Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Grossetti, Jean-François Barthe et Nathalie Chauvac, Les Start-up, des entreprises comme les autres ? Une enquête sociologique en France

Presses Sorbonne Université, Paris, 2018, 156 p.
Laure de Verdalle
Référence(s) :

Michel Grossetti, Jean-François Barthe et Nathalie Chauvac, Les Start-up, des entreprises comme les autres ? Une enquête sociologique en France, Presses Sorbonne Université, Paris, 2018, 156 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses Sorbonne Université

1À rebours de l’image commune des start-up et d’une certaine mythologie de l’innovation, Michel Grossetti, Jean-François Barthe et Nathalie Chauvac ont mené une enquête au long cours pour étudier les logiques sociales sous-jacentes à la création d’entreprises dites « innovantes ».

2Leur travail de terrain, auprès d’innovateurs qu’ils qualifient d’« ordinaires », concerne 97 entreprises situées principalement dans la région Midi-Pyrénées (Toulouse, Castres, Tarbes) ainsi que dans les agglomérations de Bordeaux, Grenoble et Marseille. Les deux tiers ont été créées entre 2000 et 2005, quelques-unes sont plus anciennes, ou plus récentes. Les secteurs d’activité sont variés : ingénierie, biotechnologies, communication, etc. Les chercheurs ont fait le choix de cibler des entreprises « réputées innovantes », qui ont été sélectionnées par différents organismes et dispositifs d’aide à la création d’entreprise mettant en avant un critère d’innovation (on aurait parfois aimé en savoir plus sur ces modalités de sélection afin de mieux comprendre l’enjeu que représente ce « label » dans les parcours des entreprises et les stratégies auxquelles il peut donner lieu).

3Mobilisant une sociologie économique inspirée par les travaux d’Harrisson White et Mark Granovetter, l’ouvrage explore les formes de dépendance qui lient les activités économiques aux structures sociales et plus spécifiquement aux réseaux relationnels : qui sont les fondateurs d’entreprises ? Quels types de ressources mobilisent-ils et comment y ont-ils accès ? À quel point ces créations d’entreprises sont-elles encastrées dans les réseaux personnels de leurs fondateurs ? Pour répondre à ces questions, les chercheurs s’appuient sur des entretiens (parfois répétés dans le temps) et des sources écrites, à partir desquels ils constituent des récits, qu’ils traitent selon la méthode des « narrations quantifiées », en codant de manière systématique certaines informations.

4L’ouvrage s’organise autour de cinq chapitres et s’ouvre sur une présentation du profil des fondateurs d’entreprises (chapitre 1). Alors que l’imaginaire collectif et médiatique associe volontiers les start-up à une figure d’entrepreneur héroïque et visionnaire, qui s’incarne de manière privilégiée dans des hommes jeunes et talentueux, passionnés de technique et d’informatique, les cas étudiés mettent en évidence un profil plus ordinaire, celui d’entrepreneurs « de circonstance », qui sont très rarement solitaires puisque les trois quart des entreprises qui composent le corpus ont plusieurs fondateurs. Si ce sont bien majoritairement des hommes, ils ont en général de 30 à 50 ans et disposent déjà d’une expérience professionnelle, en tant que cadre ou ingénieur. Dans la moitié des cas, la fondation d’une entreprise intervient alors qu’ils se trouvent confrontés à une situation d’instabilité professionnelle. Dans d’autres cas, souvent ceux de chercheurs appartenant à un établissement public de recherche, la création d’une entreprise reste une activité annexe qui ne les empêche pas de conserver leur poste. M. Grossetti, J.-F. Barthe et N. Chauvac déplient ainsi tout un ensemble de situations qui dressent un tableau vivant et diversifié des « circonstances » accompagnant la création d’entreprise. Si les données recueillies (dans des secteurs plutôt masculins) ne leur permettent pas d’aborder de front l’aspect genré de la création d’entreprise, ils soulignent que les 17 femmes qu’ils ont rencontrées (sur un total de 203 enquêtés) font, plus souvent que les hommes, mention de leurs situations familiales — que celles-ci jouent comme ressource ou contrainte dans leurs parcours.

5L’ouvrage s’attache ensuite à mettre en évidence la dimension collective du processus de création d’entreprise en étudiant des logiques d’association qui se déclinent autour de différentes configurations selon le profil des fondateurs et le type de projet porté (chapitre 2). L’approche choisie consiste ici, comme dans le chapitre précédent, à esquisser une typologie de configurations, illustrée par la présentation de cas empiriques. Au-delà de la contingence des rencontres et des parcours personnels, certaines régularités apparaissent, notamment autour de la place centrale qu’occupent les relations professionnelles antérieures à la mise en place du projet d’entreprise. Ces analyses se prolongent dans le chapitre 3, qui s’intéresse au rôle des relations interpersonnelles dans l’accès aux ressources (matérielles et cognitives) mobilisées par les fondateurs d’entreprise. Abordant successivement douze types de ressources (informations et idées, conseils, travail, partenaires, fournisseurs, locaux, technologie, instruments, recrutements, financement, clients et débouchés), la démarche de quantification associée à la méthode des narrations quantifiées révèle la place massive qu’occupent les relations personnelles des fondateurs, en particulier dans la phase d’élaboration du projet d’entreprise. Une dynamique de désencastrement se manifeste ensuite, par le biais de dispositifs plus impersonnels, dès lors que l’activité se développe et que les entreprises se stabilisent.

6M. Grossetti, J.-F. Barthe et N. Chauvac s’attachent également à décrire ces histoires d’entreprises en termes de « régimes d’activités » (chapitre 4), qui correspondent aux « équilibres qui se créent, pour une période donnée, entre les membres de l’entreprise, leurs partenaires extérieurs, les diverses ressources en jeu, et les états futurs du monde espérés, redoutés, ou simplement anticipés par les participants » (p. 105). La définition de cinq types de régimes (projet, marché, crise, exploration, survie) leur sert à caractériser des parcours d’entreprises : certaines restent très longtemps en régime de projet, d’autres basculent rapidement en régime de marché et trouvent immédiatement des débouchés (souvent parce qu’elles reprennent des activités déjà existantes), d’autres encore passent du régime de projet au régime de marché (cas minoritaire dans l’enquête, mais qui répond le mieux à l’image commune de la start-up), d’autres enfin connaissent des difficultés (crise et/ou survie) et certaines reviennent ensuite à des situations de projet ou de marché, quand d’autres n’y parviennent pas. Cette typologie conduit assez naturellement à une réflexion sur la disparition des entreprises. Ces fins d’histoire ne sont d’ailleurs pas toujours perçues comme des échecs par les fondateurs. Aux crises internes, souvent douloureuses, s’opposent par exemple des « reconfigurations de ressources et de perspectives » (p. 121), correspondant à la revente de certaines entreprises.

7Enfin le chapitre 5 intègre à ces analyses déjà très riches une dimension contextuelle (la période de création) et géographique. Ce sont ici principalement les ancrages locaux des entreprises qui intéressent les auteurs. Dans la très grande majorité des cas étudiés, la localisation des entreprises intervient à proximité du lieu de travail et de vie des fondateurs et les réflexions stratégiques semblent peu présentes. Les choix d’implantation dans un secteur spécifique, à l’intérieur d’une agglomération, sont plus réfléchis et stimulés par des politiques locales, des dispositifs de soutien (hébergement en pépinière ou en incubateur par exemple), ou par l’accès à certaines ressources.

8L’un des aspects les plus séduisants de l’ouvrage tient aux choix d’écriture qui ont été faits par les auteurs. Assumant une restitution du processus de création d’entreprise « proche du terrain et des personnes qui y sont engagées » (p. 150-151), M. Grossetti, J-F. Barthe et N. Chauvac réussissent, grâce à de nombreux extraits d’entretien, à restituer de manière vivante la grande diversité des situations qu’ils ont rencontrées. Mais ils sont aussi soucieux de dégager des cas étudiés des lignes de force et des régularités, qui ouvrent des perspectives et sont susceptibles d’être confrontées à d’autres données d’enquête. Les pages consacrées à la notion de crédibilité et à sa dynamique cumulative (p. 94 à 99) sont ainsi particulièrement stimulantes, tout comme l’usage qui est fait des typologies, notamment autour de l’identification des régimes d’activité.

9L’ouvrage vient aussi confirmer la dimension collective de l’entrepreneuriat et son inscription dans des logiques sociales larges et complexes. Néanmoins, les auteurs restent prudents lorsqu’il s’agit d’interpréter les parcours antérieurs des fondateurs d’entreprises ou des éléments liés à leur passé (expériences socialisatrices ou figure familiale de référence, par exemple). Si on comprend bien les précautions prises, ces éléments étant toujours mobilisés de façon rétrospective, on aurait pourtant aimé que ces parcours soient parfois plus explicitement présentés ou rappelés. Les difficultés d’objectivation de ces éléments de « longue ou moyenne portées chronologiques » (p. 31) ne doivent peut-être pas nécessairement conduire à les mettre de côté. Les modalités de leur articulation avec les circonstances immédiates qui président à la création des entreprises, et avec les types de ressources mobilisées et mobilisables, restent encore à approfondir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure de Verdalle, « Michel Grossetti, Jean-François Barthe et Nathalie Chauvac, Les Start-up, des entreprises comme les autres ? Une enquête sociologique en France », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30478

Haut de page

Auteur

Laure de Verdalle

CNRS, Centre Marc Bloch, Berlin, Allemagne
laure.de-verdalle[at]cmb.hu-berlin.de

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals