Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 46 - n° 1Comptes rendusOdile Join-Lambert, Le receveur d...

Comptes rendus

Odile Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1944–1973)

Belin, Paris, 2001, 317 p.
Isabelle Bertaux-Wiame
p. 134-136
Référence(s) :

Odile Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1944–1973), Belin, Paris, 2001, 317 p.

Texte intégral

1Le receveur des Postes a longtemps constitué une figure emblématique du service public. Chef du bureau de poste et comptable des deniers de l’État, il a pour mission d’assurer le fonctionnement du téléphone, l’acheminement du courrier et les services financiers. Aujourd’hui, les transformations irréversibles du travail à la Poste tendent à faire de lui un employé banalisé sans distinction particulière. Ce corps professionnel a pourtant joué un rôle dans le processus historique de constitution et de transformation de la Poste et a occupé une place originale au sein des communautés locales. Or, si on connaît les grandes lignes de l’histoire postale comme administration et émanation de l’État, il restait à faire une histoire de ces hommes et de ces femmes autre qu’anecdotique, institutionnelle ou politique. L’ouvrage d’Odile Join-Lambert vient combler de façon exemplaire ce manque en nous restituant avec patience la réalité sociale d’un groupe professionnel — les receveurs des Postes — sur trente années, de 1944 à 1974. Elle en propose une approche complexe en interrogeant la nature du double rapport que les receveurs et les receveuses ont entretenu au quotidien avec l’État et les usagers. L’évolution de cette configuration particulière constitue le fil d’analyse de l’ouvrage et sert de principe organisateur aux différentes sources mobilisées : documents administratifs, déclarations de dirigeants et d’hommes politiques, dossiers du personnel, entretiens réalisés par l’auteur et autobiographies. L’histoire qui en résulte a le mérite d’intégrer des données objectives sans oublier le poids des représentations sociales et les points de vue des postiers eux-mêmes pour comprendre les transformations de la Poste et, plus largement, celles de la société.

2Ces hommes et ces femmes ont des origines diverses, des parcours diversifiés et sont loin de produire une homogénéité professionnelle. L’unité qu’ils revendiquent se fonde sur leur appartenance au service public et sur leur double rapport à l’État et aux bénéficiaires de leur activité. C’est à la fois cette diversité et cette unité que l’auteur s’attache à mettre en évidence à travers trois grandes parties qui couvrent des périodes d’inégale durée. Après le survol d’un siècle d’histoire, la première partie — de 1944 à 1960 — met en perspective l’héritage de ce corps professionnel caractérisé par une totale hétérogénéité sociale et par une revendication jamais abandonnée de leur appartenance à un statut unique et leur inscription dans la cité. L’analyse de leur situation au sein de leur administration comme groupe professionnel et comme acteur collectif de modernisation est menée de front.

3Une deuxième partie — de 1960 à 1968 — s’intéresse davantage à la composition sociale de ce groupe et aux parcours suivis par deux générations — les agents recrutés entre les deux guerres et ceux recrutés entre 1939 et 1958 — et qui ont exercé leur métier au cours de la même période. La comparaison de ces parcours souligne bien la marge dont ils disposent pour interpréter leur fonction en référence à leur socialisation sociale et professionnelle. La structure en réseau de l’entreprise met en place des relations particulières entre Paris et la province, constituant les trajets géographiques comme éléments d’analyse de ces parcours professionnels. L’administration recrute dans des catégories sociales plus modestes, à dominante rurale pour la première génération et ouvrière pour la seconde. Les receveurs, de culture scolaire primaire dans leur majorité, constituent ainsi une exception au sein des cadres moyens composant la société française.

4Les parcours sont analysés également du point de vue sexué. Une receveuse n’est pas l’égale d’un receveur : qu’y a-t-il, en effet, de commun entre la receveuse d’un petit bureau rural et le receveur d’un important bureau parisien ? Les postes occupés par les hommes sont systématiquement plus élevés que ceux des femmes. De plus, la forte incitation à une mobilité géographique pour progresser dans la carrière constitue un élément négatif pour ces femmes, totalement absentes de l’encadrement supérieur. Pourtant, l’accès aux emplois de maîtrise leur a ouvert des voies de professionnalisation non négligeables et l’ouvrage constitue de ce point de vue un apport précieux pour l’histoire du travail féminin.

5Un dernier chapitre dégage quatre types de progression de carrières de receveurs restitués sous forme de portraits caractéristiques : le « bernard-l’ermite » ainsi désigné pour son rythme régulier de passage de bureau en bureau à chaque fois plus important ; le « passe muraille » pour qui chaque avancement est une victoire et qui se décline volontiers au féminin ; le « parachuté », cadre issu d’un autre corps et enfin le « sédentaire », qui répugne à toute mobilité qui risquerait de l’éloigner de sa région d’origine. L’auteur a tenté avec succès de nous faire toucher du doigt la réalité pratique de leur existence à travers l’analyse du contenu de leur travail, et celle du sens identaire et symbolique de leur fonction.

6Enfin, une dernière partie — de 1968 à 1973 — analyse les changements majeurs qui bouleversent l’organisation générale de La Poste. Le tournant financier et commercial constitue un premier changement important pour le receveur qui reste un généraliste face au monde bancaire en forte expansion où domine la spécialisation des tâches. Un deuxième changement concerne les relations avec les usagers devenus des clients qui font l’objet d’un classement commercial. Enfin, dernier changement majeur, le mode de rémunération fragmente cette catégorie de fonctionnaires en faisant entrer dans le rapport au travail des motivations pécuniaires par l’intermédiaire de primes et de remises allouées selon le volume d’affaires traitées. Face à ces changements, structures et personnel doivent s’adapter. Être « receveur » avait une certaine grandeur dans le passé, devenir « chef d’établissement » ne fait plus rêver personne. Pour encourager les candidatures, la direction a longtemps maintenu le principe du recrutement interne à l’ancienneté au sein d’un corps qui persistait à se vouloir unique dans un contexte d’individualisation accélérée. Il faudra attendre la réforme de 1990 pour qu’il éclate en métiers spécialisés, comptables, chefs d’établissement ou managers. Pourtant, le receveur, que l’on continue de nommer ainsi dans certaines régions, tient aujourd’hui encore une place non négligeable dans le maintien des liens sociaux.

7Au final, cet ouvrage nous permet de comprendre la place et l’importance qu’ont pu avoir des groupes intermédiaires comme les receveurs des Postes dans la société française. On perçoit le processus concret de production des classes salariales du tertiaire et la diversité de ce qu’on appelle, faute de mieux, les classes moyennes. Ce que montre O. Join-Lambert de la participation de ce groupe socioprofessionnel à la modernisation de la société touche in fine au sens du service public et à l’histoire des receveurs comme « occasion d’accéder directement à celle de l’entrée de la France dans la société de services ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bertaux-Wiame, « Odile Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1944–1973) », Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 1 | 2004, 134-136.

Référence électronique

Isabelle Bertaux-Wiame, « Odile Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1944–1973) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 1 | Janvier-Mars 2004, mis en ligne le 26 mars 2004, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/28166 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.28166

Haut de page

Auteur

Isabelle Bertaux-Wiame

Laboratoire Travail et Mobilités, CNRS–université Paris X, 200, avenue de la République, 92000 Nanterre, France
bertaux_wiame[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search