Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 46 - n° 4Comptes rendusFrançois de Singly, Les uns avec ...

Comptes rendus

François de Singly, Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien

Armand Colin, Paris, 2003 (268 p.)
Danilo Martuccelli
p. 567-569
Référence(s) :

François de Singly, Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien, Armand Colin, Paris, 2003, 268 p.

Texte intégral

1« Repenser les liens sociaux n’est possible que si nous envisageons en même temps la nature des individus ainsi reliés et la nature des liens qui les unissent » (p. 10). C’est à l’étude de cette dynamique que s’attache l’ouvrage de François de Singly, en prenant acte de transformations profondes comme par exemple l’extension du marché ou de la mondialisation, véritables soubassements objectifs du processus d’individualisation en cours. C’est au cœur de ces processus généraux, peut-être trop rapidement évoqués dans le livre, qu’est abordé le problème contemporain du lien social et des « individus individualisés » devant se relier entre eux.

2L’argumentation prend deux voies. D’une part, elle opère par un exercice constant de reprise critique de quelques grandes notions sociologiques, pour y introduire de nécessaires éclaircissements, ou pour en réhabiliter d’autres, injustement tombées dans un oubli relatif. On peut souligner ici la dynamique rétablie par l’auteur entre une identité personnelle, absolue, le « vrai soi » que l’individu veut toujours rattacher à ses actes, et une identité relative aux situations en fonction des rôles à jouer. « La personnalisation a une double face : la reconnaissance de l’individu au-delà du rôle officiel qu’il joue et le droit de contrôle sur l’usage des dimensions ainsi ajoutées » (p. 86). Ou encore la distinction entre le rôle personnel (ou approprié) et les répertoires correspondant à telle ou telle place. Pour une position donnée, plusieurs rôles appropriés sont possibles, et l’acteur dispose ainsi d’une marge d’action plus ou moins grande selon les contextes.

3D’autre part, comme l’auteur l’a déjà fait dans d’autres ouvrages, le livre est construit autour d’une série d’illustrations aussi diverses qu’intelligentes. F. de Singly puise ses exemples dans une large variété de sources et de domaines : il mêle les résultats d’enquêtes sociologiques menées directement par lui, ou par ses étudiants, à un important usage critique des travaux réalisés par d’autres chercheurs, mais aussi à des faits d’actualité ou des émissions de télévision, ou encore, et avec bonheur, à des supports artistiques comme des films, et surtout des romans. En travaillant de cette manière, l’ouvrage est à lire à l’intérieur d’une tradition sociologique, qui, de Georg Simmel à Erving Goffman, a fait désormais ses preuves. En tout cas, étant donné l’objet d’étude, à savoir ce qui fait lien entre les individus dans la modernité, l’éparpillement des illustrations et des analyses apparaît comme un gage de la plausibilité du raisonnement d’ensemble proposé.

4Ce double processus d’argumentation est au service d’une thèse centrale. « Le lien social serait composé de fils moins solides que les fils antérieurs, mais il en comprendrait nettement plus » (p. 21). L’important n’est plus dans la nature singulière de chacun des liens, c’est « dans le tressage que réside le secret, éventuel, de fabrique d’une société moderne, relativement stabilisée » (p. 51). En fait, la formulation sera mieux précisée quelques pages plus tard : les « liens » doivent se transformer en « attachements », c’est-à-dire, recevoir — et se voir reconnus — la coloration affective qui est bien la leur. C’est probablement l’apport majeur du livre. Face aux litanies critiques de la tyrannie de l’intimité, F. de Singly nuance d’abord et corrige ensuite : la personnalisation des relations n’est nullement la « fin » du social, mais une de ses formes (p. 76). L’argumentation ne peut qu’emporter l’adhésion : les dimensions affectives du lien social, trop rapidement associées par la sociologie aux sociétés holistes, sont une réalité vivante au sein de la modernité. L’opposition principale ne se situe pas ainsi entre le cœur et la raison, mais entre l’obligation et l’élection (p. 189).

5Il est impossible de revenir en détail sur toutes les interprétations fournies par le livre. Soulignons donc, entre autres, l’analyse que fait l’auteur du travail d’appropriation de l’héritage social. La distanciation vis-à-vis des origines et le désir de réaffiliations nouvelles ne s’opposent pas ; ils sont l’un et l’autre à interpréter dans un cadre plus large, où l’élément déterminant est le maintien constant de la possibilité de la désappartenance. Ou encore, celle qu’il fait de l’action des normes, lorsqu’il souligne le basculement d’une normativité par commandement à une normativité psychologique, sans que la première ne disparaisse entièrement, donnant lieu à des tensions multiples selon que les individus veillent à être traités comme des personnes ou soumis à des règles impersonnelles.

6Mais la richesse des interprétations proposées ne devrait pas éloigner le lecteur de la ligne principale de raisonnement — la nécessaire revalorisation des éléments proprement affectifs du lien social. C’est cette inflexion qui permet de conclure, par exemple, que l’état actuel du triptyque des liens propres à la société moderne (concurrentiels propres au marché, relationnels propres à l’affectif, et citoyens propres au politique) ne mène nullement aux thèses d’une déliaison sociale généralisée ou de la « privatisation » des individus. Trop pensées à partir du seul engagement politique, ces conclusions négligent l’importance quotidienne des liens relationnels. Pour l’auteur, l’appel à un engagement citoyen froid et abstrait serait même à la racine de la désaffection contemporaine. Désormais, les individus rechignent à perdre leur individualité au profit d’un « on » groupal ; ils veulent, au contraire, un lien où ils puissent rester eux-mêmes tout en se reliant aux autres. Dans le domaine du politique donc, les vertus de l’identification et les apports de la coloration affective amènent à un autre diagnostic, à une autre perception des problèmes (mettant largement en cause la séparation entre « grands » et « petits » événements, p. 195), et octroyant plus de légitimité aux savoirs ordinaires pour recréer l’expertise démocratique.

7On pourra juger certaines propositions insuffisamment fermes ou explicites. On restera ainsi quelque peu perplexe, tout en saluant l’honnêteté de l’auteur, lorsqu’il reconnaît que l’obligation de choisir son identité nationale pose l’épineux problème de ceux qui refuseraient de s’en accorder une (p. 58). On restera sceptique quant à la possibilité de contrer l’incivilité par une « politesse du cœur », basée sur les seules marques réciproques d’attention (p. 226), et dont la seule prescription serait de se mettre à la place de l’autre pour savoir comment il doit être respecté. On restera surtout dubitatif devant le poids écrasant de responsabilisation que l’auteur fait reposer sur les épaules des individus — sans souligner assez les dimensions obscures de ce processus.

8Enfin, certains seront sans doute dérangés par l’articulation entre les analyses et les propositions normatives — lorsque l’auteur affirme, par exemple, qu’il faut désormais inventer des liens sociétaires à composante communautaire. Pourtant, contre les litanies de la crise du lien social, il a le grand mérite de remettre à jour la force de la vision sociologique, en rappelant que ce qui est en apparence censé affaiblir le lien social, voire le détruire, est en fait son foyer principal de production et de renouvellement. S’il y a une dimension normative dans le livre, elle est profondément sociologique, c’est-à-dire soucieuse de trouver un équilibre entre les exigences morales et le souci éthique, sans sacrifier le deuxième aux premières. À rebours alors du climat politique et intellectuel français actuel, il montre à quel point l’individualisme est porteur de liens d’un type nouveau, moins basée sur le respect abstrait des principes, et davantage animés par une volonté charnelle et affective de se relier aux autres pour être soi-même. Pour F. de Singly, la sociologie n’est pas seulement un humanisme. Elle doit aussi reconnaître ses racines romantiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danilo Martuccelli, « François de Singly, Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien », Sociologie du travail, Vol. 46 - n° 4 | 2004, 567-569.

Référence électronique

Danilo Martuccelli, « François de Singly, Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 46 - n° 4 | Octobre-Décembre 2004, mis en ligne le 24 décembre 2004, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30016

Haut de page

Auteur

Danilo Martuccelli

CNRS–Clerse–Ifresi, 2, rue des Canonniers, 59800 Lille, France
dmartuccelli[at]nornet.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search