Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Richard E. Ocejo, Masters of Craft: Old Jobs in the New Urban Economy

Princeton University Press, Princeton, 2017, 368 p.
Pauline Delperdange
Référence(s) :

Richard E. Ocejo, Masters of Craft: Old Jobs in the New Urban Economy, Princeton University Press, Princeton, 2017, 368 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Princeton University Press

1En offrant au lecteur une analyse fine et approfondie du phénomène des nouveaux artisans qui exercent d’anciens métiers dans le contexte de la nouvelle économie urbaine — comme l’indique le titre de l’ouvrage —, Richard E. Ocejo ouvre aussi la réflexion sur des questionnements larges inscrits au croisement de la sociologie de la ville, de la sociologie du travail et de la sociologie économique. Son analyse s’appuie sur un important travail d’enquête mené à New York auprès de ces nouveaux travailleurs, combinant observation ethnographique et entretiens. Plus précisément, il a étudié quatre de ces métiers manuels autrefois peu valorisés et qui sont aujourd’hui resignifiés en des versions urbaines élitaires : les barmen spécialisés dans la fabrication de cocktails, les distilleurs artisanaux, les barbiers de salons haut de gamme, et les bouchers de boucheries éthiques. L’ouvrage regroupe brillamment ces quatre études de cas empiriques en visant à faire ressortir leurs convergences.

2La question principale qui anime l’enquête de R. E. Ocejo, intéressé dans un premier ouvrage par le rôle de la transformation de la scène nocturne et des bars dans le processus de gentrification de quartiers new-yorkais (Ocejo, 2014), est de comprendre comment ces métiers se transforment, changent de statut et attirent des travailleurs qui ne les auraient autrefois pas considérés comme des choix de carrière respectables. « Pourquoi et comment des boulots peu valorisés [“bad” jobs] deviennent-ils cool ? », demande le sociologue en introduction (p. xviii). Pour répondre à cette question, il étudie les rouages internes de ces métiers et de leur communauté professionnelle. Ainsi, un point clé de l’analyse proposée est de montrer que le développement de ces nouvelles représentations, qui concernent également les travailleurs eux-mêmes, leur production et leurs lieux de travail, sont produites, reconduites et légitimées dans la réalisation concrète des activités de travail, par les pratiques et l’ensemble des compétences et connaissances que doivent maîtriser et mettre en œuvre les travailleurs.

3Mais la transformation de ces activités et le développement des nouvelles logiques de production et de consommation qui leur sont associées doivent aussi être replacés au sein de processus plus larges qui modifient les milieux urbains contemporains d’un point de vue culturel, socio-spatial et économique. Les nouveaux métiers urbains étudiés sont envisagés à la fois comme marqueurs, mais également comme acteurs et moteurs de ces dynamiques. Une première transformation est celle de la montée de l’omnivorisme culturel des classes supérieures qui se sont mises à apprécier et à consommer certains produits de la culture populaire. Ainsi, des produits culturels autrefois peu valorisés, tels les cocktails ou la viande, sont réappropriés par les classes supérieures qui leur donnent de nouvelles significations en tant que produits exclusifs et nécessitant des connaissances culturelles pour les apprécier. Une autre modification importante des villes actuelles est celle de la gentrification des quartiers centraux, c’est-à-dire du retour des classes aisées vers les centres-villes. Leur appropriation de ces quartiers, au détriment des populations moins favorisées qui les occupaient initialement, se traduit et est renforcée notamment par le développement de nouveaux commerces haut-de-gamme, lieux de travail des nouveaux artisans urbains. Enfin, les nouveaux métiers étudiés prennent place dans le contexte de la nouvelle économie urbaine, caractérisée par l’expansion de l’économie de la connaissance qui, depuis la période post-industrielle, donne une place centrale et dominante à la production et à la distribution des idées. Cette expansion se traduit par une segmentation de certains secteurs des services a priori éloignés de la connaissance, avec l’apparition en leur sein de nouveaux métiers hautement qualifiés et fondés sur la connaissance.

4L’ouvrage s’organise en deux grandes parties. Les chapitres de la première (chapitres 1 à 4) explorent chacun une des quatre professions étudiées en retraçant l’histoire de son émergence et de son développement aux États-Unis et en analysant ses mécanismes internes, ses normes et son éthique sous-jacente. L’auteur a réalisé des recherches historiques concernant ces métiers et secteurs d’activité, des observations ethnographiques approfondies sur les lieux de travail, allant parfois jusqu’à la participation active aux activités de travail, et une centaine d’entretiens avec des travailleurs et des propriétaires d’établissement. On perçoit comment des activités professionnelles peuvent se recomposer et acquérir des significations différentes en fonction des contextes sociaux, politiques, économiques et technologiques. Les quatre métiers étudiés suivent une évolution relativement similaire au cours des siècles, allant de la déqualification de leur travail lors de la période industrielle à sa requalification aujourd’hui.

5La deuxième partie nous conduit vers le cœur de l’argumentation en proposant une analyse transversale aux quatre cas. C’est avec le concept de répertoires culturels que le fil rouge de l’analyse est tracé. Il désigne l’ensemble des compétences, des connaissances, des valeurs et des principes acquis par les travailleurs pour réaliser leur travail avec succès, en accord avec les codes et normes sociales définis par leur communauté professionnelle de niche.

6Les néo-artisans doivent apprendre à maîtriser ces répertoires culturels pour être capables d’en réaliser, souvent publiquement, des performances réussies, conformes à ce qui est attendu d’eux (chapitre 8), ainsi que pour jouer le rôle de « façonneur de goûts » auprès des clients en les éduquant sur les conceptions de la qualité et les principes fondateurs de leur univers de goût (chapitre 7). Parce que ces répertoires culturels mêlent compétences techniques artisanales, connaissances culturelles spécifiques et capacités d’interaction avec le consommateur, leur mise en pratique et leur diffusion expliquent le changement de statut de ces métiers et leur resignification en de nouvelles versions élitaires, artisanales et créatives (chapitre 6).

7Réussir à réaliser ces répertoires culturels avec aisance et compétence, à les incorporer à la fois mentalement et corporellement, presque comme une « seconde nature » (p. 180), permet aux néo-artisans de devenir des travailleurs accomplis et acceptés dans le monde auquel ils appartiennent, capables de se soumettre aux règles tout en improvisant avec elles. Mais cette aisance n’est pas accessible à tout le monde. Seuls les individus disposant de capitaux culturel et social élevés, de connaissances culturelles éclectiques et de capacités sociales préalables se verront acceptés totalement en tant que travailleurs compétents. L’accès à ces métiers élitaires, même s’il n’est pas conditionné par la possession de diplôme, de connaissances ou compétences préalables, est donc restreint à certaines catégories de la population — généralement de jeunes hommes blancs issus des classes moyennes et moyennes-supérieures et disposant d’un diplôme supérieur. Ces travailleurs trouvent dans leur métier le sens et la reconnaissance qu’ils recherchent, parce que celui-ci leur demande de mettre en œuvre un ensemble de compétences et de connaissances techniques et culturelles souvent en face d’une audience composée de consommateurs avertis ou de curieux. L’auteur conclut que ces anciens boulots manuels peu valorisés se transforment par le fait que des individus ayant d’autres options possibles sur le marché du travail actuel décident de faire de ces métiers leur carrière et, ce faisant, les revalorisent (chapitre 5).

8En définitive, cet ouvrage offre un angle d’analyse original et fécond pour la compréhension de phénomènes largement étudiés ces dernières années en sciences sociales, tels que la gentrification des milieux urbains ou le développement de nouveaux modes de consommation, éclectiques et « authentiques ». On pourrait se demander néanmoins en quoi ces nouveaux travailleurs illustrent un changement économique plus profond, alors même qu’ils ne représentent qu’un faible segment élitaire de la force de travail actuelle. L’analyse de ce point gagnerait à être plus informée, bien que l’auteur mentionne les impacts de ces niches étroites sur l’ensemble de leur secteur. Une piste serait d’étendre la focale à l’ensemble de l’écologie marchande dans laquelle les néo-artisans sont impliqués. Aussi, la question de savoir comment les codes et les normes sociales de ces communautés professionnelles, qui se cristallisent dans les répertoires culturels de ces métiers, se forment, se consolident et se diffusent, reste finalement peu instruite. L’ouvrage invite ainsi à poursuivre l’étude de la construction et de l’affirmation de ces nouvelles professionnalités artisanales vers une prise en compte plus large des différents processus qui s’y jouent.

Haut de page

Bibliographie

Ocejo, R. E., 2014, Upscaling Downtown: From Bowery Saloons to Cocktail Bars in New York City, Princeton University Press, Princeton.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Delperdange, « Richard E. Ocejo, Masters of Craft: Old Jobs in the New Urban Economy », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30511

Haut de page

Auteur

Pauline Delperdange

Institut d’analyse du changement dans l’histoire
et les sociétés contemporaines (IACCHOS)
Université catholique de Louvain
1, place Montesquieu
1348 Louvain-la-Neuve, Belgique
pauline.delperdange[at]uclouvain.be

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals