Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joël Ruet, Des capitalismes non alignés : les pays émergents, ou la nouvelle relation industrielle du monde

Raisons d’agir, Paris, 2016, 218 p.
Hadrien Clouet
Référence(s) :

Joël Ruet, Des capitalismes non alignés : les pays émergents, ou la nouvelle relation industrielle du monde, Raisons d’agir, Paris, 2016, 218 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Raisons d’agir

1Qu’est-ce que la mondialisation ? À partir des concepts d’« émergence » et de « non-alignement », Joël Ruet offre un nouveau regard sur la réorganisation de l’espace productif global. Mais plutôt que de dresser la liste des « pays émergents », il propose d’étudier leurs dynamiques. Comment un pays émerge-t-il ? La réponse tient en trois caractéristiques : des « racines riches et profondes », une insertion « au cœur même de la machine productive mondiale » et une influence sur « toute la mondialisation » (p. 9). Pour étudier le processus d’émergence et ses implications, l’auteur construit son ouvrage en trois parties, chacune composée de trois chapitres et d’une conclusion théorique.

2La première partie concerne l’apparition des pays émergents. Au chapitre 1, l’auteur souligne les conditions historiques de l’émergence, à savoir un souci de modernisation et un système de propriété mixte. Plutôt qu’un « rattrapage à l’identique des sociétés occidentales » (p. 25), les émergents inventent un nouveau système économique. Le second chapitre expose les idiosyncrasies nationales et les spécificités locales qui interdisent l’usage d’un concept agglomérant comme « BRICS » (Brésil-Russie-Inde-Chine-Afrique du Sud). À partir des exemples chinois, indien et brésilien, il balaie les thèses du sous-développement inéluctable. Il pointe au contraire l’avènement de « systèmes qui aujourd’hui relativisent le système occidental, s’exonèrent de ses normes, en particulier de celles du capitalisme anglo-saxon » (p. 55). Au troisième chapitre, l’auteur introduit le concept de « strates », distinguant chacune des couches productives progressivement empilées. L’émergence apparaît comme la combinaison de différentes strates, qui ont inculqué au cours du XXe siècle des habitus productifs singuliers. Les micro-hauts-fourneaux des communes populaires chinoises ou la Révolution verte indienne ont ainsi apporté une contribution décisive à l’industrialisation des périphéries économiques. Dans le cas chinois, par exemple, trois strates industrielles se sont superposées : les vieilles industries restructurées, suivies des entreprises en TVE (Township and Village Enterprises, contrôlées par les autorités locales hors de la planification) puis des zones économiques spéciales qui hébergent les investissements directs étrangers. Une telle diversité industrielle « multiplie les opportunités d’insertion dans l’économie mondiale » (p. 62).

3La seconde partie de l’ouvrage s’attache aux nouvelles logiques productives véhiculées par les pays émergents. Elles impliquent de réviser l’histoire économique, non plus constituée de révolutions industrielles « vague après vague », mais de « trajectoires plus multiformes » (p. 79). Les chapitres 4 et 5 retracent la trajectoire industrielle de long terme chinoise et indienne. Ce faisant, l’auteur insiste sur les jeux d’acteurs, la socialisation à des modes productifs et les contingences géopolitiques. Il brosse une synthèse percutante des politiques économiques chinoise et indienne, divergentes dès les années 1950, mais désormais érigées en modèles idéaux-typiques d’émergence. En effet, ces pays sont les seuls émergents capables de mobiliser les six modèles industriels différents distingués par l’auteur (de manière trop rapide, en deux pages) : (1) l’usage des différentiels de salaire et de technologie, (2) la division des tâches et des chaînes de valeur à l’échelle mondiale, (3) le développement de secteurs transitoires, (4) l’articulation entre technologie et matières premières, (5) l’articulation entre services et industrie et (6) la constitution d’un écosystème industriel plastique, réactif aux priorités des entreprises.

4L’exhaustivité des stratégies industrielles envisageables place donc la Chine et l’Inde à l’avant-garde, devant leurs homologues comme l’Indonésie ou le Brésil, qui étendent progressivement leur palette de modèles industriels, et devant des pays en cours de diversification comme le Maroc, la Turquie ou la Colombie. Le chapitre 6 s’intéresse à ces émergents, ni chinois, ni indiens. Il souligne le rôle central de l’Afrique, qui constitue à la fois un nouvel espace d’investissement pour les autres Suds et un espace de mise en concurrence entre Suds et Nords.

5La troisième partie du livre est consacrée aux rapports de compétition internationaux. Le chapitre sept revient sur les « multinationales émergentes », qui mettent en relation les Suds sans passer par le Nord : de 1990 à 2000, « la part des FMN (firmes multinationales) du Sud a quadruplé, passant de 6,6 % à 26,3 % » (p. 151). Ces nouvelles entités développent une stratégie fondée sur le coût-avantage, qualifiée de « théorie des poissons rapides » (p. 154). Elle consiste à innover dans l’organisation et le financement plutôt que dans la technologie. Il s’agit de délaisser l’accroissement des marges unitaires afin de profiter de la taille des marchés du Sud, où des marges très réduites « se traduisent mécaniquement en revenus conséquents pourvu qu’elles bénéficient de cet effet volume des marchés émergents » (p. 154). Dans ce cadre, l’auteur écarte la perspective d’un conflit Nord-Sud, car les multinationales sont déjà intégrées Nord-Sud et rivalisent entre elles.

6La nouvelle division du travail est étudiée au chapitre 8. L’auteur souligne que les champions industriels émergents transforment les procédures industrielles : « le volume réalisé à partir de l’Inde pour les opérations informatiques [a] permis de rationaliser les procédures de contrôle de la qualité et donc de segmenter encore plus les tâches » (p. 179). Finalement, le chapitre 9 insiste sur le rôle essentiel des États émergents, qui inventent de nouvelles relations entre bureaucratie publique, entreprises privées et crédit. Le « socialisme aux caractéristiques chinoises » impose de lourdes concessions aux entreprises étrangères et consent un crédit presque illimité aux sociétés nationales. En Inde, les banques publiques assainissent les compagnies privées fragilisées. Au Brésil, les prises de participation publiques multiples imposent des orientations de long terme au capital. En conclusion, l’auteur estime que les espaces productifs (« lieux de la transformation sociale totale », p. 208) s’arriment aux pays émergents. Toute transition vers un nouveau système économique dépend de plus en plus des émergents — et de moins en moins d’une Europe dont la doxa perd tout fondement (p. 176).

7L’ouvrage contribue à une lecture raisonnée du phénomène de « mondialisation » ou de « globalisation », plaçant l’industrie au cœur de l’analyse économique. Il écarte des faux-semblants et des concepts apologétiques, eurocentrés ou simplificateurs (par exemple le « capitalisme d’État »). Plus généralement, l’auteur invite à ajuster les catégories analytiques et les périodisations aux relations internationales et à l’histoire mondiale.

8Ces points forts s’accompagnent d’étonnements au cours de la lecture. Le premier est théorique : l’auteur bat en brèche de nombreux clichés, mais délaisse aussi beaucoup de littérature. Son attachement aux variations de l’économie politique alimente la discussion sur la « diversité des capitalismes » (Hall et Soskice, 2001 ; Amable, 2005 ; Boyer et al., 2018), curieusement absente. Sa lecture du « socialisme de marché » est employée dans une perspective assez datée (Enrico Barone et Oskar Lange, cités p. 62), sans référence aux discussions contemporaines (Miller, 2014 ; Westra et al., 2018). De façon similaire, l’auteur rejette l’inéluctabilité du sous-développement au Sud… sans discuter les théoriciens de cette école (Amin, 1973).

9Certains concepts demeurent flous. C’est le cas, par exemple, du « non-alignement » qui donne son titre au livre : quels sont les contours empiriques réels du « non-alignement », face à un « néolibéralisme » aussi vague ? Et quel rapport existe-t-il entre cet usage académique du « non-alignement » et celui revendiqué dans certaines arènes politiques ? Rappelons que le Mouvement des non-alignés est une organisation internationale réunissant cent-vingt États. La référence est-elle contingente ? De même, le terme d’« émergence » correspond à une catégorie d’action publique. De nombreux pays du Sud développent des « plans d’émergence », le plus souvent à l’horizon 2030 (date-bilan de l’Agenda 2030 du développement durable des Nations-Unies). Ces polysémies non explicitées peuvent troubler.

10Par ailleurs, l’absence de bibliographie empêche tout aperçu de la littérature mobilisée. Il est nécessaire de parcourir les 127 notes de bas de page l’une après l’autre pour isoler la quarantaine de références issues de publications académiques. Le reste est partagé entre littérature grise, littérature journalistique et précisions terminologiques.

11Plus gênant pour s’approprier les thèses de l’auteur, ses arguments sont souvent fondés sur des « témoignages » ou des « communications », sans données concernant le statut des interlocuteurs ou le cadre des échanges. Si l’on perçoit en filigrane une familiarité avec les élites universitaires et économiques de certains pays émergents, comment rapporter les discours cités à des situations d’énonciation ou à des intérêts sociaux ? Aussi est-il parfois difficile de distinguer parmi les propos de l’auteur ce qui relève de la supposition, de la parole de tiers ou de l’anticipation.

Haut de page

Bibliographie

Amable, B. 2005, Les Cinq Capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Le Seuil, Paris.

Amin, S., 1973, Le développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique, Les Éditions de Minuit, Paris.

Boyer, R., Hiroyasu, U., Toshio, Y., Lei, S. (dir.), 2018, Evolving Diversity and Interdependence of Capitalisms: Transformations of Regional Integration in EU and Asia, Springer Verlag, Tokyo.

Hall, R., Soskice, D., 2001, Varieties of Capitalism: the Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford University Press, Oxford.

Miller, D., 2014, « Our unfinished debate about market socialism », Politics, Philosophy & Economics, vol. 13, n° 2, p. 119-139.

Westra, R., Albritton, R., Jeong, S., 2018, Varieties of Alternative Economic Systems, Routledge, Londres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Clouet, « Joël Ruet, Des capitalismes non alignés : les pays émergents, ou la nouvelle relation industrielle du monde », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30503

Haut de page

Auteur

Hadrien Clouet

Centre de sociologie des organisations (CSO)
UMR 7116 CNRS et Sciences Po
19, rue Amélie, 75007 Paris, France
hadrien.clouet[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals