Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Daniel M. G. Raff et Philip Scranton (dir.), The Emergence of Routines: Entrepreneurship, Organization, and Business History

Oxford University Press, Oxford, 2017, 400 p.
Eric Godelier
Référence(s) :

Daniel M. G. Raff et Philip Scranton (dir.), The Emergence of Routines: Entrepreneurship, Organization, and Business History, Oxford University Press, Oxford, 2017, 400 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Routines, Organisation
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre cherche à mieux comprendre comment naissent les organisations, et notamment les entreprises conçues comme une des formes d’organisation de l’action collective. Avec un regard d’historiens, les auteurs interrogent les théories économiques lorsqu’elles s’intéressent à l’évolution, à la sélection ou à la disparition des organisations. On pense évidemment ici aux théories évolutionnistes de la firme et à leurs conclusions sur les routines, qui déterminent les performances et guident la trajectoire technologique de l’entreprise.

2À l’origine de cette publication, il y a le constat d’une abondance d’écrits sur l’entrepreneuriat, conçus la plupart du temps pour répondre à une demande de l’opinion publique, des décideurs ou des étudiants de MBA (Master of Business Administration). Dans leur grande majorité, ils proposent des idées prêtes à l’emploi — qui, dans la pratique, ne se révèlent pas toujours efficaces. À l’inverse, rares sont les recherches factuelles ou longitudinales. C’est cette lacune que cherchent à combler les travaux présentés ici.

3Pour définir une « routine », Daniel Raff et Philip Scranton reprennent le modèle de John Dewey qui pose trois déterminants au comportement humain : l’habitude, l’impulsion, et enfin la délibération ou la réflexion. Une routine constitue le pendant organisationnel de l’habitude chez l’individu. Autrement dit, la routine est une chose que l’organisation sait comment faire et dont le principe est répétable. Elle permet de définir l’identité organisationnelle. Dans cette perspective, l’identité tient non pas à ce que fait l’organisation, mais à la possibilité de reproduire dans la continuité ses actions et son activité.

  • 1 Outre les coordinateurs de l’ouvrage, les auteurs des contributions rassemblées sont : Michele Alac (...)

4S’appuyant sur onze études de cas historiques, les auteurs étudient comment les routines sont inventées et mises en place1. Pas à pas, ils interrogent l’orthodoxie schumpétérienne qui présente l’innovation comme la simple monétisation d’une idée découverte dans la sphère scientifique. Ailleurs, la recherche historique avait déjà montré que, en guise d’innovation, de nombreuses entreprises, notamment les plus grandes, se contentent d’acheter des licences. Cette première conclusion réduit considérablement le rôle économique et social attribué à l’« entrepreneur » dans le processus d’innovation et le développement du capitalisme. Ensuite, l’histoire démontre que le financement de l’innovation par des « business angels » s’appuie souvent sur des perspectives de profit impossibles à démontrer. Leurs décisions reposent sur des représentations valables pour des entreprises qui existent déjà. Dans ces conditions, les procédures et les décisions qui légitiment leur soutien ressemblent à des prophéties subjectives, mais sont présentées avec un vernis de rationalité.

5Face à un tel constat, il était urgent d’aller plus loin pour comprendre comment et dans quel contexte apparaissent de nouvelles communautés de pratiques, représentations collectives ou méthodes de management. Quand et comment celles-ci permettent-elles des innovations ? Bref, comment se constituent des répertoires ou des grammaires de l’action collective organisée ?

6L’ouvrage, organisé en trois parties, s’étend de la fin du XIXe siècle à la fin du XXe siècle. La première partie, centrée sur les « Initiatives », décrit quatre exemples de lancements de nouvelles routines. On y parcourt la distribution d’ouvrages (après 1926), la recherche chez Alcoa, l’invention d’une pensée globale chez Motorola (1980-1990), l’impact de nouvelles normes gouvernementales sur l’entreprise Bell ou l’action de l’agence fédérale de protection de l’environnement. La deuxième partie s’intéresse aux « Operations », ces routines qui permettent le fonctionnement quotidien. On y découvre le département « achats » de Ford (1907-1925), la construction des grands ponts métalliques (1865-1880) ou la controverse sur le meilleur modèle de barrages hydrauliques (1910-1930), ainsi que la façon dont l’État fédéral a incité et contrôlé la recherche chez les fournisseurs d’armement à partir de 1942. Dans une troisième partie, intitulée « Transitions », les études de cas expliquent comment certaines routines ont permis le changement et l’innovation. Du côté des banques, l’informatisation des méthodes de crédit (1960-1970), ou la gestion des demandes de prêts à la Banque mondiale — sous l’influence d’Albert Hirschman —, éclairent le fonctionnement réel de ces organisations. Entre 1970 et 1990, la conception d’un nouveau type de moteur moins polluant fait émerger une communauté de pensée et d’action et des routines inter-organisationnelles dans le secteur automobile. Touches après touches, le lecteur dispose ainsi d’une vision plus précise de l’élaboration et du fonctionnement des « routines ».

7Ces sujets ont déjà été étudiés en gestion ou en sociologie. On pense par exemple aux recherches sur l’apprentissage organisationnel, la mémoire des entreprises ou encore le chemin de dépendance stratégique. Cité en introduction de l’ouvrage, James March a démontré les différences entre l’exploration et l’exploitation au sein des organisations.

8Les onze études de cas dialoguent bien avec ces différents cadres d’analyse. Elles précisent comment les organisations (ou certains de leurs membres) parviennent plus ou moins bien à formaliser certaines règles. Elles améliorent la connaissance de la façon dont certaines pratiques ou certains savoirs passent d’une forme implicite à une forme explicite.

9En présentant un ensemble de recherches historiques, ce livre permet de dépasser les conclusions reposant exclusivement sur le fonctionnement d’organisations encore en activité (on pense par exemple à l’écologie des populations d’organisations). La plupart des jeunes organisations disparaissant rapidement, l’observation de l’innovation et des routines qui y sont à l’œuvre implique le recours à l’histoire et, en particulier, un accès systématique et rigoureux aux sources (archives, entretiens). Par-delà la rigueur méthodologique il s’agit aussi, grâce à l’attention portée aux détails concrets, de préciser et d’élargir le cadre d’analyse de la construction du processus d’innovation et des routines sur lesquelles repose le travail de management.

Haut de page

Notes

1 Outre les coordinateurs de l’ouvrage, les auteurs des contributions rassemblées sont : Michele Alacevich, Glen Asner, John K. Brown, Martin Collins, Margaret Graham, Donald C. Jackson, Ann Johnson, Josh Lauer, Andrew Russell, Lee Vinsel et Damon Yarnell (NDLR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Godelier, « Daniel M. G. Raff et Philip Scranton (dir.), The Emergence of Routines: Entrepreneurship, Organization, and Business History », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 3 | Juillet-Septembre 2018, mis en ligne le 06 septembre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2941

Haut de page

Auteur

Eric Godelier

École Polytechnique
Département Humanités et Sciences Sociales
91128 Palaiseau, France
eric.godelier[at]polytechnique.edu

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals