Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Peraldi, Marrakech, ou le souk des possibles. Du moment colonial à l’ère néolibérale

La Découverte, Paris, 2018, 256 p.
Lucia Direnberger
Référence(s) :

Michel Peraldi, Marrakech, ou le souk des possibles. Du moment colonial à l’ère néolibérale, La Découverte, Paris, 2018, 256 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : La Découverte

1Michel Peraldi se donne pour objectif, dans cet ouvrage, d’analyser l’« économie globale des échanges et des circulations de valeur dans la ville » de Marrakech, dans un contexte de néo-libéralisme. Ce dernier se traduit ici par « une extension du statut d’entrepreneur et sa valorisation idéologique, [des] logiques de rentabilité et de profitabilité [qui] relèvent de valorisations financières et de stratégies de communication (plutôt que du travail), [et une] absence de régulation institutionnelle, en particulier étatique » (p. 23). En d’autres termes, il s’agit de restituer les processus historiques et les différentes modalités de la marchandisation de la ville elle-même pour comprendre comment « Marrakech se vend aujourd’hui comme un dentifrice » (p. 24). Cette marchandisation de la ville est imbriquée avec le projet colonial français puis avec la présence active des Européens, en particulier français, dans l’économie de Marrakech après la colonisation.

2Ce travail s’appuie sur des récits ou des ouvrages scientifiques sur le Maroc produits par des Européens en langue française aux XIXe et XXe siècles. L’auteur y a également effectué un séjour de recherche de deux ans, suivi de plusieurs courts séjours de recherche pendant deux autres années. Cela lui a permis de mener une série d’observations et entretiens et de recueillir des récits de vie avec des entrepreneurs européens vivant et travaillant à Marrakech, en particulier ceux qui ont investi le tourisme comme espace professionnel. L’ouvrage s’appuie aussi sur une importante bibliographie qui fait de Marrakech son objet principal ou secondaire.

3C’est sans doute grâce à cette diversité de sources que l’auteur peut révéler de manière convaincante les différentes expressions de l’orientalisation d’une ville qui repose sur la fabrique d’« une grammaire architecturale (le stuc, les zelliges, les moucharabiés, etc.), [d’]un style de vêtement (le caftan) et surtout [d’]un art du soin et de la parure, synonyme de luxe et de sophistication » (p. 24). Michel Peraldi propose une perspective historique pour appréhender ce Marrakech oriental et l’ouvrage suit d’ailleurs un plan chrono-thématique comme le suggère le titre.

4L’auteur traite des missions scientifiques et des hommes d’affaires qui séjournent au Maroc au début du XXe siècle, souvent après avoir effectué un séjour en Algérie alors colonisée par la France. Le « comité du Maroc » se constitue en 1904 à l’initiative d’hommes d’affaires, de députés, de géographes. La présence française au Maroc est pensée par les Français comme « antithèse du brutalisme militaire » qui affecte l’Algérie — ce qui fait dire à M. Peraldi qu’au Maroc, pour les Français, « la conquête est donc d’abord une affaire de récit » (p. 31). L’analyse de ces récits, produits par des scientifiques, artistes, diplomates, hommes d’affaires, permet à M. Peraldi de mettre en évidence l’articulation entre « mentalité de vainqueur » et acquisition des biens les plus précieux. Ces deux caractéristiques vont structurer les pratiques commerciales et touristiques des Européens au Maroc pendant tout le XXe siècle. Marrakech a une place centrale dans ce dispositif, « une ville qui est la synthèse imaginaire d’un Maroc désiré et fantasmé […], un rêve marocain rendant légitime une colonisation qui se cherche des fondements éthiques, voire esthétique » (p. 47-48). En effet, Hubert Lyautey, alors premier résident général du protectorat français au Maroc (1912-1916), transforme cette ville de garnison militaire française, marquée par la prostitution coloniale (p. 60-62), en une ville de tourisme tourné vers le patrimoine des indigènes (p. 72-73). Ce projet va s’accompagner dès les années 1920 du développement de l’hôtellerie française dans la médina.

5Sur une période plus contemporaine (à partir des années 1970), l’ouvrage décrit les mutations professionnelles de la médina de Marrakech. Deux grands apports de ce livre sont d’une part l’attention donnée à la production matérielle de l’orientalisme (à travers la fabrication et la vente d’objets), et d’autre part une description de la complexité économique de la médina dont les activités sont diverses : fabrication, vente/revente et système de rente. Michel Peraldi montre que le monde des objets incarnant « la marque Marrakech » se divise en deux catégories : d’un côté, les objets produits en quantité et en forme industrielles, vendus dans les boutiques des couloirs touristiques de la médina et, de l’autre, des objets « collectionnables » appartenant à l’artisanat de luxe. L’auteur affirme que ces deux types de production et de valeur sont « en parfaite articulation et symbiose économique » (p. 149).

6Autour de cette division du système de valeur, l’auteur reconnaît que « les entrepreneurs européens dominent largement le secteur du chic et cher, le haut de gamme » (p. 154). Il souligne aussi que « les hommes, européens plus nombreux que les marocains, sont cuisiniers lorsqu’il s’agit de franchir le seuil de la gastronomie, paysagistes et contremaîtres des chantiers résidentiels complexes comme les golfs ; ils sont aussi publicistes, informaticiens, guides de randonnées spécialisées, architectes (quand les femmes du groupe précédent sont stylistes ou à la rigueur architectes, mais d’“intérieur”). […] Peu de Marocains dans ces domaines, à l’exception de quelques postes de direction dans les grands complexes hôteliers ou le secteur des transports » (p. 205).

7Si le concept d’orientalisme d’Edward Said est mobilisé par l’auteur pour analyser des représentations et des récits, il l’est moins pour analyser les rapports de hiérarchie entre groupes sociaux. En effet, à plusieurs reprises l’auteur avance que ce sont avant tout les hiérarchies de classe sociale plutôt que la racialisation qui comptent pour expliquer les rapports entre « Européens », « Français » et « Marocains ». Face à cette affirmation, on peut regretter les usages flous de ces termes par l’auteur, alors qu’ils sont centraux dans ses analyses. De quoi parle M. Peraldi quand il mobilise la catégorie d’« Européen » : d’une nationalité ? D’une appartenance ethno-raciale ? Les deux définitions ne se recouvrent pas et leur distinction est cruciale pour expliquer les rapports entre les différents groupes étudiés. Les hiérarchies raciales existent y compris dans un contexte où « il n’y a pas de réel et franc apartheid » et où hommes et femmes marocain·es investissent l’entrepreneuriat et la création artistique dans la médina (p. 154, 155, 204). De plus, contrairement à ce qu’avance M. Peraldi, la participation d’une élite nationale, même si elle est décrite comme majoritaire dans un secteur économique, n’est pas une garantie de l’absence de hiérarchies raciales et de nationalités, comme le montre l’ouvrage d’Amélie Le Renard sur la fabrique du privilège occidental à Dubaï. La proposition n’est pas ici d’abandonner une analyse des rapports sociaux de classe mais de la mobiliser comme inextricablement liée à d’autres rapports sociaux plutôt que comme concurrente, voire exclusive de ces derniers. Ainsi, dans la lignée des travaux de Fatima Mernissi, Meriem Rodary et Leila Bouasria sur le travail des ouvrières au Maroc, on pourrait répondre à la question suivante : comment expliquer dans un contexte d’internationalisation du travail — qui est illustré dans l’ouvrage par la présence des « Européens » et par l’importance des réseaux internationaux dans l’emploi à Marrakech ainsi que par les financements internationaux investis dans cette ville —, que les emplois les moins rémunérés dans les usines textiles, fabriquant sous licence des produits de marques françaises, sont massivement occupés par des femmes marocaines ? Il semble alors difficile de n’y voir qu’une conséquence de leur « faible capital scolaire et culturel » (p. 155) quand certaines ouvrières possèdent justement ce capital et que des hommes, qui n’en ont pas plus, n’occupent pas ces emplois les moins rémunérés et les plus pénibles. Dans un contexte de marché du travail qui s’inscrit dans une certaine continuité coloniale, comme le montre l’ouvrage, on peut difficilement faire l’impasse de la prise en compte d’une articulation des hiérarchies de classes sociales, de nationalités, d’appartenance raciale et de genre.

8Enfin, si l’on doit reconnaître à Michel Peraldi un sens de la formule qui rend la lecture attrayante, on peut regretter le fait que certains passages fassent l’économie de la contextualisation ; c’est un regret qui prend particulièrement sens quand le terrain et l’objet étudiés sont justement saturés de généralisations et d’omissions, comme le montre bien l’auteur de l’ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Amélie Le Renard, Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï, Presses de Sciences Po, Paris, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Direnberger, « Michel Peraldi, Marrakech, ou le souk des possibles. Du moment colonial à l’ère néolibérale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30522

Haut de page

Auteur

Lucia Direnberger

Centre Maurice Halbwachs (CMH)
UMR 8097 CNRS, EHESS, ENS et INRAE
48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
lucia.direnberger[at]ens.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals