Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 45 - n° 2Comptes rendusMary Henkel, Academic Identities ...

Comptes rendus

Mary Henkel, Academic Identities and Policy Change in Higher Education

Jessica Kingsley Publisher, Londres, 2000, 283 p.
Christine Musselin
p. 296-298
Référence(s) :

Mary Henkel, Academic Identities and Policy Change in Higher Education, Jessica Kingsley Publisher, Londres, 2000, 283 p.

Texte intégral

  • 1 Il est issu d’une étude comparative menée par des Anglais, des Norvégiens et des Suédois et qui a d (...)

1Quel est l’impact des réformes britanniques de l’enseignement supérieur sur les universitaires ? Telle est la question que pose Mary Henkel dans cet ouvrage1, question fondamentale dans un pays qui, comme beaucoup d’autres en Europe, a connu une forte massification (tardive mais rapide et conséquente) et un ralentissement des dépenses publiques consacrées aux universités, mais qui a également poussé très loin la mise en œuvre des thèses du « nouveau management public » dans son système d’enseignement supérieur.

2Dans un premier temps, M. Henkel retrace les principales transformations survenues. Jusqu’au milieu des années 1970, la puissance publique britannique se contentait de mettre des fonds publics à la disposition d’universités qui en laissaient le libre usage aux universitaires : plus que partout ailleurs en Europe et aux États-Unis, les academics s’autorégulaient et bénéficiaient d’une très large autonomie individuelle. Cette situation, basée sur une grande confiance accordée à la profession, a été remise en cause sans ménagement pendant la période Thatcher, à la faveur de plusieurs changements. Premièrement, l’intervention contraignante des autorités publiques dans la définition des orientations fixées à l’enseignement supérieur. Deuxièmement, la transformation des statuts des enseignants avec la suppression de la tenure (accès à un quasi-emploi à vie) pour les nouveaux entrants dans la profession. Troisièmement, la poursuite de la « professionnalisation » de l’accès à la carrière universitaire par la fixation d’exigences minimales (comme le doctorat). Enfin, l’introduction de deux dispositifs d’évaluation : le Teaching Quality Assessment (TQA) pour l’évaluation de l’enseignement et le Research Assessment Exercise (RAE) pour les activités de recherche.

3Si plusieurs recherches ont montré l’impact de ces évolutions sur les politiques de l’enseignement supérieur britanniques (dans leur contenu et dans la manière dont elles sont produites), sur les relations État-universités et enfin sur le fonctionnement des établissements universitaires (et notamment la fin du modèle collégial et l’avènement d’un modèle plus managérial), peu de travaux ont observé de près l’incidence de ces changements sur le travail, l’identité et les représentations des universitaires. C’est donc ce que M. Henkel propose de faire en commençant par regarder de plus près le TQA et le RAE. Concernant le premier, elle montre comment le thème de la qualité a été facilement repris par les responsables universitaires (en particulier par ceux des universités traditionnelles, ceux des anciennes polytechnics — qui ont acquis le statut d’universités en 1992 — étant un peu plus réticents) qui y ont vu une opportunité pour accroître la transparence et introduire des changements. Mais pour les enseignants-chercheurs, le TQA entraîne une modification importante de leurs conditions de travail et plus de bureaucratisation dans une période déjà marquée par des restrictions budgétaires, une charge de travail croissante, et des critiques appuyées à l’encontre des universitaires. L’évaluation de la qualité de l’enseignement incite par ailleurs les départements à travailler de manière plus collective. Cependant, M. Henkel montre que, malgré tout, les basic educational values des universitaires sont restées inchangées.

4L’impact du RAE est en revanche plus visible. D’une part parce que le classement des départements affecte directement les fonds publics qu’ils perçoivent (et indirectement l’accès aux fonds privés car les entreprises se tournent de préférence vers les départements classés 5* ou 5) et que la différenciation entre les établissements s’en trouve renforcée : il n’est donc pas surprenant de constater là aussi un fort investissement des directions d’université et des stratégies de restructuration et de spécialisation. D’autre part parce que ce dispositif encourage lui aussi des pratiques plus collectives au sein des départements (renforçant par là l’appartenance disciplinaire). Enfin, parce qu’il introduit une distinction qui n’existait pas auparavant entre les enseignants actifs en matière de recherche et les inactifs.

5Dans une dernière partie, M. Henkel s’interroge sur la transformation des identités des universitaires. Dans quelle mesure les changements de politiques ont-ils affecté les relations entre les individus, leur discipline et leur établissement ? Deux chapitres traitent successivement des effets de la professionnalisation des formations doctorales (qui affecte encore plus lourdement les « humanités » que les autres disciplines et rapprochent les premières des normes et standards des secondes), puis des transformations des conditions d’accès à un emploi universitaire (développement des périodes de post-doctorat et incertitude accrue). Un troisième chapitre porte sur les identités de chercheur et un quatrième sur les identités d’enseignant. À chaque fois, l’auteur, tout en nuançant son propos selon les disciplines, met en avant l’ambiguïté des résultats auxquels elle parvient. D’un côté ses entretiens montrent une grande robustesse des valeurs « académiques » et des cultures de discipline, mais de l’autre, les universitaires expriment le sentiment de ne plus être maîtres de la définition de ce qu’est (doit être) l’enseignement dans le supérieur et disent être confrontés à de nouvelles demandes qui contraignent leur espace normatif. Pour conserver celui-ci, ils développent donc des stratégies : travailler plus, travailler différemment, traduire leurs centres d’intérêt personnel de manière à ce qu’ils apparaissent congruents avec les demandes externes. L’ambiguïté est également au cœur du chapitre consacré aux responsables universitaires : ces derniers acceptent leur rôle de « managers » tout en rappelant qu’ils sont simultanément des universitaires appartenant à une discipline.

6C’est précisément sur cette tension entre stabilité et changement et sur l’ambivalence des conclusions à tirer que M. Henkel termine son ouvrage. Certes les universités britanniques interviennent plus qu’avant sur le quotidien des universitaires, mais en même temps elles deviennent plus éloignées d’eux : le sentiment d’identification à leur établissement s’en trouve affadi. Parallèlement, le sens du collectif se développe dans les départements, renforçant ainsi l’appartenance disciplinaire. Ceci explique en partie le fait que les valeurs académiques paraissent stables, même si des dispositifs comme le RAE orientent et concentrent l’affectation des ressources et accroissent la stratification au sein de la profession. M. Henkel se demande cependant si cette stabilité des valeurs, permises par les stratégies de traduction auxquelles se livrent les universitaires, n’est pas à terme condamnée, à la fois parce que graduellement les pratiques s’en trouvent modifiées et parce que les jeunes universitaires, socialisés sur de nouvelles bases se montrent plus sensibles aux nouvelles exigences.

7À l’issue de cet ouvrage, on peut certes regretter que la notion d’identité ne soit pas plus discutée et que M. Henkel ne souligne pas mieux l’originalité d’une approche qui analyse l’identité universitaire à travers les liens entre individus, discipline et institution. On aurait ainsi aimer que le cadre conceptuel qu’elle développe dans la première partie du livre et qui s’appuie sur la tradition communitarienne ne soit pas repris à la fin de l’ouvrage, discuté et enrichi des apports de l’étude réalisée.

8Il n’en reste pas moins que M. Henkel propose une analyse qui, avec beaucoup de finesse et à partir d’un matériau empirique conséquent, met en avant les ruptures, les permanences et les transitions, refuse une présentation monolithique, souligne les tensions et les ambiguïtés, bref restitue la complexité d’un réel en mouvement. Aussi cet ouvrage n’est-il pas seulement un livre sur les universitaires britanniques : il suscite chez le lecteur des réflexions qui vont au-delà du cas étudié. Réflexions sur la situation universitaire française tout d’abord qui, sans avoir connu des mutations aussi brutales, présente malgré tout des similarités avec celle du Royaume-Uni. Réflexions également sur le changement, plusieurs des conclusions proposées par M. Henkel pouvant aisément être déclinées à d’autres secteurs que celui de l’enseignement supérieur et rappelant utilement que le changement n’est pas un processus qui affecte uniformément le secteur qu’il doit transformer.

Haut de page

Notes

1 Il est issu d’une étude comparative menée par des Anglais, des Norvégiens et des Suédois et qui a donné lieu à la publication chez Jessica Kingsley Publisher d’un livre comparatif (M. Kogan, M. Bauer, I. Bleiklie, M. Henkel, Transforming Higher Education : A Comparative Study, 2000) et de quatre livres « nationaux », dont deux sur le Royaume-Uni : M. Bauer, S. Marton, B. Askling, F. Marton, Transforming Universities : Changing Patterns of Governance, Structure and Learning in Swedish Higher Education, 1999 ; M. Kogan, S. Hanney, Reforming Higher Education, 2000 ; I. Bleiklie, R. Høstaker, A. Vabø, International Study of Higher Education : Norway, 2000 ; M. Henkel, Academic Identities and Policy Change in Higher Education, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Musselin, « Mary Henkel, Academic Identities and Policy Change in Higher Education », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 2 | 2003, 296-298.

Référence électronique

Christine Musselin, « Mary Henkel, Academic Identities and Policy Change in Higher Education », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 2 | Avril-Juin 2003, mis en ligne le 13 août 2003, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/31678

Haut de page

Auteur

Christine Musselin

Centre de sociologie des organisations (CSO–FNSP/CNRS), 19, rue Amélie, 75007 Paris
c.musselin[at]cso.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search