Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dominique Pasquier, L’internet des familles modestes. Enquête dans la France rurale

Presses des Mines, Paris, 2018, 222 p.
Gaële Henri-Panabière
Référence(s) :

Dominique Pasquier, L’internet des familles modestes. Enquête dans la France rurale, Presses des Mines, Paris, 2018, 222 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses des Mines

1Comment une technologie, inventée et utilisée au départ par des personnes de catégories sociales favorisées habitant dans les grands centres urbains, est mobilisée aujourd’hui dans des milieux populaires ruraux ? Qu’est-ce que ces usages d’internet ont à nous apprendre des changements récents vécus dans ces milieux souvent décrits comme exclus de la révolution numérique ? C’est à cette double interrogation que l’ouvrage de Dominique Pasquier s’attache à répondre au croisement d’une sociologie des classes populaires et d’une sociologie des médias, deux champs de recherche ici solidement documentés.

2L’enquête sur laquelle s’appuient les analyses articule des entretiens menés auprès d’une cinquantaine d’ouvrier·es et d’employé·es de service à la personne avec le traitement de quarante-six comptes Facebook dans une population appariée (en termes de groupe professionnel, d’âges et de zones d’habitat). Le premier volet de l’investigation, souvent conduite au domicile des interviewé·es, donne accès à des descriptions détaillées d’utilisation de différents outils (ordinateurs, smartphones, tablettes) et dispositifs (applications, sites, etc.), ainsi qu’aux fonctions qu’ils remplissent. Le second volet porte sur une partie seulement de ces usages mais donne également à voir des mises en scène (en mots et en images) de soi et des siens, de même que des échanges entre « amis ».

3Les résultats de cette recherche sont présentés dans cinq chapitres. La question des apprentissages puis celle des achats et des services en ligne sont d’abord traitées essentiellement au travers des entretiens. Ceux-ci apportent également des éléments à propos de la dématérialisation des relations aux services publics, très problématique en ce qui concerne les administrations d’aide sociale. Il est davantage question de ce qui se joue sur les comptes Facebook dans les deux chapitres suivants qui portent sur « la crise du lien social » et sur les rapports hommes-femmes. Les panneaux et les liens partagés y dessinent « un monde triangulaire » où le « nous » des classes populaires étudiées se situe entre le « eux » des élites politiques dénoncées pour leur incompétence et la figure repoussoir de l’assisté, mais aussi une ligne de partage entre centres d’intérêt féminins et masculins. Le dernier chapitre, consacré aux liens familiaux, combine plus nettement les deux types de données en éclairant la valeur centrale que la famille et le couple représentent dans les milieux étudiés sans perdre de vue les relations concrètes que les différents membres entretiennent entre eux à l’occasion de leurs usages d’internet et des équipements associés.

4Chacun de ces chapitres expose les tendances générales qui ressortent d’une analyse thématique se confrontant aux résultats d’autres enquêtes. D. Pasquier présente également systématiquement des cas particuliers pour « illustrer » ces tendances. Davantage qu’une simple illustration qui se contenterait de dire autrement la même chose, ces cas donnent une épaisseur supplémentaire aux analyses thématiques qu’elles « incarnent » véritablement. En effet, les cas d’interviewé·es reconstituent les contextes (biographiques, relationnels, matériels) dans lesquels se déploient les pratiques investiguées. Quant aux comptes Facebook, l’historique de ceux-ci permet de situer les contenus partagés dans un parcours de vie (et d’utilisateur ou utilisatrice) plus large, évitant ainsi bien des lectures caricaturales. C’est le cas lorsqu’il s’agit par exemple de replacer la diffusion de contenus sexistes dans une biographie masculine particulière et de prendre la mesure des inflexions que les réactions de l’entourage produisent sur les opinions affichées. Les gains de connaissance ainsi opérés sont nombreux, nous n’en citerons que quelques-uns.

5Concernant le premier volet de la double interrogation à l’origine de la recherche, plusieurs résultats sont à noter concernant les usages d’internet par les familles enquêtées et leurs spécificités au regard d’autres populations. Tout d’abord, si seule une minorité d’interviewé·es se tient à distance d’internet (surtout du fait d’un accès récent aux équipements), certains dispositifs sont davantage utilisés que d’autres. Les échanges de courriels sont peu fréquents (essentiellement dans le cadre contraint des rapports avec les administrations), tandis que des applications pour smartphones comme celles qui permettent de consulter ses comptes bancaires et de « savoir où on en est » (p. 56-57) sont fortement appréciées dans des foyers où les budgets sont fréquemment sous tension. Ensuite, les modalités d’utilisation de ces outils et dispositifs distinguent la population étudiée. C’est particulièrement le cas lorsque l’on s’intéresse aux comptes Facebook dont l’usage tend moins à l’extension d’un réseau diversifié qu’à être « un autre lieu pour parler avec les mêmes » (p. 21) en partageant et commentant des contenus trouvés ailleurs davantage qu’en en créant de nouveaux. Les entretiens témoignent aussi d’une certaine réticence des enquêté·es à s’« afficher », que ce soit sur ces comptes ou en intervenant directement sur les forums visités, préférant consulter les réponses apportées à des questions posées par d’autres.

6Au deuxième volet de l’interrogation initiale, portant sur ce que ces usages nous apprennent du milieu social étudié et de ses éventuelles évolutions, plusieurs réponses sont apportées. La séparation relativement nette des centres d’intérêt des hommes et des femmes qui s’observe sur les comptes Facebook s’accompagne de « la montée d’un ethos égalitaire » (p. 112) dans le domaine des tâches domestiques. On y observe ainsi des formes de distance aux rôles traditionnellement dévolus à l’un ou l’autre sexe sous forme de messages humoristiques très présents sur les comptes féminins. Quoi qu’il en soit de ces évolutions qui confirment les observations récentes d’Olivier Schwartz (dont les travaux sont une référence importante de l’ouvrage), se trouve maintenue la place centrale de la famille dans les valeurs défendues par les enquêté·es comme dans leurs « horizons de sociabilité par internet » (p. 198).

7Les changements semblent davantage se trouver du côté des pratiques de consommation et d’apprentissage. Ainsi, internet permet des formes de « flâneries en ligne sur des sites marchands » (p. 67) mais facilite aussi la recherche des meilleurs prix et rend possible l’accès à des biens de consommation auparavant réservés à des classes sociales mieux dotées. Par ailleurs, un certain nombre d’enquêté·es ont acquis en ligne des connaissances qu’ils ou elles peuvent mobiliser à leur avantage dans différentes situations. C’est le cas des connaissances médicales dont l’acquisition atténue « la position de déférence dans laquelle se cantonnent les non-diplômés face aux experts » (p. 39), ou encore de connaissances et de compétences très spécialisées dont certain·es enquêté·es tirent des revenus, comme Benjamin, chineur passionné qui se spécialise dans l’achat et la revente de maroquinerie vintage de luxe (cas présenté p. 49-50).

8Les analyses sur les apprentissages en ligne ouvrent des perspectives de recherche particulièrement stimulantes en termes de rapports aux savoirs et à leur acquisition dans des formes relationnelles spécifiques, car elles tiennent compte des rapports que les enquêté·es entretiennent avec la culture écrite et l’école. En effet, si l’équipement informatique des familles a souvent pour origine le souhait des parents rencontrés de fournir à leurs enfants des outils utiles à leur réussite scolaire, les spécificités de leurs usages, en particulier la « pudeur participative » (p. 197) dont ils font preuve sur les forums (comme la réticence à l’égard des courriels) ont à voir avec leur propre passé scolaire souvent difficile. Quant aux tutoriels (comme « contournement de l’écrit expert » par des « petites séquences vidéos qui montrent pas à pas comment réaliser quelque chose », p. 33), des enquêté·es s’y réfèrent pour approfondir ou diversifier les savoir-faire (bricoler, jardiner, cuisiner, tricoter…) qu’ils ont souvent commencé à acquérir au sein de leur famille. Ces manières d’apprendre relèvent pour partie de la culture orale par la place prépondérante qu’y tiennent les gestes par rapport au discours. Il resterait à discuter de la démarche d’objectivation des savoirs en jeu et de l’intention de les acquérir, deux caractéristiques de ces apprentissages qui tendent à les inscrire dans une approche relevant de la culture écrite.

9L’entrée par les usages d’internet apporte quoi qu’il en soit de nouveaux éléments de connaissance sur une catégorie de population, populaire, stable et rurale, par ailleurs peu étudiée. En se focalisant sur les usages de ces personnes et sur leurs conditions de vie tant culturelles que matérielles, D. Pasquier réinterroge les indicateurs et parfois les résultats de travaux qui ont tendance à enquêter surtout sur les pratiques numériques de groupes sociaux urbains et diplômés, au risque de les universaliser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaële Henri-Panabière, « Dominique Pasquier, L’internet des familles modestes. Enquête dans la France rurale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30386

Haut de page

Auteur

Gaële Henri-Panabière

Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS)
UMR 8070 CNRS et Université Paris Descartes
45, rue des Saints Pères, 75006 Paris, France
gaele.henri-panabiere[at]parisdescartes.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals