Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 62 - n° 1-2Comptes rendusAntonio A. Casilli, En attendant ...

Comptes rendus

Antonio A. Casilli, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic

Le Seuil, Paris, 2019, 400 p.
Hadrien Coutant
Référence(s) :

Antonio A. Casilli, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Le Seuil, Paris, 2019, 400 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Éditions du Seuil

1Antonio A. Casilli offre, sous le beau titre En attendant les robots, une critique détaillée et bien informée du travail humain qui se cache derrière l’apparente artificialité des algorithmes. Afin de déconstruire le récit idéologique sur l’intelligence artificielle, il s’intéresse au double mouvement d’occultation et de délocalisation du travail numérique. L’ouvrage poursuit un agenda à la fois scientifique et politique. D’une part il propose, avec la notion de digital labor, une théorisation et une mise en cohérence des diverses formes de travail qu’implique l’intelligence artificielle — notamment en dépassant un certain nombre d’oppositions entre travail et non-travail. D’autre part, il questionne les perspectives d’émancipation à l’heure des fermes à clics et de notre participation quotidienne à la production massive de données numériques.

2Le livre est structuré en trois parties. La première vise à définir l’objet : le digital labor sur les plateformes numériques. Après avoir rappelé l’ancienneté des débats sur l’intelligence des machines et le remplacement de l’humain par la machine, A. Casilli déplace le débat vers la nature du travail. Il pose ainsi les hypothèses qu’il va explorer dans l’ensemble de l’ouvrage : par la tâcheronnisation, le numérique participe à la renégociation du rapport entre intérieur et extérieur de l’organisation et entre travail et hors-travail. La notion de tâcheronnisation permet à A. Casilli de qualifier à la fois la fragmentation du travail, et l’externalisation et la précarisation de la relation d’emploi. Son intérêt rhétorique est de combiner ces différentes transformations, par ailleurs largement étudiées par la sociologie du travail et de l’emploi. De même, la notion de digital labor lui permet à la fois d’englober un continuum d’activités très diverses et aux statuts d’emploi ou de loisir variés, et d’insister sur les dimensions matérielles du travail numérique — l’action des doigts. Il s’oppose ainsi, dans une perspective situationniste et marxienne, au spectacle de l’automation qui dissimule la réalité de l’activité et participe à la désagrégation de l’emploi et de la protection sociale. Il explore ensuite sa troisième notion centrale : les plateformes. La structure multifaces des plateformes leur permet de construire des situations ni tout à fait marchandes ni tout à fait organisationnelles, et les amène à tâcheronniser pour standardiser l’échange. On peut regretter ici une théorisation un peu légère de ces « formes hybrides » qui ont fait l’objet de nombreux travaux en sociologie économique et des organisations, notamment autour de la figure du réseau. Si les plateformes privilégient la captation sur la production de valeur, A. Casilli conclut, en reprenant les travaux des valuation studies, sur l’imbrication de la valorisation, l’évaluation et la captation dans les luttes pour la définition de la valeur de l’activité.

3La deuxième partie développe trois formes de digital labor : le travail à la demande, le micro-travail et le travail social. Le travail à la demande est exposé autour de la figure du chauffeur Uber. Sa caractéristique fondamentale est qu’il ne peut pas être confondu avec du non-travail — ce qui permet l’émergence de conflits sociaux. Cependant, ajoute A. Casilli, ce travail ostensible dissimule le caractère économiquement essentiel pour la plateforme, mais moins visible, de production de données par les utilisateurs. La deuxième forme de digital labor est probablement la moins connue : le micro-travail. À travers la figure de l’Amazon Mechanical Turk, il décrit le travail de calcul assisté par l’humain sous la forme de micro-tâches qui demandent une analyse nuancée et subjective afin de former l’intelligence artificielle — par exemple identifier le contenu d’une image ou retranscrire un extrait de texte manuscrit. Ici, le travail, payé le plus souvent quelques centimes la tâche, est dissimulé par des formes de ludification. Le conflit est brouillé par la posture d’intermédiaire entre deux catégories d’usagers prise par la plateforme. A. Casilli récuse l’image valorisée du freelance qui dissimule le monde plus vaste des « galériens du clic » dans une réalité commune d’« humain-en-tant-que-service » qui creuse les inégalités, à la fois au sein des pays et dans la division internationale du travail. Enfin, le travail social en réseau est celui où le caractère travaillé de l’activité est le moins évident. Si A. Casilli invite à dépasser l’opposition entre travail gratuit et plaisir, il penche du côté de la critique d’un travail de production de contenu et surtout de données — en particulier par le partage — par des « produsagers » souvent cantonnés à un amateurisme trompeur — d’autant plus qu’on ne peut pas considérer comme de nature différente ce qui est produit par les travailleurs gratuits et par les travailleurs très faiblement payés dans des « fermes à clics » qui notent, partagent ou « likent » en masse des contenus. Facebook ou YouTube ne pratiquent pas tant la gratuité que, dans une perspective multiface, une variété de prix positifs, négatifs ou nuls vis-à-vis de différentes catégories d’acteurs. Ici aussi, la production de données qui permettent de qualifier, qui sont monétisées et qui participent à l’automation, est essentielle pour ces plateformes, bien plus que la production de contenu en soi.

4La troisième partie propose une montée en théorie sur les spécificités du digital labor, sous l’angle du travail et de la subjectivité au travail. Pour A. Casilli, ce qui différentie les formes de digital labor n’est pas leur prix ou leur forme contractuelle, mais leur caractère ostensible ou non en tant que travail. Or, le caractère non ostensible de la production de données, pourtant essentielle pour les plateformes, est précisément ce qui pose problème dans la définition subjective d’une part importante du digital labor comme travail. En dépit d’une rhétorique émancipatrice et malgré la dissimulation de la relation de travail sous des « conditions générales d’utilisation » au statut juridique ambigu, le digital labor peut être objectivement analysé comme du travail. Mais ce travail, qui produit de la valeur, qui se déroule sous une surveillance panoptique et dans le cadre d’un lien contractuel et de subordination, est dé-corrélé de la rémunération et se situe dans une zone grise entre marchandage et salariat. L’ultime chapitre se concentre sur la subjectivité au travail, marquée par la tension entre travail cognitif valorisé et micro-tâches aliénantes. A. Casilli désigne, en suivant McKenzie Wark, la classe dominante du digital labor comme « classe vectorialiste » — qui délaisse la propriété des moyens de production pour mieux maîtriser les flux ou, dit autrement, les plateformes. Si le digital labor n’est pas immatériel, son caractère numérique et tâcheronnisé instaure une pression concurrentielle sur le travail à l’échelle mondiale. L’émergence d’une conscience de classe des travailleurs du digital labor est entravée d’une part par le double escamotage de l’externalisation à distance et du déni du travail des usagers, et d’autre part par l’écran de fumée idéologique de la perspective d’automation totale — et donc de la disparition du digital labor à un horizon toujours repoussé. L’automation est, selon A. Casilli, essentiellement la mise du travail humain au service de l’apprentissage des machines. L’auteur conclut son livre d’un léninien « que faire ? », qui plaide en faveur d’une conception des plateformes comme des communs dont les modes de rémunération restent à inventer.

5En attendant les robots embrasse large et propose un panorama passionnant des formes actuelles de travail numérique. Si une partie des éléments qu’il décrit et analyse est connue et étudiée par ailleurs, il offre à un lectorat varié une compréhension riche du travail numérique. Ce livre est en effet écrit tant à destination d’un public universitaire que d’un public plus large qui désire questionner de manière sociologique et critique les implications des plateformes numériques sur le travail. Son argument — les plateformes brouillent fondamentalement les frontières entre travail et non-travail, entre emploi et non-emploi, entre entreprise et marché, et obligent donc à réinventer les formes de luttes et de protection sociales ainsi qu’à remettre sur l’ouvrage la question de la propriété des communs — a le mérite d’être exposé clairement, finement et dans toutes ses dimensions empiriques. C’est donc un ouvrage ambitieux, qui brouille lui-même les frontières entre recherche, vulgarisation et critique politique.

6Pour le sociologue du travail, cette force est cependant source d’insatisfaction méthodologique et théorique. D’un point de vue empirique, l’ouvrage est allusif et frustrant. A. Casilli utilise essentiellement des sources secondaires et n’offre pas d’éléments quant à un terrain empirique profondément étudié. Il préfère se servir de multiples sources pour donner un panorama le plus exhaustif possible du digital labor. Par conséquent, le lecteur désire en savoir plus sur ses multiples formes, et se heurte au peu de références que l’auteur fait à des travaux empiriques. Parallèlement, la théorisation du livre demeure implicite, malgré une tendance marquée pour la production de concepts sous forme de néologismes pour dépasser les apories de nombreuses oppositions. Fortement marquée par le marxisme — notamment l’opéraïsme italien —, elle permet de déconstruire la dissimulation du travail dans le procès de production et des rapports de classes dans le large éventail de situations concrètes que recouvre le digital labor. A. Casilli emprunte à de nombreux auteurs — chercheurs spécialistes du numérique, sociologie économique et sociologie du travail, et différents courants de la pensée critique — mais laisse au lecteur le soin de reconstituer son cadre général, en dépit de son ambition théorique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Coutant, « Antonio A. Casilli, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30398

Haut de page

Auteur

Hadrien Coutant

Université de technologie de Compiègne (UTC)
Connaissance, organisation et systèmes techniques (COSTECH)
Centre Pierre Guillaumat, CS 60319, 60203 Compiègne Cedex, France
hadrien.coutant[at]utc.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search