Navigation – Plan du site
Comptes rendus

John Krinski et Maud Simonet, Who Cleans the Park? Public Work and Urban Governance in New York City

The University of Chicago Press, Chicago, 2017, 296 p.
Cécile Guillaume
Référence(s) :

John Krinski et Maud Simonet, Who Cleans the Park? Public Work and Urban Governance in New York City, The University of Chicago Press, Chicago, 2017, 296 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Villes, Service public
Haut de page

Texte intégral

1La restructuration des services publics liée aux mesures d’austérité et aux réformes néo-libérales encouragées depuis de nombreuses années en Europe, mais surtout dans les pays anglo-saxons, a fait l’objet d’une littérature abondante, notamment en Grande-Bretagne. Le livre de John Krinski et Maud Simonet sur l’entretien des parcs à New York apporte un éclairage original sur les processus et les effets de ces grands programmes de restructuration et de privatisation, tant sur le plan des relations d’emploi que sur les formes de gestion et de gouvernance qui en découlent. Par le bas de l’observation du travail de maintenance dans les parcs et par le haut des différentes organisations publiques et privées mobilisées dans la gestion des espaces verts, cet ouvrage propose une analyse fine des rationalités économiques, sociales et idéologiques qui contribuent à fabriquer et légitimer différents régimes de gouvernance de l’espace public, selon les périodes.

2Les trois premiers chapitres, centrés sur les travailleurs (the workers), le travail (the work) et les relations au travail (the workplace) offrent une analyse très fine des mécanismes qui contribuent à la détérioration des conditions de travail et d’emploi des salariés stables ainsi que des processus de segmentation de la main-d’œuvre. On découvre ainsi que pas moins de six catégories de travailleurs cohabitent dans les parcs — des employés municipaux, des bénévoles, des jeunes en formation, des condamnés purgeant des peines d’intérêt général, des salariés en contrats aidés (avec des appellations différentes selon les programmes). Certains sont rémunérés, d’autres pas ou différemment. Ils assument un ensemble de tâches diverses allant du ramassage de poubelles à la réparation des équipements (clôtures, bancs), en passant par l’entretien des arbres. Selon les parcs et les caractéristiques de la main d’œuvre, la division du travail est fluctuante, mais le « dirty work » revient fréquemment aux travailleurs du bas de l’échelle, c’est-à-dire aux femmes noires ou latinas dotées des statuts d’emploi les plus précaires. Dans cet univers précaire et difficile à gérer, le management se caractérise par un paternalisme vécu sur le mode du favoritisme, qu’il s’agisse de la possibilité de faire des heures supplémentaires ou de se voir attribuer certaines tâches, ou encore du harcèlement sexuel et de la peur des représailles pour celles et ceux qui osent se plaindre.

3Le chapitre suivant (public-private partnerships) examine les différents répertoires de gouvernance qui caractérisent la gestion des parcs newyorkais et souligne le rôle central de la philanthropie pour pallier le désengagement de l’État. Loin d’apporter un service identique à tous les quartiers, cet appel à l’engagement civique (des plus fortunés) renforce les inégalités entre les quartiers riches (centraux) et pauvres (périphériques). Il contribue aussi à l’accroissement du contrôle des élites sur les décisions prises par les organisations qu’elles financent et qu’elles dirigent, et qui tiennent, par exemple, au choix des événements organisés dans les parcs et aux lieux de restauration (chapitre 6). Le chapitre 7 poursuit la réflexion sur la façon dont les acteurs publics et privés mobilisent le registre de la citoyenneté pour justifier le recours au travail gratuit de ceux qui se trouvent en situation de devoir « rendre à la communauté » (« give back to community »), en échange de leur liberté ou des prestations sociales reçues. Le dernier chapitre monte en généralité et propose une analyse des dynamiques économiques et politiques qui sous-tendent cette forme hybride de gouvernance publique, mais aussi ses limites. Les auteurs reviennent ainsi sur la décision prise par la mairie de New York d’embaucher plus de 500 salariés entre 2013 et 2014 pour faire face à la dégradation du service d’entretien des parcs, soulignant les tensions entre la nécessité de gérer les finances publiques et la volonté de représenter les intérêts de tous.

4La force de cet ouvrage est de combiner une enquête empirique de grande qualité, faite d’années d’observations de terrain et d’entretiens approfondis à tous les niveaux des organisations étudiées, et une analyse théorique et politique des processus de reconfiguration de la politique urbaine de New York et plus largement de l’intervention de l’État. Le livre impressionne aussi par sa profondeur historique et la connaissance détaillée de l’évolution du contexte social, économique et politique de New York. L’ouvrage confirme certains constats déjà posés par l’abondante littérature anglo-saxonne sur le New Public Management et la restructuration des services publics, qu’il s’agisse des processus de segmentation de la main-d’œuvre, de la déstructuration des espaces professionnels ou du brouillage des frontières institutionnelles. Il apporte un regard original en analysant le rôle très particulier de la philanthropie et de l’engagement civique dans la reconfiguration de l’action publique aux États-Unis. Il innove aussi en proposant des allers et retours constants entre une observation fine du travail et une analyse des modes de gouvernance, perspective que l’on trouve dans peu d’ouvrages. Une des limites de ce choix est que certaines questions comme celle des effets genrés (de classe et de race) des politiques d’austérité et de la privatisation des services publics aurait pu être davantage développée car, comme le notent les auteurs, ce sont précisément les femmes précaires noires ou latinas qui sont les premières victimes de ces réformes, en tant que travailleuses et en tant que citoyennes. De même, les formes de mobilisation collective pour contrer ces réformes, qu’elles soient syndicales, citoyennes ou politiques, sont à peine évoquées. Ces remarques n’enlèvent rien à l’importante contribution de cet ouvrage qui rappelle notamment que le regard ethnographique peut être mis au service d’une analyse sociologique et politique de grande qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Guillaume, « John Krinski et Maud Simonet, Who Cleans the Park? Public Work and Urban Governance in New York City », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 3 | Juillet-Septembre 2018, mis en ligne le 06 septembre 2018, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/3045

Haut de page

Auteur

Cécile Guillaume

University of Roehampton
Roehampton Lane, London SW15 5PU, United Kingdom
cecile.guillaume[at]roehampton.ac.uk

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals