Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Callon, L’emprise des marchés. Comprendre leur fonctionnement pour pouvoir les changer

La Découverte, Paris, 2017, 504 p.
Pauline Barraud de Lagerie
Référence(s) :

Michel Callon, L’emprise des marchés. Comprendre leur fonctionnement pour pouvoir les changer, La Découverte, Paris, 2017, 504 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : La Découverte

1C’est une somme de 500 pages que nous offre ici Michel Callon pour interroger ce qu’est un marché, et les prises que l’on peut avoir dessus. Pour l’essentiel, l’ouvrage poursuit et développe, à grands renforts d’enquêtes empiriques conduites par de nombreux collègues, la thèse esquissée dans un chapitre d’ouvrage (« Qu’est-ce qu’un agencement marchand ? ») que l’auteur avait rédigé en 2013 pour conclure une anthologie de textes du Centre de sociologie de l’innovation. Cette généalogie en dit déjà beaucoup sur l’intérêt de l’ouvrage : il couronne, d’une certaine manière, plus de trois décennies de recherches (individuelles et collectives) sur les processus, acteurs, dispositifs et savoirs qui participent de la formation des échanges marchands. M. Callon y poursuit l’entreprise de redéfinition de l’idée de marché et précise sa proposition de parler plutôt d’« agencement marchand ». Dans le premier chapitre, il s’attache ainsi à positionner son approche par rapport à la représentation majoritaire du marché, celle du marché dit « interface » développé par la théorie économique. Ce modèle, rappelle-t-il, suggère que les organisations marchandes mettent en relation des agents préparés à tenir les rôles de vendeurs ou d’acheteurs, qui sont en concurrence pour conclure des transactions réductibles à des transferts de propriété (de biens et de services) conclus par un paiement monétaire. Pour M. Callon, ce modèle du marché-interface ne permet pas de résoudre l’énigme majeure qu’il place au cœur de son ouvrage : comment des agents sont-ils amenés à accepter de payer pour acquérir les biens qui leur sont proposés ou, symétriquement, à exiger un paiement pour les biens qu’ils produisent ?

2Pour répondre à cette question, M. Callon propose de substituer au modèle du marché-interface celui des « agencements marchands ». Cette approche lui permet de poser que chaque transaction est singulière, que l’innovation y joue un rôle central, que les biens se transforment en même temps que les offres et demandes dont ils sont l’enjeu, et qu’interviennent bien plus d’agents que les seuls présumés offreurs et demandeurs. En somme, elle permet de se départir d’une vision du marché impliquant un certain nombre de déjà-là d’une part, et de discontinuités d’autre part, pour porter plutôt le regard sur les processus qui, mêlant des éléments hétérogènes et jamais figés, conduisent à une transaction marchande. Précisément, les « agencements marchands » produisent cinq cadrages, c’est-à-dire cinq opérations qui, combinées les unes avec les autres, préparent et formatent les transactions marchandes. Chacun de ces cinq cadrages fait l’objet d’un chapitre de l’ouvrage (chapitres 2 à 6).

3La « passiva(c)tion marchande », d’abord, est le processus qui transforme une entité quelconque en un bien susceptible de devenir une marchandise. Cela passe notamment par le fait de libérer le bien de tous ceux qui ont participé à son élaboration, de le rendre apte à l’usage, d’assurer que son comportement est prévisible, et d’organiser l’attribution et le transfert des droits de propriété. Comme le rappelle M. Callon, cette étape de transformation des choses en marchandises n’a rien d’évident et ne manque pas de susciter des résistances, que ce soit dans le cas des marchandises dites « fictives » (travail humain, terre, monnaie) ou avec d’autres types de marchandises contestées (entités chimiques et êtres vivants non humains notamment). Le deuxième cadrage provient de l’activation des « agences qualculatrices », qui permettent d’établir des listes, d’identifier des similitudes et des différences, et de produire des comparaisons et des hiérarchisations entre les biens. C’est la phase de la qualification des biens, de leur évaluation, dont M. Callon souligne en particulier la multiplicité des formats et des équipements et dont il montre, là encore, qu’elle suscite de violentes controverses. Troisièmement, l’auteur met l’accent sur le rôle de plateformes d’exploration mutuelle (les « exploratorium ») qui, criées, foires, salons, bourses, centres commerciaux, suscitent la rencontre entre des offreurs et des demandeurs. Il montre comment l’activité de profilage produite par ces plateformes combine un processus de singularisation et des mécanismes d’agrégation, et provoque à ce titre des critiques diverses (exploitation, réductionnisme…). Vient ensuite l’organisation de l’attachement des biens aux agences de manière à obtenir leur consentement à payer (« l’affectio mercatus »). Ce cadrage passe par des dispositifs d’attachement, dont M. Callon distingue trois types : les dispositifs d’écoute et de dialogue (par lesquels le vendeur convainc les consommateurs potentiels que le bien proposé est ce dont ils ont besoin), les dispositifs de co-production (par lesquels le vendeur invite les consommateurs à entrer dans le processus de conception des biens) et les dispositifs d’addiction (par lesquels le vendeur fait en sorte que les biens deviennent indispensables aux consommateurs). Enfin, dans les agencements marchands, les prix ne sont pas des variables dépendantes arrivant en bout de course, ils sont au cœur du processus de transformation conjointe des biens et des agences ; la « formulation des prix » est à ce titre le cinquième cadrage opéré par l’agencement marchand.

4Une fois posés ces cinq cadrages qui doivent être au cœur de l’examen empirique de la formation des transactions marchandes, les deux derniers chapitres de l’ouvrage (les chapitres 8 et 9) se focalisent sur la dynamique des agencements marchands, et sur la politique des agencements marchands. Sans surprise au regard du cadre d’analyse développé par M. Callon, la dynamique des agencements marchands est celle d’une suite de cadrages et débordements (la production et l’incorporation de « matters of concern »). Quant à la politique des agencements marchands, elle interroge la hiérarchisation des configurations marchandes. Sans prendre parti sur la hiérarchisation en question, M. Callon utilise trois cas (les marchés financiers, le réchauffement climatique et les plantes génétiquement modifiées) pour montrer comment peuvent et doivent se produire l’attention aux concerns, la conception de cadrages qui apportent des réponses aux questions posées, et enfin la mise en œuvre de recadrages jusqu’à inventer des modalités de coexistence entre des solutions et des agencements concurrents.

5L’ouvrage s’achève sur une invitation à prendre acte que « nous voici condamnés à vivre dans le monde où nous vivons » (la formule est empruntée à François Furet, « le spécialiste des révolutions », p. 477) pour mieux espérer interférer et agir sur la trajectoire de ce monde. En guise d’épilogue sont ensuite partagés quelques échanges épistolaires entre M. Callon et les premiers destinataires (directs ou indirects) de son manuscrit. On y voit poindre les critiques les plus virulentes auxquelles l’ouvrage peut prêter le flanc : pourquoi ne pas envisager la mise en cause pure et simple du marché ? Pourquoi ne pas prôner le recours à des agencements non marchands ? L’auteur y répond par le constat d’une intrication entre le marchand et le non-marchand, par une distinction nette entre le marché et le capitalisme, et par l’affirmation (p. 491) — à la suite de Karl Polanyi — « qu’une société sans marché n’est guère plausible » (à la différence d’une société non capitaliste). Pour Michel Callon, comme pour le Polanyi dont il se revendique, la priorité n’est pas de lutter de l’extérieur contre le marché, mais de comprendre les marchés pour les façonner selon notre conception du bien commun. Nul doute que c’est sur ce point que l’ouvrage aura le plus de difficulté à convaincre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Barraud de Lagerie, « Michel Callon, L’emprise des marchés. Comprendre leur fonctionnement pour pouvoir les changer », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30493

Haut de page

Auteur

Pauline Barraud de Lagerie

IRISSO – Université Paris-Dauphine
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny
75775 Paris Cedex 16, France
pauline.barrauddelagerie[at]dauphine.psl.eu

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals