Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dimitris Dalakoglou, The Road: An Ethnography of (Im)mobility, Space, and Cross-Border Infrastructures in the Balkans

Manchester University Press, Manchester, 2016, 216 p.
Alex Mahoudeau
Référence(s) :

Dimitris Dalakoglou, The Road: An Ethnography of (Im)mobility, Space, and Cross-Border Infrastructures in the Balkans, Manchester University Press, Manchester, 2016, 216 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Ethnographie, Frontières
Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Manchester University Press

1L’ouvrage de Dimitris Dalakoglou, The Road, propose une approche originale de l’étude des relations sociales en Albanie post-socialiste au travers d’une ethnographie des relations et pratiques se nouant autour d’une autoroute de 29 kilomètres entre la ville de Girokastër et le poste-frontière de Kakavijë, constituant la jonction principale entre le sud du pays et la Grèce voisine. En concentrant son attention sur le réseau composé par l’autoroute, la frontière, et les rues de la ville de Girojastër, l’auteur propose « une dromologie critique », néologisme conçu par Paul Virillo afin de décrire l’étude du rapport politique à la vitesse. Dimitris Dalakoglou trouve ici ses inspirations dans le travail d’Henri Lefebvre sur la production de l’espace. L’auteur mobilise ainsi deux éléments de l’analyse lefebvrienne dans son cadrage théorique : l’idée des routes comme espaces desquels des expériences plus complexes vont avoir lieu, par-delà celle de la mobilité, et l’idée de l’espace comme produit, résultat d’un travail, d’une consommation, d’une fétichisation révélant des rapports de pouvoir. L’analyse des routes fonctionne ainsi comme une analyse in situ des conditions de maintien d’un certain ordre social — ou de sa transformation.

2L’analyse est présentée selon un schéma classique dans le monde anglophone : une introduction théorique, six chapitres empiriques, puis une conclusion généralisante. Le premier chapitre empirique situe et décrit la région d’étude (chapitre 2). Sont ensuite évoqués successivement l’histoire des routes albanaises et de leur rapport à l’État et à la société (chapitre 3), notamment sous le socialisme, l’évolution historique de Giroskatër et le déplacement des centres urbains durant et après la période socialiste (chapitre 4), les légendes et rumeurs mettant en scène la route comme espace extérieur et dangereux, marqueur symbolique d’instabilité sociale et politique (chapitre 5), les discours sur la route comme illustrant les transitions auxquelles est soumis le pays dans cette période, notamment vers une économie de marché reposant largement sur le travail expatrié (chapitre 6), et la construction de maisons par les travailleurs expatriés comme manière de se réapproprier la mobilité (chapitre 7). En conclusion (chapitre 8), l’auteur élargit son propos en argumentant en faveur d’une prise en compte plus systématique des lieux de mobilité que sont les routes et les postes-frontières dans des systèmes de pouvoir qu’il comprend au travers d’une lecture mettant l’accent sur la façon dont les acteurs ordinaires confèrent du sens aux infrastructures et les subissent autant qu’ils s’en saisissent.

3L’analyse fournie est avant tout marquante par sa densité et son originalité, le contexte post-socialiste permettant de donner la réplique à des théories produites ailleurs, notamment aux États-Unis. La partie la plus riche de la « dromologie » proposée concerne ainsi la triade infrastructures – État – société et la façon dont les interactions entre ces éléments produisent et matérialisent les rapports sociaux. La représentation dans le chapitre 3 du lien entre la construction de l’État socialiste et celle des autoroutes, tâche à laquelle était employée une vaste population de « volontaires », constitue un excellent exemple de la façon dont, selon la thèse de l’auteur, la construction des autoroutes ne vise pas uniquement à quadriller un territoire d’infrastructures utiles, mais aussi à produire symboliquement un certain type de pouvoir. L’auteur réussit ainsi le tour de force de lier de façon convaincante et riche l’histoire du rapport entre État albanais et autoroutes, celle de la construction et de la chute du socialisme et celle du rapport des Albanais à l’espace national, en variant la focale d’observation. Il décrit, à travers des analyses macroscopiques mobilisant des archives, les arrangements successifs par lesquels l’Albanie s’est construite au cours du XXe siècle, chaque chapitre ou presque opérant un balayage historique et contextualisant. Ces analyses macroscopiques sont articulées à des éléments méso- et microscopiques ancrés dans un travail de terrain approfondi. Ici, la route n’est plus un simple équipement (ce qu’elle demeure néanmoins) mais l’enjeu de phénomènes sociaux dont le sens apparaît au travers de cette approche multi-scalaire. L’auteur explique ainsi le phénomène remarquable de la construction de maisons par des travailleurs expatriés par l’expérience intime de production de soi et de maintien de réseaux de relations sociales locales dans un monde post-socialiste en recomposition (chapitre 7). Les chapitres 4, 5 et 7, qui illustrent respectivement la transformation des pratiques de sociabilité et de leur localisation dans la ville de Giroskatër, l’émergence de rumeurs autour des dangers de la route et la pratique de la construction de maisons par des travailleurs expatriés en Grèce, ressortent véritablement dans l’ouvrage comme de passionnants morceaux d’ethnographie urbaine. Deux autres morceaux d’enquête joignant de façon innovante analyse matérialiste et ethnographie concernent les analyses du rapport au surnaturel, dans les cas des histoires de fantômes (chapitre 5) et de la crainte du « mauvais œil » (chapitre 7), deux phénomènes analysés comme érigeant la route en « scène de divers épisodes d’une vie quotidienne précaire et d’une dynamique de transition » (p. 82).

4Ces qualités indéniables sont malheureusement accompagnées d’un certain nombre de faiblesses, qui tiennent aussi bien au fond interprétatif de l’ouvrage qu’à la forme. Le cadre lefébvrien revendiqué par l’auteur semble utilisé de façon très parcellaire. Il manque notamment une analyse dans le cadre post-socialiste de la relation entre connaissances de l’espace (ou espace conçu) et production de l’espace, qui fait la particularité du modèle d’Henri Lefebvre. Il est marquant que des trois composantes au cœur de l’analyse de la production de l’espace chez H. Lefebvre (les pratiques spatiales, par lesquelles est produite et reproduite la matérialité de l’espace, les représentations de l’espace, qui sont liées à la connaissance sur l’espace produite par des groupes dominants, et les espaces de représentations, qui émergent de la pratique des usagers et de la vie quotidienne de ces derniers), seule la première fasse l’objet d’une analyse approfondie. L’analyse des représentations de l’espace souhaitable par les experts, les scientifiques, les planificateurs, etc., semble laissée à la marge du raisonnement. Alors que l’auteur développe en détail la façon dont la production d’infrastructures, sous le fascisme et le socialisme, constituait une forme d’imposition de telles représentations, l’analyse de ce processus dans la période post-socialiste s’estompe. Certes, l’auteur précise page 111 que « les motivations derrière l’allocation [d’aide au développement d’infrastructures] sont d’instiller de nouveaux principes et un nouvel ethos dans la politique et la société albanaise », et ajoute page 164 que « l’aide internationale [dont dépend l’Albanie] vient aux conditions énoncées par les États et organisations transnationales qui la fournissent ». Néanmoins, le déroulement précis de ce processus n’est pas approfondi. Les analyses n’explicitent quasiment jamais les « groupes sociaux réels » composant le groupe étudié, leurs relations, et les éventuelles disparités sociales entre les différentes personnes interrogées, alors même que l’auteur laisse entendre que de telles divisions sont réelles et existantes sur le terrain, autant en termes de classe que de confession. Du reste le terrain, indubitablement riche, disparaît trop souvent derrière des considérations théoriques. Le chapitre 5 notamment, consacré à la structuration d’histoires d’accidents et de légendes urbaines autour de l’autoroute, reste trop chiche de telles anecdotes, les quelques cas très riches proposés par l’auteur étant trop vite laissés de côté au profit de sources de seconde main. Pareillement, les photographies mobilisées dans l’ouvrage sont rarement analysées dans le corps du texte. Enfin, un certain nombre de raisonnements proposés dans l’ouvrage, par manque de référencement à des éléments de terrain, donnent l’impression de correspondre davantage aux représentations de l’auteur qu’à celles des enquêtés, à la manière de cette affirmation page 109 : « [Le] matériau de recouvrement grec isole aussi bien que dérobe [seals and steals] une bande de 29 kilomètres de territoire albanais ».

5Ces éléments ne doivent néanmoins pas faire oublier la grande valeur de l’ouvrage de Dimitris Dalakoglou, qui livre ici une description remarquable des enjeux multiples se jouant autour de son objet d’enquête, s’intéressant de façon remarquable au contexte post-socialiste et à ses dynamiques propres, du point de vue des pratiques urbaines autant que de l’effet de la généralisation du travail expatrié sur les pays d’origine. L’ouvrage est également une ressource d’une grande rigueur sur l’histoire politique de l’État albanais, et un plaidoyer convaincant en faveur d’une anthropologie urbaine se nourrissant de considérations issues de la géographie et des études critiques de l’espace, de la mobilité, et des formes de la gouvernementalité européenne contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alex Mahoudeau, « Dimitris Dalakoglou, The Road: An Ethnography of (Im)mobility, Space, and Cross-Border Infrastructures in the Balkans », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 1-2 | Janvier-Juin 2020, mis en ligne le 03 juin 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/30647

Haut de page

Auteur

Alex Mahoudeau

JEDI-Lab’urba, Labex « Futurs Urbains »
Campus de la Cité Descartes, 6/8 avenue Blaise Pascal, Champs-sur-Marne
77455 Marne-la-Vallée Cedex 2, France
mahoudeau.alex[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals