Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 46 - n° 2Comptes rendusPierre-Michel Menger, Portrait de...

Comptes rendus

Pierre-Michel Menger, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme

Seuil, coll. « La République des idées », Paris, 2002, 96 p.
Laure de Verdalle
p. 287-289
Référence(s) :

Pierre-Michel Menger, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Seuil, coll. « La République des idées », Paris, 2002, 96 p.

Texte intégral

1Loin des représentations traditionnelles de l’artiste, détaché des réalités matérielles, le travail artistique serait aujourd’hui un avant-poste des marchés de l’emploi capitalistes. Telle est l’idée défendue par le nouveau livre de Pierre-Michel Menger, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme. Publié dans la collection « La République des idées » au Seuil, le texte répond aux contraintes du genre (96 p.). P.‑M. Menger a su s’approprier ce format court pour revenir de façon claire et synthétique sur une problématique qui lui tient à cœur : les mondes de l’art comme révélateurs et précurseurs des transformations contemporaines des marchés du travail (rappelons que le centre de sociologie des arts, laboratoire dirigé par P.‑M. Menger, a changé récemment de nom pour devenir le centre de sociologie du travail et des arts, témoignant ainsi de l’élargissement de ses thématiques de recherche, au-delà du domaine des arts).

2Depuis les travaux de Raymonde Moulin et d’Howard Becker, nous savons que les mondes de l’art peuvent être étudiés comme des mondes du travail ordinaire. Dans sa préface à la traduction française de l’ouvrage d’H. Becker, Les mondes de l’art (1988), P.‑M. Menger insistait ainsi sur la fécondité d’une approche qui contribuait à faire de l’art un objet « normal » de la sociologie. Il va ici plus loin en regardant le créateur comme « une figure exemplaire du nouveau travailleur » et s’appuie pour cela sur les recherches menées dans d’autres secteurs d’activité par des sociologues, des économistes et des juristes (on peut d’ailleurs regretter que le format de l’ouvrage ne comprenne pas une bibliographie récapitulative mettant en valeur ces différentes références, dont plusieurs appartiennent à la littérature anglo-saxonne). L’ouvrage tout entier prend donc la forme d’une démonstration en faveur de cette thèse : « C’est dans les paradoxes du travail artistique que se révèlent quelques-unes des mutations les plus significatives du travail et des systèmes d’emploi modernes. »

  • 1 P.‑M. Menger revient à plusieurs reprises dans cet essai sur les rapprochements qu’il est possible (...)

3La première partie du livre revient sur les différentes positions théoriques « qui ont accompagné la pénétration du capitalisme marchand dans la sphère des arts depuis plus de deux siècles ». Bien argumentée, cette présentation se veut aussi une évaluation critique des arguments mobilisables pour penser le travail artistique. Elle se construit autour des notions d’originalité, d’innovation et d’inégalité, qui fondent le socle de la réflexion de P.‑M. Menger dans cet essai. La première position, la défense de l’extériorité de l’art par rapport au monde économique, prend appui sur les premiers écrits de Marx qui font du travail artistique le modèle du travail non aliéné. Mais elle évacue la question de l’originalité et donc du processus de différenciation à l’œuvre dans les mondes de l’art. La seconde position, héritée de l’école de Francfort, analyse l’art dans son opposition au jeu du marché, tantôt assujetti, tantôt résistant. La troisième position au contraire, prête à l’art un « pouvoir dissolvant sur le capitalisme » et P.‑M. Menger évoque ici les travaux de Daniel Bell. La dernière position enfin fait des secteurs « créatifs », l’art et la science1, une source d’inspiration pour l’ensemble des mondes de production. Luc Boltanski et Ève Chiapello ont bien décrit dans Le nouvel esprit du capitalisme les discours managériaux qui s’appuient sur une telle rhétorique. Pour P.‑M. Menger, si les mondes de l’art exercent une telle fascination, c’est d’abord parce qu’ils « ont appris à composer avec les pressions de l’efficacité économique et les critères de profitabilité, non pour s’en exonérer, mais pour les accommoder à leurs principes directeurs ».

4La seconde partie du livre, consacrée à la question des inégalités, s’appuie largement sur les acquis des enquêtes empiriques menées par le centre de sociologie du travail et des arts. L’argumentaire de P.‑M. Menger se construit ici autour de l’incroyable mise en spectacle des inégalités caractérisant les mondes de l’art. Le constat est simple : dans les mondes de l’art, les inégalités et les écarts de réussite sont tolérés et même célébrés comme dans aucun autre domaine d’activité, le marché amplifiant ce processus de différenciation. Deux facteurs se combinent : dans des marchés fortement concurrentiels de type « winner takes all » (Franck et Cook, 1995), des différences minimes de talent engendrent de fortes inégalités ; les appariements par niveau de réputation (Faulkner, 1983 ; Faulkner et Anderson, 1987) renforcent la hiérarchie des positions. L’engagement dans des carrières aussi incertaines repose sur deux mécanismes : l’espérance d’un gain élevé et l’existence de gratifications non monétaires. La mise en spectacle des mécanismes de concurrence par des épreuves fréquentes de comparaison interindividuelle vient légitimer ces écarts de réussite.

5La troisième partie, consacrée aux systèmes d’emploi, présente les arts comme « laboratoire de la flexibilité ». La part des mondes de l’art dans la réflexion de P.‑M. Menger tend pourtant à s’amenuiser pour laisser place à une analyse plus large des transformations du marché du travail contemporain. Les premières pages de cette partie évoquent certes les modes de régulation caractérisant l’emploi artistique (travail en free lance, contrats de courte durée, chômage frictionnel, flexibilité). Mais rapidement, P.‑M. Menger donne à sa réflexion une orientation plus générale en s’intéressant à la fragmentation du salariat, à la montée des emplois atypiques et à l’hybridation des statuts d’activité, phénomènes qui dépassent largement le domaine des arts mais qui ne sauraient surprendre le sociologue qui depuis longtemps observe les activités artistiques. Émerge ainsi, avec le recours croissant aux termes de compétence et de gestion par projet, la figure d’un professionnel « entrepreneur de sa carrière ». P.‑M. Menger souligne néanmoins que cette figure tient plus du modèle organisationnel et qu’il ne s’agit pas d’en faire un peu naïvement « l’entière réalité du marché ».

6Pour P.‑M. Menger d’ailleurs, l’analyse des formes du travail artistique constitue « un bon guide pour identifier les séductions et les écueils de l’enrichissement du travail en autonomie, en responsabilité, en créativité, et de l’exposition vivement inégalitaire aux risques corrélatifs ». La question du risque et de sa collectivisation reste entière, à l’heure où se profile une réforme du régime des intermittents du spectacle. Car les mondes de l’art en France, s’ils fonctionnent selon des modèles organisationnels « avant-gardistes », bénéficient surtout d’un filet de sécurité incarné par le régime de l’intermittence. C’est peut-être là que l’idée d’une généralisation des pratiques en vigueur dans le travail artistique trouve ses limites, comme le suggère P.‑M. Menger dans la conclusion de cet essai stimulant, qui a le mérite de clarifier ce jeu de transfert entre les mondes de l’art et les autres sphères de production.

Haut de page

Bibliographie

Faulkner, R., 1983. Music on Demand. Transaction Books, New Brunswick.

Faulkner, R., Anderson, A., 1987. Short-term Projects and Emergent Careers: Evidence from Hollywood. American Journal of Sociology 92, 879–909.

Franck, R., Cook, P., 1995. The Winner-Take-All Society. The Free Press, New York.

Haut de page

Notes

1 P.‑M. Menger revient à plusieurs reprises dans cet essai sur les rapprochements qu’il est possible de tracer entre l’art et la science, deux mondes au sein desquels le savoir et l’innovation occupent une place centrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure de Verdalle, « Pierre-Michel Menger, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme »Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 2 | 2004, 287-289.

Référence électronique

Laure de Verdalle, « Pierre-Michel Menger, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 2 | Avril-Juin 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/29156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.29156

Haut de page

Auteur

Laure de Verdalle

Urbanisation, culture et société, Institut national de la recherche scientifique (INRS), 3465, rue Durocher, Montréal (Québec), Canada H2X 2C6
Laure_DeVerdalle[at]inrs.ucs.uquebec.ca

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search