Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Leroux et Erik Neveu (dir.), En immersion. Pratiques intensives du terrain en journalisme, littérature et sciences sociales

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2017, 428 p.
Gilles Bastin
Référence(s) :

Pierre Leroux et Erik Neveu (dir.), En immersion. Pratiques intensives du terrain en journalisme, littérature et sciences sociales, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2017, 428 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses universitaires de Rennes

1Ce fort volume collectif est issu des actes d’un colloque tenu à Rennes en 2013 dont l’ambition était de comparer les pratiques de l’immersion dans les sciences sociales, le journalisme et la littérature. Il compte dix-neuf chapitres que l’on peut classer dans trois catégories différentes. La première — et la plus importante en nombre — est composée de retours réflexifs de chercheurs sur leurs expériences de terrain, souvent à l’occasion de thèses ayant conduit à des périodes d’immersion, qu’il s’agisse d’observations menées parmi des artisans, des médecins, des policiers, des soldats, dans une entreprise de nettoyage ou dans un grand ensemble, pour donner quelques exemples. Ces récits à la première personne n’échappent pas toujours aux aléas du genre réflexif, comme la tendance à considérer « son » terrain comme particulièrement « sensible » par rapport à d’autres qui le seraient moins. Ils permettent cependant de rendre visibles, et presque sensibles, les contraintes de l’« engagement ethnographique » dans les sciences sociales, pour reprendre les termes de Daniel Cefaï. Alors que la question de l’immersion et de ses chausse-trappes a occupé un temps le devant de la scène sociologique mondiale à la suite de la publication du livre On the run d’Alice Goffman (peu après le colloque dans lequel ces chercheurs se sont exprimés), il y a là un exercice salutaire dont la sociologie pourra de moins en moins se passer au fur et à mesure que sa juridiction sur le récit de l’expérience du monde social sera davantage contestée non seulement par d’autres disciplines mais aussi par les individus et les groupes sociaux qui entendent participer à la description de leur propre expérience de ce monde.

2La deuxième catégorie de textes, finalement moins fournie que le titre de l’ouvrage ne le laisse penser, est constituée de monographies consacrées à des journalistes ayant pratiqué l’immersion ou à des catégories particulières d’immersion journalistique. Les « expériences » de Stephen Crane aux États-Unis en 1894 pour le New York Press, parmi les miséreux et les plus riches, celles des journalistes « déguisés » en Belgique à la même période ou le voyage d’Anton Tchékhov à Sakhaline comptent au nombre de ces reconstitutions des conditions dans lesquelles de nombreux journalistes se sont essayés à prendre la place d’autrui, de façon plus ou moins ouverte, pour raconter la part invisible des sociétés qui étaient les leurs. À les lire, on mesure à quel point la presse moderne, surtout aux États-Unis, a pu être un temps le laboratoire de pratiques nouvelles et audacieuses dont on se demande à tout le moins qui pourrait aujourd’hui les financer. On mesure aussi comment cette institution a pu élaborer tout un ensemble de justifications théoriques du rôle qu’elle s’est donné, celui d’être vouée à la réflexivité de la société sur elle-même, à l’exposition des méfaits cachés d’une part de cette société et des conditions de vie déplorables de « l’autre moitié » du corps social, pour reprendre l’expression fameuse du journaliste Jacob Riis. Mais on mesure aussi la fragilité des individus qui se lancèrent dans ce type de pratiques, se déguisant pour pénétrer ces différents milieux, feignant la folie comme Nellie Bly pour entrer dans un asile pour femmes, etc. Comme le dit Marie-Ève Thérenty dans son introduction à cette partie de l’ouvrage, l’immersion est aussi un immense réservoir de « vacillements identitaires » pour celles et ceux qui la pratiquent.

3Une troisième catégorie de textes consiste en des contributions plus théoriques, offrant une réflexion sur un point particulier lié à la pratique de l’immersion. La réflexion de Sébastien Chauvin sur les « placards » dans lesquels l’ethnographe s’enferme, autant qu’il est enfermé, lorsqu’il s’imagine la réaction de ceux qu’il observe à son futur « coming-out », ou celle de Didier Fassin sur le sens de ce qu’il est convenu d’appeler la « restitution » de l’expérience ethnographique en immersion à celles et ceux qui en furent les témoins et les sujets, sont particulièrement intéressantes et feront sans doute date. Le livre se conclut enfin sur une contribution qui illustre éminemment cette catégorie puisqu’il s’agit de la traduction du déjà célèbre article que Andrew Abbott a consacré à la « sociologie lyrique » en 2007.

4Pierre Leroux et Erik Neveu, les coordonnateurs de ce livre, développent une thèse forte dans leur introduction : pour eux, les sciences sociales ont une dette à l’égard des formes primitives d’immersion incarnées par les journalistes de la fin du XIXe siècle. « C’est grâce au journalisme, avancent-ils notamment, que la pratique de l’immersion est vulgarisée et devient un outil privilégié de rapport au réel, à sa “vérité”, potentiellement capable de donner accès à une vue plus complète d’un univers social ou d’une institution » (p. 13). Plusieurs contributions de l’ouvrage montrent qu’ils voient juste et qu’il y aurait encore beaucoup à dire sur les proximités souvent cachées — en France particulièrement — entre sciences sociales et journalisme, dans la période de formation de ces deux disciplines de l’observation. Si Émile Durkheim n’a jamais montré grand intérêt pour le journalisme ou pour la pratique de l’immersion, ce n’est évidemment le cas ni de Robert Park aux États-Unis ni de Max Weber en Allemagne.

5Peu de contributions réussissent pourtant à tisser ce lien entre immersion journalistique et sociologie (on doit mentionner le chapitre consacré par Jean-Noël Retière à Jacques Valdour dont les « observations vécues » de la vie ouvrière furent conçues et perçues comme une forme de critique de la méthode durkheimienne dans l’entre-deux-guerres). Par ailleurs, aucune n’émane d’un ou d’une journaliste pratiquant l’immersion qui aurait pu trouver là l’occasion d’un dialogue fécond avec des praticiens des sciences sociales. Le livre signale par là un problème intéressant de la discussion publique autour de ces pratiques. Comme le notent les deux coordinateurs en effet, « la pratique de l’immersion journalistique va à l’inverse de celle des sciences sociales : l’absence de cadre méthodologique préétabli (ou trop contraignant) de recueil des informations fonctionne comme une garantie d’authenticité de l’expérience, et l’épreuve doit être menée avec une certaine naïveté (plus ou moins feinte) pour mieux faire le récit de ses émotions au lecteur » (p. 15).

6Il faut peut-être se résoudre à ce que l’« aventure de la participation », comme le disait Jean-Michel Chapoulie à propos de l’observation participante, reste un exercice assez solitaire et sans grande mémoire dans les disciplines non académiques qui le pratiquent. L’ouvrage donne beaucoup de matière pour continuer d’espérer que cela puisse changer et que le dialogue puisse s’engager entre praticiens de l’immersion, y compris en l’élargissant vers d’autres absents du livre, du côté de la littérature ou des mouvements sociaux qui défendent parfois ce type d’enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bastin, « Pierre Leroux et Erik Neveu (dir.), En immersion. Pratiques intensives du terrain en journalisme, littérature et sciences sociales », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30426

Haut de page

Auteur

Gilles Bastin

Pacte, laboratoire de sciences sociales
UMR 5194 CNRS, Sciences Po Grenoble et Université Grenoble Alpes
School of Political Studies
38000 Grenoble, France
gilles.bastin[at]sciencespo-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals