comprendre comment les croyances, les pratiques et les structures sociales contribuent à créer et à stabiliser les désavantages des groupes défavorisés. Son analyse reste actuelle à bien des égards. Il défend l’idée selon laquelle les femmes sont une catégorie défavorisée particulière, toujours « attachées à des hommes par des liens sociaux fondamentaux » (p. 39). Cette proximité des femmes et des hommes leur permet de mettre en scène et de réaffirmer perpétuellement le « rapport de complémentarité », dans lequel les femmes sont à la fois valorisées, voire « mythifiées », tout en étant considérées comme de « moindre valeur ». Une des expressions fondamentales de cette condition est la galanterie qui perpétue l’idée selon laquelle les femmes sont une catégorie d’êtres « fragiles et précieux » (p. 104).

5En abordant le « rituel de cour », qu’il présente en regard de la galanterie, E. Goffman pose les prémices d’une réflexion sur l’accès sexué à l’espace public. Les normes de la cour, dit-il, diffèrent pour les deux « classes sexuelles ». Les femmes se doivent d’être attirantes et passives, de se présenter comme des objets de courtoisie, sans pour autant faire montre d’initiative. Les hommes, quant à eux, se doivent d’être attirés par elles et actifs, toujours à l’affût d’encouragements, « surveillant tout écart à la réserve habituelle des femmes qui en serait le signe ». Toute initiative féminine « peut être considérée comme une invite sexuelle, bref un signe d’accessibilité » (p. 71). Pour les hommes, le but de la cour n’est pas prioritairement d’entamer une relation durable. Il est avant tout de confirmer et de recréer les identités de genre. Ils ont donc intérêt à rompre les rapports distants propres aux personnes étrangères les unes aux autres, apparente indifférence qu’E. Goffman qualifie d’« inattention civile » et ce, même dans les cas où les femmes ne répondent pas à leurs avances. Aussi l’auteur affirme-t-il que « les femmes sont [...] exposées à être « harcelées » de façon chronique » (p. 113). Le problème pour elles n’est pas seulement qu’elles sont en relation de « complémentarité » avec les hommes, mais que cette complémentarité implique une certaine « vulnérabilité ».

6On peut se demander si E. Goffman voit vraiment en quoi ces pratiques interactionnelles limitent la mobilité des femmes, comme le démontrera plus tard l’ethnométhodologiste Carol B. Gardner (Gardner, 1995). Mais il souligne qu’elles ont des conséquences politiques importantes pour la présumée nature des identités de genre, « celle de soulager les personnes qui sont mâles de la moitié du poids de la compétition à laquelle ils auraient autrement à faire face » (p. 105). Autrement dit, l’arrangement des sexes se fonde sur des rapports de pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Gardner, C.B., 1995. Passing by. Gender and Public Harassment. University of California Press, Berkeley.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marylène Lieber, « Erving Goffman, L’arrangement des sexes », Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 1 | 2004, 132-134.

Référence électronique

Marylène Lieber, « Erving Goffman, L’arrangement des sexes », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 1 | Janvier-Mars 2004, mis en ligne le 26 mars 2004, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/28165 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.28165

Haut de page

Auteur

Marylène Lieber

Laboratoire Printemps, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France
marylene.lieber[at]printemps.uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search