Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Willy Beauvallet et Sébastien Michon (dir.), Dans l’ombre des élus. Une sociologie des collaborateurs politiques

Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2017, 258 p.
Didier Demazière
Référence(s) :

Willy Beauvallet et Sébastien Michon (dir.), Dans l’ombre des élus. Une sociologie des collaborateurs politiques, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2017, 258 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses universitaires du Septentrion

1Personnages publics, à des échelles différentes en fonction de leurs mandats, les élus politiques prennent la lumière. Mais, loin de se laisser éblouir ou aveugler, les chercheurs soulignent désormais la contribution des entourages des élus au travail politique. S’inscrivant dans cette lignée, ce livre collectif étudie les acteurs qui, précisément, se situent dans « l’ombre des élus ». Les entourages qui gravitent autour des élus et tentent d’exercer un pouvoir d’influence forment un ensemble touffu et large, aussi l’objet est-il resserré sur les « collaborateurs politiques ». L’expression cible ceux qui travaillent avec les élus de manière rapprochée et régulière, participent directement à l’exercice des mandats, occupent des postes qui les placent peu ou prou à leur service. L’ouvrage est organisé en trois parties, consacrées respectivement aux fonctions remplies au sein des entreprises politiques par les collaborateurs, à la place de ceux-ci dans la division du travail politique, enfin à l’articulation de leur fonction avec les carrières électives et politiques.

2En jouant l’élargissement des terrains au-delà du périmètre des assistants officiels des élus et des auxiliaires politiques statutaires, la première partie révèle l’étendue et la variété des activités réalisées par les collaborateurs. Ainsi Christelle Gris montre comment les conjointes d’élus endossent, souvent « malgré elles », de multiples rôles, allant de la prise en charge de micro-tâches subalternes à des fonctions de figuration aux côtés ou en substitution de l’élu, en passant par l’organisation et la protection de la vie privée de celui-ci. Si les entreprises politiques mobilisent des collaborateurs informels, certains pans du travail des élus prennent appui sur des acteurs professionnels, tels les administrateurs du Parlement étudiés par Martin Baloge. Ces fonctionnaires délivrent leur expertise juridique aux élus et à leurs conseillers. Ce faisant, ils contribuent de manière décisive au travail législatif, tout en s’efforçant de préserver une neutralité que leur statut institutionnel ne suffit pas à garantir. La situation des directeurs généraux des services de collectivités analysés par Jean-Yves Robin et Hélène Desfontaines est différente. Choisis par les chefs des exécutifs auprès desquels ils exercent un rôle décisif, ils ont souvent une proximité politique avec les élus dirigeants tout en détenant une expertise administrative et managériale. Leur mission est ainsi de gérer la frontière, labile, entre policy et politics.

3Les contributions regroupées dans la deuxième partie mettent l’accent sur la dimension collective des équipes constituées autour des élus et rendent compte des tensions qui traversent l’accomplissement des rôles joués auprès de ceux-ci. Benoît Demongeot, Sébastien Gardon et Éric Verdier montrent que si les cabinets présidentiels de conseils régionaux participent fortement à la définition des politiques régionales, leur rôle varie sensiblement en fonction de jeux de relations complexes entre membres du cabinet, entre directeurs de cabinets et présidents élus ou avec les directions des services administratifs. La pluralité des acteurs inscrits dans la catégorie des collaborateurs apparaît forte également aux échelles départementale et communale analysées respectivement par Pierre Bonnevalle et par Julien Fragnon. Les assistants des élus départementaux peuvent aussi bien être affectés au cabinet du président, à l’entourage de vice-présidents ou aux groupes politiques, ce qui diversifie sensiblement leurs missions et leurs pratiques. Dans tous les cas ils investissent une fonction ambivalente qui, selon les opportunités et les contraintes rencontrées, fluctue entre les pôles technique et politique. Situés à l’interface des élus et de l’administration, les directeurs de cabinet des maires sont investis d’un rôle stratégique d’intermédiation qui leur permet de conduire des processus de décision des politiques communales tout en œuvrant à la préservation des intérêts du maire. C’est une autre forme d’intermédiation politique qu’investissent les salariés de groupe parlementaire socialiste analysés par Willy Beauvallet. Dans l’institution parlementaire le travail de ces assistants varie selon qu’ils sont situés dans la majorité ou dans l’opposition, mais dans tous les cas ils contribuent à la circulation des idées, diagnostics et argumentaires, à la manière d’intermédiaires politiques.

4Dans des univers professionnels où le partage des tâches est mouvant, il n’est pas aisé de circonscrire sa place et d’affirmer son rôle. Face à ces enjeux, les ressources issues des parcours professionnels et/ou militants des collaborateurs comptent. Ces parcours sont au cœur de la troisième partie, qui interroge les conditions d’accumulation d’un capital propre au monde politique. Les contributions rendent compte des conditions favorables au développement des carrières politiques de ces collaborateurs, à travers des positions électives ou partisanes. Vanessa Jérôme montre que les assistants de parlementaires d’Europe Écologie – Les Verts se caractérisent par une variété d’expériences passées, de rapports à leur métier et d’attitudes vis-à-vis du monde politique de sorte que, au contact des députés, ils apprennent le goût, ou le dégoût, de la politique. Le passage de postes d’auxiliaires politiques vers des mandats ou des fonctions de dirigeants partisans est étudié par Grégory Hû d’une part et par Rémi Lefebvre d’autre part. Comparant deux départements, le premier montre que la stabilité des élus freine les évolutions de carrière des collaborateurs en raréfiant les débouchés. Le second souligne que pour les collaborateurs d’élus les relations « d’identification et de domination » avec les élus sont déterminantes pour l’accès à des mandats électifs.

5S’ils portent sur des populations variées, les dix chapitres du livre ont en commun de montrer les rapports étroits et récurrents entre les élus et leurs collaborateurs politiques. La mise en évidence de cette proximité ne doit pas occulter un autre résultat sur lequel le livre insiste moins, à savoir le fait que cette relation est structurellement hétérogène, indépendamment des manières dont les acteurs s’y engagent. Car elle fait l’objet de cadrages juridiques oscillant entre préservation d’une indépendance statutaire vis-à-vis des élus et inscription dans une subordination tout aussi puissante. En effet, certaines catégories de collaborateurs étudiées sont engagées et rétribuées par les élus qui ont ainsi la faculté de mettre un terme au contrat de travail (collaborateurs de cabinets, de groupes, de parlementaires, d’exécutifs locaux), d’autres appartiennent à des corps prestigieux de la fonction publique et sont inamovibles et indépendants par statut (administrateurs de l’assemblée nationale), d’autres sont des fonctionnaires détachés sur emplois fonctionnels et sont à ce titre révocables à tout moment tout en conservant leur grade dans la fonction publique (directeurs généraux de services), d’autres encore ne sont pas rémunérés pour le travail auprès des élus (femmes d’élus). La prise en compte de ces statuts d’emploi contrastés, dans une perspective de comparaison des enquêtes empiriques présentées au fil des chapitres, aurait permis de discuter la notion centrale de collaborateurs politiques, et de la consolider ou de l’affiner.

6Certes, la notion apparaît pertinente quand il s’agit d’analyser le travail des collaborateurs, notamment parce que la position d’intermédiaire entre les élus et l’administration, et les tensions qui en résultent, apparaissent comme un point commun, même s’il eut été utile d’extraire de la variété empirique des configurations typiques. Mais force est de constater la fragilité de la notion pour l’analyse des carrières de ces collaborateurs politiques. En effet, si les coordinateurs soulignent que les postes de collaborateurs sont de plus en plus une « antichambre du métier politique », et une étape importante dans la sélection du personnel politique, il conviendrait de moduler l’observation en fonction des inégalités de statut : cela vaut-il de la même manière pour les postes subordonnés, en dépendance des élus, et pour les postes indépendants, notamment de fonctionnaires ?

7Finalement, ce livre est une contribution précieuse à l’analyse du travail politique, qui associe de manière indéfectible élus et collaborateurs de toutes sortes. Il est moins convaincant pour saisir les carrières professionnelles et les systèmes d’emploi dans lesquels les collaborateurs s’inscrivent de manière fort diverse. Mais du moins il invite à considérer ce que la division du travail politique fait à ceux qui y participent en tant que collaborateurs, ce qui apparaît comme l’amorce d’un stimulant programme de recherche de sociologie de l’emploi et des marchés du travail politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Demazière, « Willy Beauvallet et Sébastien Michon (dir.), Dans l’ombre des élus. Une sociologie des collaborateurs politiques », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30562

Haut de page

Auteur

Didier Demazière

Centre de sociologie des organisations (CSO)
UMR 7116 CNRS et Sciences Po
19, rue Amélie, 75007 Paris, France
didier.demaziere[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals