Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cédric Lomba, La restructuration permanente de la condition ouvrière. De Cockerill à ArcelorMittal

Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2018, 386 p.
Arnaud Vendeur
Référence(s) :

Cédric Lomba, La restructuration permanente de la condition ouvrière. De Cockerill à ArcelorMittal, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2018, 386 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Éditions du Croquant

1Les travaux de sociologie dédiés aux établissements industriels en déclin abondent. Cet ouvrage vient cependant prouver que des monographies novatrices de ce type de firmes restent possibles. Consacrée au premier sidérurgiste belge, Cockerill (devenu l’international ArcelorMittal), cette étude de cas fournit une analyse triplement originale des effets des « restructurations », entendues comme des « réorganisations d’entreprises entraînant des réductions d’effectifs » (p. 355). Alors que la littérature se focalise souvent sur les luttes consécutives aux plans sociaux, Cédric Lomba élargit d’abord la focale en s’intéressant aux effets variés que les restructurations peuvent avoir sur la « condition ouvrière », saisie à travers diverses dimensions. Il s’écarte ensuite de la foisonnante littérature sur les conséquences biographiques de la perte d’emploi en se concentrant sur les travailleurs qui restent en poste après les baisses d’effectifs. Il appréhende enfin les incidences de la répétition de ces réorganisations en faisant débuter sa monographie au milieu des années 1970. Il parvient ainsi à étudier la succession des douze plans de restructuration (en majorité des plans de départs en préretraite) qui ont conduit à diviser les effectifs de Cockerill par vingt-cinq en quarante ans.

2La démarche d’enquête au long cours qui sous-tend ce livre est tout aussi singulière. L’auteur s’appuie en effet sur trois corpus de données, collectées dans le cadre de recherches différentes et guidées par des problématiques distinctes : un mémoire de Master commencé en 1995, une thèse de doctorat soutenue en 2001 et une « revisite » effectuée en 2011-2012. L’abondance et la variété des données exploitées dans cette synthèse impressionnent : plus de 150 entretiens informatifs ou biographiques (menés auprès d’ouvriers, de cadres, de directeurs, de dirigeants syndicaux, d’élus, de responsables d’urbanisation, d’assistantes sociales, etc.), des observations non participantes (conduites durant plusieurs mois au sein de locaux syndicaux, lors de manifestations ou au contact d’équipes en 3x8 de trois usines différentes), et des sources écrites multiples dont certaines autorisent des analyses statistiques (archives d’entreprise, syndicales, municipales ou privées, réseaux sociaux, presse, etc.). Cette « triangulation des méthodes » offre un « décentrage des points de vue » (p. 21) effectivement précieux pour objectiver, sur une longue période, les restructurations et les mutations de la condition ouvrière. Au carrefour de la sociologie des classes sociales et de celle du travail, cette recherche en quatre mouvements parvient ainsi à joindre à l’analyse des « pratiques » et des « représentations » ouvrières celle des « dispositifs d’organisation qui les encadrent » (p. 22).

3Le premier chapitre contextualise le cas au moyen d’un triple cadrage historique. Celui-ci relativise d’abord l’ampleur du processus européen de « désindustrialisation ». Il souligne ensuite la fragilisation multiforme, liée aux restructurations, du groupe ouvrier sur la période étudiée. Il expose enfin les évolutions du secteur sidérurgique — « symbole de la crise industrielle » — en Europe depuis 1975.

4La monographie proprement dite débute avec un second mouvement, dédié aux décisions et à la mise en œuvre des plans successifs (chapitres 2 et 3). L’auteur y restitue les conditions dans lesquelles les dirigeants conçoivent, négocient et imposent cette planification. Sous l’influence, entre autres, du benchmarking (comparaison inter-usines) et de la managérialisation de l’encadrement, les « restructurations de crise » cèdent le pas aux « restructurations de compétitivité ». Bien que non programmé à long terme par la direction, ce « séquençage » vient autant rythmer la vie productive que les résistances collectives, chaque plan réactivant la contestation et ses répertoires habituels. Toutefois, les réductions d’effectifs répétées sont démobilisatrices. Cockerill multiplie donc les outils gestionnaires « participatifs » pour maintenir l’engagement de ses travailleurs. Or, un cercle vicieux s’installe puisqu’en mettant ainsi leurs compétences à profit, les ouvriers contribuent à diminuer les coûts de production et favorisent, paradoxalement, les suppressions de postes.

5Chacun des chapitres 4 à 7, qui composent le troisième mouvement, explore les effets des restructurations sur un aspect particulier de la condition ouvrière : les relations sociales, le syndicalisme usinier, les carrières ouvrières et les accidents du travail. Les réorganisations accentuent d’abord l’autocontrôle et les formes de distanciation entre cadres, maîtrise et ouvriers, mais délitent variablement les collectifs ouvriers d’une usine à l’autre. Sans essouffler l’action collective, les compressions d’effectifs réduisent et rajeunissent ensuite une population de syndicalistes plus polyvalents et autonomes, tantôt opposés aux directions locales, tantôt obligés de coopérer avec elles face à la concurrence inter-sites. En libérant des postes convoités (pré-retraites), les plans facilitent en outre les mobilités choisies qui accélèrent le processus de promotion des jeunes. Mais ces « déplacements », quand ils ne sont pas subis, sont toujours un pari tant la qualité du poste d’arrivée, l’accueil par les nouveaux collègues et l’avenir du site intégré restent incertains. Enfin, les réorganisations concourent indirectement à l’invisibilisation des accidents du travail (dont le nombre décroît sous l’effet des politiques patronales de sécurité au travail et d’autres mécanismes plus ou moins liés aux baisses d’effectifs) mais contribuent directement à produire les tensions au principe des rapports ambivalents que les ouvriers entretiennent avec la sécurité au travail.

6Le dernier mouvement (chapitre 8) analyse d’un côté les divers engagements individuels au travail (loyauté, critique, détachement, sortie) que les plans viennent renforcer ; en étudiant la vie ouvrière en dehors de l’usine, il insiste d’un autre côté sur la position intermédiaire que les ouvriers de Cockerill occupent (notamment du fait de leur salaire relativement élevé) entre classes populaires et classes moyennes, position que les restructurations viennent sans cesse menacer.

7Contribuant au « retour sur la condition ouvrière », cette monographie — fort instructive — offre une analyse fine et bien documentée. De nombreux graphiques, extraits d’archives, d’entretiens ou de notes d’observation, systématiquement associés à des indications réflexives sur leurs limites et conditions de production, étayent le propos. De plus, une dizaine de cartes et d’encadrés permettent au lecteur profane de se familiariser avec les caractéristiques géographiques et techniques de l’industrie liégeoise de l’acier, et au lecteur français de s’approprier aisément les spécificités belges. Notons que la contextualisation à l’échelle de l’usine (chapitre 4) est particulièrement féconde sur le plan heuristique.

8Pente naturelle des études de cas, la profusion des détails et des thèmes abordés a néanmoins tendance à nuire à l’unité des chapitres et à la cohérence du plan. Certes, les deux objets analysés (« les restructurations » et « la condition ouvrière ») sont multidimensionnels. Mais cet ouvrage ne prend-il pas quelque distance avec la problématique — déjà très large — des effets des restructurations en série sur la condition ouvrière à chaque fois qu’il se livre à des développements parallèles sur l’un ou l’autre de ces deux objets, sans systématiquement chercher à les rapprocher ? Cette manière d’organiser la monographie conditionne sans doute la réponse apportée à la problématique autant qu’elle sert à la prouver : les restructurations successives ne sont pas les seuls facteurs des évolutions observées. Justifier alors cette démarche en invoquant Andrew Abbott et sa critique du « paradigme des variables » s’avère commode, les « variables » et les données considérées ici ne permettant pas d’isoler l’effet propre des réorganisations. En tout cas, cette brève référence à A. Abbott aurait mérité des compléments, tant cette façon de répondre rompt avec l’esprit de l’analyse multivariée qui imprime malgré tout le questionnement du livre.

9Une idée séduisante, qui traverse l’ouvrage, permettrait de recentrer la monographie sur la question des effets à imputer à ces épisodes courts et répétés, inscrits dans une « séquence de moyenne durée de transformations [des] conditions d’emploi et de travail » (p. 9) : cette « pensée par plans » (p. 61) contribue à accroître et multiplier les tensions dans lesquelles les ouvriers sont pris. Dès lors, rendre compte de l’occurrence, de l’évolution et des incidences de ces tensions plus ou moins nouvelles, en déterminant les propriétés individuelles, les éléments contextuels et les temporalités pertinentes en jeu, unifierait et approfondirait cette analyse de l’expérience vécue de « l’incertitude qui caractérise classiquement la position ouvrière » (p. 352).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Vendeur, « Cédric Lomba, La restructuration permanente de la condition ouvrière. De Cockerill à ArcelorMittal », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30366

Haut de page

Auteur

Arnaud Vendeur

Centre de sociologie des organisations (CSO)
UMR 7116 CNRS et Sciences Po
19, rue Amélie, 75007 Paris, France
arnaud.vendeur[at]sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals