Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Josh Pacewicz, Partisans and Partners: The Politics of the Post-Keynesian Society

The University of Chicago Press, Chicago, 2016, 384 p.
Daniel Gaxie
Référence(s) :

Josh Pacewicz, Partisans and Partners: The Politics of the Post-Keynesian Society, The University of Chicago Press, Chicago, 2016, 384 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : University of Chicago Press

1Partisans and Partners est le premier livre de Josh Pacewicz, docteur en sociologie de l’université de Chicago et professeur assistant à l’Université Brown dans le Rhode Island. L’ouvrage s’ouvre sur plusieurs constats que l’auteur se propose d’élucider. Il diagnostique une radicalisation des partis américains et une tendance corrélative à la défiance à l’égard de la politique : « au fur et à mesure que les partis et les militants se sont faits davantage partisans, le grand public est devenu moins partisan et même apolitique » (p. 18).

2Pour rendre compte de ces évolutions, l’auteur combine de manière originale des approches du fédéralisme états-unien, du développement urbain, des organisations de base des partis, de l’espace public local et des cognitions et préférences politiques des électeurs. Il s’inspire de la tradition des monographies locales et adopte une démarche qualitative. Il a choisi deux villes de l’Iowa — qu’il appelle River City et Prairieville. La première était dominée par le mouvement syndical et le parti démocrate, la seconde par les milieux d’affaire et le parti républicain jusqu’aux années 1980. L’une et l’autre appartiennent à la Rust Belt, région du Nord-Est des États-Unis frappée par la désindustrialisation. Dans ces deux villes, 300 entretiens approfondis ont été réalisés et diverses observations directes ont été menées entre 2007 et 2012.

3La radicalisation des partis et l’aversion croissante qu’ils suscitent sont analysées comme la conséquence d’une réorganisation fondamentale des institutions et de l’action publique locale intervenue à partir des années 1980, caractérisée comme le passage du « keynésianisme » au « néo-libéralisme ».

4Le « keynésianisme » combine l’interventionnisme économique, des politiques sociales généreuses, des protections pour les salariés et les syndicats et des programmes de développement urbain. Les régulations économiques font obstacle aux fusions et à la constitution de conglomérats financiers. Les bureaucraties fédérales n’agissent pas directement mais plutôt par l’intermédiaire des aides financières considérables qu’elles distribuent aux institutions représentatives locales. L’appropriation de ces financements et le contrôle des institutions et des politiques publiques locales est l’enjeu de luttes multiples structurées par un clivage récurrent entre le camp des syndicats et des ouvriers (labor) et celui des milieux d’affaires (business). Les dirigeants de chaque camp s’efforcent d’orienter les fonds fédéraux et les politiques locales en faveur de leur base sociale. Le leadership repose sur des mécanismes d’échange entre la base ouvrière ou patronale et ses représentants dans les institutions élues (City council) et les diverses commissions qui en sont issues. Les dirigeants mobilisent leurs soutiens de multiples manières : contrôle de l’économie locale, des organes de décision municipaux, des ressources fédérales, de nombreuses associations et des partis politiques. Les communautés locales sont « factionalisées » par des oppositions multiples, récurrentes et convergentes dans toutes les activités sociales (travail, résidence, associations, loisirs) et aussi en matière politique avec l’opposition des organisations locales des partis républicain et démocrate. Les dirigeants de chaque camp contrôlent le parti qui en est l’expression. Ils sélectionnent et soutiennent les candidats, recherchent les financements et dirigent les campagnes électorales. Les luttes portent sur les enjeux économiques et sociaux saillants pour leurs clientèles respectives. Josh Pacewicz soutient que les électeurs donnent sens à la politique et votent en fonction de leur position dans la communauté locale.

5Diverses transformations, qualifiées de « néolibéralisme », vont miner cette organisation locale indissociablement sociale, économique, culturelle et politique. Dans l’ordre économique, les fermetures d’usines, les mouvements de fusion-acquisition, l’appel aux investisseurs, les gestions d’entreprise favorables aux actionnaires, les licenciements agressifs, la montée du chômage, l’apparition de managers étrangers à la communauté vont clairsemer les rangs des propriétaires d’entreprises résidents et affaiblir les syndicats. Les financements fédéraux ont été réduits et leur mode de distribution a été réformé en faveur de dispositifs compétitifs d’inspiration marchande.

6Ces évolutions et ces réformes ont favorisé la constitution de coalitions élargies, regroupant des secteurs sociaux variés, bien disposées à l’égard du monde des affaires et animées par un nouveau type de dirigeant qualifié de partenaire. Le but de ces coalitions est d’attirer les investisseurs et les emplois par des politiques de développement multiformes. Il s’agit de « vendre la ville » en proposant de nombreux avantages économiques aux firmes, mais aussi en impulsant des politiques culturelles, en améliorant le cadre de vie par divers aménagements et en multipliant les preuves d’ouverture d’esprit et de libéralisme culturel pour attirer les cadres dirigeants.

7Ces coalitions se veulent « gagnantes-gagnantes ». Elles mettent en scène un consensus local qui suppose de tenir les divergences, notamment politiques, à l’écart. Les partenaires se sont éloignés des partis. Ils ont exclu ou marginalisé les dirigeants traditionnels. Ils se sont désintéressés des élections et des activités partisanes. Ils ont abandonné les partis aux partisans. La politique partisane s’est désinsérée (disembedded) de la vie communautaire. Les dirigeants communautaires — les partenaires — ne sont plus à la tête des partis et les dirigeants des partis — les partisans — sont tenus à l’écart de la conduite de l’action publique locale. Les élites économiques locales ont pris leurs distances avec le parti Républicain. Les dirigeants syndicalistes ne se reconnaissent plus dans un parti démocrate animé par des membres des professions intellectuelles. Les partis sont devenus des rassemblements d’activistes porteurs de cause. Chacun d’entre eux prend soin de faire preuve de tolérance à l’égard des autres causes dans l’attente d’une réciprocité en faveur de celle qu’il entend promouvoir. Les partis sont engagés dans un soutien extensif aux causes les plus « radicales » (au moins du point de vue mainstream), telles la lutte contre l’avortement, la déportation des immigrés ou la suppression des impôts à droite et l’égalité des genres, des races et des orientations sexuelles, l’opposition à la guerre contre le terrorisme ou la lutte contre l’État policier à gauche. Ces orientations ne mobilisent que les fractions politisées et idéologiquement orientées de l’électorat. Ce sont aussi les fractions qui se déplacent lors des élections primaires et qui pèsent ainsi sur le choix des candidats donc des élus. C’est de cette manière que la politique partisane se radicalise en même temps qu’elle déconcerte la plus grande partie du public.

8L’originalité de l’ouvrage est de mettre en évidence un processus de marginalisation des partis par rapport à leur environnement local. Ce changement résulte davantage de la prise de distance des dirigeants des gouvernances locales à l’égard des partis que de l’irruption des activistes porteurs de cause. Contrairement à l’explication prédominante, le poids de cette irruption est minimisé. Elle est présentée comme une conséquence des transformations des gouvernances locales.

9Une autre originalité de l’ouvrage est de prendre appui sur des méthodologies qualitatives. L’auteur s’inscrit dans une perspective explicitement ethnographique. On regrette qu’il n’ait pas donné davantage de précisions sur sa démarche. On ne sait pas grand-chose de ses choix méthodologiques relatifs à la conduite des entretiens, par exemple à propos des informations recherchées et des moyens mis en œuvre pour les obtenir. On ne trouve aucune présentation des éventuels guides d’entretien. On s’interroge parfois sur le lien entre les explications avancées par l’auteur et son travail d’observation. On souhaiterait davantage de précisions sur les éléments empiriques qui ont conduit l’auteur à soutenir certaines des thèses qu’il avance, non sans de multiples répétitions, tout au long de l’ouvrage. On note également la relation circulaire qui existe entre l’explication de l’évolution de la politique et des partis états-uniens par des facteurs locaux et la méthodologie qui repose sur des monographies locales. On s’étonne qu’aucune place ne soit accordée à des facteurs plus généraux et notamment aux luttes politiques fédérales. La transformation des gouvernances locales est-elle le seul facteur explicatif de la radicalisation de la politique partisane, et cette radicalisation suffit-elle à rendre compte de la défiance des citoyens à l’égard de la politique ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Gaxie, « Josh Pacewicz, Partisans and Partners: The Politics of the Post-Keynesian Society », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30547

Haut de page

Auteur

Daniel Gaxie

Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)
UMR 8209 de l’Université Paris-Panthéon-Sorbonne, du CNRS et de l’EHESS
14, rue Cujas, 75005 Paris, France
daniel.gaxie[at]univ-paris1.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals