Navigation – Plan du site
Note critique

Regards sur les relations professionnelles nord-américaines et européennes : évolutions et perspectives

Élodie Béthoux et Annette Jobert
p. 261-270

Texte intégral

1Tito BOERI, Agar BRUGIAVINI, Lars CALMFORS (Eds.), The Role of Unions in the Twenty-First Century, Oxford University Press, Oxford, 2001.
Christian DUFOUR, Adelheid HEGE,
L’Europe syndicale au quotidien. La représentation en France, Allemagne, Grande-Bretagne et Italie, PIE–Peter Lang, Bruxelles, 2002.
Richard HYMAN, Understanding European Trade Unionism. Between Market, Class and Society, Sage Publications, London, 2001.
Dominique LABBÉ, Stéphane COURTOIS (Eds.), Regards sur la crise du syndicalisme, L’Harmattan, Paris, 2001.
Franz TRAXLER, Sabine BLASCHKE, Bernhard KITTEL, National Labour Relations in Internationalized Markets: A Comparative Study of Institutions, Change and Performance, Oxford University Press, Oxford, 2001.
Lowell TURNER, Harry C. KATZ, Richard
W. HURD (Eds.), Rekindling the Movement. Labor’s Quest for Relevance in the 21st Century, Cornell University Press, Cornell, 2001.

2Les six ouvrages présentés traitent du syndicalisme et des relations professionnelles : à l’examen de l’idéologie et de l’action syndicale s’ajoute, pour plusieurs d’entre eux, l’analyse des relations qui se nouent entre trois catégories d’acteurs, État, syndicats et patronat, à propos des conditions de travail et de l’emploi salarié, avec une place importante accordée aux règles et aux institutions qui encadrent le travail. L’objectif de cette note critique est de dégager l’originalité de chacune des démarches tout en mettant en évidence les questionnements transversaux mais aussi les réponses souvent différentes que les auteurs apportent. Cinq des six ouvrages abordent ces questions dans une perspective comparative européenne (Boeri et al., Dufour et Hege, Hyman, Traxler et al. et dans une moindre mesure Labbé et Courtois), le sixième portant sur un seul cas national, celui des États-Unis. Une première remarque s’impose donc : la construction européenne a donné une grande impulsion aux études comparatives et notamment à celles consacrées aux politiques sociales européennes, comme en atteste la publication de ces ouvrages ou encore la création en 1995 d’une revue comme European Journal of Industrial Relations qui consacre régulièrement une rubrique à ce type de travaux.

3Publiés en 2001 et 2002, ces ouvrages s’intéressent pour la plupart à l’évolution récente du syndicalisme et des relations professionnelles en se centrant sur la décennie 1990. Deux s’inscrivent dans une démarche historique plus longue : celui de R. Hyman qui analyse le syndicalisme anglais depuis son apparition au début du xixe siècle et les syndicalismes allemand et italien depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ; celui de F. Traxler, S. Blaschke et B. Kittel qui procède à une étude comparée des relations professionnelles pour les décennies 1970, 1980 et 1990. Quelle que soit l’étendue du regard historique, tous ces ouvrages ont une toile de fond commune : l’affaiblissement actuel, voire la crise, du syndicalisme et des relations professionnelles (de la négociation collective notamment) dans un contexte économique à la fois plus internationalisé, plus incertain et plus contraignant, et dans un contexte politique marqué par la déstabilisation des États providences et le renforcement de la construction européenne. D’où la double interrogation qui motive leur démarche : quelles sont les causes et l’ampleur de ce déclin syndical ? Quels sont les rôles actuel et futur du mouvement syndical dans ce nouvel environnement ? Ces questions, très générales, sont formulées dans des termes très proches par les différents auteurs : « Pourquoi les syndicats français ne se sont-ils pas adaptés aux changements qui se sont étalés sur plus d’un quart de siècle ? Pourquoi ces changements ont-ils eu un effet plus dévastateur en France que dans tous les autres grands pays industriels comparables ? » (Labbé et Courtois, p. 19). « Comment les syndicats peuvent-ils répondre aux nouveaux défis auxquels ils sont confrontés et saisir les nouvelles occasions qui s’offrent à eux ? » (Boeri et al., p. 4). « Comment les syndicats dans ces temps difficiles répondent-ils à des défis quasi impossibles ? Dans quelle mesure leurs traditions et leurs croyances passées constituent-elles des ressources et des contraintes ? » (Hyman, préface). « Les institutions de représentation sont-elles dotées des moyens adaptés aux exigences de la période qui s’ouvre ? » (Dufour et Hege, p. 247).

4Pour répondre à ces interrogations communes, les ouvrages mobilisent une grande diversité d’approches, d’objets et de méthodes.

  • 1 Colloque « L’évolution du monde syndical », Cerat–GEODE, juin 1999.

5Diversité des approches disciplinaires tout d’abord. Même si, par nature, les relations professionnelles recouvrent un champ d’études pluridisciplinaires à l’intersection de la sociologie, de l’économie, du droit, de la science politique et de l’histoire, cela ne signifie pas que chacune des recherches présentées dans ces ouvrages s’inscrive dans toutes ces disciplines. Ainsi, l’approche sociologique appliquée à l’analyse des organisations et de l’action collective apparaît dominante dans l’ouvrage de C. Dufour et A. Hege et dans celui coordonné par L. Turner, H.C. Katz et R.W. Hurd, tandis que l’analyse économique, avec une utilisation marquée de modèles économétriques, occupe cette première place dans l’ouvrage édité par T. Boeri, A. Brugiavini et L. Calmfors, qui étudie notamment les liens entre systèmes de relations professionnelles et performances économiques. Bien que F. Traxler et al. examinent cette même question, leur approche combine de manière plus équilibrée la sociologie industrielle, l’économie et la science politique — avec un recours important aux théories institutionnalistes, à celles du corporatisme et de l’échange politique. Ces théories sont également présentes dans le livre de R. Hyman, qui, pour analyser les cas britannique, allemand et italien, s’appuie par ailleurs sur de nombreux travaux d’histoires politique et sociale. Enfin l’ouvrage édité par D. Labbé et S. Courtois rassemble des contributions de sociologues, d’historiens et de politistes présentées lors d’un colloque consacré à « l’évolution du monde syndical »1.

6Diversité des objets en deuxième lieu. Si le syndicalisme et le mouvement syndical — à travers les exemples nord-américain, français, britannique, allemand et italien — se trouvent au cœur de la plupart des analyses, deux ouvrages se distinguent par leur objet. Les recherches effectuées par C. Dufour et A. Hege portent en effet sur la représentation des salariés dans l’entreprise qui, dans certains pays, n’emprunte pas une voie exclusivement syndicale, en s’interrogeant sur ses fondements et sa légitimité. Quant aux travaux de F. Traxler et de ses collaborateurs, ils s’appliquent plus largement aux institutions de relations professionnelles et aux trois acteurs collectifs qui agissent en leur sein : l’État, le patronat et les syndicats. Les structures et les mécanismes de pouvoir dans les organisations patronales comme syndicales sont examinés avec autant de soin.

  • 2 L’importance des comparaisons sectorielles internationales a été notamment soulignée par Richard Lo (...)

7Diversité des méthodes enfin. On a déjà souligné l’importance de l’approche comparative. Celle-ci repose soit sur des études de cas nationales, à partir d’une perspective historique globale (Hyman) ou à partir de monographies d’entreprises (Dufour et Hege), soit sur la comparaison systématique d’indicateurs relatifs à chacune des questions traitées et sur la construction de modèles (pour 20 pays de l’OCDE dans Traxler et al., une quinzaine de pays industrialisés dans Boeri et al.). Aucun de ces ouvrages ne comporte de comparaisons sectorielles à proprement parler2 et tous ignorent le secteur public en dépit de son poids important et du rôle qu’il joue dans les systèmes de relations professionnelles. Les ouvrages présentent cependant un point commun : au-delà des descriptions et des analyses avancées, ils consacrent une place non négligeable aux considérations normatives sous forme de prises de position, de recommandations adressées aux protagonistes ou de scenarii classés par les chercheurs du plus au moins souhaitables. Cette posture peut s’expliquer par le fait que les questions qu’ils traitent sont ancrées dans le débat politique et social où circulent des thèses fortes comme celles portant sur la dérégulation du travail, le déclin inéluctable du syndicalisme, ou encore celles relatives à la convergence ou à la divergence des systèmes nationaux de protection sociale et d’emploi (ce dernier débat n’est pas nouveau mais l’avancée de la construction européenne le ravive).

8La lecture de ces ouvrages permet alors de dégager quelques problématiques transversales qui s’ordonnent autour de quatre questions clefs : Comment se définit le syndicalisme aujourd’hui ? Comment les syndicats répondent-ils aux défis actuels ? Comment évoluent les systèmes de relations professionnelles ? Observe-t-on une convergence ou une divergence entre les systèmes nationaux ?

1. Quelles conceptions du syndicalisme ?

9Tous les ouvrages ne partagent pas la même conception et en tout cas ne mettent pas l’accent sur les mêmes dimensions du mouvement syndical. Le livre consacré au renouveau du syndicalisme américain tend à opposer un syndicalisme d’affaires, « business unionism », centré sur la négociation des contrats collectifs et les services aux adhérents à un syndicalisme militant, « social movement unionism », qui privilégie la mobilisation de la base, l’implication des membres du syndicat et l’organisation de nouvelles couches de salariés. Le premier, qui a dominé le mouvement syndical américain des années 1950 aux années 1980, s’est révélé incapable d’enrayer la chute drastique des effectifs syndiqués due notamment à la désindustrialisation. L’accession de John Sweeney à la tête de l’AFL–CIO en 1995 marque le point de départ de ce nouveau syndicalisme militant dont rendent compte plusieurs contributions en analysant les initiatives destinées à syndiquer les employés des services, les immigrés, les travailleurs précaires et les salariés à bas revenu délaissés par le syndicalisme d’affaires. La campagne victorieuse qui, après deux années de lutte, a permis de syndiquer 8000 salariés du nettoyage est ainsi présentée par Ruth Milkman et Kent Wong comme emblématique de cette nouvelle orientation du syndicalisme américain (Turner et al., chap. 5).

  • 3 « Cette loi (de 1920 sur les conseils d’entreprise) constitue ainsi l’acte de naissance de la struc (...)

10La réflexion sur la conception du syndicalisme se trouve directement au cœur de l’analyse proposée par R. Hyman. Pour mettre de l’ordre dans l’extrême diversité qui caractérise le syndicalisme en Europe et rendre compte de ses évolutions complexes, il construit trois idéaux-types liés chacun à une orientation spécifique : un syndicalisme de classe, associé à un rôle politique de lutte ; un syndicalisme de marché ayant pour fonction économique de négocier les conditions de travail et d’emploi ; un syndicalisme tourné vers la société qui assume un rôle social d’intégration. Classe, marché et société forment alors les trois pôles d’un triangle, analysés tour à tour par l’auteur dans la première partie de l’ouvrage. La thèse défendue est que l’orientation des syndicats agissant dans un contexte national donné ne correspond pas à un seul pôle mais se situe toujours entre deux pôles en tension : entre marché et classe (syndicalisme britannique), société et marché (syndicalisme allemand), classe et société (syndicalisme italien). De nouvelles orientations identitaires, idéologiques et stratégiques — nécessaires pour répondre aux défis actuels — peuvent se traduire par une activation du troisième pôle jusque-là négligé. Alors qu’il cherche à mesurer le poids des traditions sur les orientations syndicales nationales actuelles, R. Hyman n’affaiblit-il pas cependant sa démonstration en ne retenant comme point de départ de l’analyse pour l’Allemagne et l’Italie que l’après-1945 ? Les bases de la structuration du syndicalisme dans ces deux pays sont bien antérieures : que l’on pense par exemple au caractère déterminant des années 1920 pour comprendre l’institutionnalisation du système dual allemand3.

11Si C. Dufour et A. Hege étudient eux aussi les exemples britannique, allemand et italien, auxquels ils ajoutent le cas français, c’est moins le syndicalisme en tant que tel que la notion de représentation qui les intéresse dans cette enquête approfondie, menée dans 60 établissements. La représentation, définie comme une activité quotidienne multiforme et non hiérarchisée, a peu à voir avec la répartition institutionnelle des compétences au sein de l’entreprise, notamment celle établie entre délégués syndicaux et élus au comité d’entreprise. La capacité d’action et la légitimité des représentants découlent moins des règles qui encadrent leur activité et de leurs liens avec les syndicats (en tant que membres d’une liste présentée par le syndicat) que de la qualité et de la densité des relations qu’ils ont su établir au quotidien avec les salariés. La conception du syndicalisme des auteurs découle de cette analyse : le syndicat est utile parce que, extérieur à l’entreprise (ce qui ne signifie pas qu’il en est absent), « vecteur de l’affirmation des intérêts autonomes et de long terme du salariat » (p. 238), il permet aux représentants de prendre du recul par rapport aux enjeux immédiats, d’éviter l’isolement et l’appauvrissement de la qualité de la représentation.

12Contrairement à R. Hyman qui fait des idéologies syndicales un des éléments centraux de son investigation, T. Boeri affirme clairement dans sa préface que cette question ne sera pas traitée dans les contributions principalement économiques de l’ouvrage qu’il coédite. Les syndicats sont avant tout des organisations représentant les intérêts de leurs membres : les caractéristiques sociodémographiques de ces derniers priment donc sur les orientations idéologiques des organisations dont on cherche à comprendre les positionnements et les actions.» À moyen età long terme, ce que feront les syndicats dépendra principalement de qui seront leurs membres » (p. VIII). Les analyses prospectives développées s’appuient en outre sur une double vision des syndicats, fréquente en économie depuis les contributions de Richard Freeman et James Medoff (Freeman et Medoff, 1984) et Lars Calmfors et John Driffill (Calmfors et Driffill, 1988) : les syndicats ont d’un côté une attitude de type monopoliste (« rent-seeking bodies »), fondée sur la défense des acquis et des préoccupations clientélistes étroites ; de l’autre, ils peuvent contribuer à accroître le bien-être général en cherchant à remédier aux déficiences du marché. Un des buts affichés de l’ouvrage est de mettre en lumière les mesures et stratégies susceptibles de renforcer cette seconde attitude, le « beau rôle » des syndicats, qui renvoie pour l’essentiel à leur capacité à internaliser dans la relation employeur–employé des coûts autrement pris en charge par l’ensemble de la société. Notons que ce faisant T. Boeri et al. insistent sur le rôle joué par les syndicats dans la régulation macro-économique et macrosociale, en en faisant un partenaire important de l’État.

13F. Traxler et al. pensent eux aussi les syndicats dans leur relation avec les autres composantes du système de relations professionnelles et mettent l’accent sur ce que signifient l’organisation et la représentation des intérêts tant du côté patronal que syndical. Dès lors, ils rappellent que les organisations, dont l’objectif est de « convertir les intérêts individuels en buts collectifs » (p. 35), doivent définir leur domaine de représentation et veiller à ce que leurs membres se conforment aux buts de l’organisation et aux décisions collectives. Au-delà des structures de l’organisation, la question de leur pouvoir est donc décisive. Celui-ci repose d’abord sur le soutien direct des adhérents et en second lieu sur la participation à la formulation et à l’application des politiques publiques.

14Diverses conceptions du syndicalisme sont présentes dans l’ouvrage édité par D. Labbé et S. Courtois tant les sujets traités et les approches sont multiples. Toutefois, l’introduction consacrée à la situation française insiste sur le rôle irremplaçable et essentiel des syndicats dans l’entreprise où ils remplissent des fonctions de médiation, négocient des règles protectrices et les conditions de la modernisation, facilitent l’émergence et la consolidation d’identités professionnelles. Pour les auteurs, si l’affaiblissement du syndicat se poursuit, comme divers indicateurs tendent à le prouver, il ne sera plus à même de remplir ce rôle.

2. Quelles réponses syndicales aux défis actuels ?

15Redonner force au syndicalisme en enrayant la baisse de ses effectifs : tel est l’objectif de l’action de nombreux syndicats. Alors que plusieurs ouvrages, ceux coordonnés par T. Boeri et al. et par D. Labbé et S. Courtois notamment, reviennent sur l’analyse du déclin de la syndicalisation, plusieurs contributions mettent l’accent sur les stratégies déployées par les syndicats pour attirer dans leurs rangs de nouvelles couches de salariés et les fidéliser : campagne de syndicalisation aux États-Unis, offre de nouveaux services souvent plus « personnalisés » aux adhérents — comme par exemple en matière de formation professionnelle en Grande-Bretagne et aux États-Unis, lancement de campagnes pour changer l’image des syndicats (campagnes antiracistes...). Cette orientation s’appuie en particulier sur la création de nouveaux dispositifs, dont le « Organizing Institute », créé par l’AFL–CIO pour former des « experts » de la syndicalisation et présenté par Amy Foerster (Turner et al., chap. 7), est une bonne illustration.

16Par ailleurs, la négociation collective et le partenariat permettront-ils d’accroître l’influence syndicale ? L’importance de la négociation n’est mise en doute par aucun auteur même si tous ne partagent pas forcément le point de vue de F. Traxler selon lequel elle constitue l’activité première des syndicats. Le partenariat dans l’entreprise sur la voie duquel se sont engagés nombre de syndicats européens, dont assez récemment les syndicats britanniques, suscite en revanche un jugement critique de la part de R. Hyman qui note déjà les contradictions nombreuses entre la volonté de développer un modèle de partenariat et celle de maintenir un modèle d’organisation combative, notamment dans les situations conflictuelles. Il souligne surtout qu’en Grande-Bretagne, le partenariat n’est pas adossé à de nouveaux droits de représentation comme c’est le cas dans les autres pays européens. Dans ces conditions, il apporte plus aux gestionnaires et à l’entreprise, en permettant d’augmenter les performances, qu’aux salariés et à leurs syndicats. Pour R. Hyman, il manque aux salariés et au syndicalisme britanniques un socle de droits reconnus et fortement imbriqués pour se lancer sans risque dans cette nouvelle stratégie. Thèse audacieuse quand on connaît l’attachement des Britanniques à la tradition du volontarisme qui implique une suspicion à l’égard d’une régulation légale des relations collectives de travail.

17Au-delà de ces préoccupations organisationnelles et stratégiques internes, les syndicats recherchent aussi des ancrages en dehors à la fois des frontières syndicales et des frontières de l’entreprise. L’ouverture du syndicalisme aux mouvements sociaux et à la société civile fait maintenant presque partout l’objet de débats car elle touche à l’autonomie syndicale, à son identité, à ses capacités de représentation et d’action. Cette question est d’abord présente dans l’ouvrage consacré au renouveau du syndicalisme américain. Pour Paul Johnston notamment (Turner et al., chap. 2), le salut du mouvement syndical passe par sa liaison avec les mouvements sociaux et par son inscription dans un espace public local. « Le mouvement ouvrier ne se réalise pleinement que lorsqu’il suit d’autres mouvements démocratiques, voire fusionne avec eux, et lorsqu’il permet à ses participants d’agir non seulement comme travailleurs mais aussi comme membres de communautés ayant des intérêts et des identités multiples » (p. 36). En prenant davantage en charge les questions urbaines qui sont au centre de l’activité de nombreux collectifs, le syndicalisme pourrait acquérir une dimension de mouvement citoyen et ainsi retrouver la dynamique qu’il a perdue. Sans reprendre cette proposition assez radicale, d’autres auteurs mettent en évidence les facteurs qui expliquent le succès des initiatives syndicales et notamment l’adoption d’une approche qui combine la mobilisation de la base avec l’expertise (pour bien identifier les mécanismes de décision et de pouvoir dans le camp patronal) et la recherche d’alliés « externes », politiques et issus des mouvements communautaires. La proximité de ces analyses avec celles qui ont été formulées en Europe à l’occasion de quelques grands conflits fortement médiatisés (comme Renault–Vilvorde, Lu ou Moulinex) est évidente.

18La construction de solidarités au-delà des frontières nationales est quant à elle perçue comme une réponse aux défis de l’internationalisation de l’économie. Elle s’opère notamment à travers la mise en place de comités d’entreprise européens (davantage évoqués qu’étudiés dans ces ouvrages), à travers des coopérations syndicales transfrontalières, dont Gilles Nezosi souligne toutes les difficultés dans l’exemple de Longwy (Labbé et Courtois, chap. 10), ou encore par le renforcement du dialogue entre les syndicats des différents pays européens. Mais de quel dialogue ? Au dialogue social institutionnalisé au niveau européen qui n’a donné que des résultats limités, R. Hyman préfère un « dialogue social interne » au mouvement syndical qui serait issu d’initiatives de la base. C’est pour lui le moyen de répondre au besoin urgent de nouveaux modèles de solidarités et de nouvelles capacités d’intervention transnationales.

3. Quelles évolutions des systèmes de relations professionnelles ?

19On retiendra dans ces ouvrages moins ce qui a trait à l’élargissement des thèmes de la négociation (qui fait plutôt l’objet de considérations générales) que le débat sur la centralisation–décentralisation de la négociation collective, débat important pour deux raisons, comme le précisent F. Traxler et al. : d’une part la décentralisation et la fragmentation de la négociation sont largement associées à l’idée de dérégulation des conditions de travail et d’emploi dans le contexte économique actuel, d’autre part elles auraient des conséquences sur la performance économique. La thèse principale développée à ce propos par les économistes L. Calmfors et J. Driffill (Calmfors et Driffill, 1988), et reprise dans l’ouvrage de T. Boeri et al. (chap. 5), peut être résumée ainsi : les négociations salariales aux niveaux les plus centralisés et les plus décentralisés produisent de meilleurs résultats du point de vue de la performance économique que celles qui se situent au niveau intermédiaire (sectoriel). En effet dans la négociation centralisée (niveau national), les parties sont obligées d’internaliser les « externalités » salariales (inflation et chômage) et par conséquent d’adopter une politique de modération salariale dans la mesure où leurs décisions affectent l’ensemble des unités de négociation. La négociation d’entreprise a les mêmes vertus : si la hausse des salaires est trop forte, l’entreprise risque de perdre des emplois. Elle devra en effet répercuter cette hausse sur les prix des produits et donnera de la sorte un avantage à ses concurrents qui n’auront pas pratiqué la même politique. En revanche, la négociation intermédiaire est beaucoup moins contrainte : les parties peuvent décider de fortes augmentations de salaires car leur coût peut être en partie externalisé (le secteur n’assume que très partiellement l’inflation et le chômage qui pourraient résulter d’une telle décision).

20Pour F. Traxler et al., qui s’appuient sur des données concernant 20 pays de l’OCDE, il n’est pas prouvé que la centralisation ou la décentralisation de la négociation a des effets sur les coûts de main-d’œuvre et par conséquent sur les performances macro-économiques en termes d’emploi, d’inflation et de croissance économique. Ils critiquent les arguments des économistes qui selon eux se focalisent trop exclusivement sur les niveaux formels de négociation et confondent centralisation et coordination alors que c’est cette dernière qui est significative pour mesurer l’impact des institutions du travail sur la performance économique. Or la coordination ne suppose pas nécessairement l’existence de dispositifs centralisés de négociation comme le montrent plusieurs exemples. Ainsi entre 1980 et 1990, en dépit d’une tendance générale à la décentralisation de la négociation salariale, la coordination des salaires s’est poursuivie dans une majorité de pays à travers divers arrangements institutionnels émanant des États, des associations professionnelles, quelquefois des syndicats. Cette thèse fait écho à d’autres analyses comme celle de Gerhard Bosch qui qualifie de « décentralisation coordonnée » la situation actuelle en Allemagne (Bosch, 2002). Cette analyse qui met au premier plan la notion de coordination enrichit considérablement l’analyse des relations professionnelles notamment parce qu’elle incite à tenir compte du fonctionnement complexe des organisations, des mécanismes de pouvoir, de la variété des modes d’intervention de l’État en matière de salaires, et du rôle de la négociation de branche — cette négociation intermédiaire brocardée par certains économistes bien qu’elle soit toujours dominante en Europe. En permettant de dépasser l’opposition classique entre les pays selon le degré de centralisation de leurs structures de négociation, elle renouvelle les bases et les perspectives de l’analyse comparative sur ces questions.

21Dans l’ouvrage coordonné par T. Boeri et al., la question de l’évolution des systèmes de relations professionnelles embrasse également les débats cruciaux sur le rôle des syndicats dans la définition et la gestion des systèmes de protection sociale, retraites et assurance-chômage principalement (deuxième partie). Les auteurs examinent ainsi longuement l’implication possible des syndicats dans la réforme structurelle des systèmes de retraite, et ce à la lumière des conflits intergénérationnels observés au sein même des organisations syndicales : si les syndicats défendent plutôt le statu quo sur ce point, c’est simplement, notent-ils, que leurs membres sont plus âgés, bénéficient de contrats à durée indéterminée et sont en position de chef de famille. Des approches syndicales véritablement solidaires, tenant compte des perspectives de long terme, se heurteraient à une opposition aux réformes qu’alimenteraient des préoccupations internes et clientélistes renforcées par ce que les auteurs reconnaissent comme un important biais lié à l’ancienneté (« seniority bias »).

4. Convergence ou divergence des systèmes nationaux ?

22En conclusion de leur ouvrage, C. Dufour et A. Hege reviennent sur l’interrogation relative à la convergence ou divergence des modèles nationaux de représentation, fil conducteur de leur analyse. La comparaison des systèmes institutionnels aboutit toujours au même constat : les systèmes nationaux présentent de fortes dissemblances. En revanche si on regarde de près l’exercice de la représentation, les lignes de clivages se déplacent : elles s’opèrent entre les équipes — quelle que soit leur appartenance nationale — selon la qualité des relations qu’elles ont su nouer avec le groupe local de salariés et avec le syndicat, démontrant que l’exercice de la représentation dans l’entreprise avait peu à voir avec les règles qui l’organisaient, qu’elle était « affaire d’acteurs plus que de règles » (p. 246). Les quatre configurations qu’ils mettent en évidence à partir de ces critères n’épousent donc pas les différences institutionnelles des quatre pays étudiés. L’analyse de leur dynamique suggère même une tendance à une plus ample diversification des pratiques : « Les situations nationales pourraient dans l’avenir se caractériser par la variété des modes d’accès et d’exercice de la représentation, par la diversité des représentant(e)s et de leurs parcours, par la multiplicité de leurs demandes et de leurs attentes » (p. 247). Les auteurs insistent donc sur l’existence, voire le renforcement, de divergences intranationales. Mais il resterait à se demander si cette diversification répond à des demandes des salariés elles-mêmes plus hétérogènes, plus individualisées et plus complexes à définir parce qu’elles toucheraient notamment à des sujets extérieurs à la vie au travail ? De telles évolutions pourraient-elles avoir un impact sur les systèmes de règles, si l’on admet une autre hypothèse — à vrai dire éloignée de la pensée des auteurs — d’une dialectique entre règles et pratiques ?

23Sous l’intitulé du dernier paragraphe de son livre, « La fin de l’idéologie ? Au-delà des identités nationales », R. Hyman se pose lui aussi la question de la convergence ou de la divergence non pas des systèmes nationaux mais des mouvements syndicaux nationaux. L’idéologie et l’identité syndicales ont été durablement façonnées par les contextes nationaux dans lesquels les notions de classe, de marché et de société revêtaient des sens particuliers et étaient articulées de manière spécifique. L’ouverture des frontières, l’internationalisation des économies ont entraîné une « intense désorientation idéologique » (p. 173), brouillé les repères traditionnels de l’action syndicale et par là même affaibli son efficacité et sa crédibilité. Si les syndicats ne veulent pas être condamnés à négocier l’érosion des acquis dans le champ de l’État providence et de la régulation de l’emploi, ils doivent concentrer leurs efforts sur la construction d’une régulation internationale. Tâche difficile aux yeux de R. Hyman si elle n’est pas guidée par de nouvelles utopies, adossée à la conscience d’une citoyenneté européenne.

24L’objectif des travaux engagés par F. Traxler et ses collaborateurs (qui ont aussi mobilisé un réseau de correspondants dans les différents pays étudiés) est quant à lui clairement précisé dans l’introduction : « L’internationalisation pousse-t-elle au changement et en particulier à une convergence des systèmes nationaux de relations professionnelles ? Si oui, y a-t-il un modèle dominant vers lequel convergent ces systèmes nationaux ? » (p. 3). Les auteurs mettent en évidence l’existence de trois paradigmes successifs sur ce point. Dans les années 1970, s’impose celui de l’organisation qui se caractérise par un renforcement des organisations patronales et syndicales, un élargissement de leur domaine d’intervention, une influence forte qui s’exerce notamment dans le cadre d’une concertation tripartite avec l’État au niveau centralisé. Lui succède dans les années 1980 le paradigme de la désorganisation marqué au contraire par un affaiblissement et une fragmentation des organisations, une dérégulation qui va de pair avec une décentralisation de la négociation collective et un délabrement des formes de coordination avec l’État. Les années 1990 voient s’affirmer une troisième thèse, dite de la « path dependency », selon laquelle les voies de développement dépendent de la trajectoire précédemment empruntée et incarnée dans les institutions. Tandis que les deux premières thèses confortaient l’hypothèse d’une convergence des systèmes déterminée par les marchés, la troisième associe la tendance à une convergence orientée par les marchés au maintien d’une grande diversité institutionnelle : « market-driven convergence vs embedded diversity » (p. 31). Ou pour le dire comme R. Hyman, cité par F. Traxler et al., « les pressions du marché affectent indirectement les relations de travail au sens où elles sont transformées et filtrées par les institutions » (p. 289). Les États peuvent donc adopter des solutions très diverses — mais équivalentes d’un point de vue fonctionnel — pour s’adapter ou résister à la pression des marchés. L’analyse menée dans les différents pays montre néanmoins que la capacité des États à s’attaquer efficacement à la pression des marchés est liée à la présence d’un cadre légal soutenant l’action collective.

5. Conclusion

25Cette note critique a privilégié dans la présentation des ouvrages les dimensions qui font aujourd’hui l’objet de débats académiques et de controverses dans le champ politique et social. Par ce choix, elle ne rend pas pleinement compte de la richesse de leur contenu, ni de la finesse des argumentations développées. Que ce soit les analyses très documentées consacrées par R. Hyman à l’histoire des mouvements syndicaux européens, les monographies réalisées par C. Dufour et A. Hege qui donnent à voir concrètement le travail au quotidien des représentants aux prises avec les enjeux multiples et parfois contradictoires de la base, ou encore les démonstrations rigoureuses et le travail systématique sur des données statistiques variées au cœur des recherches de F. Traxler et al. et T. Boeri et al., les lecteurs trouveront de quoi compléter leurs connaissances et stimuler leur réflexion sur les évolutions récentes et les perspectives du syndicalisme et des relations professionnelles aux États-Unis et en Europe. À cet égard, davantage d’éléments sur la façon dont les acteurs syndicaux se construisent et s’investissent véritablement au niveau européen auraient utilement étoffé des analyses relatives au devenir du mouvement syndical. C’est ce que propose déjà Jean-Marie Pernot en examinant l’évolution de la perception de l’Europe dans les représentations des syndicats français (Labbé et Courtois, chap. 8). Il reste que l’ensemble des analyses présentées dans ces six ouvrages centrés sur le syndicalisme et les relations professionnelles nous semblent montrer tout l’intérêt pour la sociologie du travail de s’ouvrir à des terrains et à des perspectives d’analyses à la fois pluridisciplinaires et internationaux.

Haut de page

Bibliographie

Bosch, G., 2002. L’évolution de la négociation collective en Allemagne : une décentralisation coordonnée. Travail et emploi 92, 19–41.

Calmfors, L., Driffill, J., 1988. Bargaining Structure, Corporatism and Macroeconomic Performance. Economic Policy, April.

Freeman, R., Medoff, J., 1984. What do Unions do? Basic Books Inc., New York.

Locke, R., Kochan, T., Piore, M., 1995. Repenser l’étude comparée des relations professionnelles : les enseignements d’une recherche internationale. Revue internationale du travail 134 (2), 153–177.

Rehfeldt, U., 1991. Le syndicalisme allemand entre branche et enterprise. CFDT Aujourd’hui 103, 63.

Rigby, M., Smith, R., Lawlor, T. (Eds.), 1999. European Trade Unions: Change and Response. Routledge, London, New York.

Haut de page

Notes

1 Colloque « L’évolution du monde syndical », Cerat–GEODE, juin 1999.

2 L’importance des comparaisons sectorielles internationales a été notamment soulignée par Richard Locke, Thomas Kochan et Michael Piore (Locke et al., 1995). L’ouvrage de Mike Rigby, Roger Smith et Teresa Lawlor (Rigby et al., 1999), dont la problématique est très proche de celles des ouvrages présentés ici, offre un bon exemple de ce type d’analyse, en comparant pour cinq pays l’action syndicale dans les secteurs de l’électronique, de l’agro-alimentaire, de la banque et de l’administration publique.

3 « Cette loi (de 1920 sur les conseils d’entreprise) constitue ainsi l’acte de naissance de la structure « duale » de la représentation des intérêts que les réformes successives, après la parenthèse de la période nazie, ne devaient jamais remettre fondamentalement en cause » (Rehfeldt, 1991).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Béthoux et Annette Jobert, « Regards sur les relations professionnelles nord-américaines et européennes : évolutions et perspectives », Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 2 | 2004, 261-270.

Référence électronique

Élodie Béthoux et Annette Jobert, « Regards sur les relations professionnelles nord-américaines et européennes : évolutions et perspectives », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 2 | Avril-Juin 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/29066 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.29066

Haut de page

Auteurs

Élodie Béthoux

Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE), CNRS–université Paris X, Maison Max Weber, 200, avenue de la République, 92000 Nanterre, France

Articles du même auteur

Annette Jobert

Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE), CNRS–université Paris X, Maison Max Weber, 200, avenue de la République, 92000 Nanterre, France
annette.jobert[at]u-paris10.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals