Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte. Une sociologie de la justice des mineurs

Éditions de l’EHESS, Paris, 2016, 232 p.
Lola Zappi
Référence(s) :

Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte. Une sociologie de la justice des mineurs, Éditions de l’EHESS, Paris, 2016, 232 p.

Résumé

Justice, Mineurs

Haut de page

Texte intégral

1Peut-on encore renouveler le champ d’étude de la délinquance juvénile en sciences sociales ? L’ouvrage de Nicolas Sallée, issu de sa thèse, semble nous prouver que cela est possible. L’auteur choisit en effet un angle d’étude original : plutôt que de se pencher sur la délinquance elle-même, ou sur son traitement juridique, il choisit de déplacer le regard vers les éducateurs de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ). En inscrivant son travail dans le champ de la sociologie des professions, Nicolas Sallée propose des pistes de compréhension renouvelées sur la fabrique du système judiciaire français de protection des mineurs. La problématique centrale de l’ouvrage est en effet celle-ci : comment concilier une prise en charge se voulant éducative ou rééducative avec la dimension punitive de ces mesures judiciaires ? Comment les éducateurs façonnent-ils leur métier en fonction de cette tension originelle qui habite la justice des mineurs et dont l’équilibre ne cesse d’évoluer au gré des périodes historiques ? L’auteur fonde son étude sur un ensemble de matériaux comprenant autant des sources archivistiques, en particulier par les archives syndicales, que l’exploitation de son terrain propre mêlant observation et entretiens oraux. L’ouvrage comprend deux parties. La première, socio-historique, analyse la genèse de l’Éducation surveillée et son orientation par le droit, les savoirs médico-judiciaires ainsi que la pratique professionnelle mise en place par les éducateurs. La deuxième partie explore le fonctionnement du métier d’éducateur à travers l’étude de différents types de structures d’accueil pour mineurs sous main de justice.

2La première partie de l’ouvrage s’ouvre par deux chapitres consacrés à l’émergence de la justice des mineurs depuis le XIXe siècle. D’une écriture précise et claire, s’appuyant principalement sur la riche littérature historienne consacrée à la question tout en mobilisant des documents d’archives propres, N. Sallée propose une histoire des savoirs sur la délinquance juvénile. La question du regard médical sur la criminalité dans le premier XXe siècle, en particulier, donne lieu à de passionnants développements sur la psychiatrisation de la délinquance aux dépens d’une analyse des facteurs sociaux. La véritable originalité de cette première partie tient cependant dans les chapitres trois et quatre, consacrés à l’évolution de la profession d’éducateur de la PJJ depuis 1945, qui constituent l’entrée dans le vif de la thèse. Le chapitre trois se penche sur la construction d’une identité professionnelle forte dans ce corps professionnel. Les années suivant Mai 1968 sont marquées par une remise en cause de l’ordre judiciaire de la part des éducateurs qui revendiquent la dimension avant tout éducative de leur travail. L’auteur montre cependant que malgré ces discours, la sanction pénale n’est jamais absente d’une pratique professionnelle tendant à renvoyer vers le juge les jeunes considérés comme les plus « difficiles » (p. 91). Les années 1990 et 2000 sont, elles, marquées par un durcissement du discours judiciaire envers le traitement de la délinquance juvénile et par un recours plus fréquent aux peines d’emprisonnement.

3La seconde partie de l’ouvrage plonge dans la pratique professionnelle quotidienne des éducateurs. Elle s’éloigne de la simple monographie grâce au choix pertinent de l’auteur de mener une étude sur différentes structures, abordées dans chacun des trois chapitres qui divisent cette partie : le premier service observé est ainsi réservé à une prise en charge dite « en milieu ouvert », le deuxième est un centre éducatif fermé (CEF) et les deux derniers des prisons pour mineurs. Cette diversité permet à l’auteur de confronter l’éthique professionnelle construite par les éducateurs à l’évolution de leur mission vers un traitement plus répressif de la délinquance juvénile. L’accompagnement en milieu ouvert continue de représenter chez de nombreux éducateurs de la PJJ l’idéal d’une prise en charge avant tout éducative. L’auteur rappelle néanmoins que, dans ce secteur, la tâche des éducateurs ne se limite pas à une mission d’accompagnement, mais comporte également au préalable une mission d’investigation, destinée à analyser la situation du jeune afin d’établir un « diagnostic éducatif » (p. 117), qu’il aurait été intéressant d’analyser plus en profondeur, notamment dans son articulation avec les mesures d’accompagnement. Il est également étonnant de ne pas voir apparaître dans l’étude le rôle joué par les familles des jeunes, qui sont pourtant des interlocuteurs incontournables pour les éducateurs en milieu ouvert. Malgré ces écueils, l’auteur développe une réflexion très pertinente sur la fabrique d’une profession à travers sa pratique quotidienne, en croisant méthode d’observation et entretiens oraux. On retiendra en particulier l’analyse de la tentative de mise en cohérence du travail mené par le biais de réunions hebdomadaires en équipe qui participent d’une « fabrique collective de raisonnements éducatifs » (p. 117). Au sein des établissements fermés, la sévérité de la prise en charge est justifiée comme une ressource éducative en tant que telle, permettant de réguler le comportement des jeunes les plus difficiles. Les éducateurs reprennent ainsi à leur compte la théorie d’inspiration psychanalytique dite de la « contenance » (p. 106 et 150) qui marque le nouvel essor des savoirs psychiatriques au sein de la justice des mineurs.

4L’ouvrage de N. Sallée répond à son ambition d’analyser les tensions qui agitent le monde des éducateurs de la PJJ entre aspiration éducative de leur métier et retour en puissance d’un traitement plus répressif de la délinquance juvénile. Cette étude ouvre des pistes fructueuses pour la compréhension du système judiciaire de protection des mineurs, mais laisse néanmoins certaines questions en suspens qui stimuleront peut-être de nouvelles études. La rétrospective historique de l’ouvrage invite en effet les historiens à questionner à leur tour la fabrique des professions entourant la protection judiciaire de la jeunesse, qu’il s’agisse des magistrats, des assistantes sociales ou encore du personnel des colonies pénitentiaires. En sociologie, le champ de la protection de la jeunesse a suscité de nombreux travaux du côté de la délinquance juvénile, mais la protection civile de l’enfance reste encore largement à explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lola Zappi, « Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte. Une sociologie de la justice des mineurs », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 3 | Juillet-Septembre 2018, mis en ligne le 06 septembre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2981

Haut de page

Auteur

Lola Zappi

Centre d’Histoire de Sciences Po (CHSP)
56, rue Jacob, 75006 Paris, France
lola.zappi[at]sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals