Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Margaret Maruani (dir.), Je travaille, donc je suis. Perspectives féministes

La Découverte, Paris, 2018, 304 p.
Gabrielle Schütz
Référence(s) :

Margaret Maruani (dir.), Je travaille, donc je suis. Perspectives féministes, La Découverte, Paris, 2018, 304 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : La Découverte
  • 1 Plus particulièrement Maruani, 1998 ; Maruani et al., 2008 ; Maruani, 2013.

1Je travaille, donc je suis est le nouvel opus collectif pluridisciplinaire et international édité par le réseau de recherche « Marché du travail et genre » (Mage) sous la direction de Margaret Maruani, à la suite du colloque du même nom ayant célébré en 2015 les vingt ans du réseau. Comprenant 27 contributions de 29 autrices et 3 auteurs, surtout sociologues, mais aussi économistes, historiennes, politistes, juriste, géographe et philo­sophe, compagnes de route du Mage de longue date ou plus récemment intégrées, l’ouvrage prend place dans une série de livres du réseau consacrée aux recherches croisant genre et travail1 et permet un bilan d’étape, clôturé par l’épilogue de Michelle Perrot, qui opère un retour sur l’histoire du travail des femmes et ses généalogies. Je travaille, donc je suis met tout d’abord en avant la centralité du travail pour les études sur le genre et, réciproquement, du genre pour l’analyse du travail (voir notamment les contributions de M. Maruani et D. Kergoat). Credo fondateur du Mage, ce point de départ prend une résonnance particulière dans un double contexte où, tout en ayant gagné en légitimité, les études sur le genre sont régulièrement remises en cause, y compris dans des sciences sociales, et où les recherches sur le travail semblent aujourd’hui moins prédominantes dans les études de genre au fur et à mesure que d’autres sous-champs prennent de l’ampleur. En revendiquant par ailleurs pour la première fois dans un titre l’adjectif « féministe », comme le soulignent Isabelle Clair et Jacqueline Laufer, le réseau réaffirme ensuite avec force sa perspective critique, alors que le terme « genre » tend à se dépolitiser au fur et à mesure qu’il se diffuse.

2Qu’apporte alors ce nouvel opus du Mage sur le genre et le travail ? Il ne s’agit pas ici de reprendre les analyses, désormais classiques, sur la construction genrée des qualifications et des carrières, ou sur la segmentation du marché de l’emploi, mais plutôt de rendre compte de pistes pour poursuivre et renouveler la réflexion. Il s’agit tout d’abord de prendre acte des transformations du travail et de la société salariale, comme l’explicite l’éclairante conclusion de Nicky Le Feuvre. Mettre en avant la centralité du travail ne revient pas à être aveugle à ses transformations : féminisé mais aussi flexible, fragmenté et financiarisé, pour reprendre les « 4F » de Jill Rubery (2015), le monde du travail dans lequel les femmes sont désormais insérées n’a rien à voir avec celui des combats féministes des années 1970 et n’offre pas les mêmes potentialités d’émancipation pour toutes. Une analyse genrée du travail doit donc plus que jamais prendre en compte l’ensemble des rapports sociaux dans lesquels sont plongés les femmes et les hommes. Plus que les précédents, l’ouvrage fait ainsi une large place aux analyses théoriques et empiriques revendiquant une approche intersectionnelle, qui outre le genre et la classe prend en compte la race comme dimension structurante de l’expérience sociale, au travail comme ailleurs. C’est entre autres le sens de la contribution liminaire d’Angela Davis, qui revient sur les travailleuses domestiques mais aussi sur le complexe industrialo-pénitentiaire aux États-Unis. Dans cette visée intersectionnelle, l’ouvrage réserve également une place de choix aux analyses traitant des emplois domestiques, généralement assurés par des femmes racisées, issues de migrations internationales mais aussi internes à un même pays, des régions pauvres vers les régions riches.

3Je travaille, donc je suis s’organise en trois parties. La première, « Inflexibles inégalités », coordonnée par Danièle Meulders et Rachel Silvera, permet notamment de documenter les inégalités au travail entre femmes et hommes mais aussi entre femmes dans cinq pays — France (Thomas Amossé, Sophie Pochic, Helena Hirata), États-Unis (Laura Frader), Brésil (Bila Sorj, Helena Hirata), Espagne (Carlos Prieto), Japon (Helena Hirata) — ainsi que de livrer, pour certains d’entre eux, un aperçu du champ de recherche sur le genre et le travail. Cette première partie offre également une incursion du côté du droit (Marie-Thérèse Lanquetin) et de la statistique (Thomas Amossé), avec une contribution qui souligne les perspectives ouvertes par de nouveaux dispositifs d’enquête élaborés par la statistique publique, qui doivent permettre d’analyser les données sur les individus en les articulant avec les caractéristiques de leur environnement (la composition sexuée de leur profession, de leur entreprise ou encore de leur établissement scolaire, par exemple). La deuxième partie, « Nouveaux objets, nouvelles frontières », sous la responsabilité de Catherine Achin et Catherine Marry, permet plus particulièrement d’appréhender le renouvellement thématique de ce champ de recherche. Parmi ces nouveaux objets (tous ne figurent pas dans cette partie), on peut recenser ceux liés aux transformations du capitalisme, ceux qui doivent à la mise en œuvre plus serrée d’une démarche intersectionnelle, et ceux qui articulent la question du travail avec celle du harcèlement, des violences et des sexualités. On trouvera ainsi dans l’ouvrage : les effets ambivalents des politiques d’égalité dans les entreprises (Sophie Pochic) ; le travail numérique au prisme du genre (Michel Lallement) ; les effets du néolibéralisme sur l’emploi dans les services publics, rarement thématisés sous l’angle du genre (Cécile Guillaume et Gill Kirton) ; les apports d’une approche en termes de genre pour éclairer les études sur la « transition » des économies planifiées à l’économie de marché (Tang Xiaojing) ; le travail des jeunes femmes dans le monde colonial et sa mise à mal des normes de genre, dans certains contextes et contre toute attente (Rebecca Rogers) ; le travail dans le monde post-colonial et la nécessité d’analyser les avantages structurels procurés par la masculinité et l’occidentalité au sein des organisations (Amélie Le Renard) ; les migrations au prisme du genre, en s’intéressant aux femmes restées au pays et non plus aux seules migrantes (Audrey Lenoël et Ariane Pailhé) ; les effets des violences de genre sur l’accès à l’emploi et la manière dont les politiques publiques devraient les prendre en compte (Iman Karzabi et Séverine Lemière) ; la sexualisation du corps des femmes dans les relations de travail et ses effets sur les carrières (Nathalie Lapeyre) ; le travail dans les mondes de l’art au prisme du genre (Hyacinthe Ravet). La dernière partie, « Travail, genre et féminismes », sous la responsabilité d’Isabelle Clair et Jacqueline Laufer, a une dimension plus épistémo­logique et conceptuelle. Elle livre par exemple une discussion serrée des apports, mais surtout des limites, de la notion de care pour appréhender la réalité du travail des femmes dans les services domestiques (Christelle Avril). Elle propose une mise au travail empirique du concept d’empowerment (Kamala Marius), souligne le caractère central du concept de travail, tout en proposant une réflexion sur les concepts d’intersectionnalité et de consubstantialité des rapports sociaux (Danièle Kergoat), ou, encore, revient sur les obstacles à la connaissance que peuvent poser les catégories d’analyse qui forgent les parcours intellectuels et la difficile émergence d’un champ d’étude féministe sur les mou­vements féministes (Laure Bereni).

4On l’aura compris, l’ouvrage est d’une grande richesse et poursuit une ambition forte : refléter la diversité foisonnante des recherches sur le genre et le travail, tout en offrant des pistes de réflexion tout à fait stimulantes pour l’avenir. Néanmoins, bien que les chapitres entrent en résonnance les uns avec les autres et en dépit d’introductions qui les mettent en cohérence, le tout donne parfois le sentiment d’une mosaïque hétérogène. L’arrimage des contributions aux trois grandes parties de l’ouvrage n’est pas toujours très lisible. Les contributions ont par ailleurs des statuts fort différents, de la présentation d’une recherche singulière à la fresque de synthèse, en passant par la réflexion épistémo­logique ou par le retour d’expérience d’une recherche-action. Ne s’adressant pas toutes au même type de lectorat, elles sont aussi d’un intérêt inégal et laissent parfois sur sa faim, même si elles peuvent également être lues comme autant d’invitations à appro­fondir, grâce aux bibliographies très nourries qui accompagnent chacune d’entre elles. On pourra aussi remarquer que les contributions portant sur le corps et la sexualité au travail sont finalement peu nombreuses, alors même que ces thématiques favorisent un croisement prometteur entre les analyses de deux sous-champ des études sur le genre, celui du travail et celui des sexualités, ou encore qu’aucune contribution ou presque ne s’intéresse au genre sous l’angle de la construction des masculinités. Malgré ces limites, inhérentes à ce difficile exercice de totalisation, Je travaille, donc je suis témoigne de la force et de la vitalité d’un champ de recherche, de sa capacité à se renouveler, et de sa fécondité non seulement pour les études sur le genre mais aussi pour celles sur le travail.

Haut de page

Bibliographie

Maruani, M. (dir.), 1998, Les nouvelles frontières de l’inégalité. Hommes et femmes sur le marché du travail, La Découverte, Paris.

Maruani, M. (dir.), 2013, Travail et genre dans le monde, l’état des savoirs, La Découverte, Paris.

Maruani, M., Hirata, H., Lombardi, M-R. (dir.), 2008, Travail et genre. Regards croisés. France – Europe – Amérique latine, La Découverte, Paris.

Rubery, J., 2015, « Change at work: Feminisation, flexibilisation, fragmentation, financialisation », Employee Relations, vol. 37, n° 6, p. 633-644.

Haut de page

Notes

1 Plus particulièrement Maruani, 1998 ; Maruani et al., 2008 ; Maruani, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Schütz, « Margaret Maruani (dir.), Je travaille, donc je suis. Perspectives féministes », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30376

Haut de page

Auteur

Gabrielle Schütz

Professions, institutions, temporalités (PRINTEMPS)
47, Boulevard Vauban, 78047 Guyancourt Cedex, France
gabrielle.schutz[at]uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals