Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 62 - n° 1-2Comptes rendusGilles Laferté, L’embourgeoisemen...

Comptes rendus

Gilles Laferté, L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers

Raisons d’agir, Paris, 2018, 376 p.
Loïc Mazenc
Référence(s) :

Gilles Laferté, L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers, Raisons d’agir, Paris, 2018, 376 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Raisons d’agir

1Cet ouvrage synthétise un ensemble de recherches que Gilles Laferté a menées depuis 2007 dans un cadre collectif au Centre d’économie et de sociologie appliquées aux espaces ruraux (CESAER). Ces enquêtes se sont déroulées dans l’Est de la France, « quelque part entre les Régions Champagne et Bourgogne Franche-Comté » (p. 7), où observations, entretiens semi-directifs et analyses d’archives ont permis d’aborder le processus d’embourgeoisement d’une partie des agriculteurs : les céréaliers de l’Est de la France. « Héritiers des mondes paysans, ces gros agriculteurs incarnent […] une classe agricole fortunée à fort patrimoine » (p. 16).

2Pourquoi porter son regard sur les agriculteurs les plus riches ? Dès le départ, Gilles Laferté fixe le cadre : il s’agit ici de « s’inscrire dans un temps plus long que celui des agendas politiques » (p. 12). Pour ce faire, l’auteur privilégie trois entrées : le processus d’embourgeoisement, la diversité du groupe des agriculteurs et la spatialisation de la structure sociale.

3Le premier objectif est d’étudier la mobilité sociale de ces agriculteurs, en mobilisant non pas la variable du capital culturel (caractérisé notamment par le diplôme) mais celle du capital économique. L’auteur évite pourtant tout déterminisme économique : l’augmentation des revenus ne conduit pas mécaniquement à l’embourgeoisement et à une socialisation à la bourgeoisie. L’embourgeoisement est ici pensé comme un « long processus intergénérationnel d’adaptation ou de conversion progressive de ses dispositions » (p. 21).

4La deuxième problématique de l’ouvrage est une analyse récurrente de la sociologie rurale : celle de la complexité du classement social des agriculteurs, qui constituent à la fois « des pans de la bourgeoisie », mais aussi « des sous-fractions des classes populaires » (p. 12).

  • 1 Ce concept fait référence à l’espace social bourdieusien (Bourdieu, 1984), structuré principaleme (...)

5Enfin, la troisième ambition de l’auteur tient à la volonté d’enrichir une notion qu’il développe dès 2014 : celle d’« espace social localisé »1. Pour Gilles Laferté, la singularité des mondes ruraux, mais aussi leurs configurations récurrentes sur tout le territoire, en font des espaces qu’on ne peut explorer sociologiquement qu’à un niveau national, notamment parce que les formes légitimes de la distinction sociale peuvent varier d’un territoire à un autre. Il prend l’exemple du groupe social des agriculteurs pouvant apparaître comme favorisés dans leur village tout en étant par ailleurs stigmatisés et affublés du terme de « ploucs » par une certaine bourgeoisie urbaine. Il faut donc enrichir les analyses statistiques nationales par un ancrage local, « qui permet la construction relationnelle des groupes sociaux comme un des espaces interactionnistes de construction de soi et des groupes sociaux » (p. 45).

6Cet ouvrage se compose de deux grandes parties de quatre chapitres chacune. La première partie propose une socio-histoire de l’économie et de l’élite sociale de la région concernée. On y apprend que du fait de la reproduction sociale des « petits », du contrôle sur le foncier et des liens privilégiés avec des acteurs clés du territoire, les « gros » agriculteurs et leurs enfants sont dorénavant du côté des cadres en termes de capital économique et patrimonial dans les campagnes, avec une diversification des biens patrimoniaux (immobiliers notamment).

7Subséquemment, l’auteur rend compte dans une seconde partie de l’élévation du capital culturel de la catégorie sociale des agriculteurs, en indiquant notamment qu’elle se situe aujourd’hui nettement au-dessus de la moyenne des diplômes de la population générale de la zone enquêtée, alors qu’elle était très proche de la catégorie des ouvriers au milieu du XXe siècle. Dans le sillage des travaux de Christophe Giraud et Jacques Rémy (2014), Gilles Laferté explique alors que les agriculteurs ont pleinement profité de la massification scolaire, même si les inégalités internes à la catégorie restent importantes, notamment en fonction de la taille de l’exploitation. « Plus le capital économique grimpe, plus les destinées sociales grimpent dans la hiérarchie sociale » (p. 231). Cette réalité n’en rend pas moins incertaine la reprise de l’exploitation par un héritier, même lorsque les exploitations sont de grande taille.

8L’auteur poursuit la description du processus d’embourgeoisement des agriculteurs en étudiant leur habitat. On apprend par exemple que ces agriculteurs se sont « empavillonnés », ce qui marque leur volonté de distinguer « le professionnel du domestique » (p. 267), comme l’illustre le bureau de l’exploitant, qui se trouve désormais dans l’exploitation et plus au domicile familial. Un autre exemple étudié est celui des jeunes agriculteurs qui vivent aujourd’hui dans un appartement en milieu urbain, ce qui est une conséquence de la hausse de l’activité salariée des conjointes, mais aussi d’un souhait de séparer encore un peu plus le domaine familial du professionnel, de se distancier progressivement du monde paysan. Malgré tout, l’empavillonnement des agriculteurs comporte quelques spécificités : auto-construction, matériaux classiques, décoration d’intérieur. L’auteur souligne donc la proximité de l’habitat des agriculteurs avec celui des ouvriers. Celui-ci peut néanmoins s’en distinguer par sa grande taille, allant parfois jusqu’à l’extrême : le château.

9Enfin, dans un dernier chapitre, l’auteur décide d’analyser le processus d’embourgeoisement au prisme des loisirs et de la consommation. Depuis 2004, les agriculteurs partent plus en vacances et se rapprochent d’autres catégories, même si c’est la catégorie qui part le moins. En effet, Gilles Laferté observe qu’être oisif et prendre son temps sont des attitudes peu observées chez les agriculteurs, à l’inverse du goût pour l’activité, toujours très prononcé. En outre, lorsque les agriculteurs partent en vacances, ils ne partent que par l’intermédiaire d’un organisateur de voyage et en groupe, à l’inverse des classes moyennes et bourgeoises cultivées. Concernant la consommation, les agriculteurs ont rattrapé leur retard sur les ménages français et dépassent même parfois la moyenne nationale, notamment en termes d’équipements électroniques dans le foyer. Leurs activités s’inscrivent « dans une matrice populaire : la chasse, le football, le quad » (p 342). On constate cependant, dans la population étudiée par l’auteur, un glissement vers des loisirs plus bourgeois, comme la pratique du ski ou du golf, notamment chez les plus jeunes, qui s’ouvrent à la « civilisation » des loisirs.

10Alors que les agriculteurs constituaient encore jusqu’au début des années 2000 les grands absents des enquêtes sociologiques relatives à la mobilité sociale, l’ouvrage de Gilles Laferté inscrit finalement le groupe des agriculteurs bourgeois « dans les termes de la société de classe » (p. 356). Grâce à une combinaison maîtrisée de travaux d’archives et d’enquêtes ethnographiques, mais également par une écriture soignée, il arrive à rendre compte pleinement de la complexité du groupe social des agriculteurs embourgeoisés. Pris entre un « univers paysan normatif » (p. 359) et la participation « à des sociabilités distinctives en dehors de leur monde agricole » (p. 360), ceux-ci sont encore perçus comme populaires par une partie de la population, et notamment les « fractions plus légitimes de l’ordre social » (p. 362). En outre, même si l’auteur n’y fait pas directement référence, il semblerait que les agriculteurs embourgeoisés se rapprochent des « nouveaux patrons » décrits par le couple Pinçon-Charlot (1999) : la réussite économique des acteurs étudiés s’enracine ici aussi dans des histoires familiales. On peut néanmoins regretter le choix de rendre compte uniquement de l’éloignement ou du rapprochement des agriculteurs du Germanois, la région étudiée, et des autres classes sociales, sans développer les processus de différenciation au sein même de la classe des agriculteurs. Bien que l’auteur prenne le soin d’expliquer que la littérature sociologique, en ne regardant que les agriculteurs les plus paupérisés, a contribué à l’homogénéisation de la catégorie, nous aurions souhaité en lire davantage sur les nouvelles relations intra-professionnelles induites par l’embourgeoisement de certains au sein de cet espace social localisé.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P., « Espace social et genèse des “classes” », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 52, p. 3-14.

Giraud, C., Rémy, J., 2014, « Être ou ne pas être agriculteur. Capital scolaire et devenir socio-professionnel des fils d’agriculteurs », in Gasselin, P., Choisis, J.-P., Petit, S., Purseigle, F. (dir.), L’agriculture en famille : travailler, réinventer, transmettre, INRA-SAD-éditions EDP open, p. 305-326.

Laferté, G., 2014, « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologie, vol. 5, n° 4, p. 423-439.

Pinçon, M., Pinçon-Charlot, M., 1999, Nouveaux patrons, nouvelles dynasties, Calmann-Lévy, Paris.

Haut de page

Notes

1 Ce concept fait référence à l’espace social bourdieusien (Bourdieu, 1984), structuré principalement par ses deux dimensions économique et culturelle et que l’auteur enrichit d’une dimension territoriale et résidentielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Mazenc, « Gilles Laferté, L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30642

Haut de page

Auteur

Loïc Mazenc

Institut National Polytechnique de Toulouse
École nationale supérieure agronomique de Toulouse, UMR INPT-INRA AGIR
Avenue de l’Agrobiopole, BP 32607 Auzeville Tolosane
31 326 Castanet-Tolosan Cedex, France
loic.mazenc[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search