Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 45 - n° 2Comptes rendusMary Douglas, Comment pensent les...

Comptes rendus

Mary Douglas, Comment pensent les institutions

La Découverte, Mauss, Paris, 1999, 180 p. [Traduction française]
Philippe Steiner
p. 290-292
Référence(s) :

Mary Douglas, Comment pensent les institutions, La Découverte, Mauss, Paris, 1999, 180 p. [Traduction française]

Texte intégral

1La série de conférences prononcées, en 1985, à l’université de Syracuse par la célèbre socio-anthropologue a été publiée l’année suivante en langue anglaise. Dans son avant-propos, Alain Caillé rappelle que l’ouvrage a fait l’objet d’une traduction française dès 1989, avec une préface de George Balandier, reproduite dans la présente édition, mais que, la maison d’édition ayant fait faillite, l’ouvrage n’avait pas eu le destin qu’il méritait. C’est donc finalement sous l’impulsion du MAUSS que l’ouvrage de Mary Douglas devient disponible en langue française, quelque quinze ans après sa parution initiale.

2M. Douglas se propose d’examiner la pertinence des hypothèses durkheimiennes en matière de sociologie de la connaissance ; une large part des réflexions est consacrée à la question de la justice sociale. Cela ne surprendra pas le lecteur de l’œuvre du sociologue français qui a toujours accordé de l’attention à cette dernière question. En outre, conformément aux propos de l’auteur, la justice sociale est, par excellence, un domaine dans lequel les institutions pensent, c’est-à-dire un domaine dans lequel les individus pensent au travers des cadres sociaux que fournissent les institutions.

  • 1 Dans une biographie récente, cet ouvrage est caractérisé, non sans un certain humour, comme « weari (...)

3Si la structure de l’ouvrage n’est pas facile à saisir dans son détail1, la lecture en est toujours agréable et stimulante, ce qui ne veut pas toujours dire facile, tant les rapprochements audacieux sont nombreux, tant les exemples et illustrations retiennent l’intérêt du lecteur. L’auteur part des apports complémentaires d’Émile Durkheim et du sociologue allemand Ludwig Fleck qui, en 1935, publia un ouvrage consacré à ce que l’on appellerait aujourd’hui la construction sociale d’un fait scientifique. Selon M. Douglas, le programme Durkheim-Fleck vaut d’être repris en le dégageant de certaines de ses limites. Pour ce faire, le chapitre 2 examine la thèse de Mancur Olson sur les biens collectifs pour insister sur le fait que la petite taille d’un groupe social ne règle pas le problème de l’action collective. Le chapitre 3 propose une reformulation de la démarche fonctionnaliste selon les canons posés par Jon Elster de façon à permettre l’énoncé d’un programme authentiquement fonctionnaliste en matière de sociologie de la connaissance. Les chapitres 4 et 5 fournissent l’essentiel de la thèse défendue : la mise en place d’un système de connaissances pose un problème de même nature que le financement d’un bien public. La tâche est alors de montrer que « l’ensemble du processus d’implantation d’une théorie est autant social que cognitif. Et réciproquement, que l’implantation d’une institution est un processus essentiellement intellectuel, autant qu’économique ou politique » (p. 65). La thèse forte de l’auteur est qu’à l’origine des institutions se trouve une convention dont la stabilité va reposer sur des classifications sociales — on reconnaît là, la thèse de Durkheim-Mauss —, elles-mêmes naturalisées par analogie avec le corps (main droite/main gauche) ou avec la complémentarité des sexes (homme/femme). Ces analogies procurent une légitimité permettant à l’institution de stabiliser les intérêts en opposition ; en outre, à la différence d’une convention explicite, cette légitimité a pour caractéristique de n’être pas transparente aux acteurs. Dès lors, sur la base de ce cadre cognitif légitime, la pensée individuelle est mise en pilotage automatique (p. 81), elle devient comme une routine guidée par les rapports de similarité qui sont autant d’institutions et qui permettent d’en fonder de nouvelles (pp. 73, 77). Les chapitres suivants déroulent les résultats, notamment le chapitre 7 (la cohérence — chère à Max Weber lorsqu’il est question de l’intellectualisation et de la rationalisation du monde — ne suffit pas, car il faut lui ajouter ce que l’analogie fournit à la construction de la légitimité) et le chapitre 9 (où l’auteur suggère une belle perspective de travail sur une classification des classifications, entendues comme autant d’institutions). Le dernier chapitre suggère à titre de conséquence pratique de la discussion qu’il est plus important de changer les institutions que les comportements, puisque celles-ci sont centrales pour définir les classifications légitimes à partir desquelles se mettent en place des artefacts sociaux comme la justice et, finalement, les comportements qui en dérivent.

4La lecture de l’ouvrage, bien servie par une traduction élégante et correcte, est cependant difficile et parfois un peu surprenante. Le lecteur sera sans doute surpris en constatant que l’opposition entre la classification californienne (par cépage) et celle en cours dans le bordelais (par terroir) laisse de côté la classification des vins d’Alsace, précisément par cépage. Néanmoins, la difficulté essentielle tient au fait que l’auteur donne l’impression de ne pas toujours aller au bout de sa thèse qui conduit à un relativisme social que le dernier chapitre ne parvient pas à mettre à l’écart : les individus pensent la justice à l’intérieur des cadres institutionnels qui leur sont imposés, l’affaire est entendue, mais on peut douter que les critères de complétude, de cohérence, etc., suffisent à échapper au relativisme ou au scepticisme en la matière.

  • 2 D. Bloor, « Collective representations as social institutions ». In: W. Pickering (Ed.), Durkheim a (...)

5Au-delà de cette remarque de fond, le sociologue peut relever quelques points sur lesquels l’ouvrage appellerait des développements plus amples. Contrairement à ce que le titre de l’ouvrage suggère, le propos porte seulement sur les institutions légitimes (pp. 65– 66, 128, etc.). La différence n’est pas mince, car le problème est alors ce que David Bloor a appelé le problème du « priming », c’est-à-dire de l’origine auto-référentielle des institutions2, cette situation paradoxale dans laquelle, pour reprendre la formule de Rousseau dans Le Contrat social, il faudrait que les conséquences deviennent des causes. Or, sur ce point, l’ouvrage n’est pas très explicite lorsqu’il s’agit d’expliquer comment la référence corporelle fournit le modèle analogique de la légitimité institutionnelle-cognitive. Le parallèle entre M. Weber et É. Durkheim mené au chapitre 8 est assez décevant puisqu’il délaisse l’interprétation weberienne de la légitimité, notamment charismatique, et qu’il n’approfondit pas le rapport entre institutions légitimes (au premier rang desquelles figure la religion) et comportements rationnels. Qu’en est-il des effets sociaux de la sociologie lorsque celle-ci dévoile les origines d’une institution centrale (religion, justice, science, etc.) ? Doit-on penser que, dans cette approche néo-durkheimienne, la vérité serait parfois contraire à l’utilité sociale ?

Haut de page

Notes

1 Dans une biographie récente, cet ouvrage est caractérisé, non sans un certain humour, comme « wearing its architecture on the inside, but a careful reading reveals coherent progression in an argument that develops in several strands simultaneously » (R. Fardon, Mary Douglas: an Intellectual Biography, Routledge, London, 1999).

2 D. Bloor, « Collective representations as social institutions ». In: W. Pickering (Ed.), Durkheim and Representations, Routledge, London, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Steiner, « Mary Douglas, Comment pensent les institutions », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 2 | 2003, 290-292.

Référence électronique

Philippe Steiner, « Mary Douglas, Comment pensent les institutions », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 2 | Avril-Juin 2003, mis en ligne le 13 août 2003, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/31633 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.31633

Haut de page

Auteur

Philippe Steiner

Université Charles de Gaulle, Lille 3, UFR Mathématiques, sciences économiques et sociales, BP 149, 59653 Villeneuve-d’Ascq cedex, France
Philippe.Steiner[at]dauphine.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search