Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gilles Laferté, Paul Pasquali et Nicolas Renahy (dir.), Le laboratoire des sciences sociales. Histoires d’enquêtes et revisites

Raisons d’agir, Paris, 2018, 294 p.
Alain Chenu
Référence(s) :

Gilles Laferté, Paul Pasquali et Nicolas Renahy (dir.), Le laboratoire des sciences sociales. Histoires d’enquêtes et revisites, Raisons d’agir, Paris, 2018, 294 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Raisons d’agir
  • 1 « L’histoire des sciences sociales n’est pas une spécialité parmi d’autres. Elle est l’instrument p (...)

1Dans l’introduction générale, les trois directeurs de l’ouvrage se donnent pour but de procéder à un retour réflexif sur une série d’enquêtes des années 1950-1980. Ils situent leur entreprise sous les doubles auspices de Pierre Bourdieu1 et de Michael Burawoy (2003, 2010) qui a fait de la revisite un genre bien constitué. Le livre s’organise en trois parties de deux chapitres chacune, « Ego-histoires d’archives », « Jeux d’échelles et histoires d’enquêtes » et « Deux revisites à la loupe ».

2Dans « Des femmes, des terrains, des archives », Françoise Zonabend effectue un retour sur « les pratiques ethnographiques en anthropologie du proche » ; elle approfondit le bilan des enquêtes menées à partir de 1966 dans un village du Châtillonnais, Minot, en s’intéressant spécialement aux effets de genre dans la pratique du travail de terrain. Quatre ethnologues femmes — outre l’autrice : Tina Jolas, Marie-Claude Pingaud et Yvonne Verdier — sont encadrées par Claude Lévi-Strauss et Isac Chiva au sein du Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS). Leurs enquêtés bourguignons vont les appeler les « dames de Paris », et leurs collègues parisiens, les « dames de Minot ». F. Zonabend doute « que le fait d’être une femme ouvre automatiquement l’accès à la parole féminine » (p. 66) et ne revendique pas d’être l’autrice « d’une anthropologie particulière, féminine » (p. 68). Pour elle, la manière dont « Minot s’est écrit » doit beaucoup à la mise en commun des matériaux recueillis sur le terrain, et à la longue collaboration, « ni trop intime ni trop lointaine » (p. 70), qui s’est instaurée entre les quatre ethnologues dans les locaux du LAS. Remarque de détail : en affirmant que « les premières monographies européanistes et ethnographiques sont menées par des chercheurs masculins » (p. 52), F. Zonabend omet le cas des enquêtes conduites dans les Alpes par Eugénie Goldstern à partir de 1912 (voir Goldstern, 2007).

3Michel Bozon revient lui sur l’enquête « Formation des couples » qu’il a réalisée à l’Institut national d’études démographiques (INED), avec François Héran, en 1983-1984. Leur travail de terrain associait une enquête par questionnaire et des campagnes d’entretiens guidés. M. Bozon souligne à juste titre qu’une telle combinaison était innovante au début des années 1980, mais il ne rappelle pas que P. Bourdieu et al. (1963) y avaient déjà eu recours. L’association « quali-quanti » a souvent fait l’objet d’une bénédiction de principe de la part de certains chercheurs ; ici sa fécondité est mise en évidence de manière convaincante : les extraits d’entretiens, en partie inédits, donnent de l’épaisseur descriptive aux concepts de base de l’analyse statistique — en premier lieu, à celui d’homogamie.

4Une originalité de cette enquête par rapport aux autres cas évoqués dans l’ouvrage est que ses archives sont numérisées et accessibles : via le réseau Quetelet, le service des enquêtes de l’INED diffuse les données de l’enquête par questionnaire, la Banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales (BeQuali, Centre de données socio-politiques), les transcriptions des entretiens guidés.

5La deuxième partie s’ouvre sur un chapitre de Gwenaële Rot et François Vatin consacré à trois enquêtes françaises de sociologie du travail des années 1950. Bernard Mottez et Jacques Dofny ont assuré la première phase d’une étude des laminoirs de Mont-Saint-Martin (Lorraine) dirigée par Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine. En 1957-1958, Gabriel Wackermann a travaillé sur le volet alsacien de l’enquête sur l’automation que dirigeait Pierre Naville. Et en 1959-1960, Bernard Pradier a étudié le personnel du ministère des Anciens Combattants dans le cadre d’un programme sur les employés lancé par Michel Crozier. Tous ces jeunes chercheurs avaient alors en commun de manquer de formation et d’expérience en sociologie, et d’être dirigés à distance — d’où la richesse des correspondances qu’ils ont laissées. Ce chapitre, qui s’appuie aussi sur de nombreux entretiens, est une contribution originale à l’étude de la division du travail au sein des équipes de recherche en sociologie. Le style plus ou moins distant des relations entre enquêteurs et directeurs et aussi des événements biographiques tels que le service militaire que doit effectuer B. Mottez en Algérie influent sur la place des uns et des autres dans les publications finales. Page 118 on relève une coquille : la date du décès de Bernard Mottez est 2009 et non 1994.

  • 2 OS : ouvriers spécialisés (NDLR).

6Laure Pitti s’intéresse à un autre épisode de l’histoire de la sociologie française du travail et des organisations : en 1984, un « contrat de connaissance » est signé entre la Régie Renault et le CNRS, avec le soutien du ministère de l’Industrie et de la Recherche, sur le thème « les OS de l’industrie automobile (évolution des conditions de travail et des conditions de vie) »2. Peugeot, qui est en train de répondre par des licenciements aux grèves de 1982-1983 à Aulnay et Poissy, a refusé de participer à l’opération. Onze équipes de sciences sociales se lancent dans des enquêtes qui vont porter principalement sur Billancourt, Renault n’ouvrant pas l’accès à d’autres sites. La grande majorité des OS concernés sont des immigrés, et la recherche débute alors que les aides au retour, les pré-retraites et les licenciements se multiplient. La formation et la promotion des OS ne sont plus à l’ordre du jour. En 1989 Renault annoncera la fermeture de l’usine de Billancourt. Ce n’est qu’en 1995 que paraîtra, dans l’indifférence générale, un ouvrage de synthèse sur ce programme de recherche (voir Sainsaulieu et Zehraoui, 1995). Laure Pitti conclut, page 179, que « l’autonomisation de l’immigration comme objet de recherche a conduit nombre d’entre eux à délaisser l’usine et contribué à l’effacement tendanciel de la question ouvrière dans le débat public — et le champ académique […] ».

7Dû à Benoît Trépied, le chapitre sur les revisites de Koné (nord-ouest de la Nouvelle Calédonie) suit un scenario digne d’un bon film policier où le spectateur découvre successivement différents points de vue sur une même affaire. Selon la version coloniale usuelle, les Kanaks sont des sauvages dont les mœurs ne méritent guère de considération. Selon les ethnologues de deux premières générations, Maurice Leenhardt puis son élève Jean Guiart, ils sont porteurs d’une culture qui doit être connue et préservée telle quelle. Pour les chercheurs de la troisième génération, Alban Bensa et Jean-Claude Rivierre, le monde kanak, en proie à de multiples conflits, est replacé sur le socle de l’histoire. B. Trépied (quatrième génération) se retrouve, par hasard, hébergé, non loin de Koné, dans la famille même de l’un des principaux informateurs d’A. Bensa. Découvrant que ce dernier avait surestimé l’homogénéité du monde kanak, il décrit finement le jeu complexe de l’entrecroisement des divisions claniques, des influences protestantes et catholiques, des oppositions et des alliances entre colons et autochtones.

8Dans l’ultime chapitre, Paul Pasquali revient sur les travaux de terrain effectués par Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire à Antony dans les années 1966-1970. Cette enquête a donné lieu à des comptes rendus assez allusifs dans deux articles souvent cités, « Proximité spatiale et distance sociale dans les grands ensembles » (Chamboredon et Lemaire, 1970) et « La délinquance juvénile, essai de construction d’objet » (Chamboredon, 1971). Comme il est dit dans l’introduction générale, mais contrairement à ce que laisse attendre l’intitulé de la partie, P. Pasquali procède au réexamen d’une enquête et non à une revisite. Le fil rouge suivi apparaît dans le titre du chapitre, « Une “école de Chicago” en banlieue parisienne ? ». Il renvoie à des propos tenus par J.-C. Chamboredon en 2009 : « Antony, c’était la partie émergée d’un iceberg. L’iceberg c’était… ça devait être […] un grand projet, analogue à une nouvelle école de Chicago si l’on peut dire […] » (p. 239). P. Pasquali annonce que les archives qu’il a étudiées permettent de caractériser « le rôle qu’a pu jouer à l’époque la lecture intensive d’auteurs qui seront, par la suite, communément rattachés à la tradition de Chicago » (p. 240), mais ses références manquent souvent de précision et on peine à discerner en quoi cette « lecture intensive » a réellement contribué à inspirer un travail de terrain qui a consisté surtout en campagnes d’entretiens guidés — une approche peu conforme à une « tradition de Chicago » qui s’appuie sur l’observation des situations sociales naturelles bien plus que sur le recueil de récits au second degré. L’apport de ce chapitre est au bout du compte assez mince, l’auteur ayant déjà traité le sujet dans Genèses (Pasquali, 2012) et dans sa présentation du recueil de textes de J.-C. Chamboredon, Jeunesse et classes sociales (Pasquali, 2015).

9La masse des enquêtes bien archivées s’étant considérablement accrue depuis les années 1950, les possibilités de retour réflexif sur les travaux passés se sont démultipliées. Les revisites et les réexamens forment une tradition de recherche de plus en plus féconde, dans laquelle l’ouvrage dirigé par G. Laferté, P. Pasquali et N. Renahy vient prendre une place éminente. Pour Michael Burawoy (2010, p. 295), « tel est le défi de la revisite ethnographique : démêler les changements d’engagement du chercheur des transformations du monde extérieur, tout en reconnaissant leur dépendance réciproque » ; Le laboratoire des sciences sociales relève ce défi d’une manière dans l’ensemble très convaincante.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P., 1995, « La cause de la science. Comment l’histoire sociale des sciences sociales peut servir le progrès de ces sciences », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 106-107, p. 3-10.

Bourdieu, P., Darbel, A., Rivet, J-P., Seibel, C., 1963, Travail et travailleurs en Algérie, Mouton, La Haye et Paris.

Burawoy, M., 2003, « Revisits: An Outline of a Theory of Reflexive Ethnography », American Sociological Review, vol. 68, n° 5, p. 645-679.

Burawoy, M., 2010, « Revisiter les terrains. Esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive », in Cefaï, D. (dir.), L’engagement ethnographique, Éditions de l’EHESS, Paris.

Chamboredon, J.-C., 1971, « La délinquance juvénile, essai de construction d’objet », Revue française de sociologie, vol. 12, n° 3, p. 335-377.

Chamboredon, J.-C., Lemaire, M., 1970, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, vol. 11, n° 1, p. 3-33.

Goldstern, E., 2007, La mémoire et l’oubli. L’odyssée de « l’étrangère » à Bessans, La Fontaine de Siloé, Chambéry.

Pasquali, P., 2012, « Deux sociologues en banlieue. L'enquête sur les grands ensembles de Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire (1966-1970) », Genèses, n° 87, p. 113-135.

Pasquali, P., 2015, « Itinéraire d’un normalien provincial en ascension sociale. Des textes dans leur contexte (Introduction) », in Chamboredon, J.-C., Jeunesse et classes sociales, Éditions Rue d’Ulm, Paris, p. 19-42

Sainsaulieu, R., Zehraoui, A. (dir.), 1995, Ouvriers spécialisés à Billancourt : les derniers témoins, L’Harmattan, Paris.

Haut de page

Notes

1 « L’histoire des sciences sociales n’est pas une spécialité parmi d’autres. Elle est l’instrument privilégié de la réflexivité critique » (Bourdieu, 1995, cité p. 15).

2 OS : ouvriers spécialisés (NDLR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chenu, « Gilles Laferté, Paul Pasquali et Nicolas Renahy (dir.), Le laboratoire des sciences sociales. Histoires d’enquêtes et revisites », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30438

Haut de page

Auteur

Alain Chenu

Observatoire sociologique du changement (OSC)
UMR 7049 CNRS et Sciences Po
27, rue Saint-Guillaume, 75337 Paris Cedex 07, France
alain.chenu[at]sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals