Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Peter Wagner, Sauver le progrès. Comment rendre l’avenir à nouveau désirable

La Découverte, Paris, 2016, 192 p.
Michèle Dupré
Référence(s) :

Peter Wagner, Sauver le progrès. Comment rendre l’avenir à nouveau désirable, La Découverte, Paris, 2016, 192 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Première de couvertureAfficher l’image
Crédits : Éditions La Découverte
  • 1 Les éléments en italiques sont des emprunts isolés (titre, catégorie, notion) à Peter Wagner.

1Avec cet essai, Peter Wagner se livre à une analyse critique de la notion de progrès, fidèle en cela à l’Institut für Sozialforschung (ISF), fondé en 1923, berceau de la Théorie critique de l’École de Francfort. Dans une note bibliographique1 (p. 179-186), P. Wagner définit son approche : « repenser la relation entre affirmations normatives et réalités empiriques ». Dans la lignée de Karl Marx, Alexis de Tocqueville et Max Weber, son ouvrage a «pour objectif de comprendre des phénomènes sociaux, à grande échelle et dans la durée » (p. 180) et leur dynamique de transformation. Pour cette réélaboration de la sociologie historique, P. Wagner s’appuie sur divers travaux sociologiques (Axel Honneth, Hans Joas, Luc Boltanski, Laurent Thévenot) et historiques (Reinhart Koselleck).

2Dans le chapitre introductif intitulé « l’épuisement du progrès », Peter Wagner dresse un constat : « De toute évidence, depuis 1990, le déchaînement capitaliste a conduit à l’accroissement des inégalités, à la dégradation des conditions de travail et au démantèlement de l’État-Providence » (p. 12). Face à ce bilan se développe le pessimisme de ceux qui pensaient que l’histoire allait dans le sens d’un progrès continu, à l’instar de Claus Offe pour qui le seul sens à conférer actuellement à la notion de progrès « est le fait d’éviter la régression » (p. 13). P. Wagner formule un bilan plus nuancé en tenant compte de deux dimensions importantes, l’espace et le temps : « la poursuite du progrès a rendu le monde tantôt meilleur, tantôt pire, selon les moments, les endroits et les aspects considérés » (p. 14). Il rappelle les attentes des penseurs des Lumières voyant le progrès comme une « dynamique d’amélioration générale des conditions d’existence, [une] amélioration de long terme susceptible de s’auto-alimenter » (p. 15) et qui présupposaient que les humains étaient « des êtres capables d’autonomie et pourvus de raison » (p. 17).

3La notion d’expérience (Wagner, 2008) permet à l’auteur de prendre de la distance avec « l’imaginaire du progrès ». Cette rupture épistémologique, basée sur les notions d’espace, de temps et d’expérience, l’arme pour déconstruire celle de progrès. Il distingue alors quatre composantes du progrès — économique, épistémique, social et politique — et constate par exemple que les articulations entre raison et autonomie ou liberté opèrent différemment selon le domaine considéré. La rhétorique des élites présente le progrès épistémique et le progrès économique, pour partie liés, comme preuves que le progrès est en cours. Si l’on prend cependant le critère de l’inclusion pour juger du progrès réalisé, s’ouvre alors une autre vision : celle des luttes des femmes, des ouvriers, des nations colonisées contre les différentes formes de domination et d’inégalités s’inscrivant pourtant dans un contexte d’égalité ou de liberté formelles.

4Le chapitre 2, « Le progrès comme mécanisme », traite du complexe épistémo-économique (p. 33), vision positive des sciences comme source continue de progrès, partagée par l’État, l’industrie et les sciences. L’enthousiasme et la confiance illimitée en des solutions technologiques, dont l’utilité pour la société n’est pas questionnée, perdurent jusque dans les années 1970. Des critiques émergent cependant dès les années 1960. Thomas Kuhn remet ainsi en question la progression constante des sciences (1962) et souligne les événements extra-scientifiques infléchissant parfois le cours des recherches. Des chercheurs en sciences sociales tels Theodor Adorno, Max Horkheimer, Jürgen Habermas, Cornelius Castoriadis « expriment une critique acérée de la science comme savoir objectiviste et instrumental » (p. 38). Boaventura de Sousa Santos distingue pour sa part le savoir pour l’émancipation du savoir pour la domination (p. 38) Peter Wagner met alors en exergue « le présupposé implicite de la pensée critique » : « l’aliénation et l’exploitation pèsent plus que le progrès dans la satisfaction des besoins » (p. 44). Des différenciations nettes apparaissent si l’on intègre dans l’analyse les dimensions de l’espace (« il est probable que la condition préalable du progrès en Europe fut la régression sociale et matérielle dans d’autres pays du monde », p. 47) et du temps (« les facteurs favorisant le progrès épistémo-économique existaient bien, mais seule une élite restreinte bénéficiait de celui-ci [et non pas les ouvriers ou la population rurale], p. 48). Il conclut ce chapitre en abordant deux « thèmes-clés qui ont modifié les termes du débat : le changement climatique provoqué par les humains et les accidents nucléaires » (p. 55), qui exigent des concepts nouveaux, autre fil rouge de son ouvrage.

5Le chapitre 3, intitulé « Le progrès comme lutte », est consacré au progrès social et politique « qui peut être considéré comme le résultat de l’engagement en faveur de l’autonomie » (p. 70), non pas comme moyen mais comme fin. L’égale liberté, « au cœur de l’imaginaire du progrès social et politique » (p. 65), a été inscrite dans nombre de constitutions. Mesurer le progrès consiste alors à « comparer les principes constitutionnels et les pratiques sociales et politiques effectives » (p. 65) afin de prendre la mesure des effets de l’exclusion sociale. Ce processus vaut cependant seulement pour les sociétés qui avaient pour fin l’inclusion de tous leurs membres. Or, l’égalité formelle n’implique pas de manière mécanique la fin des inégalités. Ainsi, en Afrique du Sud, « la domination formelle, instituée par le régime de l’apartheid, persiste deux décennies après l’abolition de ce régime discriminatoire » (p. 67).

6Si le progrès social est bien lié à la progression de la liberté et de l’égalité (vision standard), il implique le concours de deux dimensions : inclusion et individuation (termes processuels) qu’Axel Honneth analyse « comme les phénomènes par lesquels la liberté et l’égalité se présentent comme expérience » (p. 70) L’inclusion, revendiquée par des groupes ou des communautés auxquels avait été refusée l’égalité formelle, « fut surtout octroyée sous forme de droits individuels, ce qui eut pour effet de dissoudre, ou du moins d’affaiblir dangereusement la collectivité qui avait lutté pour le progrès social » (p. 75).

7Deux indicateurs servent souvent à désigner le progrès politique : les droits individuels et la démocratie. Là vont entrer en balance les individus et le collectif. « Les règles du vivre ensemble doivent être déterminées librement par chaque membre de la collectivité (autonomie) en tant qu’expression de la volonté collective de vivre ensemble (maîtrise collective de la destinée de chacun) » (p. 77). Les appels à plus de démocratie et de participation sont l’expression de cet écart entre les prétentions normatives et les réalités empiriques. Si le progrès social et politique « peut être défini comme l’accroissement de la capacité des humains à vivre leur vie comme ils le souhaitent, au point de vue individuel et collectif » (p. 85), il ne peut, selon la théorie critique, être confondu avec la démocratie formelle, « phénomène superficiel sans importance, simple façade de la société capitaliste » (p. 89).

8Le chapitre 4, « Refonder le progrès », vise à approfondir les notions d’autonomie et de domination. La dimension temporelle permet de mettre à distance les attentes des Lumières envers le progrès pour en analyser certaines conséquences, par exemple l’aliénation formulée par K. Marx, ou bien les doutes de M. Weber sur la cage d’acier et donc sur la notion de progrès (p. 103-105). Ainsi, l’égalité formelle qui existait en France pour les hommes blancs s’accompagnait de la domination des femmes et des esclaves qui par leurs luttes ont cherché à surmonter l’hétéronomie dont ils étaient victimes et qui les maintenait dans un état d’immaturité. La satisfaction des besoins matériels augmente certes dans les pays industrialisés et le monde, mais le progrès n’a été possible que par une triple domination dont les formes historiques sont « l’État libéral éclairé, la révolution industrielle et le colonialisme » (p. 117).

9Le chapitre 5 fait un « Retour sur le dernier demi-siècle ». La configuration sociale et politique du monde semblait être établie autour de trois mondes : « le capitalisme libéral-démocratique, le socialisme à la soviétique [et] le tiers-monde des pays en développement » (p. 124). Dans les deux premiers, l’État instituait des frontières dans tous les sens du terme. Des mouvements de protestation ont ébranlé cet édifice, si bien que « le progrès issu de l’exercice de la domination s’est retrouvé de plus en plus limité par les succès de la résistance à la domination » (p. 134). Enfin, P. Wagner s’interroge sur le discours sur les droits de l’homme et de la démocratie, « notions normatives que l’on ne peut qu’accepter » alors même qu’elles « ne permettent pas à elles seules d’orienter le débat politique » (p. 139), d’autres dimensions comme la mondialisation et l’individualisation affectant par ailleurs nos sociétés.

10Le chapitre 6, « Quel(s) progrès pour demain ? », pose un constat : « Nous vivons aujourd’hui sous l’hégémonie d’une pensée capitaliste libérale dont l’expertise revient fréquemment à vouloir subordonner l’autodétermination collective au progrès économique » (p. 160). Or, face à cela se fait entendre l’appel à la démocratie comme autonomie collective, qui s’alimente de deux grandes transformations mettant à mal la démocratie : la participation citoyenne est faible, l’État se replie sur la gouvernance au lieu de gouverner. Il convient alors de développer une capacité d’agir démocratique « qui mettrait l’accent sur la légitimité des choix collectifs […], non au détriment de la liberté individuelle, mais à l’encontre de l’idée d’une primauté de la liberté individuelle » (p. 166). Les notions d’espace et de temps, si elles sont riches de sens, devraient permettre « d’identifier les progrès à viser afin de dépasser la domination actuelle » (p. 172).

11Peter Wagner réussit à nous convaincre qu’on ne peut faire l’économie d’un bilan spatialisé et historicisé des différentes acceptions du progrès, renvoyant ainsi par exemple à la Géographie de la colère d’Arjun Appadurai. Il nous laisse dubitatifs « quant à la question de savoir comment peuvent exister des phénomènes à grande échelle intégrant des contenus normatifs positifs » (p. 161). Certes, il espère « des progrès considérables d’un agir collectif démocratique se saisissant des problèmes clés de notre temps (domination de la nature et de certaines collectivités humaines), ainsi que du travail d’interprétation critique effectué par les acteurs eux-mêmes » (p. 163), mais il ne parvient pas à expliciter où, quand et comment pourrait émerger cet agir collectif démocratique à même de se saisir du concept de progrès tel que reformulé dans l’ouvrage. Les mouvements sociaux récents sont peut-être à examiner avec ce regard-là.

12Revenant sur les diverses théories de sociologie historique dans lesquelles il ancre son travail, l’ouvrage de Peter Wagner est stimulant pour réexaminer la notion de progrès et tenter d’élaborer une théorie générale critique à même selon lui de nourrir les travaux sociologiques empiriques et de saisir la portée des phénomènes étudiés. On ne peut qu’en recommander la lecture.

Haut de page

Notes

1 Les éléments en italiques sont des emprunts isolés (titre, catégorie, notion) à Peter Wagner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Dupré, « Peter Wagner, Sauver le progrès. Comment rendre l’avenir à nouveau désirable », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 4 | Octobre-Décembre 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/28539

Haut de page

Auteur

Michèle Dupré

Centre Max Weber, UMR 5283 CNRS, École Normale Supérieure de Lyon, Université Jean Monnet Saint-Étienne et

Université Lumière Lyon 2
14, avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex 07, France
michele.dupre[at]ish-lyon.cnrs.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals