Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Olivier Fillieule, Isabelle Sommier, Sophie Béroud, Camille Masclet et le Collectif Sombrero, Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France

Actes Sud, Arles, 2018, 1120 p.
Bernard Pudal
Référence(s) :

Olivier Fillieule, Isabelle Sommier, Sophie Béroud, Camille Masclet et le Collectif Sombrero, Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France, Actes Sud, Arles, 2018, 1120 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Actes Sud
  • 1 Sombrero pour « sociologie du militantisme, biographies, réseaux, organisations » [NDLR].

1Les enquêtes du collectif Sombrero1 constituent l’un des principaux apports scientifiques du cinquantième anniversaire de « 68 ». Ce collectif, animé par Olivier Fillieule, composé d’une trentaine de politistes et sociologues, a élaboré dès 2012 un dispositif d’enquête d’envergure, fondé sur une construction d’objet et des préalables méthodologiques qu’il convient de rappeler succinctement pour comprendre la place de Changer le monde, changer sa vie dans l’ensemble des publications qui en résultent (la liste de ces publications est donnée dans l’ouvrage, note 3, p. 14).

2« Contre la réduction de la “génération 68” aux seuls leaders, parisiens et intellectuels, nous proposons un triple décentrement du regard : de Paris vers les régions, de Mai aux “années 68”, des têtes d’affiche aux militants ordinaires » (p. 12-13), affirme Olivier Fillieule dans son introduction. Ce triple décentrement a conduit à sélectionner cinq villes (Lille, Lyon, Marseille, Rennes, Nantes), chacune prise en charge par une équipe de chercheurs du collectif, ayant recours aux mêmes techniques d’enquête : mode de sélection des individus, récits de vie, calendriers de vie et recherche documentaire (archives personnelles, presse, archives policières, etc.). Chaque ville a déjà donné lieu ou donnera lieu à une publication spécifique. Soyons clair, ne serait-ce que pour comprendre l’originalité du projet, il y avait une certaine urgence à réaliser maintenant ce type d’enquête, la plupart des enquêtés étant désormais âgés (environ soixante-dix ans). Sur une population totale de 3776 noms de militants repérés par diverses voies, les enquêteurs en ont retrouvé 366 avec lesquels ont été réalisés les entretiens biographiques, dont 285 ont accepté de remplir le calendrier de vie. Au sein de cet ensemble, trois familles de trajectoires étaient visées : les syndicalistes de la CGT et de la CFDT, les militants des gauches alternatives et les féministes.

3Changer le monde, changer sa vie est la publication qui ramasse cet ensemble de données, en propose des études transversales et se rapproche le plus d’une biographie collective. L’un des principaux enjeux de cette enquête n’est autre que d’analyser les incidences du militantisme sur les trajectoires biographiques dans leurs dimensions privées, professionnelles, idéologiques, autrement dit de s’intéresser aux « vies ultérieures » de ceux qui furent engagés dans ces années « 68 » en ayant été plus ou moins personnellement exposés aux événements de mai-juin 1968 eux-mêmes. C’est une question, on le sait, surchargée d’enjeux politiques encore d’actualité, les « soixante-huitards » faisant l’objet d’un ensemble de projections dépréciatives quand ils ne sont pas tenus pour responsables soit de dérives dites individualistes confortant le néo-libéralisme ambiant, soit du laxisme dont pâtirait notre société. L’ouvrage, bien loin de ces instrumentalisations idéologiques, propose une vision contrastée, complexe, sociologiquement armée, de ces destins soixante-huitards qui, tout en interdisant des généralisations, hâtives et intéressées pour le moins, conduit le lecteur à réévaluer ses représentations. Signalons enfin que le lecteur désireux de mieux comprendre les outils de l’enquête pourra se reporter aux compléments plus techniques qui sont donnés en fin d’ouvrage sur les critères de sélection, les calendriers de vie et l’analyse des correspondances multiples dynamique de l’espace des devenirs soixante-huitards (p. 1081-1106). En outre, les récits de vie collectés seront mis à la disposition des chercheurs.

  • 2 Selon une expression convenue à laquelle l’auteur de cette notice souhaiterait que l’on substituât (...)

4On pourrait discuter certains choix — Force ouvrière est exclu, la Fédération de l’Éducation Nationale aussi et donc le Syndicat national de l’Enseignement supérieur, ou encore Lutte ouvrière, etc. —, ou même l’ambition de la recherche qui interroge non seulement les logiques ayant conduit les acteurs à s’engager, les évolutions de leurs investissements militants mais aussi les effets multiples de ceux-ci sur leurs trajectoires, laissant parfois sur sa faim le lecteur. Par exemple, les effets de ce que les auteurs nomment la massification scolaire2 auraient sans doute mérité un traitement plus approfondi. Mais il est probable que ce type d’investigation aurait allongé le questionnement biographique. On aurait pu aussi inclure les soixante-huitards, bien plus nombreux qu’on ne le croit, qui se sont investis dans le Parti communiste, y important dans les années soixante-dix leur humeur anti-institutionnelle. Néanmoins, s’il est toujours possible d’interroger les frontières du corpus en définitive constitué, nous avons bien avec ces 366 individus un ensemble dont l’analyse est susceptible de rendre compte de la plupart des « vies ultérieures », et c’est là l’essentiel.

5L’ouvrage se compose de trois grandes parties renvoyant aux trois grandes familles de trajectoires retenues, chacune étant introduite par le responsable du domaine étudié, Sophie Béroud pour les syndicalistes (p. 45-318), Isabelle Sommier pour les gauches alternatives (p. 319-646) et Camille Masclet pour les féministes (p. 347-972). Au total, on compte 29 chapitres. Olivier Fillieule conclut l’ouvrage par un « portrait de familles ». Enfin, outre une conséquente bibliographie, l’ouvrage propose une chronologie couvrant les années 1960-1989 (p. 1048-1080) et une bien utile table des sigles de 15 pages permettant de se repérer dans la multitude des groupes et organisations.

6Il est difficile, on en conviendra, de restituer la richesse de ces enquêtes, chaque chapitre étant centré sur une intrigue spécifique que les titres de certains chapitres, sous forme interrogative, explicitent parfois clairement : « Les syndicalistes ont-ils une vie privée ? » (chapitre 6), « Y a-t-il une vie professionnelle après le syndicalisme ? » (chapitre 8), etc. Plutôt que de consacrer cette note de lecture à une sorte de listage de l’ensemble des intrigues, nous en choisirons un peu arbitrairement trois qui présentent l’intérêt de modifier certaines des représentations les plus courantes sur le devenir des soixante-huitards.

7Annie Collovald et Karel Yon, dans un chapitre 3 intitulé « Des ouvriers au centre de toutes les attentions », reprennent la question des relations entre ouvriers et « gauchistes », moins pour regretter une fois de plus le « rendez-vous manqué » que pour scruter au contraire les effets de rencontres improbables. Certes, l’anti-gauchisme cégétiste est prégnant et la défiance cédétiste réelle ; mais divers facteurs ont ouvert des brèches par où des relations se sont nouées : certains « gauchistes » investissent des boîtes difficiles d’accès aux syndicats, qui s’en accommodent et apprennent à les mieux connaître, d’autres prennent des responsabilités syndicales, au point que « la configuration propre à chaque ville laisse aux “gauchistes” plus ou moins de possibilités de toucher les classes populaires » (p. 109). Les rencontres improbables ont bien eu lieu et sont documentées par divers exemples. Elles ont eu des effets sur les militants d’origine populaire. Certains bénéficient culturellement de l’attention dont ils font l’objet dans les groupes « gauchistes » où ils sont rares, d’autres à cette occasion forment des couples « mixtes », d’autres encore bénéficient, si l’on ose dire, de licenciements qui les autorisent à changer de condition (mobilité sociale ascendante). Au total, on assiste à une sorte de chassé-croisé : « alors que toute une jeunesse étudiante nourrissait le désir d’entrer à l’usine et valorisait le monde ouvrier, un des succès aura été de renforcer les aspirations de jeunesses ouvrières à s’échapper de cet univers en leur offrant des ressources pour penser un autre destin social » (p. 132).

8Dans la seconde partie consacrée aux « gauches alternatives », si tous les aspects de ces engagements sont étudiés (prédispositions familiales, expériences scolaires, etc.), on retiendra ici le chapitre clef intitulé « Militantisme et brouillage professionnel » (le chapitre 17, signé par Olivier Fillieule, Alice Picard et Pierre Rouxel). En exploitant statistiquement 175 calendriers de vie d’individus des gauches alternatives, les auteurs s’efforcent dans ce chapitre de répondre à la question, surdéterminée politiquement, des mobilités professionnelles de ces soixante-huitards. Ils étudient successivement les moments de sortie des études et des entrées dans le monde professionnel, les évolutions professionnelles, notamment les reconversions professionnelles souvent associées à des formes de retrait militant, les domaines professionnels investis et le mode sur lequel ils sont investis, le regard rétrospectif que portent les enquêtés sur leur itinéraire professionnel. Après une étude serrée des données chiffrées, leur conclusion est sans appel : certes les soixante-huitards en question ont généralement bénéficié d’une mobilité ascendante, mais souvent au prix de retards, d’essais et d’erreurs, et en tout cas en recherchant le plus souvent des domaines d’activité professionnelle dans lesquels ils tentent avec plus ou moins de bonheur d’investir leur orientation subversive (éducation nouvelle, inspection du travail, travail social, etc.). Le « refus de parvenir » initial, assez fréquent quand l’action politique est à l’ordre du jour, s’accompagne à terme d’une moindre mobilité que celle à laquelle ils auraient pu aspirer. Toutes sortes de cas de figure complexifient bien entendu ce tableau général, mais l’analyse invalide les procès « en trahison » souvent faits. Ces trajectoires, comme le montre le dernier chapitre de cette partie consacrée au « devenir des utopies » (Mathilde Pette et Isabelle Sommier), se caractérisent aussi par une fidélité certaine aux engagements de jeunesse, ce qui ne veut pas dire aux organisations et aux modes d’action. Les incidences du militantisme sur les parcours professionnels ou idéologiques bénéficient ainsi, au-delà de la variété de ses actualisations, d’une sorte de permanence.

9La troisième partie, introduite par Camille Masclet, justifie les contours des féminismes retenus : 115 personnes relevant soit des collectifs du pôle autonome, non mixte et informel — Mouvement de libération des femmes (MLF), groupes femmes, etc. —, soit d’un pôle plus unitaire et intégré — Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC), commissions femmes des organisations syndicales —, soit des groupes du pôle associatif et institutionnel. « Mouvement mosaïque », les féminismes sont analysés sous l’angle des sorties de l’espace domestique, des luttes pour l’avortement libre, des organisations que se donnent les féministes, du travail comme lieu d’engagements, des devenirs professionnels, de la sexualité, des sociabilités féminines enfin. Là aussi, quand on prend en compte l’ensemble des trajectoires, s’il y a reflux des engagements après les mobilisations des années 1970, les féminismes perdurent par différentes voies au point que les entretiens révèlent « l’importance que toutes accordent encore aujourd’hui aux combats féministes » (p. 972).

10On retiendra ici une contribution au statut exploratoire, celle de Clémentine Comer, Helen Ha et Lucile Ruault, « Quand l’amitié donne des “elles”. Une camaraderie militante à la croisée des combats féministes » (chapitre 28). Les liens amicaux entre femmes mis en relief dans ce chapitre ne sont pas faciles à identifier, pourtant, comme le montrent les autrices, ils sont suffisamment forts pour être convoqués avec insistance dans les entretiens et entremêlés à nombre d’enjeux spécifiquement féminins : les relations de domination dans les couples et dans les organisations, notamment. Que ce soit dans les groupes de parole, les co-locations, les expériences communautaires féminines ou certaines activités militantes (restaurants, librairies), des liens dits d’amitié collective, très forts puisqu’ils perdurent fréquemment, viennent spécifier les engagements des soixante-huitardes. Il faudrait sans doute poursuivre sur cette piste afin de mieux comprendre, peut-être, ce que ces liens disent du déplacement qu’opèrent nombre de femmes qui s’engagent quant à la sacralisation du « théorique » dont les hommes se faisaient une chasse gardée…

11Au total, on dispose enfin avec cet ouvrage d’un tableau analytique d’ensemble des vies ultérieures de ces soixante-huitards, dont les engagements multiples touchent tous les domaines de la vie sociale, s’imbriquent, se transforment et se recomposent tout en demeurant pérennes, comme si la période fondatrice restait un point d’ancrage permettant d’expliquer l’impact visible ou moins visible qu’ils eurent sur la société, qu’ils continuent à avoir.

Haut de page

Notes

1 Sombrero pour « sociologie du militantisme, biographies, réseaux, organisations » [NDLR].

2 Selon une expression convenue à laquelle l’auteur de cette notice souhaiterait que l’on substituât l’idée et les mots de « processus historique de généralisation de l’enseignement secondaire-supérieur », une formulation plus dynamique, bien que discutable, mais dénuée de la philosophie sociale implicite que véhicule le mot « masse ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Pudal, « Olivier Fillieule, Isabelle Sommier, Sophie Béroud, Camille Masclet et le Collectif Sombrero, Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30251

Haut de page

Auteur

Bernard Pudal

Université de Paris-Nanterre, UFR de Droit et Science politique
200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
Bernard.Pudal[at]cnrs.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals