Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alain Dewerpe, Les mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne

Éditions de l’EHESS, École française de Rome, Paris, 2017, 628 p.
Claude Didry
Référence(s) :

Alain Dewerpe, Les mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne, Éditions de l’EHESS, École française de Rome, Paris, 2017, 628 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Éditions de l’EHESS

1La grande fresque d’une entreprise métallurgique italienne, l’Ansaldo, que nous livre cet ouvrage, est le produit d’une vie de recherche. Engagée par Alain Dewerpe lors de son séjour à l’École de Rome au début des années 1980, cette monographie sera constamment reprise par l’auteur, jusqu’à la veille de sa disparition brutale en 2015, et l’on doit sa publication posthume à ses collègues Jean Boutier, Patrick Fridenson, Daniel Nordman et Jacques Revel. Les préfaces de Michèle Perrot et de Maurice Eymard, puis une postface de Marco Doria, permettent de resituer l’ouvrage dans l’œuvre d’Alain Dewerpe et dans l’historiographie italienne. La richesse de l’ouvrage tient à ce que, autour de la construction mécanique requise initialement par le développement des chemins de fer, l’entreprise opère un développement vers une gamme très large de produits ouvrant sur une pluralité de « mondes ».

2Cette monographie d’une entreprise qui fut un des creusets de l’industrie italienne traduit le souci d’en dégager la singularité. Mais finalement, cette ambition révèle une interrogation de portée plus générale sur le travail. Comme le souligne l’auteur : « Au centre le travail. […] On trouvera donc un inventaire des choses notables du travail, un répertoire ordonné des pratiques d’usine » (p. 16). Les quatre grandes parties — inventer l’usine (1853-1904), changer d’échelle (1904-1914), usine en guerre (1915-1918), la tradition réinventée (1919-1933) — partent d’un questionnement commun qui guidera notre lecture. D’abord un décor de plus en plus industriel lié aux productions que parcourt l’entreprise (1), puis le bouillonnement du travail ouvrier (2) et enfin l’entrée progressive de la science dans l’industrie (3).

1. La construction d’un « décor d’industrie » (p. 98)

3Partons des produits, qui fixent le scénario et dessinent ses lieux, sachant qu’« une usine n’est pas un espace technique tombé du ciel. Il s’agit d’un fait social, socialement construit en reliant des réseaux les plus longs et les plus solides possibles entre hommes, machines, matériaux et produits » (p. 49). Cette histoire commence à l’est de Gênes, dans le Meccanico, établissement de mécanique établi en 1846 dans la commune de Sampierdarena. La firme, qui tire son nom de l’universitaire Giovani Ansaldo arrivé à sa tête en 1853, répond d’abord à l’injonction du royaume de Piémont-Sardaigne de créer un établissement d’outillage pour le matériel ferroviaire. L’entreprise produit rapidement des locomotives, tout en se lançant dans la construction navale à partir de la réalisation de machines à vapeur pour la marine. La construction navale s’affirme avec l’installation des chantiers navals dans la commune voisine de Sestri Ponente en 1885. D’entrée de jeu, « le lien est évident entre la puissance et l’indépendance de l’État national [qui se constitue de 1860 à 1870] et l’essor de la firme » (p. 21) ; il s’approfondira constamment jusque dans les années 1930.

4Avec l’arrivée des Perrone à la tête de l’entreprise, le programme militaire s’affirme, suscitant une forte expansion des activités avec une extension vers le blindage et l’artillerie dans la décennie 1904-1914, en passant de 4 413 ouvriers en 1910 à 13 663 en 1915. Mais la guerre fait basculer radicalement l’entreprise dans une autre dimension, par une ouverture à de nouvelles productions (munitions, aviation, automobile, mines) avec un total de 42 établissements comptant 90 000 salariés en 1919. C’est tout le territoire situé à l’est de Gênes qui bascule dans l’industrie, en éliminant agriculture et activités balnéaires par la multiplication des établissements que requièrent ces productions. La paix ouvre alors une période de crise profonde, avec la fin des productions militaires, conduisant à l’éviction des Perrone en 1921, puis à une restructuration de l’entreprise qui aboutit à une chute des effectifs, ceux-ci oscillant dans les années 1920 entre 10 000 et 20 000 salariés.

2. Les transformations du travail ouvrier

5La réalisation de ces produits réunit d’abord une main-d’œuvre ouvrière dont le métier (notamment le tournage, l’usinage et l’ajustage) est au cœur de l’organisation du travail. L’encadrement ouvrier direct (chefs d’atelier et chefs d’équipe) joue un rôle central, notamment dans la fixation du tarif des tâches. Le fonctionnement de cet ensemble est guidé par un attachement au travail bien fait (où la qualité prime sur les délais et les coûts) conforté par la réputation des produits de la firme. Il faut attendre la Guerre pour que les méthodes anglo-saxonnes d’organisation du travail (salaire au rendement et fordisme) fassent l’objet d’une propagande massive de la part des dirigeants. Cependant, l’autorité de l’encadrement ouvrier demeure à travers la fixation des bonis et persiste en dépit de la restructuration de l’entreprise dans les années 1920. Un effort prolongé de rationalisation des coûts ne permet d’arriver qu’à une forme d’organisation « néotaylorienne » par le contrôle centralisé du salaire au rendement, dans une entreprise obligée de revenir à des productions « flexibles ».

6Mais derrière un ordre que tente de faire respecter une direction qui se veut intransigeante, de nombreuses dérives se font jour, altercation entre ouvriers et chefs d’atelier brandissant parfois leur revolver (p. 285), perruques fréquentes tant individuelles que collectives. Ainsi, en 1912, un « groupe [a] comme spécialité la fabrication de commerce de chaussure » à bord d’un navire en construction (p. 291), ou en 1916 un chef d’équipe fait fabriquer des meubles (p. 468). Finalement, face à l’incapacité d’endiguer une puissance ouvrière qui mine parfois la discipline, c’est la capacité des chantiers à produire qui étonne, en faisant la preuve de l’« élasticité » (selon le terme de l’ingénieur Schiavone cité p. 382) requise par des installations fréquemment vétustes.

7Les conflits collectifs demeurent faibles, éclatés entre établissements et métiers, avec une gestion des litiges reposant fréquemment sur le recours individuel des salariés par des lettres au directeur — parfois anonymes. Pourtant, l’entreprise n’échappe pas à la flambée révolutionnaire de l’après-guerre qui culmine dans le bienno rosso (1919-1920), avec des occupations d’établissements et des tentatives de prise en charge de la gestion par les représentants ouvriers. Le mouvement syndical, quoique moteur, apparaît ici particulièrement divisé entre la FIOM (Fédération des employés et ouvriers de la métallurgie créée en 1901) d’inspiration social-démocrate et l’USI (Union des syndicats italiens créée en 1912) d’inspiration syndicaliste révolutionnaire. Ces conflits confortent les assises des ouvriers de métier, en rendant impossible — au moins pour un temps — la rationalisation à laquelle aspirent les dirigeants.

3. La science dans l’usine

8Même si la production demeure dominée par les métiers ouvriers, la réalisation de produits de haute technologie requiert l’activité d’ingénieurs et d’universitaires (notamment Ansaldo), à travers l’élaboration de projets répondant aux commandes. Dans un premier temps, les ingénieurs sont rares et leur rôle se limite fréquemment à la transposition de modèles extérieurs. Ils demeurent relativement coupés de la production, n’occupant que des postes de direction d’établissements. L’activité des dessinateurs (où se rencontrent des ouvriers prometteurs et de jeunes ingénieurs) joue ici un rôle central dans la circulation des projets des bureaux d’études aux ateliers.

9Mais la firme acquiert progressivement une maîtrise sur les produits, les outillages et les machines. Dans le domaine de la sidérurgie les avancées sont impressionnantes dès les années 1900, en sortant d’une démarche empirique, avec la mise au point d’un catalogue fourni d’aciers spéciaux dont sont établis les caractéristiques chimiques et mécaniques. L’aciérie a ainsi recours aux services de l’universitaire Federico Giolitti (le fils de Giovanni), récipiendaire en 1919 de la médaille Bessemer de l’Iron Steel Institute de Londres. Ses laboratoires sont regroupés dans un Institut dirigé par le professeur Raffo. Le développement de l’électromécanique dans l’après-guerre implique de former des ingénieurs et des techniciens en mesure de procéder aux innovations nécessaires pour la réalisation de transformateurs, de générateurs et de moteurs électriques, notamment dans le ferroviaire, en tentant de substituer une production italienne à des biens importés.

10Avec cet ouvrage, Alain Dewerpe apporte un regard sur le travail qui oblige à sortir d’une périodisation menant de la révolution industrielle dans une économie libérale au XIXe siècle au fordisme du XXe. Il montre que le métier des ouvriers demeure ici une des bases de l’organisation, tout en répondant à la dynamique innovante portée par des ingénieurs et des universitaires. Il met également en évidence les formes originales d’un capitalisme « à l’italienne » profondément lié à la puissance publique, en n’accédant véritablement à une dimension industrielle qu’avec la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Didry, « Alain Dewerpe, Les mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30288

Haut de page

Auteur

Claude Didry

Centre Maurice Halbwachs, UMR 8097 CNRS-ENS
École normale supérieure, 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris
claude.didry[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals