Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Louis Chauvel, La spirale du déclassement. Essai sur la société des illusions

Le Seuil, Paris, 2016, 214 p.
Marion Plault
Référence(s) :

Louis Chauvel, La spirale du déclassement. Essai sur la société des illusions, Le Seuil, Paris, 2016, 214 p.

Texte intégral

1Dès la première page, Louis Chauvel annonce le ton de son ouvrage. Et celui-ci est sombre, voire dramatique. Prenant appui sur l’analyse de nombreuses données statistiques issues de sources variées et sur ses ouvrages précédents, L. Chauvel développe ici une thèse forte et sujette à controverse : les classes moyennes françaises seraient prises dans une « spirale du déclassement » qui condamnerait à terme l’idéal de société construit autour du progrès générationnel. Le socle de notre « civilisation de classe moyenne » serait attaqué par cinq éléments corrosifs qui constituent autant de chapitres du livre. Comme à son habitude, L. Chauvel articule avec brio analyse statistique, sociologique et économique. Pour autant, sa démonstration ne convainc pas toujours.

2Selon L. Chauvel, l’idéal de la « civilisation de classe moyenne » s’effrite sous l’action conjuguée de cinq éléments corrosifs : l’essor des inégalités de patrimoine ; la désagrégation des classes moyennes ; le creusement d’une fracture générationnelle ; le « grand déclassement » qui se joue au niveau mondial ; le déni des intellectuels et des politiques face à ces évolutions. La combinaison de ces éléments produirait un déclassement systémique qui toucherait non seulement les classes populaires mais aussi les classes moyennes, appréhendées comme le substrat de notre société actuelle.

3Dans un premier chapitre tout à fait passionnant, L. Chauvel montre que la position des classes moyennes est d’abord déstabilisée par l’essor des inégalités de patrimoine. En prenant en compte cette dimension rarement mise en avant dans l’analyse des inégalités en sociologie, il met à jour un phénomène important : alors qu’après 1945 le patrimoine tendait à perdre de son poids face aux revenus du travail, c’est à l’inverse un phénomène de repatrimonialisation qui s’affirme depuis les années 1990. Ce dernier participe à l’établissement d’une nouvelle hiérarchie au sein même des classes moyennes entre les positions des individus qui possèdent déjà un patrimoine et ceux qui ne bénéficient que des revenus issus de leur travail.

4L. Chauvel entend ensuite montrer que le sentiment de déclassement des classes moyennes correspond à une réalité : celles-ci se désagrègeraient sous l’effet de plusieurs facteurs parmi lesquels la dégradation de leur pouvoir d’achat, l’augmentation de leur vulnérabilité face au chômage et la dévaluation des titres scolaires. Les piliers de la civilisation de classe moyenne s’en trouveraient fissurés : le noyau central de notre société serait donc de moins en moins protégé. Notre modèle de protection sociale pourra t-il se maintenir face à cette évolution ? Pour L. Chauvel, il est aujourd’hui clairement dépassé.

5En effet il existe selon lui une fracture générationnelle entre les cohortes nées dans les années 1940 et les cohortes suivantes. Alors que les premières ont bénéficié de conditions particulièrement avantageuses lors de leur phase d’insertion professionnelle et ont conservé ce bénéfice tout au long de leur carrière, les secondes connaissent des conditions d’emploi beaucoup plus dégradées. Ainsi, alors que les premières « pillent des ressources sociales qui ne se renouvelleront pas, [elles] sapent […] l’avenir collectif des générations futures » (p. 133). Ces « générations sacrifiées » feraient face à d’importantes désillusions entretenues entre autres par la dévaluation des titres scolaires, la baisse de leur pouvoir d’achat immobilier et un manque de représentation politique.

6Dans le quatrième chapitre, L. Chauvel cherche à nous convaincre de l’imminence d’une autre menace, le « grand déclassement » (terminologie malheureuse qui n’est pas sans rappeler celle du « grand remplacement ») qui se joue au niveau mondial. Les revenus des classes moyennes françaises seraient progressivement rattrapés par ceux des travailleurs des pays moins riches. Selon l’auteur, l’avenir sera en France celui d’une augmentation inéluctable des inégalités aux extrêmes de la distribution et d’un retour des structures de classes. Ce pessimisme est doublé par le fait que l’absence de contrepoids idéologiques ou identitaires (la « grande anomie identitaire » des classes moyennes) n’offre pas les conditions nécessaires à une mobilisation face à cette montée des inégalités.

7On le comprend, le message alarmiste de L. Chauvel porte à controverse — et l’auteur en a conscience. C’est pourquoi il s’intéresse enfin au « mur du déni » auquel il se dit confronté et qui participerait par lui-même à la spirale du déclassement. Selon lui, les classes privilégiées (dont font partie les intellectuels et les politiques mais aussi les générations « chanceuses ») nient la tendance qu’ont les situations de déclassement à devenir systémiques. Les sociologues sont particulièrement visés, l’auteur leur reprochant d’étudier « la construction sociale de la réalité » plutôt que « la réalité des constructions sociales » et de participer ainsi à la « société des illusions où l’idée même de porter un diagnostic critique sur la situation, pour en rétablir une juste définition, est presque impossible » (p. 202).

8L’intérêt majeur de l’ouvrage de L. Chauvel consiste en sa vraie volonté didactique pour exposer les résultats issus de ses nombreuses investigations statistiques. Les métaphores et les explications quant à la construction des indicateurs permettent aux lecteurs de saisir facilement les principaux résultats. Les lecteurs familiers de sociologie quantitative pourront par ailleurs se pencher avec intérêt sur les notes qui abordent des méthodologies jusqu’alors peu usitées en sociologie quantitative française. L’auteur développe également des concepts heuristiques : c’est le cas de l’effet de fronde qui permet de comprendre le creusement des écarts aux extrêmes de la distribution ou encore de la notion de groupe de distance, symétrique à celle de groupe de référence.

9Mais sans prise de recul, le lecteur risque de fermer cet ouvrage sur la crainte d’un avenir apocalyptique dans un monde en « déconstruction » au sein duquel les fractures entre générations ne peuvent, en l’état, que croître. Car, si avec cet ouvrage L. Chauvel fait encore une fois la preuve de la grande cohérence de sa pensée, il accuse une tendance qui lui a déjà été reprochée : la généralisation abusive de certains résultats. C’est en particulier le cas à la fin du chapitre 2 lorsqu’il aborde la question de l’« affaiblissement des sept piliers de la civilisation de classe moyenne » ou dans le chapitre 3 lorsqu’il cherche à faire de la dévaluation des titres scolaires un des facteurs explicatifs du taux de suicide ou d’usage de stupéfiants. Ce travers est également visible dans l’interprétation de certains tableaux et graphiques, par exemple concernant l’évolution du taux de chômage des professions intermédiaires (celui-ci étant nettement stabilisé au cours des années 2000). Et les exemples sont multiples. De même, on regrettera l’absence de débat approfondi sur des notions qui sont loin de faire consensus en sociologie, comme l’inflation des titres scolaires. C’est donc, au bout du compte, un livre qui ne manquera pas de susciter intérêt et polémiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Plault, « Louis Chauvel, La spirale du déclassement. Essai sur la société des illusions », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 3 | Juillet-Septembre 2018, mis en ligne le 06 septembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2965

Haut de page

Auteur

Marion Plault

Laboratoire Printemps, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines, UFR des sciences sociales, 47, Boulevard Vauban, 78047 Guyancourt Cedex, France
marion.plault[at]hotmail.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals