Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Judith Rainhorn, Blanc de plomb. Histoire d’un poison légal

Les Presses de Sciences Po, Paris, 2019, 376 p.
Rémy Ponge
Référence(s) :

Judith Rainhorn, Blanc de plomb. Histoire d’un poison légal, Les Presses de Sciences Po, Paris, 2019, 376 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses de Sciences Po
  • 1 Le groupe Études sociales et politiques des populations, de la protection sociale et de la santé (E (...)
  • 2 Programme santé-environnement et santé-travail (2005-2007) et programme environnement-santé-travail (...)

1L’intoxication au plomb (saturnisme) engendre des symptômes variés : fatigue générale, anémie, troubles digestifs, nerveux, cardiaques, rénaux, de la fertilité, etc. Selon la durée et l’intensité de l’exposition, celle-ci peut entraîner la mort. L’ouvrage de Judith Rainhorn retrace l’histoire longue et complexe de la présence persistante du plomb, dont la toxicité est pourtant connue depuis plusieurs siècles, dans l’environnement et sur les lieux de travail. L’autrice s’intéresse plus particulièrement à la céruse, aussi appelée blanc de plomb, employée depuis l’antiquité dans les cosmétiques, avant d’être massivement utilisée à partir de la fin du XVIIIe siècle pour colorer en blanc les peintures. Cet ouvrage, tiré de son habilitation à diriger des recherches, participe d’un mouvement animé par des chercheurs d’horizons disciplinaires variés (historiens, sociologues, politistes) qui, en croisant les regards et les apports disciplinaires, renouvellent depuis plus d’une dizaine d’années l’approche des questions de santé au travail et de santé environnementale. Ce mouvement s’est notamment structuré dans plusieurs réseaux de recherche dont Judith Rainhorn est partie prenante1 et a été soutenu par l’Agence nationale de la recherche2, avant de donner lieu, entre autres, à plusieurs publications et ouvrages collectifs (voir notamment Omnès et Pitti, 2009 ; Bruno et al., 2011 ; Le Roux, 2016).

2C’est donc de ce dialogue interdisciplinaire que se nourrit l’ouvrage. À rebours d’une histoire téléologique qui verrait dans l’avancement des siècles une marche continue vers le progrès, J. Rainhorn cherche à comprendre comment l’emploi de la céruse, dont la nocivité est identifiée depuis le XIXe siècle, a pu persister durablement, affectant lourdement et parfois mortellement la santé de milliers de travailleurs. Le choix de cet objet est particulièrement pertinent car le plomb a été la « première substance légalement reconnue comme un poison dans l’espace de travail » en 1919, sans pour autant y avoir disparu. L’autrice insiste dès l’introduction sur l’importance de la chronologie tant la « carrière publique » de la céruse et de ses dangers est faite de longues phases d’occultation entrecoupées de brusques et éphémères moments de visibilité. C’est donc de ce mouvement de mise à l’agenda et de reflux qu’il s’agit de rendre compte pour comprendre la place de ce produit dans l’espace public et sa persistance sur les lieux de travail.

3L’ouvrage est divisé en sept chapitres couvrant une période allant du XVIIIe siècle aux années 1930, auxquels s’ajoute un épilogue qui fait office de conclusion et se termine dans la période actuelle. Les différentes parties du livre constituent autant de séquences, de temporalité variable, de la « carrière publique » de la céruse. Le récit ne suit cependant pas un déroulement linéaire car les trois premiers chapitres se recoupent en partie, apportant chaque fois un éclairage différent sur l’objet. Au fil des 376 pages de l’ouvrage, J. Rainhorn mobilise des archives issues de différentes sources, précisément détaillées en annexe, qui traduisent la pluralité des regards portés sur l’objet : l’histoire des savoirs médicaux et scientifiques sur les effets sanitaires du plomb ; l’histoire économique de l’industrie de la céruse et de ses modes de production ; l’histoire politique et juridique de la prise en charge des dangers liés à l’utilisation de la céruse. Si le récit est principalement centré sur le territoire national, les événements qui s’y déroulent sont régulièrement mis en perspective avec le contexte international.

4Le premier chapitre (XVIIIe siècle – 1830) montre comment, alors que la chimie constitue le moteur du développement économique en Europe, la production française de la céruse se développe considérablement grâce à l’alliance des industriels, des scientifiques, de la sphère hygiéniste et des pouvoirs publics. De produit artisanal, la céruse devient un objet de consommation courante utilisé sur les murs des bâtiments, les wagons des trains, les navires, les porcelaines, etc. Le développement sans précédent de l’industrie cérusière s’accompagne néanmoins d’une véritable épidémie. Le deuxième chapitre (1820-1860) est consacré à l’histoire des savoirs sur les effets toxiques du plomb et à la mobilisation des différents acteurs (médecins, hygiénistes, industriels, pouvoirs publics) qui constituent la céruse en problème public. Le chapitre suivant (1845-1853) revient sur la controverse liée à l’introduction de l’oxyde de zinc sur le marché, produit inoffensif, supérieur techniquement à la céruse mais dont la fabrication est trois fois plus chère. L’apparition de ce substitut à la céruse redéfinit les termes du problème et impose « dans le débat public et savant la question de la gestion politique et social du risque industriel » (p. 84). Au milieu du XIXe siècle, les cérusiers, durement fragilisés par la concurrence étrangère et par le soutien de l’État au blanc de zinc, semblent sur le point de disparaître. Néanmoins, ils parviendront à se maintenir et à reconstruire leur légitimité, « y compris et même prioritairement sur le plan sanitaire », comme le montre le quatrième chapitre (1853-1900).

5Au début du XXe siècle, la céruse fait de nouveau irruption dans le débat public sous l’effet d’une mobilisation des peintres, de l’intervention de scientifiques dans la cité, du développement de la politique sociale de l’État et « d’un intérêt naissant de la presse qui constitue une caisse de résonnance indispensable à la publicisation de la cause » (p. 182) ; c’est l’objet du cinquième chapitre (1900-1909). Ensuite, l’autrice revient sur l’élaboration de deux lois : celle sur l’interdiction de la céruse dans les travaux de peinture, promulguée en 1909, et celle sur la reconnaissance des maladies professionnelles votée dix ans plus tard. Le septième chapitre éclaire enfin les débats, au sein de l’Organisation internationale du travail, entourant l’élaboration d’un texte interdisant la céruse (1919-1930). L’épilogue qui clôt l’ouvrage souligne l’actualité des dangers de la céruse, qui de « poison industriel » est devenu « poison environnemental », tant le plomb contenu dans les peintures massivement utilisées durant plus d’un siècle est loin d’avoir disparu.

6Les apports de cet ouvrage fouillé et précis sont nombreux. L’autrice montre par exemple les difficultés à faire advenir la cause de la santé ouvrière dans l’arène parlementaire, mais aussi dans le champ syndical. Portée par la fédération des peintres, la cause anti-cérusière a constitué pour cette organisation un instrument pour maintenir un syndicalisme de métier et refuser son intégration dans la fédération du bâtiment, comme le souhaitait pourtant la Confédération générale du travail (CGT). En réponse, la direction confédérale a marginalisé les revendications portant sur l’hygiène et la sécurité. J. Rainhorn montre bien que le traitement syndical de la santé au travail ne peut être dissocié des enjeux politiques et organisationnel. Rejoignant les constats de certains sociologues et politistes, elle démontre également à quel point les modalités de gestion des enjeux de santé au travail sont définies dans des arènes discrètes et reposent sur des arbitrages qui ne peuvent perdurer que parce qu’ils ne sont pas rendus publics. Cette configuration tend à faire des enjeux sanitaires un problème d’experts plutôt qu’un sujet de débat public et contribue à occulter les risques du travail et les dégâts qu’ils engendrent. On pourra alors regretter l’emploi régulier de formules qui laissent penser que les risques liés au plomb étaient largement connus et tolérés par tous (« consentement à l’empoisonnement », « accommodement collectif au toxique », etc.) et que ce serait donc le consentement collectif qu’il s’agirait d’expliquer. Or, ce sont plutôt les processus par lesquels les enjeux de santé au travail ne parviennent pas à être construits comme des problèmes publics, ou alors difficilement et de manière éphémère, que Judith Rainhorn éclaire finement.

Haut de page

Bibliographie

Bruno, A.-S, Geerkens, É., Hatzfeld, N., Omnès, C. (dir.), 2011, La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (XIXe-XXe siècles), Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Le Roux, T. (dir.), 2016, Risques industriels Savoirs, régulations, politiques d’assistance, fin XVIIe-début XXe siècle, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Omnès, C., Pitti, L. (dir.), 2009, Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle : La France au regard des pays voisins, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Haut de page

Notes

1 Le groupe Études sociales et politiques des populations, de la protection sociale et de la santé (ESOPP), le Groupe de recherche en histoire environnementale (GRHEN), l’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT), le Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale (RUCHE), le Groupement d’études sur le travail et la santé au travail (GESTES).

2 Programme santé-environnement et santé-travail (2005-2007) et programme environnement-santé-travail (2010-2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Ponge, « Judith Rainhorn, Blanc de plomb. Histoire d’un poison légal », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30341

Haut de page

Auteur

Rémy Ponge

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS), UMR 8156 - U997
École des hautes études en sciences sociales, Bâtiment Recherche Sud
5, cours des Humanités, 93322 Aubervilliers cedex, France
remy.ponge[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals