Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 46 - n° 4Comptes rendusDana M. Britton, At Work in the I...

Comptes rendus

Dana M. Britton, At Work in the Iron Cage. The Prison as Gendered Organization

New York University Press, New York, 2003 (VII–264 p.)
Guillaume Malochet
p. 558-560
Référence(s) :

Dana M. Britton, At Work in the Iron Cage. The Prison as Gendered Organization, New York University Press, New York, 2003, VII–264 p.

Texte intégral

1Dana Britton propose une lecture sexuée d’une organisation particulière, la prison nord-américaine. Son ambition théorique se déploie à trois niveaux : celui des structures, d’abord, dans une perspective de sociologie historique des rapports de genre ; celui de la culture, ensuite, qui permet d’interroger les constructions identitaires de chacun des deux sexes ; celui, enfin, des interactions microsociales entre hommes et femmes.

2L’organisation sur laquelle D. Britton porte son regard pourrait sembler en décalage total avec la perspective exposée. La prison n’apparaît-elle pas comme l’espace non mixte par excellence ? S’en tenir à un tel point de vue serait pourtant méconnaître certaines des mutations les plus fondamentales du système carcéral américain, qui concernent aussi, depuis peu, les prisons françaises. Outre-Atlantique, le mouvement des droits civiques (1960–1970) a combattu, en effet, les discriminations ethniques et sexuelles dans l’accès aux emplois (notamment publics). La mixité du personnel de surveillance des prisons en est une conséquence inattendue, encore largement inexplorée (Zimmer, 1986). Ce n’est d’ailleurs pas le moindre des mérites de l’enquête de terrain que d’avoir procédé à un véritable travail comparatif : 72 surveillant(e)s ont été interviewé(e)s dans cinq prisons (deux pour les hommes détenus et trois pour les femmes). On pourra certes regretter que les discours des détenu(e)s n’aient pas été recueillis de manière plus approfondie. Néanmoins, l’auteure s’en explique assez pour qu’on ne lui en tienne pas une rigueur excessive : ayant commencé à rencontrer des surveillant(e)s, elle s’est très vite affrontée à la dichotomie entre « pro-détenus » et « pro-surveillants » (Chauvenet et al., 1994). Symboliquement sommée de choisir son camp, elle a préféré l’option des discussions informelles avec les détenu(e)s.

3Dès sa naissance, c’est-à-dire au tournant des xviiie et xixe siècles, la prison s’appuie sur des représentations tranchées de la différence des sexes. On le voit par exemple dans le traitement de la délinquance et de la criminalité : les prisons pour hommes entendaient dresser les détenus, leur enlever le goût du vice et de la perversion au moyen d’un impressionnant arsenal coercitif ; les établissements féminins, quant à eux, reposaient sur un idéal éducatif promouvant la soumission familiale et patriarcale. Les surveillants n’étaient alors que de brutaux représentants de l’ordre, les gardiens dévoués d’une virilité extrême. Leurs collègues surveillantes, au contraire, offraient aux détenues l’image d’une vertu supposée enviable, d’une féminité docile typique des classes moyennes.

4Aujourd’hui encore, le fonctionnement de la prison repose sur la mise en jeu de catégories et de conceptions innervées par les différences de sexe. D. Britton relève ainsi que les surveillant(e)s s’accordent tous pour déprécier les prisons de femmes. C’est là un résultat paradoxal : comment peut-on autant valoriser les détentions masculines, où la violence est omniprésente, le travail mêlé à la peur, le danger parfois mortel ? Les surveillantes reprennent à leur compte un discours très masculin sur les détenues. Ces dernières concentrent sur elles des stéréotypes de genre classiques : elles sont considérées comme malveillantes, manipulatrices, incontrôlables. Dès la formation, les surveillant(e)s acquièrent une vision masculine de la prison, où les usages de la force se conjuguent avec les exigences de la sécurité. C’est parce qu’elles incorporent cette perspective masculine sur l’organisation que les surveillantes refusent l’assignation aux espaces féminins, où le travail relationnel se mêle à une imprévisible « violence de femmes ».

5Par ailleurs, l’auteure note la prégnance des phénomènes de division sexuelle du travail entre les surveillant(e)s. Il y a bien des tâches nobles et d’autres qui le sont moins. Là comme ailleurs, ce sont les femmes qui font les frais de cette hiérarchie parfois explicite, mais souvent tue. Dans les prisons pour hommes, par exemple, les surveillantes demeurent cantonnées dans des postes sans contact avec les détenus. L’octroi d’une telle protection est aussi le moyen de nier leurs compétences professionnelles. En outre, elle semble interdire aux surveillantes une pleine socialisation au collectif de travail (qui continue à fonctionner sur le mode de la camaraderie virile).

6Si ce livre possède d’indéniables richesses, il nous paraît utile d’insister aussi sur ses faiblesses. D’une part, l’auteure ne parvient pas toujours à sortir d’une lecture binaire, au risque d’hypostasier des catégories elles-mêmes hétérogènes. Est-il possible de parler des femmes comme d’un tout, en laissant ainsi de côté les différences susceptibles d’émerger entre femmes ? C’est surtout dans l’avant-dernier chapitre (« The Rest of the Job ») qu’apparaissent les limites d’une telle position. D. Britton en reste hélas au stade des constats quand, par exemple, elle souligne la double appartenance (la « double consciousness » de W.E.B. DuBois) avec laquelle les surveillant(e)s issu(e)s des minorités ethniques doivent composer : si leurs origines peuvent en effet les rapprocher d’une population pénale majoritairement afro-américaine, leur statut professionnel prescrit la distance et la méfiance. Quelles conséquences ces dilemmes ont-ils sur l’intégration au collectif de travail et sur les modes de gestion des détentions ? Comment penser l’articulation entre appartenance ethnique et identité sexuelle ? Ces interrogations sont malheureusement passées sous silence.

7D’autre part, on pourra s’étonner que l’auteure ne justifie jamais son choix de parler de la prison comme d’une organisation. Elle manque là l’occasion de revenir sur des débats centraux pour l’étude de l’univers carcéral. Si Erving Goffman (cité à plusieurs reprises) considérait la prison comme une des déclinaisons possibles de l’institution totale, nombreux sont aujourd’hui les travaux en rupture avec cette position. Une discussion serrée de ce retournement théorique aurait encore contribué à l’intérêt de cet ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Chauvenet, A., Orlic, F., Benguigui, G., 1994. Le monde des surveillants de prison. Puf, Paris.

Zimmer, L., 1986. Women Guarding Men. The University of Chicago Press, Chicago.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Malochet, « Dana M. Britton, At Work in the Iron Cage. The Prison as Gendered Organization »Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 4 | 2004, 558-560.

Référence électronique

Guillaume Malochet, « Dana M. Britton, At Work in the Iron Cage. The Prison as Gendered Organization »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 4 | Octobre-Décembre 2004, mis en ligne le 24 décembre 2004, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/29976 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.29976

Haut de page

Auteur

Guillaume Malochet

Griot–Lise, Conservatoire national des arts et métiers–CNRS, 2, rue Conté, 75003 Paris
guillaume.malochet[at]cnam.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search