Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 46 - n° 4Comptes rendusOlivier Nay, Andy Smith (dir.), L...

Comptes rendus

Olivier Nay, Andy Smith (dir.), Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action publique

Economica, Paris, 2002 (237 p.)
Gilles Jeannot
p. 547-549
Référence(s) :

Olivier Nay et Andy Smith (dir.), Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action publique, Economica, Paris, 2002, 237 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif de politistes contribue au programme d’analyse de l’action publique « en train de se faire » en attirant l’attention sur les acteurs qui sont « entre », qu’ils soient élus ou fonctionnaires. Il part de l’hypothèse que les lieux de « passage » entre « univers institutionnels » sont plus que de simple relais, des espaces de construction de l’action. Dans l’introduction Olivier Nay et Andy Smith proposent de distinguer deux catégories d’intermédiaires : le courtier et le généraliste. Le courtier cherche à trouver des solutions acceptables par des groupes éloignés. Il représente le volet stratégique de la médiation. Cette figure est en particulier illustrée à travers la fonction de représentation des intérêts locaux, assez classiques, pour la science politique. Il est remarquable cependant que celle-ci s’impose dans deux assemblées nouvelles, l’assemblée régionale (Olivier Nay) et le Parlement européen (Olivier Costa) qui n’avaient pas été conçues pour encourager ce type de pratiques. Le généraliste correspond à la perspective cognitive, il produit un langage commun et « supérieur » à celui des parties. Cette notion est mise dans l’introduction en équivalence avec le terme de « traducteur » proposé par la nouvelle sociologie des sciences, sans s’y réduire complètement.

2Plusieurs intermédiaires de ce second type (individus ou collectifs) nous sont ainsi donnés à voir. Leon Brittan, le commissaire européen à la concurrence, présenté par A. Smith, a joué un tel rôle en montrant comment la grille de lecture anti-concurrentielle pouvait permettre de mettre en relation les positions de toutes les autres directions sectorielles de la Commission européenne. Le SGCI (secrétariat général du Comité interministériel), dont Jean-Michel Eymeri donne une lecture goffmanienne, est placé entre les différents ministères aux intérêts contradictoires pour définir « une position de la France » dans les affaires européennes. La commission menée par Jean Picq, qu’analyse Philippe Bézès, avait pour objectif d’élaborer un point de vue « intégrateur et reconstructeur » qui unifie les doctrines des différents ministères sur la réforme de l’État. Et les « référents », qui intéressent Jacques de Maillard, sont nommés par le préfet dans chaque direction départementale pour faciliter une convergence des interventions de l’État dans ce domaine.

3Ces études de cas montrent tout l’intérêt d’avoir conservé ce terme de « généraliste » issu du sens commun. En effet, la capacité à intervenir dans les secteurs particuliers, et pas seulement à produire des énoncés transversaux, apparaît fondamentale. C’est ainsi parce qu’il ne se contente pas de proposer un modèle de référence mais qu’il rentre dans les dossiers de ses collègues pour en montrer chaque fois la pertinence que L. Brittan a réussi à imposer ce modèle anti-concurrentiel intégrateur. C’est parce que J. Picq s’efforce de discerner ce pour quoi il doit bien se fier aux analyses des spécialistes sectoriels et ce pour quoi il pourra imposer ses solutions contre leur avis spécialisé qu’il a pu bousculer certains blocages ministériels. C’est parce que, comme marginaux sécants, les correspondants de la politique de la ville, connaissent bien leur propre administration qu’ils peuvent aider le préfet dans sa tâche de coordination.

4On peut noter aussi que les activités « cognitives » et le travail social fin qui permet de faire tenir la légitimité de ces acteurs intermédiaires sont dans tous les cas mêlés à des pratiques de négociation des plus triviales. Ceci est plus particulièrement illustré dans le cas du responsable de fédération socialiste, présenté par Frédéric Sawicki, qui doit unifier la position de sa section régionale et se poser entre ce collectif et le gouvernement de son bord politique. S’il parvient à faire émerger un consensus autour de solutions innovantes et à obtenir des ressources importantes de l’État sur ces projets, c’est en partie par sa capacité à reformuler des attentes différentes et à donner du sens à cette action commune (« traduction »). Mais c’est aussi parce qu’il sait le moment venu emporter la création par le gouvernement socialiste d’une université nouvelle en faisant un chantage à la présentation d’une motion au congrès de Rennes ou qu’il obtient des améliorations du réseau ferroviaire secondaire en échange d’un soutien au choix controversé d’une gare TGV.

5Les études de cas, par-delà le décryptage des opérations effectuées (cognitives ou stratégiques), permettent enfin — comme y invite la manière de post-face de Jean-Pierre, Gaudin — de mettre en évidence l’importance des positions tenues par ces professionnels de la médiation. Tout d’abord, il semble bien que toutes les positions institutionnelles ne soient pas également favorables à l’élaboration de compromis. La capacité à ne pas se mettre en avant, à ne pas donner l’impression de s’approprier la solution proposée apparaît dans plusieurs cas comme un atout. Une telle attitude est cependant difficile à tenir pour la plupart des élus qui doivent bien, pour leur réélection, tirer à un moment les marrons du feu ; ils sont alors plus à l’aise dans l’activité de courtier. Il ne faut pas non plus négliger les conditions externes qui permettent aux généralistes d’être reconnus. L’exemple le plus clair de ce point de vue est la manière dont historiquement le SGCI a tiré sa légitimité du conflit récurrent entre deux ministères importants. Ceci ouvre alors, comme le suggère J.‑P. Gaudin, la nécessité d’un programme de recherche qui éviterait d’isoler la dimension cognitive et qui porterait sur la manière dont ces personnes accèdent et se maintiennent à ces positions de généralistes et dont aussi elles ont pu contribuer à légitimer des formes particulières, de type procédural, de l’action publique. Programme qui reste à accomplir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Jeannot, « Olivier Nay, Andy Smith (dir.), Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action publique », Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 4 | 2004, 547-549.

Référence électronique

Gilles Jeannot, « Olivier Nay, Andy Smith (dir.), Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action publique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 4 | Octobre-Décembre 2004, mis en ligne le 24 décembre 2004, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/29914

Haut de page

Auteur

Gilles Jeannot

Laboratoire techniques, territoires et sociétés (Latts), École nationale des ponts et chaussées, 6–8, avenue Blaise Pascal, Cité Descartes, 77455 Marne-la-Vallée cedex 2, France
jeannot[at]enpc.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search