Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joël Laillier, Entrer dans la danse. L’envers du Ballet de l’Opéra de Paris

CNRS Éditions, Paris, 2017, 256 p.
Laure de Verdalle
Référence(s) :

Joël Laillier, Entrer dans la danse. L’envers du Ballet de l’Opéra de Paris, CNRS Éditions, Paris, 2017, 256 p.

Texte intégral

1Comment se « fabrique » un danseur ou une danseuse de ballet ? Pour répondre à cette question, Joël Laillier s’intéresse au processus de socialisation qui conduit des enfants à transformer leur passion pour la danse en « vocation » et à adopter une conduite de vie ascétique et exigeante. Issu d’une thèse de sociologie et reposant sur de riches matériaux empiriques, son ouvrage suit les différentes étapes au fil desquelles se construit, se confirme et se redéfinit ce rapport vocationnel à une activité, puis à une profession, à la fois contraignante et incertaine. Pour saisir les logiques à l’œuvre dans ce processus, Joël Laillier propose de « comprendre de l’intérieur les ressorts de l’engagement des danseurs et des danseuses » (p. 18-19). Il s’appuie sur l’enquête par entretiens et observations qu’il a conduite pendant plusieurs années (2006-2010) au sein du Ballet de l’Opéra de Paris et de l’école de danse de cette institution, qui forme les futurs danseurs et danseuses de la compagnie.

2L’organisation de l’ouvrage suit « le chemin parcouru par les danseurs de la compagnie, de leur entrée dans la pratique jusqu’à leur départ à la retraite » (p. 22). Trois grandes périodes se dessinent : celle qui précède l’intégration à l’école de ballet, celle de la formation au sein de l’école, et enfin celle du travail au sein de la compagnie.

3Les trois premiers chapitres décrivent les conditions sociales et familiales de l’entrée dans la pratique ainsi que le rôle des professeurs de danse et des parents dans la construction précoce des vocations et dans l’orientation vers l’école de danse de l’Opéra. Joël Laillier montre comment la vocation s’impose à des enfants qui n’envisagent pas encore la danse comme un possible avenir professionnel. Ainsi, « le passage de la passion à la vocation demande une opération de conversion qui est loin d’être évidente » (p. 43). Le repérage de certaines qualités, notamment morphologiques, fonctionne comme un « stigmate électif » (p. 44), qui « oblige » ceux qui en sont pourvus et qui sera finalement confirmé par la réussite au concours d’entrée de l’école de l’Opéra. L’intégration n’est pourtant pas définitive : une période probatoire de plusieurs mois constitue une première mise à l’épreuve de la vocation, tout autant qu’elle agit comme une expérience socialisatrice qui participe « à l’affirmation de la vocation » (p. 81).

4Les deux chapitres qui suivent s’intéressent au déroulement, extrêmement concurrentiel, de la scolarité de ceux qui sont finalement acceptés au sein de l’école, mais dont l’avenir reste suspendu aux examens de fin d’année, qui conduiront à l’exclusion de certains élèves (l’étude des trajectoires d’une cohorte de 566 élèves montre que seuls un tiers d’entre eux iront au bout de leur scolarité). Morale du travail intensif et du dépassement de soi, mise en conformité des corps et apprentissage de l’acceptation de la douleur : l’institution, « cadre enveloppant et disciplinaire (p. 107), agit puissamment sur ses élèves, mais pour Joël Laillier l’efficacité du dispositif tient avant tout à la rencontre entre les exigences formulées par l’école et les dispositions préalables des élèves : « les institutions agissent sur des individus particuliers, ayant des ressources et des dispositions sociales qui leur sont propres » (p. 247-248). Les crises de vocation qui peuvent surgir au cours de la scolarité sont d’ailleurs susceptibles de se résoudre à travers l’intervention active des parents, qui participent de ce processus d’ajustement et se montrent souvent sensibles au caractère élitiste de l’école.

5Comme en miroir, les deux derniers chapitres étudient la « condition » de danseur au sein de la compagnie, en évoquant le fonctionnement, tout aussi concurrentiel, du corps de ballet et ses formes de promotion interne par concours. Le parallèle avec l’organisation de la scolarité au sein de l’école est saisissant et témoigne du travail de préparation engagé bien en amont de l’accès à une carrière professionnelle de danseur. Pour « monter » dans la hiérarchie du ballet et accéder à des rôles de solistes, les danseurs doivent maintenir un fort niveau d’engagement. Joël Laillier décrit finement les rouages sociaux des mécanismes de promotion, à travers le poids des réputations et l’influence des réseaux de soutien. Le concours annuel apparaît alors comme « un dispositif de légitimation de l’ordre hiérarchique qui permet de faire croire que l’ascension dans la compagnie relève des compétences ou des qualités […] dont chacun fait preuve » (p. 204). Néanmoins, l’investissement « total » que manifestent les danseurs de l’Opéra, à travers leur engagement au travail, mais aussi en acceptant les blessures et les renoncements (en matière de vie sociale et familiale), peut aussi se heurter, au fil du temps, aux réalités de ces carrières incertaines. Lorsque les chances objectives de promotion s’amenuisent (après quinze ans de carrière environ, soit autour de 32 ans), les danseurs concernés comprennent qu’ils n’accéderont jamais aux rôles de solistes qui devaient leur permettre de vivre pleinement leur vocation. Cette prise de conscience peut connaître différentes issues, selon le profil des danseurs et leurs ressources relationnelles. Certains, qui entretenaient déjà un rapport distant à l’institution, quittent la compagnie pour danser ailleurs ; d’autres restent et se satisfont des quelques rôles qu’ils obtiennent, souvent dans des chorégraphies contemporaines, au sein desquelles les hiérarchies sont moins strictes et les distributions plus ouvertes ; d’autres enfin redéfinissent leur vocation pour se penser comme étant d’abord « au service » de l’institution.

6S’il est intéressant de suivre ainsi les différentes étapes d’une carrière de danseur qui se décide précocement mais reste soumise à de nombreux aléas et à de nombreuses épreuves, c’est parce que les ressorts de la vocation, de ses prémices à sa confirmation et, pour certains, à sa remise en cause, y apparaissent d’autant plus clairement qu’on les aborde dans la durée. La cohérence des mécanismes à l’œuvre et la continuité de ce processus sont très bien décrites et permettent au lecteur de prendre la mesure de la force de l’institution dans le façonnement des esprits et des corps. Actualisant les analyses que Max Weber a consacrées au puritain, qui cherche sans cesse dans son travail des signes de son salut, Joël Laillier présente de façon très convaincante cette tension permanente que vivent les danseurs, de l’école au corps de ballet, « entre la promesse de l’élection et l’incertitude radicale de sa réalisation effective » (p. 248).

7Le travail de Joël Laillier s’inscrit aussi dans une sociologie critique de la notion de talent. Alors que l’entrée et le maintien dans une carrière de danseur pourrait se prêter à une interprétation en termes de qualités naturelles (souplesse, ouverture des hanches, physique longiligne), Joël Laillier insiste à juste titre sur la dimension sociale de cette sélection, qui se traduit d’abord par la surreprésentation des enfants de cadres et de professions intellectuelles supérieures parmi les élèves de l’école de l’Opéra, mais aussi par des environnements familiaux favorables à la transmission des dispositions ascétiques nécessaires pour supporter le cursus de l’école et les exigences du ballet. Toutefois, le lien qui est fait avec l’origine sociale reste parfois un peu ténu. À plusieurs reprises, Joël Laillier met en avant les trajectoires sociales ascendantes des familles, sans véritablement les décrire. Or, les professions des parents semblent assez diverses et la démonstration n’est donc pas toujours assez étayée sur ce qui rapproche et distingue ces configurations familiales toujours singulières. Par ailleurs, la démarche adoptée (dénaturaliser le talent et déconstruire l’illusio de la vocation) donne à l’ensemble de l’ouvrage une tonalité assez sombre. La question du plaisir éprouvé dans et par la danse est ainsi presque totalement écartée. Si la démonstration est efficace, elle apparaît, par moments, un peu sélective, et le lecteur peut s’interroger sur les rétributions et les gratifications que la pratique apporte malgré tout aux élèves et aux danseurs de l’Opéra. Seuls le caractère élitiste de l’institution et son prestige sont véritablement mis en avant. D’autres dimensions auraient peut-être pu être intégrées à l’analyse pour répondre pleinement au projet initial consistant à saisir « de l’intérieur » les ressorts de l’engagement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure de Verdalle, « Joël Laillier, Entrer dans la danse. L’envers du Ballet de l’Opéra de Paris », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 3 | Juillet-Septembre 2018, mis en ligne le 06 septembre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2897

Haut de page

Auteur

Laure de Verdalle

Professions, institutions, temporalités (Printemps)
UMR 8085 CNRS et Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
47, boulevard Vauban, 78280 Guyancourt, France
laure.de-verdalle[at]uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals