Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Amin Allal, Myriam Catusse et Montserrat Emperador Badimon (dir.), Quand l’industrie proteste. Fondements moraux des (in)soumissions ouvrières

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2018, 208 p.
Élisabeth Longuenesse
Référence(s) :

Amin Allal, Myriam Catusse et Montserrat Emperador Badimon (dir.), Quand l’industrie proteste. Fondements moraux des (in)soumissions ouvrières, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2018, 208 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses universitaires de Rennes

1Rompant avec la classique dichotomie Nord/Sud dans les travaux de sciences sociales, le parti-pris de cet ouvrage est de s’intéresser aux conflits du travail un peu partout dans le monde, en portant attention autant au local et aux spécificités des histoires et des contextes qu’à l’écho qu’ils se renvoient les uns aux autres, dans une démarche comparative prudente. Les auteurs, majoritairement politistes (comme les trois coordinateurs), mais aussi sociologues ou anthropologues, ont tous le même souci du travail de terrain, de l’enquête ethnographique, d’une approche compréhensive, d’une « hybridation des disciplines ». Croisant sociologie du travail et sociologie des mobilisations, ils insistent sur l’importance des sociabilités et des imaginaires dans l’émergence des luttes sociales, et sur les limites de la distinction entre revendications matérielles et revendications immatérielles.

2L’ouvrage regroupe huit articles, organisés en deux sections. La première, « Du discours caché aux protestations ouvertes : résistances, subversions, dissidences », met en lumière le décalage entre un discours explicite, protestataire ou conciliant, et un non-dit implicite ou une résistance silencieuse. La seconde, « Luttes au travail, luttes pour le travail, droits, propriétés et justice sociale », insiste sur la dimension morale ou symbolique de luttes qui, au-delà de l’emploi, concernent le sens du travail, et la représentation qu’ont les travailleurs des responsabilités sociales de l’entreprise et de ses dirigeants.

3La référence aux « fondements moraux » des luttes ouvrières renvoie à la notion d’« économie morale », élaborée par Edward P. Thompson à propos des émeutes des paysans anglais du XVIIIe siècle, et reprise par James Scott quand il étudie les révoltes paysannes en Asie du Sud-Est. Pour E. P. Thompson, les émeutes de la faim exprimaient une protestation contre la rupture d’un ordre fondé sur « l’ancienne économie morale paternaliste », et une certaine idée du droit. Les auteurs en retiennent l’attention aux « raisons de l’indignation », aux « ressorts des protestations et [de la] résistance » qui les fondent. Leur démarche est toutefois plus anthropologique qu’historienne, au sens où la « conception de la justice » animant résistances et révoltes ne se réfère que rarement à la mémoire d’un ordre moral ancien, comme le fait E. P. Thompson à propos des révoltes paysannes dans un monde en transition, mais plutôt à des arrangements récents. Critique à l’égard d’un usage souvent flou de la notion, Johanna Siméant n’en reconnaît pas moins, dans sa postface, l’intérêt de la démarche d’un livre conçu à partir du point de vue extra-européen des trois coordinateurs, tous trois ayant travaillé principalement sur des situations extra-occidentales.

4Proposée comme fil conducteur de l’ouvrage, « l’économie morale » est en fait diversement mobilisée par les auteurs, et surtout présente dans la seconde partie. Quelques-uns la discutent sérieusement (Amin Allal, Myriam Catusse et Montserrat Emperador dans l’introduction, Claudie Fioroni au chapitre 6), d’autres s’y réfèrent plus rapidement (Raphaël Botiveau, Éric Darras, Doris Buu-Sao, Michele Scala), d’autres encore pas du tout (Pierre Rouxel, Sarah Barrières, Guillaume Gourgues). Pour une majorité d’entre eux, l’économie morale apparaît associée à diverses formes de médiation ou de clientélisme, fondant la légitimité d’un rapport de dépendance, lorsqu’une personnalité locale (homme politique, chef de tribu, notable) intercède pour un recrutement, ou qu’un syndicat se transforme en prestataire de service ou agent de la politique salariale d’une entreprise.

5Dans le cas de l’entreprise libanaise Spinneys (chapitre 3), Michele Scala préfère parler d’« arrangements moraux » entre l’employeur, les chefs politiques locaux et les employés, qui doivent leur emploi à la médiation d’un « patron politique », un « za’im ». Lorsqu’en 2013 l’employeur refuse d’appliquer une augmentation de salaire votée par le gouvernement, les employés se tournent vers le za’im pour lui demander de faire pression sur le directeur. Le refus de ce dernier entraîne une rupture des « équilibres de réciprocité » qui provoque le mouvement de grève et la création d’un syndicat. En Jordanie, Claudie Fioroni (chapitre 6) discute longuement la notion d’économie morale, qui lui permet de caractériser les relations entre la compagnie jordanienne des phosphates, les populations locales et l’État avant la privatisation de la première, et éclaire la revendication des jeunes diplômés mis au chômage, qui ne réclament pas seulement un emploi mais aussi un vrai travail. Toutefois si dans le cas jordanien c’est la réduction des effectifs à la Jordanian Phosphate Mines Company (JPMC) qui sonne l’impuissance des intermédiaires que sont les chefs de tribus à répondre aux attentes des jeunes chômeurs, dans celui de Spinneys, le non-respect du contrat moral entre le za’im et les jeunes semble résulter plutôt de son incapacité à répondre à une démarche collective, la relation de clientèle ne pouvant fonctionner que dans une personnalisation des relations entre patron et client.

6Dans un tout autre contexte, Doris Buu Sao (chapitre 7) montre comment les compagnies pétrolières dans l’Amazonie péruvienne ont elles aussi recours à la médiation de notables locaux, par le biais de la création d’« entreprises communales » : celles-ci sont chargées de recruter le personnel pour les compagnies, et se voient confier la gestion de projets de développement locaux et la fourniture de services (école, santé, infrastructures) financés par les pétroliers. L’autrice y voit des « arrangements » compensant l’extraction de richesses et les dommages causés à l’environnement, révélant l’ambivalence des mobilisations portées par la Fédération Quechua.

7Deux contributions abordent des situations plus classiques, où est interrogé et mis en question le rôle du syndicat, dans sa double fonction de représentation et de médiation entre les travailleurs et l’entreprise. La lutte dont rend compte Raphael Botiveau (chapitre 1) mobilise un groupe d’ouvriers mineurs sud-africains protestant contre l’attribution, défendue par le syndicat dominant, d’une augmentation de salaire à la seule catégorie supérieure des employés de la mine : les ouvriers lésés se tournent alors vers un syndicat concurrent, récemment créé. Au-delà du salaire, est en jeu une revendication de considération et de reconnaissance, qui s’exprime aussi par un clivage linguistique, entre une élite ouvrière parlant l’anglais, et le groupe des travailleurs déclassés qui revendique l’usage d’un pidgin né du travail de la mine à l’époque coloniale. Dans l’usine implantée par Citroën en milieu rural dans la région de Rennes, plutôt qu’une opposition frontale entre capital et travail, Pierre Rouxel (chapitre 2) évoque à son tour une forme de conflictualité latente autour de la représentation syndicale par un syndicat maison.

8Si le recours à E. P. Thompson est inégalement convaincant, la mise en évidence de l’importance des représentations liées au travail et à l’emploi, d’une certaine idée de la justice et des droits des travailleurs, est au cœur de toutes les contributions. Sarah Barrières (chapitre 4) raconte comment les ouvrières d’Electro Tunis, une entreprise de haute technologie, se battent autant pour un droit à la dignité et au respect que pour une amélioration des salaires, dont ces « dominées aux études longues » attendent une reconnaissance de leur compétence et de leur valeur. La longue bataille des Lip dans les années 1970, sur laquelle revient Guillaume Gourgues (chapitre 8), comme celle, bien plus conflictuelle, des ouvriers de Vortex en 2008 (chapitre 5), contre la fermeture de leur entreprise, posent enfin toutes deux, bien que différemment, la question du statut de la propriété et des attentes morales autant que matérielles à l’égard du patron.

9D’un cas à l’autre, le projet des auteurs est ainsi de montrer que les luttes ouvrières sont loin d’être résiduelles, mais aussi que, s’inscrivant chaque fois dans des contextes propres et des histoires particulières, « elles sont bien plus que l’actualisation d’un capitalisme globalisé ». Il s’agit pour eux de penser le changement « par le bas », en montrant que les « attentes à la fois pratiques et morales » concernant « la juste répartition des richesses et la responsabilité des dirigeants » sont largement partagées. La thèse qui circule dans le livre est aussi celle d’une construction du politique par le bas, par le local, loin des grands récits sur l’émergence d’une classe ouvrière mondialisée. Le risque est toutefois, en se laissant absorber par la spécificité des études de cas, de ne plus se préoccuper de comprendre comment s’articulent luttes locales et enjeux globaux. Le détour proposé n’en suggère pas moins l’urgente nécessité de réfléchir à ce qui circule entre ces expériences concrètes, au delà de leur diversité, et qui est sans doute une des dimensions de la mondialisation économique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Longuenesse, « Amin Allal, Myriam Catusse et Montserrat Emperador Badimon (dir.), Quand l’industrie proteste. Fondements moraux des (in)soumissions ouvrières », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 02 juin 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30272

Haut de page

Auteur

Élisabeth Longuenesse

Professions, institutions, temporalités (Printemps)
UMR 8085 CNRS et Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
47, boulevard Vauban, 78280 Guyancourt, France
elonguenesse[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals